Les témoins -> Roswell 1947 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Roswell 1947 - Documents concernant les témoins

Robin Adair

(Robin ADAIR, Robin D. ADAIR).

 
Pas de photo

S'il vous plait, avant de poser des questions ou d'envoyer critiques ou commentaires, veuillez lire ceci.

Biographie:

Selon le chercheur Donald Schmitt, Robin D. Adair était un "wire man" - technicien du télétype - de l'Associated Press basé à Albuquerque, NM, qui a été envoyé par le bureau de l'agence de presse de New York à Roswell pour un reportage sur l'incident du "disque récupéré" près de Roswell. Là, il a rencontré le journaliste Jason Kellahin, également envoyé par l'Associated Press.

L'AP leur a dit de s'y rendre aussi vite que possible et Adair a utilisé un avion loué pour atterrir à l'aéroport municipal de Roswell. Mais avant d'atterrir à Roswell, il a survolé ce que les enquêteurs de Roswell ont considéré être le site du "crash".

En 2017, j'ai pu vérifier la biographie de Robin D. Adair dans les archives des annonces de décès du site web de l'Alburquerque Journal:

Adair -- Robin D. Adair est né le 17 août 1901 au Texas. Robin est décédé le 26 janvier 1999, alors qu'il était la maison de soins infirmiers d'Albuquerque Manor. Mr. Adair laisse deux fils, Robin D. Adair Jr, vivant à Westminster, Colorado, et Richard Weldon Adair vivant à Boulder, Colorado. Mr. Adair a été employé par l'Associated Press pendant environ 40 ans, à partir du 31-8-24. Son dernier poste était celui de responsable du Bureau de la circulation dans le bureau d'Albuquerque de l'AP. Il a pris sa retraire de l'AP le 1-9-66. [...]

Source:

Affidavits:

Il n'y a pas d'affidavit par Robin D. Adair.

Interviews et déclarations publiques:

Je n'ai pas trouvé d'interview verbatim in extenso ou de déclaration publiques directes par Robin D. Adair.

Notes et commentaires d'enquêteurs:

Kevin Randle:

Le chercheur Kevin Randle a ouvert sa "Roswell Encyclopedia" avec des pages sur Robin D. Adair, y compris des informations contextuelles et des déclarations:

Il a dit qu'il était dans un avion pour aller à Roswell lorsqu'il a survolé un site entouré de policiers, de gens du F.B.I., d'officiers militaires. Ces gens faisaient des singes de la main vers leur avion pour qu'il s'en aille, et ils ont eu peur qu'on leur tire dessus et n'ont donc pas oser voler plus près et plus bas; et Adai n'a donc pas pu prendre de photos du site.

Adair a dit qu'il a regardé le site et qu'il "y avait beaucoup de choses". Cela ressemblait à un endroit brûlé, avec un sillon ou une trace sur le sol, et on pouvait dire que "quelque chose avait été là".

Il a dit:

"Vous ne pouviez pas les voir trop bien de l'air... apparemment, la façon dont il a heurté [le sol], quel que soit ce qui a heurté le sol, ce n'était pas du bois ni quelque chose de mou. On dirait que c'était du métal".

Il a dit qu'il ne pensait pas que cela avait "dérapé" lorsque cela frappé le sol, mais que cela donnait l'impression d'être descendu pour heurter le sol "à plat" puis êtr remonté vers le haut quand c'est reparti."

Adair a dit qu'il a vu deux autres "sites", l'un pas très net et l'autre plus évident.

Arrivant à Roswell, il a trouvé Jason Kellahin et, le soir, ils sont allés au bureau du Roswell Daily Record et ont envoyé des photographies et le reportage écrit par Kellahin via la ligne téléphonique.

Source:

Thomas Carey et Donald Schmitt:

Ces chercheurs disent que Robin Adair était un photographe à l'Associated Press qui a reçu un appel téléphonique du bureau principal à New York le 8 juillet 1947, lui demandant d'aller immédiatement à Roswell "même si cela signifiait louer un avion" depuis El Paso, Texas.

Adair a dit au pilote de l'avion de voler vers le nord vers le comté de Lincoln avant d'atterrir à Roswell, afin qu'il puisse prendre des photos aériennes.

Adair a dit à ces chercheurs qu'ils n'a pas pu faire ces photos, que l'endroit était entouré de policiers, de gens du F.B.I, et d'officiers de l'armée, qui leur faisaient des gestes de la main pour qu'ils ne s'approchent pas, de sorte qu'ils avaient peur qu'on ne leur tire dessus et qu'ils ont obéi.

De l'air, Adair a vu de nombreuses troupes, des véhicules et des policiers militaires couvrir un grand champ ouvert, avec des zones qui semblaient avoir été brûlées. Malgré l'altitude de leur avion, il a distingué un "sillon" et a noté que quoi que ce soit qui ait frappé le sol, ce n'était pas mou et n'était pas en bois, cela donnait l'impression d'être descendait, d'aviur frappé le sol et ensuite d'être "remonté dans l'air".

