Tesla -> Science -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Nicholas Tesla, un scientifique hors du temps:

Un article sur l'Effet Hutchinson:

L'EFFET HUTCHINSON:

Par Mark A. Solis.

Les gens demandent souvent, "qu'est ce que c'est exactement que l'effet Hutchison?" Ce bref essai est une tentative de répondre à cette question à la satisfaction de la majorité.

Tout d'abord, l'effet Hutchison est une collection de phénomènes qui ont été découverts accidentellement par John Hutchison pendant ses tentatives d'étudier les ondes longitudinales de Tesla en 1979. En d'autres termes, l'effet Hutchison n'est pas simplement un effect. Il est très singulier.

L'effet Hutchison se produit comme résultat des interférences d'ondes radio dans une zone de volume spatial entourée par des sources à haute tension, habituellement un générateur de Van de Graff et deux bobinages de Tesla ou plus.

Les effets produits incluent la lévitation des objets lourds, la fusion de matériaux différents tels que le métal et le bois (exactement comme dépeint dans le film, "l'expérience de Philadelphie"), le chauffage anormal des métaux sans matériel adjacent brûlant, la rupture spontanée des métaux (qui se séparent par un glissement latéral), et des changements provisoire mais aussi permanents dans la structure cristalline et les propriétés physiques des métaux.

La lévitation des objets lourds par l'effet Hutchison n'est pas - je répète, n'est pas - le résultat de la lévitation électrostatique ou électromagnétique normale. Les affirmations que ces seules forces peuvent expliquer le phénomène sont parfaitement ridicules, et facilement réfutées en essayant simplement d'employer de telles méthodes pour reproduire ce que l'effet Hutchison a réalisé, qui a été bien documenté sur le film et la bande vidéo, et a été été observé à maintes reprises par nombreux scientifiques et ingénieurs dignes de foi. Les sceptiques devraient noter que leur appareil doit être limité à 75 watts de puissance et d'une sortie à 120 volts en courant alternatif, car c'est tout ce qui est nécéssaire par l'appareillage de Hutchison pour faire léviter un obus de canon de 60-livres.

La fusion des matériaux différents, qui est tout à fait remarquable, indique clairement que l'effet Hutchison a une influence puissante sur les forces de Van der Waals. C'est un paradoxe étonnant, mais des substances différentes peuvent tout simplement "fusionner", pourtant les différentes substances ne se dissocient pas. Un bout de bois se rertouvera simplement pris dans une barre en métal, pourtant ni la barre en métal ni le bloc de bois ne sont endommagés. En outre, il n'y a aucune évidence de déplacement, comme si par exemple on fait couler une pierre dans une bassine d'eau.

Le chauffage anormal du métal sans aucune trace de brûlure ou de chauffe des matériaux adjacents (habituellement en bois) est une indication claire que probablement la nature de la chaleur peut ne pas être complètement comprise. Ceci a des implications de grande envergure pour la thermodynamique, qui s'articule entièrement sur la présomption d'une telle connaissance. Il convient noter que l'intégralité de la thermodynamique est représentée par la partie infrarouge du spectre électromagnétique, qui est insignifiant dans un contexte de 0 hertz à l'infini de l'échauffement anormal. L'échauffement anormal montré par les expériences sur l'effet Hutchison montre simplement que nous avons beaucoup à apprendre, particulièrement la où thermodynamique et électromagnétisme se rencontrent.

La rupture spontanée des métaux, qui se produit avec l'effet de Hutchison, est unique pour deux raisons: (1) il n'y a aucune évidence d'une force "externe" causant la rupture, et (2) la méthode par laquelle le métal se sépare comporte un mouvement coulissant dans une direction latérale, horizontalement. Le métal se sépare simplement en deux.

Quelques changements provisoires de la structure cristalline et des propriétés physiques des métaux sont quelque peu réminiscents de la "cuillère se pliant" d'Uri Geller, sauf qu'il n'y a pas personne près des échantillons en métal quand les changements interviennent. Une vidéo montre une cuillère s'agitant en haut et en bas comme un chiffon mou dans une brise raide. Dans le cas des changements permanents, une barre en métal sera dure à une extrémité, comme l'acier, et molle à l'autre extrémité, comme du plomb. Là encore, c'est une preuve d'influence forte sur des forces de Van der Waals.

Les interférences d'onde radio impliquées en produisant ces effets sont produites à depuis jusqu'à quatre et cinq sources radio différentes, fonctionnant toutes à basse puissance. Cependant, la zone dans laquelle les interférences ont lieu est soumise à des centaines de kilovolts.

Quelques chercheurs conjecturent que ce que Hutchison a réalisé est de puiser dans l'énergie du point nul (zero Point Energy). Cette énergie tient son nom du fait qu'elle est démontré par des oscillations à 0 degrés Kelvin, où normalement toute l'activité dans un atome est censé cesser. L'énergie est associée à l'émission spontanée et l'annihilation des électrons et des positrons venant ce qui s'appelle "l'énergie du vide quantique." La densité de l'énergie contenue dans le vide quantique est estimée par certains de dix à treizièmes Joules par centimètre cubique, ce qui est suffisant pour porter les océans de la terre à ébulition en quelques instants.

En accédant à de telles énergies, il n'est pas étonnant que l'effet Hutchison produit de tels phénomènes bizarres. A l'heure actuelle, il est difficile reproduire les phénomènes avec régularité. L'objectif à venir est donc d'augmenter la fréquence de l'occurence des effets, pour réaliser alors un certain degré de précision dans leur commande.

Le travail continue pour le moment. Avant longtemps, nous verront quels progrès peuvent être accomplis.

Shreveport, Louisiane
16 février 1999.

© 1999 par Mark A. Solis

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 20 mai 2001