Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

L'incommensurabilité et la tentation métaphysique:

A propos de "Incommensurability, Orthodoxy and the Physics of High Strangeness" par Jacques F. Vallée et Eric W. Davis

Le papier [1] que je discute ici défend que l'étude continue des "UAP," phénomènes aériens non identifiés, qui comprennent des "apparitions" d'une nature religieuse ou spirituelle, pourrait offrir un nouveau théorème pour de nouveaux modèles de réalité physique. La physique admise serait incapable de traiter de ceci, d'une part, et d'autre part, les OVNIS ne seraient pas de "tôles et boulons" car ils transgresseraient cette même physique. Les auteurs voient une composante "parapsychologique" au phénomène UAP.

Le problème avec ce papier est que Vallée semble avoir compris autrement que moi les conséquences de la question de l'incommensurabilité, et tire de là des conclusions qui sont opposées à celles qu'infèrent pour moi et peut-être d'autres la notion de l'incommensurabilité. [2], [3]

L'incommensurabilité est la notion que si des OVNIS sont bien des engins extraterrestres, s'il y a bien des rencontres avec leurs occupants, il y a tout lieu de penser que nous autres témoins humains ne puissions pas réellement comprendre ni percevoir correctement ni la physique des engins, ni les comportements ni les intentions des occupants.

Nous sommes dans la position de l'indigène de Papouasie-Nouvelle Guinée rencontrant pour la première fois un groupe d'explorateurs venus là. Pour les indigènes, la Range Rover est "la mère" de ses occupants, elle les "met au monde" quand ils en sortent, leurs vêtements sont "une peau étrange dans laquelle ils peuvent mettre les mains sans saigner" (les poches), leur groupe électrogène sera "un animal aux grognements monstrueux, qui ne dort jamais," ces explorateurs devaient être leurs morts revenus du "pays des morts," etc. [4]

Et ici, nous avons une rencontre de deux civilisations qui partagent la même biologie, le même environnement. Si l'autre civilisation ne partage pas la même biologie ni le même environnement, il n'est même pas possible d'imaginer à quel point l'incompréhension, l'impossibilité de comprendre la technologie, les intentions, les fonctions des objets de l'autre seront grandes.

C'est l'incommensurabilité.

C'est cette incommensurabilité qu'évoquait l'auteur de science-fiction A.C. Clarke [5] quand il écrivait que les manifestations de visiteurs extraterrestres (auxquels il ne croyait pas au motif que lui-même n'en a jamais vu) nous paraîtraient relever de la magie. C'est ce niveau d'incommensurabilité que Lagrange essaye d'indiquer quand il explique que des extraterrestres seraient, pour nous, quasiment "invisibles." Une partie du papier développe précisément cette notion, je pense que cette partie du papier est celle attribuable à Davies. Ce que je crains, est que cette partie fondamentale du papier passe justement inaperçue, au profit d'une lecture du papier comme argumentation contre une origine extraterrestre de certains OVNIS.

Une des variations parmi les plus spéculative contre ceci est de soutenir que les "extraterrestres tôle et boulons" sont de faux extraterrestres fabriqués "pour nous berner" par "une intelligence" à propos de laquelle on laisse entendre que ne serait pas "extraterrestre" mais "métaterrestre" ou "ultraterrestre."

C'est là une notion que Vallée entre autres [6] a souvent proposée par ailleurs [7], on la retrouve dans le papier. Je pense que c'est un summum en matière de spéculation, aboutissant à ce qui semble être une théorie plus fine mais qui en réalité n'est pas une bonne théorie: elle est l'explication d'un problème par un mystère encore plus grand. Elle est donc une mauvaise théorie au sens ou son pouvoir explicatif est nul. Or la notion de l'incommensurabilité est justement celle qui permet d'éviter de telles constructions ad-hoc: les engins extraterrestres et leurs occupants ne nous paraissent pas bien familiers, semble violer certaines "lois"? Et bien, comment pourrait-il en être autrement? Comment peut-on penser un seul instant que des engins et occupants venus d'une autre planète devraient nécessairement nous paraître simples, clairs, nets?

