AccueilAcceuil
This page in English

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

SOCIOLOGIE ET RR4, ETATS-UNIS, 2004:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Saginaw News, de Saginaw, Michigan, USA, le 8 mars 2004.

Les extraterrestres affectent certaines personnes

Lundi, 8 mars 2004
Justin Engel
The Saginaw News

C'est le début de l'après-midi, et Jeff est assis devant plus d'une douzaine des étudiants de l'Université Delta, tous leurs yeux et oreilles lui sont attentif et sont attentif à son histoire d'une autre monde.

Penché contre le tableau noir au-dessus de son épaule, il y a trois réalisations artistiques qu'il a peintes. Elles décrivent différents êtres extraterrestres qu'un habitant du Michigan de 37 ans déclare avoir rencontrés.

"Ce type au milieu," dit un étudiant, pointant vers la peinture évoquant une mante religieuse en train de prier et qui semble grésiller dune 'électricité statique menaçante. "ben, je ne sais pas."

Mais cela n'a rien à voir.

Son propre cours

"Il y a des gens qui disent que vous ne devriez pas enseigner ce genre de chose dans vos salles de classe," dit Alan G. Hill, un professeur d'associé Delta de sociologie qui a traité de phénomènes non expliqués tel que la rencontre rapprochée de Jeff depuis des décennies maintenant. "Certains pensent que c'est juste un gaspillage d'argent."

Hill n'est pas une de ces personnes. En tant qu'instructeur de cette classe - intitulée - séminaire sur les problèmes sociaux - son intérêt pour le paranormal s'est manifesté depuis plusieurs années dans un projet éducatif qui explore les mouvements sociologiques tels que les émeutes, les rumeurs, les légendes urbaines et le sujet d'aujourd'hui, les abductions extraterrestres.

Certains pourraient considérer ces sujets non pertinents, dit-il. Il y avait un temps où ces mêmes critiques utilisaient des mots semblables pour deux autres sujets de son cours: les extrémismes chrétiens et islamiques.

"Les gens avaient l'habitude de dire, 'comment peut-on y attacher de l'importance?'" a dit Hill.

Ensuite il y a eu Heaven's Gate et le 11 septembre.

Ce que Hill essaye de faire avec sa classe n'est pas de trouver la vérité derrière ces sujets ni de transformer ses étudiants en convaincus, dit-il. C'est à chacun de décider si l'extraterrestre en forme de mante religieuse est réel, ce n'est pas au professeur de le déterminer, dit-il.

Au lieu de cela, il veut explorer comment ces sujets s'intègrent dans la sociologie moderne.

"Supposons simplement que que ce n'est pas vrai - feignons qu'il y ait là une explication pour tout ceci," di-il à sa classe. "C'est toujours un des phénomènes sociologiques les plus étonnants que nous ayons jamais rencontré."

Les étudiants de Hill semblent prouver ce point, une partie d'entre eux restant bien plus que 45 minutes après le cours juste pour entendre l'histoire de orateur invité.

Jeff - un habitant du centre du Michigan qui choisit de ne pas indiquer son nom de famille pour protéger son père, qui est impliqué dans l'athlétisme de lycée - a visité la classe de Hill depuis les cinq dernières années.

"Je n'ai aucunement aimé ces expériences," indique Jeff, les deux Diet Coke qu'il a emmené au cours indiquant qu'il sait qu'il lui faudra un certain temps pour s'expliquer. "Ce n'est pas quelque chose que j'apprécie."

Jeff pense qu'il fait face à quelque chose d'extraordinaire - que ce soit vrai ou imaginé -- depuis qu'il était un jeune garçon, à l'époque où il a découvert que ce qu'il a cru être de "grands rats" habitants sa maison, ou quand il a pensé que les "Elfes du père Noël" ont visité sa chambre à coucher une veille de Noël.

