Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Ufologie:

Hystérie collective?

Un cas récent de pseudo-hystérie collective.

Certains tenants de la thèse socio-psychologique - thèse qui affirme que tous les rapports d'observations d'OVNIS sont des canulars et des confusions - s'appuient entre autres sur la notion d'hystérie collective, qui frapperait les foules vues comme irrationnelles.

Un cas allégué sur lequel ils s'appuient parfois est le célèbre canular d'Orson Welles, quand le 30 octobre 1938, il avait adapté sous forme de fiction radiophonique le roman d'H.G. Wells, transformé sous forme de bulletins d'information fictifs racontant l'invasion de la Terre par des Martiens. A en croire presque tous les commentateurs, l'émission avait causé une panique immense aux Etats-unis. Des chercheurs plus sérieux ont découvert que la panique alléguée avait été totalement exagérée, qu'il n'y a aucune trace concrète de cette prétendue panique, qu'il n'y a eu par exemple aucune vague de suicides.

Couverture du livre
  

En France, le premier chercheur à avoir exposé en détail que cette prétendue vague de panique de foules hystériques n'est elle-même qu'une fraude intellectuelle, un mythe construit par des gens se posant en rationalistes, a été Pierre Lagrange, en 2005, avec son livre "La Guerre des Mondes A-T-Elle Eu Lieu", Robert Laffont éditeur.

En septembre 2007, des événements intéressants de ce point de vue ont de nouveau eu lieu, au Pérou.

Cela commence par des annonces dans les médias le 19 septembre 2007, comme par exemple sur la chaîne d'informations télévisées Britannique BBC News, que l'on retrouve sur leur site Internet:

On y apprend que des centaines de personnes au Pérou ont nécessité des traitements médicaux après qu'un objet de l'espace dont "on dit" que ce serait une météorite, soit tombé sur Terre selon les officiels.

 

La nouvelle de la chute de la météorite est diffusée très largement dans le monde entier, accompagnée de propos sur des vingtaines, puis 200, puis 300, puis 600 personnes qui auraient été rendues malades ou auraient du être soignées se succèdent.

Sur le site web du journal "The Guardian", on apprend que "au moins 12 personnes" ont été soignées en plus de "sept agents de police".

Source: http://www.guardian.co.uk/space/article/0,,2171920,00.html

Sur le site Internet de la Press Association du Royaume Uni, on lit que "beaucoup" de gens, "des douzaines", sont tombés malades:

Source: http://ukpress.google.com/article/ALeqM5iaA2lfejT6gOouu5lelM45YDbgiQ

Sur la chaîne d'information Aljazeera, on lit que "des vingtaines" de gens des environs sont rapportées être malades.

Source: http://english.aljazeera.net/NR/exeres/068F8143-E571-4A10-8BA1-EF7CD031F340.htm

Sur le site web d'une agence d'information chinoise, on apprend que "200 personnes sont malades":

Source: http://news.xinhuanet.com/english/2007-09/19/content_6754589.htm

Sur le site web du "Telegraph", on apprend que "des centaines" de gens sont malades:

Source: http://www.telegraph.co.uk/news/main.jhtml?xml=/news/2007/09/19/wperu119.xml

Sur CBS News, Canada, ce sont ensuite 600 personnes qui sont malades!

Source: http://www.cbc.ca/world/story/2007/09/19/peru-meteorite.html?ref=rss

Sur la radio BBC, le matin du 20 septembre, un journaliste rapproche cet incident de l'incident de "La Guerre des Mondes" d'Orson Welles...

Mieux encore, dans certains rapports, il n'y a pas eu de météorite, c'est une erreur!

http://news.bbc.co.uk/2/hi/americas/7001897.stm :

"Increasingly we think that people witnessed a fireball, which are not uncommon, went off to investigate and found a lake of sedimentary deposit, which may be full of smelly, methane rich organic matter," said Dr Caroline Smith, a meteorite expert at the London-based Natural History Museum.

