Dans la presse -> Kenneth Arnold -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

L'observation de Kenneth Arnold

L'observation de Kenneth Arnold dans la presse

L'article qui suit est paru dans le journal The Caller-Times, Corpus Christi, Texas, USA, en page 29, le 20 juillet, 1947.

Scan


Le Premier Observateur de Disques Est Maintenant 'Vengé'

PENDLETON, Oregon, 19 juillet (AP) Kenneth Arnold, de Boise, Idaho, un homme d'affaires qui vole sur les paysages de l'Ouest cherchant des yeux les soucoupes volantes, dit que les gens ne le croient plus cinglé.

Comme l'homme qui a signalé neuf disques aussi grands que les avions à quatre moteurs accélérant sur l'ouest de Washington le 25 juin et a commencé une fureur à l'échelle nationale, Arnold s'est retrouvé considéré comme un homme d'affaires frappé qui avait lu trop d'histoires futuristes.

"Tout le monde ne peut pas imaginer des choses", dit-il. "Même si seulement un pour cent des rapports sont exacts, il y a encore quelque chose de très inhabituel. Je pourrais douter de moi-même, mais je ne peux pas douter de ces observateurs comme le capitaine E. J. Smith, pilote de la United Airlines. Et il n'y a rien qui n'aille pas avec mes yeux, non plus."

Ses yeux rougis pas de longues heures à scruter l'horizon, Arnold dit qu'il continuera sa recherche lors de ses voyages d'affaires quotidiens sur le pays. Il est un agent volant pour une entreprise d'équipement de protection contre les incendies. Il porte une caméra et a l'intention de faire une photo à "enfoncer dans la gorge des esprits forts qui ont douté."

L'ancien nageur et footballeur de l'Université du Minnesota dit qu'il pense maintenant:

1. Les disques ne proviennent d'aucun pays étranger.

2. L'Armée de terre pourrait donner la réponse si elle le voulait, "... s'ils n'ont pas l'explication maintenant, ils pourraient certainement faire quelque chose pour la découvrir".

3. Si l'armée n'a aucune explication, les disques doivent être - "et je sais que cela semble fou" - d'une autre planète.

Arnold dit que sa famille n'a jamais douté de lui et il se félicite que des centaines de gens lui écrivent qu'ils le croient, mais il est attristé par les réactions frivoles.

"Des femmes portant des chapeaux nommés soucoupes volantes", a-t-il fulminé. "Pourquoi essayent-ils seulement de s'en moquer."

Ensuite, après une minute de réflexion, "mais peut-être que c'est une bonne chose, parce que cela pourrait être plus grave que quiconque, sauf les gens au sommet, ne le réalise."

Vers: Kenneth Arnold ou Journaux 1940-1949.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 24 août 2017.