En prenant la direction du sud vers Roswell, il a noté que le terrain devenait plus accidenté et avec des canyons, et le pilote a continué à chercher une activité militaire sur ce terrain, et il a déclaré qu'il a vu deux autres sites de récupération, l'un qui "n'était pas très distinct" et l'autre qui était plus aisément visible.

Après avoir atterri sur la piste d'atterissage municipale de Roswell à l'ouest de Roswell, Adair avait rejoint Jason Kellahin, également envoyé par le bureau de New York de l'AP, et qui est venu en conduisant d'Albuquerque.

Dans la soirée, l'équipe est allée au bureau du journal Roswell Daily Record où Adair a mis en place l'équipement pour transmettre par ligne téléphonique vers Albuquerque.

Les deux avaient l'intention d'interviewer "Mac" Brazel qui se rétractait maintenant sur sa déclaration originale que ce qu'il trouvait n'était pas un ballon météorologique. Adair a pris la photo de Brazel et elle a été envoyé par la ligne téléphonique avec le reportage de Kellahin. Le Roswell Daily Record a publié une photo le 9 juillet montrant Brazel, Adair et Kellahin, parce que l'envoi de la photo par une ligne téléphonique était une première mondiale.

Source:

Kevin Randle:

Ce chercheur a publié un article à propos de Robin Adair et Jason Kellahin sur son blog en 2008.

Il dit qu'il a interviewé Jason Kellahin en janvier 1993, dans sa maison de Santa Fe. L'interview a été enregistrée.

Il dit que dix mois plus tard, Kellahin a été interviewé par le chercheur [sceptique] Karl Pflock et son histoire avait changé radicalement depuis la première interview. Pflock l'a fait signer un affidavit qui n'a pas été publié dans le livre de Karl sur Roswell.

De l'interview de Kevin Randle, nous apprenons que Kellahin a déclaré à propos d'Adair:

Adair était avec lui, il avait une caméra et a pris des photos de ce qui se trouvait sur le sol et de l'homme du ranch qui était là. "Brazel était là et il [Adair] a pris sa photo."

A Pflock et pour son affidavit, Kellahin a déclaré: "Adair et moi, Brazel, et les hommes de l'armée, nous nous sommes rendus à Roswell, en voyageant séparément. A la fin de l'après-midi ou au début de la soirée, nous nous sommes rencontrés aux bureaux du Roswell Daily Record, le journal de l'après-midi de la ville. Les militaires ont attendu sur le trottoir devant, tandis que moi et un journaliste du Record appelé Skeritt interrogaient Brazel et qu'Adair ont pris sa photo. Walter E. Whitmore, propriétaire de KGFL, l'une des deux stations de radio de Roswell, était également présent lors de l'entrevue. Whitmore a fait de son mieux pour manoeuvrer Brazel pour l'éloigner du reste de la presse.

(Le témoignage de Kellahin à Pflock était essentiellement que le soi-disant "disque écrasé" n'était qu'un ballon météorologique.)

Kevin Randle discute de ces entretiens avec Adair et Kellahin et des critiques de Pflock et Klass à ce sujet et note que, en effet, les deux hommes ne peuvent pas avoir raison tous les deux sur les circonstances et qu'il soupçonne qu'aucun des deux n'a raison, essentiellement parce que lorsque Kellahin et Adair sont arrivés à Roswell, le général Ramey avait déjà présenté l'explication du ballon. Ils ne peuvent pas non plus avoir raison tous les deux parce que l'un a dit que c'était un ballon et l'autre disait qu'il s'agissait d'un engin spatial écrasé.

Il précise qu'il n'a pas interviewé Robin Adair lui-même, mais a travaillé sur les notes et les transcriptions de l'interview menée par Don Schmitt.

Le chercheur sceptique "CDA" commente sur le blog de Randle que "le témoignage de Kellahin et son affidavit sont tous deux très douteux. S'il avait été au ranch, son article, le 9 juillet, ne le mentionne pas. Au lieu de cela, nous lisons que Brazel est venu au journal et y a été interviewé."

Et: "Il semble inconcevable que Kellahin ait omis que lui (et Adair) soient allé au ranch et auraient vu les différents officiers de l'Air Force et la police là-bas (sans parler des pièces du "disque volant"), c'est-à-dire les mêmes personnes et le "ballon" dont il parle environ 45 ans plus tard."

Source:

Divers:

Ci-dessous: cette photo de "Mac" Brazel le 8 juillet 1947 à Roswell a été attribuée à Robin Adair:

Ci-dessous: dans un journal non identifié de juillet 1947, on peut trouver cette photo de "Mac" Brazel, qui est celle prise par Robin Adair, la légende mentionnant bien sa transmission par ligne téléphonique ("A.P. Wire-photo"):

Transcription traduite de l'article:

DISQUE DECOUVERT. -- W. W. Brazell [sic], rancher de 48 ans, vivant à 76 miles au nord-ouest de Roswell, N.M., tire sur un cigare alors qu'on lui pose des questions sur un objet qu'il a découvert sur le ranch et qu'il a remis au renseignement de l'Armée. Les rumeurs selon lesquelles l'objet était un véritable "disque volant" ont été expliquées lorsque l'objet s'est avéré être un ballon météorologique. (A.P. Photo-câble) [(A.P. Wire-photo)]

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 5 avril 2017.