Les cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Les OVNIS photographiés:

L'USAF dispose de très nombreux clichés réalisés par son propre personnel lors d'observation d'OVNIS.

Dans cette page:

Click! L'une des deux photographies.
Click! Le rapport Condon.
Click! Brève discussion.
Click! Nouvelle conclusion.

L'une des deux photographies:

Le pilote d'un bimoteur C-47 "Skytrain" de l'USAF a photographié cet objet rouge brique en Juillet 1966 à 11:00 du matin. L'avion survolait les montagnes rocheuses à près de 40 kilomètres au Sud Ouest de Provo, une grande ville en Utah, Etats Unis.

USAF 1966

La commission Condon, qui avait conclu que la question des OVNIS était sans intérêt scientifique, avait considéré après analyse approfondie du négatif, que la photographie est authentique.

USAF 1966, agrandissement

Le Rapport Condon au sujet de cette photographie:

Abstract:

Un pilote retraité de l'Armée de l'Air a présenté deux diapositives de 35 millimètres, montrant un objet rouge en forme de soucoupe sur un fond de ciel et de nuages. Il a prétendu avoir pris les photos depuis le siège de pilote d'un C-47 en vol avant qu'il se soit retiré de l'Armée de l'Air. La réputation du témoin est irréprochable. Les numéros sur les diapositives et d'autres du même rouleau de film ont soulevé la question de savoir si les photos ont été prises dans les conditions prétendues.

Contexte:

Le 9 Janvier 1968 nous avons reçu deux diapositives couleur de 35 millimètres, chacune montrant un objet de type soucoupe volante distinctement comme un objet sur fon de ciel avec des nuages. L'objet était de couleur rouge brique, à fond plat, avec un dôme sur le dessus et une bande foncée qui ressemblaient à des fenêtres autour du dôme. Une diapositive était floue de manière généralisée, alors que l'autre montrait les contours nets de l'objet devant les nuages. Une zone très lumineuse enjambant une partie des fenêtres dans la bande foncée se prolongeant sur le corps d'aspect métallique de l'objet, avait l'aspect de la réflexion spéculaire. Le fond de nuage était semblable dans les deux images, que l'objet s'était déplacé d'environ 100 vers la droite dans l'image 2 par rapport à l'image 1.

Selon l'information qui l'accompagnait, les photos ont été prises en été 1966 par un officier de l'Armée de l'Air. Il a dit qu'il pilotait un C-47 au-dessus des Montagnes Rocheuses quand il a pris ces photos d'OVNI depuis son avion. Le copilote était occupé par des calculs pour estimer l'heure de leur arrivée à destination, et n'a pas vu l'objet, qui fut visible seulement quelques secondes. Personne d'autre n'a vu l'objet ou n'a su que le pilote l'avait pris en photo. L'officier maintenant retraité est actuellement employé à un des centres de commandement de la FAA, où il avait montré ces images à des amis. En raison de cela, nous avons obtenu les diapositives, et avec la permission du photographe, nous les avons envoyées au projet pour évaluation.

Les vues des deux diapositives portaient la date de traitement de Décembre 1966. La diapositive floue portait le numéro 14, et la diapositive plus nette portait le numéro 11 sur son armature. Il n'y avait aucune trace de l'encadrement des fenêtres de l'avion ou de saleté ou réflexion de verrière sur l'une ou l'autre diapositive. L'éclairage des nuages a donné l'impression que l'on regardait en effet par au-dessus des nuages éclairés par le soleil. On a dit que les photos ont été prises consécutivement à environ 11:00 heure du matin temps local un jour de Juillet, et laissées dans l'appareil photo, non développées, jusqu'à ce que le reste du film ait été exposé et commercialement développé en Décembre 1966. L'incident n'avait jamais été rapporté à l'Armée de l'Air parce que l'officier a dit qu'il savait que les gens étaient ridiculisés quand il rapportaient de telles choses, et les images n'avaient pas été montrées à qui que ce soit en dehors de la famille de l'officier pendant un an après développement.

