AccueilAcceuil
This page in English

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

Une femme cherche les extraterrestres, USA, 2004:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The News Tribune, Duluth, Texas, USA, le 6 août 2004.

Une femme poursuit sa recherche des extraterrestres

SURVEILLANCES D'OVNIS: Une enthousiaste commence à rechercher les extraterrestres après que le créateur de l'objet décède avant son dévoilement.

PAR NICK KOTZEA

REPORTER DU NEWS TRIBUNE

Cela ressemble à un accessoire à deux balles d'un film de science-fiction à petit budget. Mais l'optimisme que Julie "Jitterbug" Pearce a exsudé vendredi en parlant de la probabilité que son objet improbable puisse détecter la vie extraterrestre était indéniable.

Devant sa maison à plusieurs kilomètres à l'ouest de Duluth, Pearce, 23 ans, a dévoilé une machine expérimentale dont elle espère qu'elle puisse détecter, voire attirer ou même communiquer avec des formes de vie extraterrestres. Avec un peu de matériel de camping et un groupe d'amis aventureux, Pearce passe la première moitié de son week-end a surveiller son appareil bricolé, équipé d'un stroboscope lumineux coloré, de lasers de faible puissance, d'un émetteur radio et de séries de sondes sensées dépister les changements atmosphériques provoqués par les rencontres extraterrestres.

Pearce a indiqué que la conception triangulaire de la lumière du stroboscope de sa machine, couplée aux transmissions radio faites en boucle et à la lumière du laser refractée par un cristal de quartz, peut aider à se signaler aux extraterrestres dans le secteur.

Peu nieraient que c'est sans espoir, et beaucoup rouleraient des yeux leur scepticisme, mais Pearce combat le scepticisme avec un sourire ambitieux. Et, s'il n'y a rien de plus que cela, être avec les amis autour d'un feu de camp fait un excellent week-end, dit-elle.

"Indépendamment de ce que nous voyons ou entendons, cela laisse toujours l'esprit ouvert pour s'émerveiller," a dit Pearce, qui, avec ses diplômes de la section d'art et de produit chimiques de Fond du Lac Tribal et du Collège de la Communauté, espère un jour étudier la médecine de secourisme.

La gamme sans cesse changeante des ses centres d'intérêts a fait que Pearce a pensé aux OVNIS il y a environ six mois. Après qu'un ami ait été impliqué dans un projet pour localiser le Bigfoot légendaire, Pearce a navigué sur l'Internet et est devenu inspirée par la recherche de la vie au-delà de la terre.

C'est alors qu'elle a trouvé par hasard une annonce en ligne par un homme du Wisconsin qui vendait les plans d'un "Atttracteur d'OVNIS." "Bien que beaucoup aient considéré le nom même de l'article comme un signal de simplisme et d'absurdité potentielle, Pearce a rapidement découvert qu'il y avait un scientifique derrière l'équipement qu'elle finirait par acheter -- aussi inachevé était-il.

Myron "Mike" Muckerheide, un pionnier en technologie laser dans les domaines médicaux et de la défense, est mort en décembre 2003 à l'âge de 73 ans avant de terminer son "UFO Attractor." Si le projet de l'homme de Washington Port, Wisconsin, aurait fonctionné, ou ce à quoi le produit final était censé ressemblé, est peut-être mort avec Muckerheide.

Mais, pour quelques cent dollars, Pearce a acheté les restes élémentaires de la création de Muckerheide à sa fille et son mari de Cedarburg, Wisconsin.

"Il (Muckerheide) ne disait pas s'il y avait ou non des extraterrestres, mais s'il y en avait, il voulait les enregistrer," a dit sa fille Susan Schreiner.

Pearce admet que les philosophies déployées en construisant l'essentiel de sa machine ont été basées sur de la devinette. Mais par la recherche sur Internet, Pearce a indiqué qu'elle a incorporé un choix de théories populaires parmi les fervents des extraterrestres. Par exemple, pendant d'une chaîne sur sa machine, il y a un petit morceau de labradorite. Pearce a indiqué que le minerai serait trouvé dans les endroits enclins aux rencontres extraterrestres. Elle espère également surveiller des changements d'énergie électromagnétique.

Assise au sein d'un groupe causant au sujet du meilleur et du plus mauvais des films extraterrestres, les amis de Pearce se sont répandus en commentaires au sujet de son expérience.

"Ca pourrait fonctionner," a dit Summer Steward, 20 ans. "Si nous pensons être la seule forme de vie, nous sommes vraiment arrogants."

Pour John Belanger, 23 ans, une cigarette et une attitude relax disent tout.

"Je crois aux extraterrestres," a-t-il dit. "Mais je traîne juste dans le coin."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 5 septembre 201