Et donc Vallée, de ceci, en déduit que le phénomène OVNI est étrange et absurde, et que donc ce ne pourrait être "simplement" d'origine extraterrestre.

Moi je pense au contraire que si ce n'était ni étrange ni absurde, alors, ce ne pourrait être extraterrestre.

A cela s'ajoutent les idées méprisantes concernant ce qui est présenté comme une "hypothèse tôles et boulons". Tout d'abord, en ce qui me concerne il y a une théorie et non une hypothèse, d'autre part les tôles ne sont pas en tôle et je ne pense pas que ces tôles soient liées par des boulons. Ce que je veux dire, est que Vallée fabrique une construction spéculative de ce que les extraterrestres ne sont pas derrière des OVNIS parce qu'ils ne ressemblent pas assez aux extraterrestres que sont censé selon lui décrire des "tenants de l'HET tôle et boulons." Il réduit la théorie de l'origine intelligente extraterrestre de certains OVNIS à une imagerie simplette, et propose une vision plus para-ceci ou ultra-cela, comme si alors les para-ceci ou ultra-cela n'étaient pas extraterrestres (en somme, le terme intelligence extraterrestre ne s'appliquerait qu'à des visiteurs qui seraient "comme nous" à presque tout point de vue (biologie, aspect, technologie, intentions, comportements) mais venus d'une autre planète. Des "para-ceci" ou "ultra-cela" seraient non-extraterrestres, soit donc, terrestres (?))

Un autre mécanisme est à l'oeuvre chez Vallée, celui du mélange des genres et du nivellement des faits. Le mélange des genres, c'est que si un quidam dit avoir vu un fantôme ou la vierge Marie, ou si quelqu'un joue du guéridon, alors, c'est que "le phénomène OVNI à des composantes que les tenants de l'HET refusent de prendre en compte." C'est faux; ce que personnellement je refuse de prendre en compte comme faisant partie de ce qu'il faut expliquer comme étant le phénomène OVNI, ce sont des récits sans substance vérifiable, des légendes, des effets para-ceci qui soit n'ont rien d'autre pour les soutenir que des récits de personnes crédules et convaincues d'avance voire faisant profession commerciale, soit n'ont pas la moindre caractéristique permettant de penser qu'ils ont le moindre rapport avec la question des OVNIS. Le mélange des genres consiste également à suggérer que tout fait étrange, qu'il soit établi ou non (télépathie, torsion de cuillères, apparitions de la Vierge, guérisons miraculeuses, prédictions...) et d'y voir un rapport avec le phénomène OVNI simplement parce que ces faits étranges sont étranges, et que le phénomène OVNI serait étrange.

Le nivellement des faits, c'est de prendre un conte moyenâgeux tel celui des "enfants verts" ou une foule qui prend un undersun pour une manifestation divine, et d'accorder à cela le même poids que celui que l'on peut éventuellement donner à des témoins multiples, indépendants, qualifiés et incrédules, soutenus par des medias d'observation non exclusivement visuels, de manoeuvres d'un engin dans le ciel dont les performances aéronautiques excluent qu'il s'agisse "d'un des nôtres."