L'ex-pilote a consenti à notre examen de ses photographies à condition que son identité ne soit pas révélée.

Enquête:

La vérification de la structure des fenêtres de DC-3 (par la courtoisie Frontier Airlines), qui sont identiques à celles du C-47, indique qu'il serait tout à fait facile de prendre des photos de 35 millimètres par le pare-brise, à dix ou douze heures de la position du pilote, sans obtenir quelque partie que ce soit du cadre du pare-brise dans le champ visuel de l'appareil photo.

Le photographe d'OVNI et son épouse ont été interviewés chez eux. Selon le compte rendu de l'officier l'incident OVNI s'est produit à environ 11:00 heure du matin, quand l'avion était à environ 25 miles au Sud Ouest de Provo. Il avait confié les commandes du C-47 au copilote et avait son appareil photo prêt à prendre des photos des montagnes en avant. Il avait placé l'obturateur de son appareil photo [VITO CL Voightlander, objectif Lanthar 2,8] à 1/500 de temps d'exposition, et ajusté l'iris pour donner une exposition appropriée comme indiqué par le posemètre intégré. [F 5,6 à 8, selon ses souvenirs]. Il employait un film à grande vitesse Ektachrome, potentiel d'oxydo-réduction 35, 160 ASA. Il était ainsi prêt à prendre des photos des montagnes, avec l'appareil photo tenu dans ses mains sur ses genoux, quand l'objet inconnu est apparu à environ "dix heures." Il a rapidement photographié l'objet, réarmé l'appareil photo, et a obtenu une deuxième image avant l'objet n'ait filé vers le haut et vers la droite, hors de vue. Il avait perdu l'objet de vue momentanément pendant qu'il passait derrière la boussole au centre du pare-brise, puis l'a vu encore brièvement quand il a traversé le coin gauche supérieur visible du pare-brise droit avant que le plafond de poste de pilotage n'ait bloqué sa vue de l'objet. L'objet avait été en vue seulement quelques secondes, et s'était déplacé en un trajet rapide devant l'avion, paraissant accélérer, mais n'effectuant aucun changement soudain de sa direction ou de sa vitesse. L'officier a jugé l'intervalle de temps ou l'objet était visible en fonction du temps nécessaire pour qu'il ait pu porter l'appareil photo jusqu'à son oeil, prendre une image, enroulent le film (une seul mouvement de levier), et prendre la deuxième image. Ceci ne demandait que quelques secondes, et l'objet disparu très peu de temps après que la deuxième image a été prise.

Le copilote étaient occupés par des calculs, et n'a pas levé la tête à temps pour voir l'objet. Dans une conversation téléphonique plus tôt, l'officier a dit qu'il a dit au copilote qu'il avait juste pris une photo de quelque chose et la réponse du copilote fut une "c'est bien" désintéressé. L'officier a déclaré que le copilote ne savait pas de quoi il s'agissait mais qu'il avait pensé qu'il photographié l'aile gauche de l'avion, ou quelque chose de cette sorte. Dans l'interview enregistrée, l'officier a déclaré qu'il avait demandé au copilote s'il avait vu l'objet juste photographié, et le copilote avaient dit qu'il ne l'a pas vu. Selon ce compte rendu, le copilote aurait du savoir que le pilote avait photographié un objet non identifié mais ni l'un ni l'autre n'ont rapporté l'incident après leur atterrissage,

De Provo au prochain point de contrôle, Battle Mountain, Idaho, la direction du vol était légèrement vers le Nord Ouest. Le témoin a jugé qu'ils allaient vers le Sud Ouest à l'heure de l'observation, et auraient pu être en train de faire un virage après dépassement du point de contrôle de Provo. Si la tache lumineuse sur l'image de l'objet est une réflexion spéculaire comme il paraît, et si l'objet était à 12 heures de la position du photographe à 11:00 heure du matin, la position de la réflexion spéculaire exigerait de l'avion qu'il ait été sur un cap entre l'Est et le Nord.

