Science -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La science et le phénomène OVNI:

"Les progrès se font en répondant aux questions. Les découvertes se font en questionnant les réponses."

Papiers scientifiques concernant la question des OVNIS:

Le papier ci-dessous est également disponible en version originale au format Cliquez! Acrobat (r) PDF. La traduction - non autorisée - est de mon fait et sa pertinence peut être vérifiée dans la partie anglophone de mon site.

Les notes après l'article reproduit sont strictement de mon fait et non de l'auteur du papier.

Quo Vadis?

La Science et le problème des OVNIS

Joachim P. Kuettner

World Meteorological Organization

Papier présenté au meeting de l'American Institute of Aeronautics and Astronautics (AIAA)

Pasadena, Californie, 20 Janvier 1975

Vous avez entendu une série de traités intéressants sur ce problème. Dans le papier de conclusion de ce colloque, je souhaite m'attaquer à une question que, je crois, les scientifiques de tous les pays et la communauté de la technologie doit maintenant se poser: “Quo Vadis? — vers où allons nous maintenant?” Allons-nous continuer indéfiniment à rassembler des rapports qualitatifs (ou au mieux, pseudo-quantitatifs)?

Allons-nous laisser ces rapports s'accumuler dans les publications non scientifiques, en termes non scientifiques avec des interprétations non scientifiques jusqu'à ce que nous ayons, après encore 20 années, 100.000 de ces rapports au lieu des 50.000 qui existent maintenant?

Allons-nous perpétuer une situation dans laquelle ce matériel est simplement considéré comme de la lecture de divertissement plutôt que comme des données accessible à la communauté scientifique? (1)

Le temps est venu pour reconnaître qu'il y a suffisamment de matériel observé pour répondre à la question de savoir si le phénomène OVNI présente un problème scientifique légitime et comment il peut être défini en termes scientifiques clairs.

Je soumets que ceci n'a pas été fait et que, aussi longtemps que cela n'est pas fait, toutes les tentatives d'interpréter le phénomène resteront spéculatifs aux yeux de la communauté scientifique. Comme vous pourriez le savoir l'AIAA a formé il y a plusieurs années un sous-comité OVNI de sa branche de physique de l'espace et de l'environnement atmosphérique. Si nous avons appris n'importe quoi dans notre travail du Comité, c'est qu'on doit poser les questions et donner les réponses dans le bon ordre.

La Situation Présente:

Avant que l'on tente de répondre à la question de ce que sont les OVNIS et d'où ils viennent, on doit établir s'ils représentent un problème scientifique réel ou imaginé. Ceci peut être décidé seulement sur la base du matériel des observations, mais cela ne peut pas être décidé sur la base que les interprétations possibles sont acceptables ou inacceptables. Par exemple, il n'est pas sain scientifiquement de rejeter l'existence du problème des OVNIS en montrant que les chances de l'hypothèse extraterrestre sont excessivement faibles. Ceci peut servir à rejeter une hypothèse spécifique, mais pas le problème lui-même.

Nous avons également dans nos travaux du Comité appris pourquoi la question numéro un, à savoir l'existence ou la non-existence d'un problème scientifique défini, a été jusqu'ici négligée.

Il est important de comprendre ces raisons et elles ont à voir avec certains groupes d'individus qui se sentent concernés par ce problème vexant mais intrigant.

Parmi les scientifiques et les ingénieurs il y a trois groupes intéressés par ce problème. Leurs tailles respectives sont directement proportionnelles à leur ignorance du sujet. (2)

Le premier groupe comporte une fraction assez grande de la communauté scientifique totale, alors que les membres du troisième groupe peuvent être comptés sur les doigts de vos deux mains. Entre les deux, il y a un groupe modérément petit qui a fait des efforts positifs de gagner une perspicacité suffisante pour arriver à une évaluation du problème. Ce groupe est tout à fait bien informé comparé au grand premier groupe, mais tout à fait ignorant comparé au petit troisième groupe. Les membres de notre comité peuvent être comptés dans ce groupe moyen, alors que plusieurs des orateurs d'aujourd'hui sont parmi le club exclusif que vous pouvez compter sur vos doigts. Je suspecte également que beaucoup dans cette assistance puissent tomber dans le premier groupe (ou alors ils seraient aller déjeuner maintenant et ne seraient pas restés dans cette pièce).

