Journaux 1970-1979 -> Documents -> AccueilAcceuil
This page in English

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

OVNIS EN FRANCE, 1974-1975:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Dauphiné, édition de Lyon, France, page 1, le 19 août 1975.

Un O.V.N.I. prend en chasse trois habitants de la Haute-Marne!

LANGRES (A.C.P. A.P.L.). -- Un O.V.N.I. aperçu en Haute-Marne, encore un... Mais cette fois les faits sont différents et la précision de leur relation semble écarter toute idée de supercherie.

La brigade de gendarmerie d'Andalot a ainsi recueilli les témoignages de trois personnes qui ont vécu samedi soir deux heures de terreur. Sur leurs indications, il a même été possible de reconstituer la forme de cet engin: 30 mètres de diamètre, dont la luminescence rouge-orange illumine la campagne.

Dominique Samie, 18 ans, quittait Andalot samedi soir et se dirigeait vers Bologne par le C.D. 44. Il est environ 23 h 30 lorsque soudain, à un passage à niveau, il aperçoit un objet lumineux stationnant à gauche des rails. N'en croyant pas ses yeux, il arrête son véhicule. L'engin disparaît pour se matérialiser 100 mètres plus loin. Puis l'O.V.N.I se dirige lentement vers lui.

Dominique effectue alors la plus rapide marche arrière de sa vie et réveilla un de ses amis, Patrick Pingat 18 ans.

DEUX PHOTOS

Tous deux retournent sur les lieux, avec un appareil photo. L'engin est toujours là, et ils prennent deux photographies avant de s'enfuir pour aller réveiller M. Samie, propriétaire de l' "Hôtel des Voyageurs".

"Je m'y croyais pas, mais les deux jeunes avaient l'air tellement impressionnés que j'ai décidé de retourner avec eux", dira plus tard, M. Samie. Mais par prudence, les trois hommes contournent le lieu où s'est effectuée la première apparition afin de la prendre par revers.

Décidément l'engin s'est attaché à eux puisqu'ils l'aperçoivent juste au-dessus du viaduc, avant de disparaître une nouvelle fois. Il est minuit et demi. Un spectacle fantastique s'offre à leurs yeux: quatre gigantesques faisceaux lumineux ont jailli brusquement de l'obscurité. Puis, petit à petit, l'engin apparaît au milieu.

C'est alors que commence une hallucinante course-poursuite. "Je crois que je n'ai jamais eu aussi peur de ma vie" précise M. Samie.

POURSUITE INFERNALE

L'objet abandonne en effet sa position statique pour se diriger dans leur direction. La peur au ventre, le restaurateur écrasa alors désespérement son accélérateur, mais l'appareil suit toujours. Enfin, un village, Chantraines... d'un seul coup, l'appareil disparaît comme par enchantement.

Reprenant leur souffle, les trois hommes décident de quitter le village mais ils retrouvent l'engin à la sortie, qui les attend. La course reprend de plus belle et s'achève à Blancheville où les fugitifs trouvent refuge derrière l'église.

"C'est alors que la lumière disparut comme si on avait brusquement coupé l'électricité, explique M. Samie,

Ce récit, les trois automobilistes l'ont fait dimanche à la gendarmerie d'Andelot, où il fut d'abord accueilli avec circonspection. Mais les gendarmes ouvrirent néanmoins une enquête qui fit apparaître les trois héros de l'aventure n'étaient pas les seuls à avoir aperçu ce phénomène, puisqu'ils purent recenser quatre autres témoins, désireux de conserver l'anonymat.

Signalons que ce n'est pas la première fois que des O.V.N.I. se signalent dans le ciel Haut-Marnais, mais pas d'une façon aussi insistante. Le 2 février 1975, trois jeunes gens en avaient aperçu un au-dessus du lac de Der. Deux photos avaient été prises, mais la pellicule présentait des traces de brûlures. Le 8 mars suivant à Ancerville, un autre O.V.N.I. apparut. Toujours à Ancerville, en juin 1954 et en octobre 1954, un O.V.N.I. était apparu et avait même effrayé un troupeau de moutons. Le 13 février 1974, un employé de la Caisse d'épargne de Langres avait pris une photo d'un engin dans la région langroise. Quelques jours auparavant, au-dessus de Langres, plusieurs habitants d'un village voisin avaient aperçu un objet lumineux se déplaçant dans la nuit.

Le 24 février 1974, deux gendarmes de Chevillon aperçurent un cigare-volant de couleur rouge. Au mois d'août de la même année, c'est toute une escadrille de six boules qu'un habitant d'Eclaron aperçut depuis sa fenêtre. Fin 1974, plusieurs habitants de la Genevorye constatèrent le même phénomène.


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 8 avril 2007