"This has been mistaken for a crater."

A team of scientists is on its way to the site to collect samples and verify whether it was indeed a meteorite.

Autrement dit, une experte en météorite du Musée d'Histoire Naturelle de Londres explique qu'il y a peut-être eu un météore, ce n'est pas impossible, mais que le cratère, "nous pensons", ne serait qu'un lac de dépôts sédimentaires, qui pourrait être rempli de matière organiques odorantes...

Mais nous avons ensuite à http://ca.news.yahoo.com/s/capress/070919/world/peru_meteorite_2 :

Jose Mechare, a scientist with Peru's Geological, Mining and Metallurgical Institute, said Wednesday a geologist confirmed it was a "rocky meteorite," based on the fragments analyzed.

He said water in the meteorite's muddy crater boiled for maybe 10 minutes from the heat and could have given off a vapour that sickened people and scientists are taking water samples.

"We are not completely certain that there was no contamination," Mechare said.

Soit:

Jose Mechare, un scientifique de l'Institut Minier, de Métallurgie et de Géologie du Pérou a indiqué mercredi qu'un géologue a confirmé que c'était "une météorite rocheuse," se basant sur les fragments analysés.

Il a dit que l'eau dans le cratère boueux de la météorite a bouillie pendant peut-être 10 minutes à cause de la chaleur et pourrait avoir dégagé une vapeur qui a rendu des gens malades et que les scientifiques prenaient des échantillons d'eau.

"Nous ne sommes pas complètement certains qu'il n'y a eu aucune contamination," a dit Mechare.

Ufologues et hystérie collective:

La chute de la météorite a été commentée. Il s'agissait tout d'abord de se demander s'il s'agit effectivement d'une chute de météorite, ou celle de débris de l'espace, satellite ou fusée, ou... autre chose.

Très vite, avec l'apparition de comptes rendus plus détaillés tels celui de l'AFP, avec la diffusion de photos ou vidéos du cratère, il est devenu évident que oui, il s'agit bien d'une chute de météorite, assez remarquable au vu de la taille du cratère!

Et très vite, trop vite, une "évidence" s'est imposée...

Ces centaines de malades doivent bien être des malades imaginaires...

De l'hystérie collective!

Par exemple, il m'a été expliqué pour cet événement:

"Pour info complémentaire et concernant les troubles des "témoins", Il s'agit d'un phénomène connu sous le nom de "mass sociogenic illness" (MSI) ou "mass psychogenic illness". (Cela commence souvent par un stimulus sensoriel désagréable qui provoque des plaintes réelles chez des personnes sensibles.)

Vraiment?

Retour à la réalité.

Je dois bien me dire que le livre de Pierre Lagrange n'a pas été lu, ou n'a pas été compris.

Pierre Lagrange exposait qu'il y a un mécanisme de rumeur à l'origine de la notion des foules hystériques, ces foules irrationnelles qui se suicident, courent en pyjama dans les rues en hurlant de terreur, tombent malade... sans raison, par hystérie, par auto-suggestion.

Pierre Lagrange exposait que dans les affaires de ce type, si l'on veut bien se donner la peine de vérifier ce qu'il en est réellement de cette hystérie, on se rend compte qu'elle est surtout fabriquée par les media et sert ensuite de prétexte aux milieux se posant comme "rationnels" pour affirmer que les gens sont pris d'hystérie parce qu'ils ne sont pas rationnels comme eux le seraient...

Et bien, puisque j'ai lu le livre de Pierre Lagrange, qui offre bien des exemples documentés de la façon dont a été ainsi construit le mythe sceptique de la foule irrationnelle, j'ai compris que j'avais dans l'affaire de cette chute de météorite un parfait exemple, en "direct live", d'une situation où je pouvais vérifier s'il s'agit là de foules irrationnelles ou non. De vérifier si cette affaire constitue un exemple de plus de la construction intellectuellement frauduleuse de la notion de foule irrationnelle ou au contraire un contre-exemple montrant une réelle foule irrationnelle.