Ce grand premier groupe consiste principalement en scientifiques et ingénieurs qui ont entendu parler du problème et sont — passivement - intéressés mais réservent leur jugement. Habitués à s'orienter dans les journaux scientifiques sur n'importe quel problème intéressant, ils sont frustrés par le manque complet de discussion scientifique dans les journaux reconnus et par l'inaccessibilité du matériel des observations initiales. Ils notent que le vide en littérature scientifique est compensé par une pléthore de livres et d'articles pseudo-scientifiques dans des magazines de kiosque à journaux. (Les scientifiques ne sont pas généralement disposés à rassembler leurs données à partir de “Playboy” ou de “l'Enquirer”.) Naturellement, il y a des exceptions et un de nos orateurs ici a probablement écrit le livre qui est actuellement le plus instructif.

Il devrait être compris que aussi longtemps que des données ne sont pas présentées sous une forme propre dans les journaux scientifiques prouvant l'existence d'un problème scientifique bien défini, le premier groupe préservera sa curiosité mais également ses soupçons qu'il s'agit d'hallucinations. Avant de discuter le rôle du deuxième groupe, voyons ce que les membres du troisième groupe font.

La plupart d'entre eux ont dépensé une énorme quantité de travail et d'intelligence sur ce problème. Ils ont abordé la première question il y a bien longtemps, après s'être convaincu que le problème est vrai et travaillent maintenant intensément sur la deuxième question, l'interprétation des phénomènes. Ils s'ennuient avec la première question avec laquelle les autres groupes luttent toujours. C'est compréhensible mais regrettable, puisqu'il y a un talent énorme dans ce petit groupe. Aucun scientifique n'a jamais réussi en satisfaisant seulement sa propre curiosité et en convainquant ses amis de ses résultats, sans faire l'effort très laborieux de préparer le problème et ses résultats d'une manière persuasive, convainquant également ses pairs. Nous tous devons obéir à cette règle scientifique de base. Le cri "je suis convaincu sur la base de longues années d'effort" n'est jamais parlant pour les scientifiques, et c'est comme cela que cela doit être. (2), idem

J'admets que la formulation est particulièrement difficile dans ce cas-ci, ou l'enregistrement de données quantitatives est presque totalement absent. Malheureusement, le traitement doit également être de qualité particulièrement élevée en raison de la complexité du problème et du doute qu'il a souffert dans son histoire étrange. Je ne vois aucune manière de sortir de l'impasse sans faire cet effort de prouver la réalité de la question en tant que problème scientifique ayant une définition appropriée.

Avec le premier groupe qui reste passif et le troisième allant de plus en plus vers l'avant (certains disent "trop loin" ("far out"), il semble être laissé au deuxième groupe, que je puis appeler le "groupe d'évaluation" le soin de jeter un pont sur cet écart toujours croissant et le vide existant dans la littérature scientifique. L'alternative est de laisser exister indéfiniment la situation actuelle ambiguë.

Ceci m'amène à la deuxième partie de mon exposé, à savoir à la question de la façon de procéder en la matière, mais avant d'aborder cette question, je dois faire des excuses pour ne pas inclure dans ma discussion deux groupes supplémentaires qui sont en activité dans ce domaine mais travaillent principalement en dehors de la communauté des scientifiques et des techniciens. Ils sont tout à fait importants et se composent des organismes nationaux et internationaux consacrés à la collection et au suivi des rapports OVNIS. Ils sont les plus importants comme source de données mais les affirmations parfois non scientifiques de certains d'entre eux n'ont pas toujours aidé à clarifier les choses.

Tout à fait indépendamment de ce groupe il y a le groupe bruyant des fanatiques émotifs — pour ou contre - dont la contribution principale été d'obscurcir la situation. Je crois qu'une solution scientifique au problème doit venir de la communauté scientifique et c'est pourquoi je n'ai pas mentionné les deux derniers groupes. (3)

Les Etapes Suivantes:

Je dois commencer ici par une présupposition. Cette présupposition est que cette question numéro 2, "que sont les OVNIS" peut seulement être résolue par un large effort multidisciplinaire et un tel effort exigera une aide financière institutionnelle d'importance. En d'autres termes, je doute de que les efforts effectués lors de leurs temps de loisir même par les individus les plus capables et les plus énergiques suffiront à fournir une réponse qui puisse être acceptée par la communauté scientifique dans son ensemble. Si cette présupposition est correcte et la source d'un tel appui doit provenir de fonds publics, les propositions pour des projets de recherches devront recevoir une considération favorable non seulement par les agences qui les soutiennent mais également par la validation par les membres de la communauté scientifique, et ceci dans un climat actuellement défavorable. Ceci mènera immédiatement de nouveau à la question 1: “sont-ils un vrai problème scientifique, non imaginaire, et quelle est sa définition?" Si la réponse à cette question exige également ce type d'appui externe, alors nous sommes dans un cercle vicieux, le cercle vicieux ou nous nous trouvons actuellement. Je ferais donc quelques suggestions sur les moyens d'en sortir.

La manière la plus efficace d'attaquer cette question est d'employer le vaste matériel des observations existant et de le soumettre à une analyse statistique soigneusement conçue. Les études de Saunders, Poher et Vallée présenté dans ce colloque semblent aller dans la bonne direction. Travailler, d'autre part, sur de nouveaux cas - avec une amélioration des méthodologie autant que cela est possible — exigerait très probablement un effort au delà du possible et peut réellement mener dans le même piège dans lequel l'étude de l'Université du Colorado (Condon) est tombée. Le schéma 1 illustre cette situation. Selon la meilleure évaluation disponible, seulement à peu près 5% des rapports existants peuvent être qualifiés de "non identifiés" et seulement une fraction de ces derniers a suffisamment de "crédibilité" et "d'étrangeté" par conséquent, 95% des efforts consacrés à de nouveaux cas peut être gaspillé et le nombre réel de cas "intéressants" ne fournira pas un échantillon statistiquement significatif (bien que l'on puisse produire un certain matériel d'observation disponible maintenant et déjà informatisé en deux ou trois endroits qui est si grand (de l'ordre de 50.000) que même la petite fraction des cas qui sont "non identifiés" représente un grand nombre. En outre, la "probabilité" (ou la "crédibilité") des observations non-identifiés ne diminue pas avec l'augmentation de leur "étrangeté", comme on pourrait s'y attendre. (Voir Le Schéma 2.)

Par conséquent, nous avons un échantillon significatif sur lequel travailler. Ce qui doit être fait ressemble donc à ce qui est actuellement fait en sciences atmosphériques dans un domaine également difficile et controversé, à savoir les modifications de la météo. Si les résultats des "modifications" abouti a une différence avec les résultats (normaux) attendus de manière significative, par exemple de 5%, alors à la méthode de modification est généralement considéré comme une réussite. Des méthodes de raffinage ont été développées pour ce domaine particulier et peuvent donner quelques idées pour le problème qui nous occupe.

La distribution des cas comme représentée sur le schéma 1 semble se plier aisément à ce type d'analyse si on l'applique au résidu des "non identifiés" avec haute probabilité et haute étrangeté d'une part et au secteur des "identifiés" de l'autre. C'est alors une question de choix des paramètres appropriés et de détermination de leur non concordance dans les deux groupes. (Poher et Vallée ont tenté quelque chose de cet ordre.) Une telle approche fournira la réponse à la question de base: le petit résidu des cas non identifiés peut-il être considéré comme le bruit des cas identifiables, ou présente-t-il un signal significatif enterré dans un grand bruit? On devrait se rendre compte que l'application d'un facteur d'étrangeté" est déjà en soi une expression d'un caractère de signal significatif dans le bruit, bien que subjectif et qualitatif. Il devrait être possible de l'exprimer objectivement et quantitativement par l'approche statistique suggérée. En outre, cette méthode identifiera le problème en termes scientifiques ou techniques quantitatifs et sera un test de la réalité du problème.

Plus tard, on pourra prolonger l'analyse à tous les cas non-identifiés et voir s'ils contiennent le même signal. Ceci élargira la base statistique. Les données pourront également être évaluéesen tenant compte de la date et de l'heure ou selon la géographie pour des tests de signification additionnels.