Jeff est plus âgé maintenant et en sait plus. Ce ne sont pas des rongeurs qu'il voit. Parfois ils sont beaucoup plus gentils que ceux-ci.

D'autres fois, dit-il, ils sont bien, bien pires.

C'était en 1998 quand Jeff est revenu à l'Université Centrale du Michigan en tant qu'étudiant. La nuit après les examens finals, il s'est réveillé pour trouver quelqu'un ou quelque chose tournant de force sa tête sur le côté.

Arrive Monsieur Mante Religieuse

"La chose suivante dont je me suis rendue compte, j'ai vu ceci," commence Jeff avant de montrer la créature ressemblant à une mante encadrée dans la peinture du milieu, "cette chose se penchant vers mon visage."

Il a eu l'impression que l'être, aussi grand qu'un homme, voulait le calmer pendant qu'il lui enfonçait un objet en forme d'aiguille dans l'oreille.

"Il a voulu que je me détende," indique Jeff, une trace d'une colère vieille de 6 ans résonnant encore dans sa voix." Je pensais 'm..., non.'"

Jeff a combattu la rencontre en vain, se réveillant le matin suivant avec des muscles du cou tendus et un oeil qui lui permettait à peine de voir.

Toutes ses expériences n'ont pas été aussi angoissantes.

En 1994, il dit qu'une petite créature extraterrestre grise l'a réveillé de son sommeil de manière à ce qu'il puisse échapper à un incendie faisant rage dans son appartement.

Parfois, indique Jeff, la rencontre est même risible.

La petite amie de Jeff - une autre abductée alléguée qu'il a rencontré par des amis dans un cercle du mouvement OVNI - a emménagé avec lui il y a plusieurs années. Cela n'a pas trop arrangé les êtres lui rendant visite.

Une nuit une créature l'a réveillé pendant son sommeil, l'a paralysé, et a semblé se plaindre que les abducteurs de Jeff interféraient les abducteurs de sa petite amie.

"J'imagine que je rendais leur travail difficile," rit-il. "Il y a semblé y avoir un conflit de calendrier des programmes."

Thérapie

Jeff indique que ses rencontres s'espacent maintenant, sa dernière datant de plus d'un mois. Cela contraste avec les visitations quotidiens qu'il a reçu par le passé.

Venir à cours une fois par an est une "thérapie," comme il l'appelle. Jeff essaye d'éviter les médias pour des raisons évidentes. Il pense - comme Hill - que les sujets tels que ses expériences ont besoin de davantage d'attention que de couverture médiatique par les caméras de télévision.

Jon J. Gallagher, entre autres, écoute.

"Vous pouvez regarder autant de documentaires pendant que vous voulez," dit Gallagher, un étudiant de 21 ans dans la classe. "Quand il y a un type assis dans la même pièce que vous - quelqu'un à qui vous pouvez serrer la main - cela rend tout ceci très réel."

Ryan J. Ames, un chrétien "plutôt pratiquant" de 19 ans, indique qu'il s'opposait aux affirmations telles celles de Jeff avant qu'il n'ait choisi d'assister au cours de Hill.

"Maintenant je puis prendre du recul et avoir un esprit ouvert à ce sujet," indique Ames.

Nicole J. Bates, dix-neuf ans, a commencé le semestre en ignorant dans quoi elle entrait.

Pendant une pause dans le premier cours de trois heures, Bates à dit à Hill qu'elle lâcherait probablement le cours parce qu'elle ne croyait pas au paranormal. Hill l'a convaincue de rester, disant que la croyance n'est pas une chose nécessaire au cours; seulement un esprit ouvert.

Après l'audition Jeff, Bates admet qu'elle a d'autres idées maintenant.

"Il n'y a aucune possibilité qu'il (Jeff) ait inventé," a-t-elle dit, ajoutant cela si ses expériences ne sont pas vraies, elle pense au moins qu'il croit qu'elles le sont, et "je ne saia toujours pas quoi en faire."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 5 septembre 201