Mars -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Exobiologie

La météorite du Lac Tagish:

La météorite du lac Tagish est tombée sur la terre dans le territoire du Yukon au Canada le 18 janvier 2000. Une fois trouvée, la météorite a été ramassée et conservée congelé avec le niveau de précautions le plus élevé jamais respecté; ce qui a assuré qu'elle n'a pas été contaminée par une source terrestre.

Les chercheurs ont intensivement examiné la météorite en utilisant la microscopie électronique et ils y ont rapidement trouvé de nombreuses cavités, comme des bulles, de globules organiques d'hydrocarbure. On le pense que ces globules organiques, les premières trouvées dans n'importe quel échantillon extraterrestre naturel, sont très semblables à ceux produits dans des simulations de laboratoire conçues pour recréer les conditions initiales actuelles dans lesquelles la vie est apparue dans l'univers, et qu'ils constituent des précurseurs possibles à la vie extraterrestre primitive.

Ce type inédit de matériel organique primitif a été formé longtemps avant que notre propre système solaire se soit formé.

Une équipe de cinq chercheurs a collaboré à une étude de la météorite sur deux ans. L'équipe a été dirigée par Keiko Nakamura de l'Université de Kobe au Japon, qui a été financée par la Société Japonaise pour la Promotion de la Science. Nakamura travaille maintenant au Johnson Space Center de la NASA sous contrat postdoctoral du National Research Council des USA. Les co-auteurs de l'étude comprennent Michael Zolensky, qui a le financement par le programme d'astrochimie de la NASA; Satoshi Tomita et Kazushige Tomeoka, tous les deux de l'Université de Kobe, qui sont financés par la Société Japonaise pour la Promotion de la Science et le ministère japonais de l'éducation, de la science, des sports et de la culture, respectivement; et Satoru Nakashima de l'Institut de technologie de Tokyo, qui a est également financé par la Société Japonaise pour la Promotion de la Science.

A droite:

Image de microscope électronique de deux fragments de la météorite. (C) sont des chondrules, (A) des agrégats d'olivine, indiquant l'action d'eau liquide, (CAl) une inclusion riche en calcium/aluminium, les parties opaques sont de magnétite.

Le Dr Michael Zolensky, un des auteurs du papier au sujet de la découverte de la météorite pour le magazine Astrobiology, et chercheur de l'Office of Astromaterials Research and Exploration Science du Johnson Space Center de la NASA, a indiqué:

"Bien que n'étant pas en eux-mêmes d'origine biologique, ces globules auraient très bien servi à protéger et consolider des organismes primitifs sur terre, ils auraient été des niches prêtes à l'emploi pour les formes primitives de la vie."

Les nombreux petits trous de cette météorite sont de fait si fragile que ce cela a été une grande chance qu'elle n'est pas éclatée en morceau quand elle est rentrée dans l'atmosphère de la terre. Ce type de roche est normalement particulièrement sujette à la fragmentation pendant la réentrée et les débris sont souvent dispersés sur une vaste surface.

Zolensky a dit:

"Si, comme nous le suspectons, ce type de météorite était tombé sur la terre durant toute son histoire, alors la terre a été pourvue de ces globules d'hydrocarbure en même temps que la première apparition de la vie ici. Nous avons été particulièrement chanceux que cette météorite particulière était si grande que quelques morceaux aient survécus pour être récupérés sur le sol."

En 2001, les chercheurs au centre de recherches Ames de la NASA à Moffett Field, en Californie, ont annoncé qu'ils avaient obtenu des globules fondamentalement identiques d'hydrocarbure en laboratoire à partir des matériaux présente dans l'espace dans les premiers temps du système solaire.

Zolensky a dit:

"Ce que nous avons maintenant montré est que ces globules se sont en fait formés naturellement dans le système solaire primitif, et sont tombés sur la terre tout au long de son histoire."

Les chercheurs pensent que la météorite de lac Tagish est venue de la ceinture d'astéroïdes externe, vers Jupiter, et que des matériaux organiques semblables ont pu tomber sur les lunes de Jupiter, y compris Europa.

Zolensky a dit:

"Il est intéressant de spéculer au sujet de la présence de ces produits organiques dans l'océan que nous croyons pouvoir être présent sous la couche de glace de cette lune."

Références:

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 18 décembre 2003