En fait, ce que je constate régulièrement, c'est l'adjonction erronée d'absurdités au phénomène qui ne devraient même pas y être ajoutées. Je donnerais un exemple bref concernant la vague de 1954. Il fut dit que des extraterrestres parfaitement absurdes ont été rapportés [7]. Que l'on se rappelle l'extraterrestre vêtu d'une "redingote orange" rapporté par un certain témoin. Certes cela confère de l'absurdité à nos extraterrestres. Le seul ennui, c'est que ce cas a été réglé très tôt: le témoin avait jugé bon, pour excuser son retard au travail, d'inventer qu'il avait croisé une soucoupe volante et son occupant en chemin. C'est donc à juste titre. et non pas parce qu'il "écarte les cas qui dérangent" qu'un "tenant de l'HET" écartera cette "absurdité" plutôt que de construire une spéculation hasardeuse en ajoutant une inutile "composante parapsychologique" ou concept de "manipulation des témoins par le phénomène." Pourraient également être cités quelques cas d'extraterrestres velus [8], ou celui de ce paysan rapportant sa rencontre de 1954 [9] avec l'équipage d'un hélicoptère de l'OTAN, en faisant un compte-rendu clair et net, uniformes kaki y compris, et qui se retrouve rangé dans un listing "d'atterrissages extraterrestres." Certes, que les extraterrestres aient amicalement caressé le chien du témoin, aient demandé la direction de Paris, aient le type européen, pourrait sembler être un argument pour la théorie de "l'intelligence ultraterrestre qui leurrent les témoins en leur faisant rencontrer de près des faux aliens absurdes," mais pour un plus prosaïque "tenant de l'HET" et "partisan du tôle et boulon," l'explication est tout autre: le témoin rapporte fidèlement l'atterrissage d'un hélicoptère militaire de l'OTAN, ce qu'il ne sait interpréter car il n'a jamais vu d'hélicoptère, un journaliste sans expérience de ce qu'est l'ufologie y voit des "martiens," et un ufologue y voit que le phénomène OVNI comprend tellement d'absurdités qu'il ne peut s'agir d'extraterrestres en vaisseaux tôles et boulons.

Un autre exemple pourrait être donné avec le cas de la rencontre de Carl Higdon avec un être certainement pas terrestre et son engin en 1974 [10]. De ce cas décidément très "tôles et boulons" viendra de l'eau au moulin des tenants de la "violation des lois de la physique" par les OVNIS: ils auront retenu que le vaisseau a semblé plus grand à l'intérieur qu'il n'avait semblé l'être quand Higdon l'a vu depuis l'extérieur. En réalité, il n'y a aucune "violation de loi physique" qui soit établie ici: Higdon n'a pas de souvenirs de ce qui s'est passé à l'intérieur de l'engin, et c'est par la technique douteuse de la régression hypnotique que cette impossible dilatation spatiale du vaisseau est née. Là encore, le "tenant de l'HET" sera fondé de rejeter ce détail, non pas au motif qu'il dérange (les fameux trous de vers envisagés sont bien des choses de cet ordre) mais au motif que ce qui fait surface dans des séances de régression hypnotique n'est en rien de l'ordre du fait établi. En s'en tenant à ce que Higdon a consciemment perçu de sa rencontre, le "tenant de l'HET" constate qu'il n'y a nul besoin d'introduire ni autres dimensions, ni ultraterrestres, ni parapsychologie. Il constate que si l'on admet que la rencontre a bien eu lieu telle que Higdon le rapportait, la théorie de ce qu'il ait rencontré un visiteur de l'espace est parfaitement adaptée, et fournit une explication simple et rationnelle, sans nécessiter de bouleversements fondamentaux de la physique admise, en encore moins nécessiter l'adjonction d'une paraphysique.

Il est évident qu'il devient très facile "d'absurdifier" "l'HET" pour ses adversaires s'il leur suffit d'y ajouter par centaines des histoires d'extraterrestres en redingotes, de vierge Marie, de portiques "inter-dimensionnels," d'extraterrestres en tenue kaki avec gallons (Vallée, pour un atterrissage d'un hélicoptère de l'Otan en 1954), de "voyages dans l'astral," de NDE, de "channeling," de torsions de cuillères (peu importe que les cuillères soient ou ne soient pas tordues réellement par quelque capacité parapsychologique de l'artiste, du moment qu'il dise être inspiré par les extraterrestres). Faudra-t-il un jour que lesdits "tenants de l'HET" tiennent compte également du "monstre du Loch Ness"? Dans le même ordre d'idée, pourra-t-on en revenir, pour évacuer les OVNIS comme d'origine extraterrestre, aux nuages lenticulaires? Dira-t-on que les "partisans de l'HET" "refusent de prendre en compte" les nuages lenticulaires?

