Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Intrusion d'OVNIS au Strategic Air Command:

Des OVNIS visitent les armements du Strategic Air Command, dans le Nord des Etats Unis, Octobre-Novembre, 1975.

Pendant environ trois semaines en Octobre et en Novembre 1975, plusieurs bases du Strategic Air Command (SAC) dans les Etats du Nord des Etats-Unis ont été placées sur un niveau élevé d'alerte (Security Option 3) en raison des intrusions répétées d'objets volants non identifiés volant à basse altitude au-dessus des zones de stockage d'armes atomiques. Le commandant en chef de la défense aériennes des Etats-Unis, le NORAD, a envoyé un message en quatre parties aux unités du NORAD le 11 Novembre 1975 récapitulant les événements. En voici un extrait:

"Depuis le 28 Octobre 1975 de nombreux rapports d'objets suspicieux ont été reçus au centre de commande du NORAD; du personnel militaire digne de confiance de Loring AFB, Maine, Wurtsmith AFB, Michigan, Malmstrom AFB, Mount Minot AFB, ND, et de la station des Forces Canadienne de Falconbridge, Ontario, Canada a visuellement aperçu les objets suspects."

Les 27 et 28 Octobre 1975, le sergent Danny K. Lewis, du 42ème escadron de police de sécurité, en service à la zone de stockage de munitions de Loring AFB, Maine, à 19:45, vu apparemment un avion à basse altitude le long du périmètre Nord de la base. Les autres témoins étaient le Sergent Clifton W. Blakeslee et le Sergent William J. Long. L'engin avait une lumière rouge et une lumière blanche pulsante.

Un télétype adressé au National Military Command Center à Washington, C.C, a indiqué: "L'appareil [l'avion] a certainement pénétré le périmètre Nord de LAFB [base aérienne de Loring] et à une occasion était à moins de 300 yards du périmètre de la zone de stockage des munitions."

Le Sergent James P. Sampley, du 2192ème escadron des communications était en service dans la tour de contrôle quand il a détecté l'engin par radar alors qu'il s'approchait de la base. Il a essayé d'établir un contact par radio pour avertir l'avion présumé qu'il entrait dans un secteur interdit. L'engin a commencé à faire des cercles autour et à proximité de la zone de stockage des armes nucléaires à environ 150 pieds d'altitude. Quand il a pénétré dans la zone de stockage des armes nucléaires à 300 pieds environ d'altitude, Lewis l'a annoncé au poste de commande.

Le commandant de la 42 escadrille de bombardement, le Colonel Richard E. Chapman a atteint la zone de stockage des armes peu avant 8:00 heure du matin et des unités de la police de sécurité ont été envoyés dans le secteur. Des véhicules de sécurité avec gyrophares ont convergé vers la scène. Le Colonel Chapman a mis en application une alerte de type Security Option 3.

A 20:45, le sergent Grover K. Eggleston était en service dans la tour de commande quand un appel est venu du poste de commande demandant une poursuite au radar de l'engin mystérieux. Pendant 40 minutes il a été observé par les radars en train de voler autour des lieux. puis il a brutalement disparu de l'écran comme si il avait atterri ou s'était laissé tomber au-dessous du niveau minimum de la détection du radar. Les témoins ont observé le vol de métier loin vers le Nouveau Brunswick. Le radar l'a dépisté encore pendant qu'il reculait de la base jusqu'à ce que le contact ait été perdu à proximité des automnes grands, 12 milles de Loring AFB.

Des messages prioritaires sur l'incident ont été envoyés au centre militaire national de commandement à Washington D.C, au chef de l'Etat Major de l'US Air Force, au sièges du SAC, et à d'autres Etats Majors. Loring est resté en état d'alerte élevé matin suivant. Les efforts d'identifier l'"avion" par la Police d'Etat du Maine, les départements locaux de police, et le bureau fédéral d'administration de l'aviation à Houlton dans le Maine sont restés vains.

La nuit suivante à 19:45 un engin similaire avec des lumières sur sa structure a encore approché la base, a été dépisté sur le radar, et a manoeuvré à proximité pendant plus de 30 minutes. Sa vitesse et ses mouvements étaient semblables à ceux d'un hélicoptère. L'engin apparaîssait et disparaîtrait de la vue. Ses lumières se sont éteintes et il a réapparu au-dessus de la zone de stockage d'armes à 45 mètres. A peu près dans le même temps le Sergent Steven Eichner, un chef d'équipage de B-52, le Sergent R. Jones, et d'autres membres d'équipage ont repéré un objet rouge et orange non identifié au-dessus de leur ligne de vol. Il ressemblait à "un ballon de rugby" et planait à altitude moyenne.