Dans cette vérification, il y a deux "versants" à aborder.

1) Est-il possible de "tomber malade" pour de bon suite à la chute d'une météorite?

Mais oui! La chute peut dégager un terrain contenant des souffres ou des gaz naturels sulphureux ou méthanoïques, dégager des gaz relativement toxiques dus à la fusion des roches, qui là-bas peuvent être volcaniques, dégager une odeur nauséabonde, irriter le gorge, provoquer des malaises et des maux de têtes. Symptômes réels, et non pas de l'auto-suggestion causant de faux symptômes irréels!

Il est donc de ce point de vue là parfaitement possible que des gens présentent des symptômes suite à la chute de cette météorite, une relativement grosse météorite, causant un cratère impressionnant de 30 mètres de diamètre et 6 mètres de profondeur, dans un terrain pouvant parfaitement être chargé en substances naturelles assez toxiques pour causer ces symptômes.

L'inquiétude est alors parfaitement justifiée, les symptômes également, et il n'y a alors aucune hystérie!

2) Mais est-ce seulement vrai que tant de gens aient du être soignés?

En toute rigueur, c'est bien par cette vérification qu'il s'agirait de commencer, avant de seulement chercher à établir si être malade à cause d'une météorite peut être une réalité ou ne peut qu'être de l'hystérie.

En toute rigueur, un chercheur adoptant une démarche sceptique, ou se réclamant du rationalisme, devrait être le premier à savoir qu'avant d'analyser un événement rapporté pour en tirer des conclusions, il s'agirait d'abord de vérifier si l'événement a eu lieu, et de vérifié si les rapports rapportent correctement ou non l'événement!

En début de ce texte, nous pouvons voir, preuves à l'appui, que ce qui commence par "beaucoup" de malades, ou "12 fermiers et 7 policiers malades", devient dans les gros titres et les articles suivant, "des douzaines" de malades, puis "des vingtaines" de malades, puis "200 malades", "des centaines de malades" et jusqu'à "600 malades"!

Comment ne pas voir là exactement le mécanisme qu'exposait Pierre Lagrange? Celui de la rumeur galopante et de l'exagération sensationnalistes des médias?

Comment se fait-il que les milieux se réclamant du scepticisme, grands vérificateurs du sensationnalisme médiatique en certains cas, n'éprouvent aucun besoin de vérifier les informations lorsqu'elles semblent donner raison à leur vision du monde?

En effet, dans un tel événement, "au bout du monde" pour les commentateurs français, anglais, chinois, ne convient-il pas plutôt de vérifier d'abord par exemple les sources locales?

Ce que dit Yahoo News Canada:

But they are still puzzling over claims it gave off fumes that sickened 200 people.

[...]

But a team of doctors who reached the isolated site said Wednesday they found no evidence the meteorite had sickened people.

Source: http://ca.news.yahoo.com/s/capress/070919/world/peru_meteorite_2

Soit:

Mais nous sommes toujours en traion de nous demander ce qu'il en est des affirmations qu'elle aurait fait des fumées qui auraient rendu 200 personnes malades.

[...]

Mais une équipe de médecins qui ont atteint le site isolé a dit mercredi qu'ils n'ont trouvé aucun signe que la météorite avait rendu des gens malades.

Ce que dit la première source locale que j'ai trouvée.

Il s'agit du journal El Commercio, de Lima, Pérou, du 19 septembre, qui indique:

Des scientifiques confirment qu'une météorite est tombée en Carancas

Ils écartent toute trace de radioactivité pour les population proche de la zone d'impact. Les malaises physiques de paysans serait du à d'autres problèmes de santé.