Voyons ce que le papier propose comme caractéristique de la "couche II" qu'il dénomme "anti-physique." Sont cités comme effets dits "anti-physiques:"

Il y a dans le papier une telle quantité de suppositions ou d'idées erronées qu'il est long de les discuter toutes, en voici quelques-unes:

L'appel à Jung est assez risible lorsque l'on sait que Jung avait fait cette suggestion de ce que les OVNIS soient un "archétype de l'inconscient collectif" avant de prendre la moindre connaissance du phénomène, et avait totalement rejeté cette notion une fois qu'il eut pris connaissance de ce qu'étaient réellement les rapports d'observations d'OVNIS [11] [12].

L'idée que le phénomène semble avoir comme composante une manipulation de ses témoins semble citée comme raison de penser que le phénomène n'est pas de nature intelligente extraterrestre; au nom de quoi? Est-ce au nom de cet anthropomorphisme que le papier dénonce par ailleurs? L'incommensurabilité est précisément le principe qui devrait inciter à rester prudent à la fois sur le sens d'une "manipulation" et sur son interprétation comme étant manipulation. En tout état de cause, il n'est pas raisonnable de rejeter une origine extraterrestre de certains OVNIS au motif que le témoin se sentirait manipulé.

Quant à l'appellation UAP substituée à celle de UFO, inutile d'en faire grand cas. C'est une simple astuce "politique" utilisée par le NARCAP pour ne pas effrayer les scientifiques qu'ils tentent d'intéresser à la question. Trop de gens rient encore à la seule idée de se pencher sur la question UFO, tandis qu'UAP "sonne" plus "neutre," débarrassé de l'encombrante notion "d'extraterrestre." Le NARCAP, et d'autres, ont donc par convention tactique adopté l'idée de présenter les UFO comme des UAP de manière à ce que des gens "sérieux", c'est à dire des gens qui rient normalement des OVNIS, s'y intéressent au lieu d'en rire. Pourquoi pas? Mais à partir de la différence entre UAP ("phénomène") et OVNI ("objet"), il se greffera la notion que les OVNIS en tant qu'objets n'existent pas, que ce sont de "simples phénomènes" etc. Il y a là un risque de réduction inverse; à l'époque de Blue Book, un OVNI n'était un OVNI que s'il y avait des raisons de penser qu'un objet avait été présent, avec l'UAP, le risque est que ceux qui seront séduits par la nouvelle neutralité de l'appellation nous réduise à nouveau le phénomène à d'évanescents plasma, aurores boréales, undersun, feux follets etc. Ceci dit, je pense que parmi ceux qui rient des OVNIS et qui sont censés être séduit par la nouvelle appellation, peu seront dupes de cette astuce tactique. Ce qui se passera, c'est plutôt que les "partisans de l'HET" pour utiliser un qualificatif déjà réducteur en soi, seront à nouveau assimilés à des gens pour lesquels tout rapport de quelque phénomène que ce soit dans le ciel est un rapport de visite de vaisseau extraterrestre.

La partie du papier relevant probablement de Vallée rajoutera certainement de la confusion au sujet. La plus évidente concerne une distinction entre des "niveaux" de nature totalement spéculative. Le principe de l'incommensurabilité devrait permettre de comprendre que si un OVNI "viole les lois de la physique", c'est parce que nous n'avons pas nous même une compréhension complète de ces lois de la physique et de ce qu'elles autorisent ou non à une technologie qui, si elle est extraterrestre, est nécessairement en avance et à tout du moins différente de la nôtre. Mais Vallée choisit d'introduire à nouveau l'idée que quand un phénomène "viole les lois de la physique", ce n'est pas que nous ne connaissons ni ne maîtrisons pas encore toutes les "lois de la physique" et leurs conséquences, mais c'est qu'il y a une autre physique, ou un au-delà de la physique, une ultraphysique ou une métaphysique. Et de là certains lecteurs penseront qu'il en déduit l'idée que leurs OVNIS et leurs occupants ne sauraient venir d'une autre planète. Bien que le papier comporte un petit paragraphe suggérant que le "viol des lois de la physique" pourrait s'expliquer par notre incomplète connaissance desdites lois, sa conclusion est autre, expliquant des aspects étonnants des OVNIS non par notre bien naturel retard technologique mais par l'invention de "niveaux" de physique ou de métaphysique, expliquant un petit mystère par une grande énigme. Que tout ceci soit censé être soutenu par la notion de l'incommensurabilité est pour moi parfaitement aberrant.