Pendant que l'équipage du B-52 l'observait, les lumières de l'objet s'éteignirent et il disparut, mais réapparut bientôt au-dessus de l'extrémité Nord de la piste, se déplaçant d'une façon saccadée et erratique. Quand il s'est arrêté et a plané, Eichner et les autres ont sauté dans un camion et ont roulé vers l'objet. Pendant qu'ils tournaient vers la route qui menait à la zone de stockage des armements, ils ont rencontré l'objet qui planait à environ 300 pieds devant eux, en train de planer à un peu plus d'un mètre au dessus du sol. Sa longueur semblait être équivalente à environ quatre longueurs de voiture.

Le Sergent Eichner a raconté que c'était comme regarder une scène de désert. "Vous voyez les vagues de la chaleur s'élever depuis le sol. C'est ce que j'ai vu. Il y avait ces vagues devant l'objet et toutes ses couleurs se mélangeaient. L'objet était solide et nous ne pouvions entendre aucun son venir de lui."

L'objet encore a été dépisté sur le radar pendant qu'il partait vers le Nouveau Brunswick. Et des messages prioritaires au sujet de l'intrusion ont été envoyés de nouveau aux Etats Majors les plus importants. Aucune explication n'a été jamais trouvée.

Le 30 Octobre 1975, à Wurtsmith AFB, Michigan, vers environ 22:10 le personnel au sol a vu des lumières pulsantes courir le long d'un engin volant à basse altitude que l'on a d'abord pris pour un hélicoptère, sauf qu'il planait et se déplaçait de manière erratique près du pourtour de la base. Une lumière blanche était dirigée vers le bas et deux lumières rouges étaient visible sur l'arrière de l'engin. L'aviateur Michael J. Myers, un policier de l'Air en service sur la piste de la base, a vu plusieurs lumières non identifiées près de la limite occidentale de la base. L'objet a viré vers le Nord et a semblé perdre l'altitude.

Entre 22:15 et 22:25 la police de sécurité de la base gardant la porte de Wurtsmith a rapporté au poste de commandement qu'un "hélicoptère" non identifié sans lumières était venu au plus près de la porte arrière et avait plané à la basse altitude au-dessus de la zone de stockage d'armes. Le radar a également détecté des objets volants à basse altitude s'introduisant dans la base, et un KC-135 en atterrissage a confirmé voir deux objets volants non identifiés qui a partaient au loin chaque fois qu'ils ont essayé de se rapprocher pour les identifier.

Un message télétype du 2 Novembre de la base aérienne de Loring dans le Maine, émanant du bureau du détachement spécial des investigations (OSI) au centre militaire national de commandement et au centre de l'OSI à Washington, D.C, rapporte un autre "hélicoptère non identifié aperçu a basse altitude au-dessus de Loring AFB" au cours des dernières deux nuits (31 Octobre - 1er Novembre). Il désigne l'intrus comme une "entité inconnue."

Le Capitaine Richard R. Fuchs, officier en charge des opérations, du 42ème escadron de police de sécurité (SPS), "... a informé qu'il y avait eu trois observations vérifiés d'un objet volant non identifié à basse altitude au-dessus et à de proximité de LAFB [base aérienne de Loring]" pendant cette période. L'observation initiale a été faite par le Sergent Michael D. Scott, du 42ème SPS, à 23:14. Le Sergent David E. Mott, Flight Chief du 42ème SPS, a repèré l'objet d'une position près de la porte juste après le minuit, volant d'Est en Ouest.

A la base de Malmstrom AFB, dans le Montana, le 7 Novembre 1975, les sondes électroniques aux emplacements de missile Minuteman ont déclenché une alarme indiquant une infraction à la sécurité à l'emplacement K-7 à environ 15:00. Une équipe d'alerte contre le sabotage se dirige vers l'emplacement, et d'une distance environ d'un mille voit un objet orange brillant au-dessus du secteur. Pendant qu'ils se rapprochaient ils pouvaient voir que c'était un énorme disque, de la taille d'un terrain de football, dont la lumière illuminait l'emplacement de missile. Ils ont rapporté ceci au service de commandement des tirs, lequel leur a donné l'ordre de procéder vers les lieux, Mais ils ont refusé de le faire parce qu'ils craignaient les conséquences.