Par Carlos Fernández Baca

Un groupe de spécialistes l'Institut Géologique, Minier et de Métallurgie, et des enseignants de l'Université Nationale de l'Altiplano [région du haut plateau] ont confirmé hier que ce qui est tombé dernier samedi dans la communauté campagnarde de Carancas, secteur de Desaguadero, a été une météorite et non des débris spatiaux, comme il avait été également spéculé.

Les spécialistes ont utilisé un compteur Geiger, avec lequel ils ont écarté toute trace de radio-radioactivité dans la zone ou dans la population. En accord avec Mario Bosquet Godoy, chef de cette équipe de scientifiques, il n'y a pas eu de radioactivité et il a pu préciser que le cratère de Carancas a été produit par une météorite de type rocheux.

Le physicien nucléaire Modesto Montoya, membre de l'Académie Nationale de Sciences, partage aussi cette assertion: "Les météorites ont un type de radioactivité bas, qui d'aucune manière n'affectera la population proche du lieu où elles tombent. Je ne connais pas de rapports qui indiquent une irradiation de personnes exposées à une météorite", affirme le scientifique.

MALAISE PAR EFFORT

Une équipe de neuf médecins de la Direction Régionale de la Santé de Puno est aussi arrivée à la zone pour évaluer l'état de santé des habitants qui se sont plaints de maux de tête, nausées et vomissements après la chute de la météorite.

Des indices de radioactivité n'ont pas été trouvés en ces derniers, mais on a pris des échantillons de sang de 19 personnes pour écarter d'autres affectations. Ces échantillons seront envoyés à Lima pour analyse correspondante.

Selon Modesto Montoya, le malaise pourrait avoir été produit par la crainte qui a été produite par la chute de la météorite. "Quand une météorite tombe elle produit des sons terribles en entrant en contact avec l'atmosphère. C'est comme si une grande pierre était soumise à un grand meulage. Ces bruits peuvent les avoir alarmés", a expliqué le spécialiste.

DEFILEMENT DE CURIEUX

Ce que la météorite a en effet produit est une pérégrination incessante de de curieux vers Carancas. Ils arrivent depuis Puno et la Bolivie pour connaître le lieu précis de la chute de l'objet et être pris en photo souvenir devant l'énorme trou.

Les habitants du coin en profitent pour raconter la peur qu'ils ont vécu ce samedi 15, quand "une boule de couleur aveuglante suivie d'un sillage de feu, a croisé le ciel de Desaguadero, avec un son semblable à un avion". La description est faite par le technicien de la police Oscar Peralta, qui assure avoir été un des premiers à arriver jusqu'au cratère laissé par la météorite.

Justina Limache de Huayta (74 ans) a aussi quelque chose à raconter à tous ceux qui veulent l'écouter. Quand elle a entendu le bruit assourdissant qui provenait du ciel, elle a abandonné son bétail, qui s'est également enfui effrayé, pour s'abriter dans son logement avec sa petite-fille de 8 ans. Mais la panique n'a pas fini là.

Après la chute de la météorite, une pluie de pierres [*] a frappé son plafond pendant plusieurs minutes. Justina a pensé que son logement, situé à 500 mètres du lieu de l'impact, allait s'effondrer. D'autres habitants rapportaient hier des histoires semblables aux visiteurs. La vie des habitants du Carancas ne sera plus la même, au moins pour un temps.

[* ejecta de l'impact.]

AUTRES DONNEES

  • Le directeur l'Epidémiologie, Fredy Passara Zeballos, qui a voyagé vers les lieux, croit aussi que les habitants se plaignent d'autres indispositions qui n'ont "rien à voir avec la météorite".
  • L'odeur dans le cratère laissé par la météorite serait due à la présence de soufre et arsenic dans les roches souterraines.
  • Les policiers qui surveillent le cratère depuis dernier samedi ont démenti avoir des problèmes de santé. Ils ont même affirmé qu'ils ont pu prendre des restes de la météorite pour les garder en souvenirs.
  • Le maire Anaya, chef des commissariats de Desaguadero a démenti que son équipe ait reçu des traitements médicaux pour d'hypothétique malaises physique.