Conclusion

La conclusion du papier semble suggérer que le phénomène OVNI ne peut être abordé correctement que si l'on considère qu'il ait des composantes à la fois physiques et parapsychologiques. Je ne suis pas d'accord; je soutiens que les effets dits parapsychologiques ne définissent pas un monde qui ne serait pas physique, mais relèvent en partie de la part de la physique qui nous échappe encore, et en partie sont des non-faits car manquant de tout ce qui pourrait permettre de penser qu'ils sont effectivement des faits. Je soutiens que le papier, qui sera sans doute lu sans tenir compte de ceci, aboutira à conforter une partie des personnes intéressées au problème à l'idée que les OVNIS ne sont pas physiques ou pas uniquement physique, et que tout ceci permettra de continuer à développer des spéculations sur les "autres dimensions" et les "ultraterrestres," allègrement vers la continuation de "l'explication" du "mystère OVNI" par toutes sortes d'autres mystères échappant à la critique scientifique puisque relevant d'un "au-delà" de la physique. Que ceux qui empruntent cette voie n'aillent pas ensuite déplorer que toutes sortes de pataphysiques soient invoquées par des charlatans, profiteurs et chefs de sectes. Que ceux qui empruntent cette voie de l'au-delà de la physique ne s'étonnent pas de ce que "la science mainstream" refusent de les suivre et ne voit dans le problème OVNI rien d'autre que de la "méta" ou "pata" physique.

Ceux qui suivent les écrits de Vallée depuis ses débuts sont accoutumés à son exploration opiniâtre de toutes les possibilités derrière le phénomène OVNI ("hérétique parmi les hérétiques", se définit-il). Ils sont accoutumés à ses apparentes ou réelles volte-face, contradictions qui sont réellement des explorations sauvages. Ils sont accoutumés à sa manière d'expliquer des mystères par des énigmes (les "crop circles" sont créés par les militaires, si l'on ne l'a pas vu, c'est que ces militaires utilisent des avions invisibles, spéculait-il récemment [13].) D'autres accepteront sans doute aucun l'une ou l'autre des idées brassées par Vallée comme "conclusion" du problème OVNI. Je ne suis pas sûr de ce que tout ceci puisse apporter quoi que ce soit de réellement intéressant ou nouveau. Le "para" vu par Vallée dans les manifestations OVNI n'est pour moi rien d'autre que ce que nous ne pouvons ni percevoir ni concevoir correctement, un effet, justement, de l'incommensurabilité.

Notes:

Addendum:

J'ai écrit ce texte en réponse à un appel à commentaire au sujet du texte de Vallée et Davies sur la liste Aleph. Ma réponse a été rédigée en quelques 30 minutes, sans relecture. J'étais assez confiant dans l'esprit critique des lecteurs de la liste pour être sûr que si quelque point était erroné ou critiquable, il serait cité. Après avoir bénéficié de ces lectures critique, je n'ai pas vu de modifications à apporter à mon texte, et l'ai publié tel quel, ajoutant simplement quelques exemples illustratifs supplémentaires de mon propos, et indiquant les références précises que j'invoquais dans mon propos.

Voici quelques-uns des points qui avaient été discutés, et les réponses que j'y donnais, y compris quelques réactions et avis.

"La physique est limitée"

Des lecteurs ont soulevé la notion que la physique est limitée, ou n'explique pas tout, ou commet des erreurs:

Je ne devais pas recevoir la moindre réponse à cette dernière question. La physique n'a peut-être pas d'explication pour la télépathie, les fantômes, les torsions de cuillères - si l'on admet que ce sont là autres choses que des inventions - mais elle a bien des réponses à bien des questions. Il semble que la parapsychologie n'explique pas même les objets de ses recherches (elle dit les constater, mais s'en tient là, n'a pas d'explication.)