L'objet a alors commencé à s'élever et a été détecté par le radar de NORAD à environ 1.000 pieds. Deux intercepteurs F106 ont été dépêchés de Great Falls vers le secteur, mais l'objet a continué de prendre de l'altitude et a disparu hors de l'écran de radar à environ 200.000 pieds. Ce qui était remarquable dans le rapport du commandant en chef du NORAD cité ci-dessus, c'est que les pilotes ne pouvaient pas voir l'objet. Une enquête ultérieure a établi que la programmation des ogives de missile avait été modifiée. Plusieurs autres observations d'OVNIS aux emplacements de missile plus tard dans la soirée et le jour suivant ont été documentés dans les fichiers militaires.

Au même moment que les intrusions sur la base du SAC, des civils, des policiers, des officiers militaires, et les radars du NORAD voyaient ou détectaient les OVNIS qui tantôt planaient tantôt volaient à grande vitesse à la station de l'Armée de l'Air de Falconbridge, un emplacement de radar près du secteur Nord, dans l'Ontario, au Canada. Les observations se sont produites entre 3:00 heure du matin et 11:00 heure du matin, heure local, le 11 Novembre 1975. Les journaux du directeur du NORAD obtenus par Larry Fawcett et Barry Greenwood ont donné quelques indications sur les événements, avec des périodes exprimées en temps GMT ou "Z" (Greenwich).

Un rapport détaillé du NORAD sur les incidents et un communiqué de presse suivant basé sur ce rapport ont tous deux été rendus public. Raymond E. Fowler cite le rapport de NORAD:

"Falconbridge a rapporté [à 4:05 heures du matin] des traces d'altitude [échos de radar] d'un objet de 25 à 30 milles marins au Sud de l'emplacement s'étendant à l'altitude de 26.000 pieds à 72.000 pieds [apparaissant visuellement comme une étoile brillante]. Avec des jumelles, l'objet est apparu comme sphère d'un diamètre de 100 pieds et a semblé avoir des cratères [sic] autour de son extérieur... jusqu'ici, des efforts en hélicoptères de l'Air Guard, des hélicoptères du SAC et des jets F-106s du NORAD n'ont pas fourni d'identification sans équivoque."

Le 13 Novembre, le NORAD a publié un communiqué de presse de Sudbury, Ontario, contenant essentiellement la même information. Le communiqué de presse ajoute "deux avions F-106 des Air National Guard du 171st Fighter Interceptor Squadron de l'U.S. Air Force de Selfridge ANGB [base nationale de l'Air National Guard], Michigan, ont été envoyés; mais les pilotes n'ont rapporté aucun contact avec l'objet."

Sept officiers de police de l'Ontario étaient parmi les témoins des OVNIS qui ont été également dépistés sur le radar de NORAD alternativement planant et volant autour de la base à grande vitesse. Le Capitaine Gordon Hilchie, directeur des affaires publiques pour le 22ème centre de commandement régional du NORAD secteur Nord, dans l'Ontario, a reconnu: "Oui, nous avons détecté cet OVNI au moment même ou les personnes à l'extérieur le voyaient aussi."

Le Lieutenant Colonel Brian Wooding, directeur du centre de commandement, a déclaré: "Nous obtenons un certain nombre de rapports d'OVNIS, mais à ma connaissance c'est à peu près les seuls que nous avons vus réellement sur le radar, et le seul cas où nous sommes allés à leur rencontre avec des jets. Les jets ont été envoyées parce que les indications étaient là, que quelque chose était visible pour un grand nombre de personnes, et parce que nous sommes parvenus à obtenir une certaine sorte de signature radar."

Del Kindschi, porte-parole du siège du NORAD à Colorado Springs, a dit que l'OVNI a été dépisté par les radars par intermittence pendant six heures, d'abord repéré à 25-30 milles au Sud de l'emplacement des radars. L'objet filait entre 26.000 pieds et 45.000 pieds, "... il s'est arrêté un moment, et s'est puis remonté très rapidement à 72.000 pieds." Les premières observations visuelles ont eu lieu à 03:00 heure du matin à Sudbury, Ontario, en tant que lumières brillantes qui planaient bas dans le ciel, puis soudainement ont filé directement vers le haut à une vitesse fantastique.

Références:

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 25 septembre 2004.