Panique? Mais Justina Limache de Huayta (74 ans) aurait-elle peut-être du rester bien "rationnellement" dehors?

Non, il n'y a aucunement eu des douzaines, des vingtaines, des centaines, de malades imaginaires soignés!

Non, ces foules irrationnelles ne se sont pas manifestées!

Ces gens ont été alarmés, avec raison, car l'événement est alarmant!

Oui, il y avait probablement une odeur, oui, cette odeur a du être perçue, incommodante. Mais inventée? Vraiment? Probablement y a-t-il eu quelques journalistes entendant cela et allant de maison en maison recueillir des récits passionnants pour leurs articles sensationnels, et récoltant des plaintes d'habitants pour des indispositions sans aucun rapport avec la météorite. Bien entendu les autorités ont pu penser, ne sachant pas s'il s'agissait d'une météorite ou d'un débris de satellite, qu'il pouvait, on ne sait jamais, y avoir une certaine radioactivité, qu'il valait mieux s'en assurer. Bien entendu que l'on trouvera probablement des villageois qui associeront à tort l'une ou l'autre migraine ou toux à des émanations du sol.

Mais de l'hystérie collective sans raison? Des centaines de malades imaginaires ayant nécessité des soins? Allons donc!

Nous avons en fait ici exactement le mécanisme de rumeur par des gens se posant en rationalistes démontré par Pierre Lagrange dans son livre: à partir de trois fois rien, on en arrive à un exemple de "maladies imaginaires des foules irrationnelles" parfaitement frauduleux.

Et des ufologues se font et de feront piégés, n'y voyant que du feu, ayant intégré eux-même sans vérification la notion des foules hystériques prises de maladies imaginaires sans aucune raison. Tout comme ils ont cru en la panique causée par Orson Welles dans le passé.

Je dis qu'il convient de vérifier le bien-fondé des affirmations dites "sceptiques" avant d'y croire.

Annexes.

Le météore est tombé le 17 septembre à 23:45 environ, heure locale, le diamètre du cratère est 30 mètres, sa profondeur 6 mètres.

Source: Direccion Territorial Policial (Dirtepol) à Puno, Pérou, via Agencia Andina, 18 septembre 2007.

L'article de El Commercio en sa langue espagnole originale:

Científicos confirman que un meteorito cayó en Carancas

Descartan indicios de radiactividad en población cercana a zona de impacto. Malestar físico de campesinos se debería a otros problemas de salud

Por Carlos Fernández Baca

Un grupo de especialistas del Instituto Geológico, Minero y Metalúrgico y docentes de la Universidad Nacional del Altiplano confirmaron ayer que lo que cayó el último sábado en la comunidad campesina de Carancas, distrito de Desaguadero, fue un meteorito y no basura espacial, como también se especuló.

Los especialistas usaron un contador Geiger, con el que descartaron indicios de radiactividad en la zona o en la población. De acuerdo con Mario Soto Godoy, jefe de este equipo de científicos, al no haber radiactividad se pudo precisar que el cráter de Carancas fue producido por un meteorito de tipo rocoso.

El físico nuclear Modesto Montoya, miembro de la Academia Nacional de Ciencias, también comparte dicha aseveración: "Los meteoritos tienen un tipo de radiactividad muy bajo, que de ninguna forma va a afectar a la población cercana al lugar donde caiga. No conozco reportes que indiquen radiactividad en personas expuestas a un meteorito", afirma el científico.

MALESTAR POR ESTRÉS

Un equipo de nueve médicos de la Dirección Regional de Salud de Puno también arribó a la zona para evaluar el estado de salud de los pobladores que se quejaron de dolor de cabeza, náuseas y vómitos tras la caída del meteorito.