J'écrivais: "Puisque la physique est insuffisante, pour répondre à cette exigence de ne plus avoir de questions à résoudre, allez-vous tenter de régler les questions encore ouvertes par de la pataphysique, par la religion, la spéculation sauvage, la parapsychologie? Allez-vous invoquer des autres dimensions, des intelligences qui nous contrôlent au moyen d'illusions, des forces mystérieuses que la physique ne saurait mettre en évidence ni expliquer? Allez-vous mettre les jumelles, les radars, les tubes a essais, les cartes géologiques, la recherche spatiale, l'exobiologie, la sociologie etc. au rebut et consulter les guéridons et autres "channels"? En vertu de quoi? Des succès explicatifs passés de ces autres approches?"

Un lecteur critique: il est absurde d'exiger de la religion ou de la métaphysique qu'elles produisent des "découvertes", tout comme le fait la science. Je réponds:

"Le scientisme est orgueilleux et dogmatique"

Un lecteur fustige un orgueil scientifique, la science manquerait de modestie. Je réponds:

Sont alors cité Copernic, Einstein et Pasteur comme exemple de l'orgueil scientifique s'opposant à d'audacieux innovateurs. Je réponds:

Il fut souligné que l'orgueil scientifique remplacerait maintenant l'orgueil religieux. Je corrigeais:

"Le manque d'explication ne doit pas faire rejeter un phénomène"

Il est reproché que ce qui n'est pas encore expliqué serait rejeté, par un dogme scientifique, comme il l'était par le dogme religieux.

Aucun exemple d'une explication d'une observation d'OVNI découverte par la parapsychologie ne me sera apporté pour démentir mon propos.

Accessoirement, la critique est sans rapport avec mon propos; je n'ai en aucune manière rejeté de phénomènes.

"La parapsychologie est-elle, ou peut-elle être, menée scientifiquement"

Il m'est signalé que la parapsychologie, au moins en certaines occasions, s'est exercée dans le strict respect des méthodologies et principes de la science.

Je n'en disconviens pas à priori. Le problème est autre; il est l'absence d'explications découvertes par la parapsychologie quant aux OVNIS notamment, le manque à aller au-delà de ce qui reste des tentatives de "constat" de réalité de phénomènes (montrer la psychokinèse en laboratoire est un objectif; mais le but de la science est, au-delà du constat qu'il y ait un fait empirique, de fournir une explication permettant de comprendre ce qui cause ou permet le phénomène).

Accessoirement, une parapsychologie adoptant la démarche scientifique ne justifie plus du préfixe "para" et devient partie intégrante des sciences physiques, démentant l'idée que les sciences physiques seraient insuffisantes pour expliquer le phénomène OVNI, notamment.

"Et la spiritualité?"

Puisque que parlais d'approche physique, la spiritualité a été évoquée. Je répondais:

"Bravo."

Un lecteur m'explique qu'il ne souhaite plus s'exprimer sur les listes de discussion il continue à suivre les échanges, et écrit "je vous écris ces quelques lignes pour vous dire que je trouve toujours très pertinentes, et très patientes, vos interventions." Il ajoute "Les réactions [à propos de mon commentaire du texte de Vallée et Davies] prouvent la séduction intellectuelle que celui-ci [Jacques Vallée] exerce en France et ce que j'appelle la "tentation de la transcendance" scientifique éprouvée par les ufologues français. Un OVNI de nature paranormale ou maîtrisant le temps et l'espace leur paraît plus crédible, et intellectuellement plus acceptable, qu'un engin extraterrestre utilisant, entre autres, la triviale MHD et les lois physiques." Il conclut, "Le discours de Vallée est rempli de contradictions flagrantes et de contre-vérités scientifiques mais on préfère les prendre pour des preuves de son ouverture d'esprit." (Avis auquel je souscris.)

Un autre lecteur signale, "Je suis assez d'accord avec votre argumentation qui démonte l'idée de l'aspect "anti-physique" des Ovnis revendiqué par J. Vallée." Le lecteur demandait également de la documentation à propos du revirement de C.G. Jung dont je faisais état; références données, et présentes maintenant dans la version "en ligne" de mon texte ci-dessus.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 11 décembre 2003