L'épouse de l'officier a soutenu son histoire qu'ils avaient fait développer le rouleau de film plusieurs mois après que les photos d'OVNI aient été prises. L'officier a déclaré qu'il y avait des images déjà sur le film avant que les clichés d'OVNIS aient été pris et après que les photos d'OVNIS aient été pris en Juillet, et le film a été fini en Septembre et Octobre. Ces images postérieures ont montré des scènes de parc et de montagne, aussi bien qu'une scène de tempête de neige.

Le témoin savait que les numéros d'ordre imprimés sur les diapositives (14 et 11) n'étaient pas conformes à son récit selon lequel elles ont été prises consécutivement sur le film (14 avant 11). Il a indiqué, cependant, que toutes les images sur le film étaient numérotées incorrectement.

Le démontage des diapositives de leurs supports a indiqué que les nombres sur les supports étaient conformés aux nombres sur le bord du film lui-même. Chaque nombre sur le film était un nombre entier inférieur de un au nombre sur le support. Ceci était vrai également pour les clichés d'OVNI, les images numéros 11 et 14 sur l'armature correspondant avec les numéros dix et 13 montrés sur le bord de film. Ces nombres prouvent d'une manière plutôt concluante que les photos d'OVNIS ont été prises après la tempête de neige, plutôt qu'en Juillet où le témoin était toujours dans l'Armée de l'Air. Egalement, ils n'ont pas été pris sur des négatifs consécutives du film, et ont été pris dans un ordre renversé à celui prétendu. L'examen de la numérotation avait eu cinq témoins parmi les membres du personnel du projet.

Conclusion:

En raison des anomalies, l'analyse détaillée des photographies n'a pas semblé justifiable. Elles ont été retournées à l'officier avec notre commentaire qu'elles ne pouvaient évidemment pas être employées par nous pour soutenir l'affirmation que l'objet photographié était autre qu'un objet ordinaire d'origine terrestre jeté en l'air.

Brève discussion:

Les investigateurs de Condon semblent suggérer quelque contradiction entre le pilote et le copilotes, supposant que le copilote aurait du savoir que le pilote avait photographié un OVNI.

Il n'y a rien à dans le compte rendu qui permette de soutenir clairement cette allégation, qui est juste l'une des nombreuses insinuations contre les témoins que le comité Condon était accoutumé à lancer à la légère. Le pilote a photographié l'objet alors que le copilote ne regardait pas, et plus tard le pilote lui a demandé s'il avait vu "l'objet" qu'il venait juste de photographier et le copilote lui a dit que non. Il n'y a aucune raison de déclarer que le copilote aurait du avoir vu l'objet ou ses photos. D'ailleurs le pilote ne l'a pas rapporté par crainte du ridicule, et même si le copilote avait vu l'objet, il est probable qu'il n'aurait rien voulu en dire pour la même raison. Le pilote a seulement parlé à ce sujet après qu'il ait quitté l'Air Force, et seulement à condition que son nom ne soit pas indiqué.

L'enquêteur de Condon indique que "le fond de nuage était semblable dans les deux images, montrant l'objet comme s'étant déplacé d'environ 100 vers la droite dans l'image 2 par rapport à l'image 1."

Passons sur le fait que l'unité du mouvement (100 mètres? 100 pieds? 100 yards) ne soit même pas indiquée. Il est clair que l'objet se soit déplacé "vers la droite," plutôt horizontalement que verticalement. Ceci indique que l'objet n'est pas strictement en train de "tomber" ou d'être "lancé vers le haut" à moins que la photo n'ait été prise seulement à une basse altitude et ait montré un objet jeté dans le ciel à un certain angle, au moment où il a cessé de monter et à commencer à tomber, au sommet de son cours hyperbolique supposé.