No se halló indicios de radiactividad en ellos, pero se tomó muestras de sangre de 19 personas para descartar otras afecciones. Dichas pruebas serán enviadas a Lima para el análisis correspondiente.

Según Modesto Montoya, el malestar podría haberse generado por el temor que produjo la caída del meteorito. "Cuando un meteorito cae produce sonidos espantosos al estar en contacto con la atmósfera. Es como si una gran piedra fuera sometida a una gran lija. Esos ruidos pueden haberlos asustado", explicó el especialista.

PEREGRINACIÓN DE CURIOSOS

Lo que sí ha generado el meteorito es una incesante peregrinación de curiosos hacia Carancas. Llegan desde Puno y Bolivia para conocer el lugar exacto de la caída del objeto y tomarse una foto de recuerdo en el enorme forado.

Los lugareños aprovechan para contar el temor que vivieron aquel sábado 15, cuando "una bola de color plomizo, seguida de una estela de fuego, cruzó el cielo de Desaguadero, con un sonido parecido a un avión". La descripción es hecha por el técnico de la policía Óscar Peralta, quien asegura haber sido uno de los primeros en llegar hasta el cráter dejado por el meteorito.

Justina Limache de Huayta (74) también tiene algo que contar a los que quieren escucharla. Cuando sintió el atronador ruido que provenía del cielo, abandonó su ganado, que también huyó espantado, para refugiarse en su vivienda junto a su nieta de 8 años. Pero el susto no acabó allí.

Tras la caída del meteorito, una lluvia de piedras azotó su techo durante unos minutos. Justina pensó que su vivienda, situada a 500 metros del lugar del impacto, se iba a derrumbar. Otros pobladores referían ayer historias similares a los visitantes. La vida de los habitantes de Carancas no volverá a ser la misma, al menos por un tiempo.

MÁS DATOS

  • El director de Epidemiología, Fredy Passara Zeballos, quien viajó a la zona, también cree que los pobladores se quejan de otras dolencias que "nada tienen que ver con el meteorito".
  • El olor en el cráter dejado por el meteorito se debería a la presencia de azufre y arsénico en las rocas subterráneas.
  • Los policías que vigilan el cráter desde el último sábado negaron tener problemas de salud. Incluso, afirmaron, pudieron coger restos del meteorito para conservarlos como recuerdo.
  • El mayor Anaya, jefe de la comisaría de Desaguadero, negó que su equipo haya recibido tratamiento médico por un supuesto malestar físico.

Source: http://www.elcomercio.com.pe/edicionimpresa/Html/2007-09-19/peru0786880.html

Ajout au 12 avril 2008:

Tout ce qui précède a été écrit le 20 septembre 2007.

Ce qui suit est d'un message de publicité par Stuart Miller le 12 avril 2008. Stuart Miller est le rédacteur d'un bulletin OVNI dans lequel les articles ridiculisant toute idée de visiteurs extraterrestres sont les bienvenus. Il a écrit:

Est-ce que quelqu'un va parler à Dieu puisque ceci ne devrait pas s'être produit (apparemment)

Un grand morceau de roche extraterrestre s'est écrasé à travers l'atmosphère de la terre le 15 septembre de l'année dernière et a durement heurté la terre à Caranacas dans les Andes péruviennes. Peu de temps après, les gens du pays se sont mis à prétendre avoir des maux de tête, des vomissements et de la nausée après l'inhalation des gaz venant du cratère. Un scénario de mauvais cinéma, et tout ce qui manquait était que la météorite s'ouvre et qu'un alien à huit pattes mangeur d'hommes en sorte.

Oui, juste parce qu'il n'y avait absolument aucun "péruvien arriéré", aucune "hystérie de masse" et rien au sujet des "extraterrestres" dans cette affaire, Stuart Miller doit imaginer que c'était le cas. Naturellement! Tout est bon pour ridiculiser les idées de "petits hommes verts", comme on dit.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 12 avril 2008