Si les résultats sont négatifs et que le résidu montre des différences statistiquement insignifiantes par rapport aux cas restants, ceci devrait mettre fin à la polémique des OVNIS (jusqu'à ce que quelqu'un propose d'autres paramètres). Si les différences sont significatives, disons dans le voisinage d'un niveau de signification de 10%, ceci fournira une justification claire pour davantage de recherche scientifique. Il est maintenant nécessaire de faire développer cette approche par les experts des statistiques et y procéder avec bien sur le sens de l'autocritique. Les raisons ont été publiées antérieurement par notre Comité, mais parmi elles il y a le fait que l'étude de Condon est tombé dans le piège décrit, absorbant beaucoup de ses efforts sur des cas identifiables et qu'elle a manqué d'une approche statistique. Les conclusions par notre Comité, basé sur une approche de "meilleur jugement", étaient en désaccord avec ce que Condon fourni en matière de conclusions. Je crois que c'est un chemin grand ouvert pour des efforts individuels, particulièrement ceux dans le troisième groupe, si ils disposent d'un certain temps de travail d'ordinateur. (4)

Les résultats doivent être édités dans la littérature scientifique et ici nous allons vers un autre obstacle. Des papiers individuellement soumis peuvent être rejetés par les journaux professionnels en raison de l'existaece [ligne manquante] devraient dégager la voie pour de telles publications d'une façon similaire à celle que notre sous-comité a réussie le journal de l'A&A.

Ce qui selon moi devrait être fait est que ce groupe devrait former un comité d'examen composé de scientifiques fortement respectés. Ils devraient aider à introduire de tels papiers rédigés dans la meilleure forme possible et plus tard aider à soumettre et recommander ces articles pour la publication dans les journaux spécifiques en y attachant leur propre révision. Ceci peut ouvrir les portes de la publication dans littérature scientifique pour ces auteurs qui veulent se servir de cette possibilité.

En conclusion, je voudrais aborder la question des études de cas et comment ils peuvent être améliorés. Beaucoup de gens ont discuté de divers projets et nous avons fait la même chose au sein de notre Comité. La caractéristique marquante de ces projets qui ont été discutés antérieurement: ils sont trop coûteux et un gros appui. Nous avons cependant proposé une idée relativement peu coûteuse, qui peut ou peut ne pas fonctionner. Si elle fonctionne, elle pourrait être tout à fait significative et c'est pourquoi il peut être intéressant de l'essayer.

Le Service National de Météorologue maintient approximativement 100 radars météo en fonction 24 heures sur 24 aux Etats-Unis pour fournir des informations pour les diverses prévisions, aux services d'alertes et aux centres climatologiques. Des photographies des écrans PPI sont prises une fois par heure en beau temps et une fois toutes les 40 secondes par mauvais temps. Elles sont stockées au Service des Données Environnementales à Asheville, en Caroline du Nord.

Ces radars ont des rayons d'action de 125 et 250 miles, et le schéma 3 présente la couverture des Etats-Unis pour le mode 250 miles. Le calcul du volume couvert montre que le mode 250 miles fournit [ligne manquante] des Etats-Unis entiers. Les chiffres correspondant pour le mode 125 miles est de l'ordre de 28%. Les recouvrement de la couverture augmenteraient ces chiffres à un maximum de 80%. La recherche de vitesses anormales de trajectoire de vol est en principe possible mais s'avère être prohibitivement chère en termes d'effort aussi bien que de coûts. Si nous nous le rappelons bien, cependant, comme près de 20% de tous les cas non identifiés sont des rencontres rapprochées, y compris des atterrissages, la possibilité existe de confirmer ces rapports par des enregistrements de radars vérifiés. Par exemple, dans le cas bien connus du capitaine Coyne et son équipage d'hélicoptère, une double confirmation radar peut être trouvée. Un inconvénient possible de cette approche est le manque de bonne détection des radar à basse altitude (là où la plupart des "rencontres rapprochées" se produisent) dus à la géométrie incurvée de la Terre. (5)

En outre, la meilleure couverture radar est fournie quand le temps est mauvais alors que les cas non identifiés sont favorisés par une météo dégagée, selon des statistiques disponibles. Néanmoins, l'effort est petit et peu coûteux, et aucune grosse contribution n'est nécessaire. Si c'est un échec, rien n'est perdu, mais c'est une réussite cela peut ajouter un bon nombre de données aux études de cas spécifiques. Cette information pourrait déjà exister mais n'a pas été utilisée.

Figure 1. Identification ( > 20,000 cases)
Figure 1.

Figure 2. S/P Diagram
Figure 2.

Notes:

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 22 novembre 2001.