La notion que les photographies montreraient un objet terrestre jeté dans le ciel est évidemment contradictoire avec la reconnaissance par le comité Condon que les images montrent des nuages vus d'en haut. Comme indiqué dans le rapport Condon: "L'éclairage des nuages a donné l'indication qu'on voit en effet le dessus des nuages éclairés par le soleil." On peut seulement se demander comment une certaine sorte de frisbee en forme de soucoupe volante pourrait avoir été jetée par quelqu'un de la terre vers le haut au-dessus des nuages éclairés par le soleil, où une autre personne l'aurait attendu pour le saisir en photo.

Les investigateurs de Condon ont noté que les deux images n'étaient pas des images consécutives du rouleau du film, mais omettent de nous dire ce que l'ont voit sur les deux images manquant entre les deux images de l'OVNI. Les mêmes cieux sans l'OVNI parce qu'il aurait été hors de l'image? Ou des images sans aucun rapport, d'autres lieux? Évidemment des informations claires sur ces deux images manquantes auraient été suffisantes pour trancher sur ce cas, dans un sens ou un autre.

Les investigateurs de Condon remettent en cause l'ordre du film, mais considèrent en même temps l'ordre comme fiable quand ils déclarent que les photos n'ont pas été prises en Juillet où le pilote était toujours dans l'Armée de l'Air. C'est là une anomalie créée par les investigateurs plutôt que par le témoin.

La notion que les photographies montreraient un objet terrestre jeté dans le ciel et photographié est une allégation d'un canular. Mais clairement, il n'y a pas une seule raison d'imaginer un canular: le pilote n'a pas rapporté les photographies. Il les a montrées seulement à quelques amis après voir quitté l'Air Force et rejoint la FAA, et c'est de là que l'on a entendu parlé des photographies. Il y a des indications claires que la connaissance de l'existence des ces photographie est simplement accidentelle et non pas le résultat de n'importe quelle action volontaire du pilote pour en faire la promotion. Au contraire, comme le disent les investigateurs, "l'incident n'avait été jamais rapporté à l'Armée de l'Air parce que l'officier a dit qu'il savait que les gens étaient ridiculisés quand ils rapportent de telles choses", et les images n'avaient pas été montrées à quiconque en dehors de la famille de l'officier pendant une année après développement.

Nouvelle conclusion:

La commission a recherché des anomalies et fait certaines allégations non clairement formulées qu'il s'agirait d'un "objet terrestre jeté dans le ciel", et a décidé que nulle analyse détaillée des images n'est "justifiable."

La conclusion de la commission de Condon n'est pas une conclusion en soi, elle est inacceptable en termes strictement scientifiques. La conclusion d'une étude par une décision de ne pas exécuter une analyse détaillée ne peut pas être une conclusion acceptable à une étude.

La commission Condon a ici comme ailleurs failli à sa mission, qui a été présentée comme une recherche "complète" sur le phénomène OVNI. Plutôt qu'une analyse détaillée des photographies elles-mêmes, ils ont essayé d'énumérer des "anomalies" dans le contexte entourant la photographie, et mis en cause le témoin.

Tout comme des milliers d'autres évidence photographique d'OVNIS qui pourraient avoir soutenu des témoignages oculaires ou des enregistrement radar, ces photographies ont été plus tard considérées comme n'étant aucunement des évidences de la réalité des OVNIS.

De façon tout a fait intéressante, alors que des centaines d'images de phénomènes normaux et de canulars avérés étaient attachés au rapport Condon pour chacun puisse les voir, cette image là n'a pas été attaché à leur rapport. On peut supposer que la Commission Condon n'a pas voulu favorisé l'idée de laisser des lecteurs faire leur propre jugement sur les photographies d'OVNIS les plus significatives.

Il n'y a point à s'étonner de ce que ce pilote, comme beaucoup d'autres pilotes, a indiqué: "je savais que les gens étaient ridiculisés quand ils rapportaient de telles choses."

Ces photographies devraient être entièrement et complètement analysées.

Référence:

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 16 octobre 2001