Les cas -> AccueilAcceuil
This page in English

Rencontres avions-OVNIS:

L'INCIDENT DU VOL 169, BRESIL, 8 FEVRIER 1982:

727
Le Boeing 727 "PP-SNG" photographié en 1982.

Un des cas d'observation d'OVNI les plus étudiés par les ufologues brésiliens s'est produit le 8 février 1982, où il est connu comme "l'incident du vol 169". Ce vol d'un des meilleurs avions de la VASP, un Boeing 727-2A1 immatriculé PP-SNG, est parti de l'Aéroport Peins Martins à Fortaleza, Ceará, avec une bonne météo et un ciel de pleine lune dégagé, comme l'a dit le commandant de l'avion, Gerson Maciel de Britto. Il opérait en VEN (Vol Economique Nocturne) avec le sigle VP169. Le commandant Gerson Marciel de Britto (à droite) avait accumulé plus de 26.000 heures de vol.

L'avion a décollé à 01:50 du matin et il n'y a eu rien de particulier jusqu'à ce qu'il soit arrivé après 33 minutes de vol dans les environs de la ville de Petrolina, dans le Pernambuco, où Britto a observé un foyer lumineux approcher à la gauche de l'avion et commencer à le suivre. Le co-pilote l'a alors vu également.

727

Le commandant a alors contacté le contrôle au sol qui gérait ce vol, le Centre Intégré de Défense et le Contrôle du Trafic Aérien (CINDACTA) de Brasília, essayant de savoir quel avion cela pourrait être, et il a appris qu'il ne devait y avoir aucun avion du tout dans ces environs. Britto a éteint les phares du Boeing et a réduit l'éclairage de la carlingue pour mieux observer l'objet, pensant malgré que cela pourrait être quelque avion non identifié.

727

L'objet continuait encore à voler en s'approchant du Boeing. C'était une nuit dégagée, avec un clair de lune, et les conditions étaient parfaites pour l'observation, de sorte que le commandant Britto a pu éviter de confondre cette lumière avec la Lune ou avec la planète Vénus.

Britto et son équipage se rappellent que l'objet qui suivait son avion changeait constamment de couleur, de rouge à orange, avec une partie centrale qui était blanche et bleuâtre. Un autre détail de l'engin qui a aussi appelé l'attention du commandant était son déplacement dans l'air: il passait sur les côtés, par dessus et au-dessous de l'avion, comme s'il jouait avec le Boeing. Pour Britto et son équipage, il était maintenant devenu impossible que ce soit un avion normal parce qu'aucun avion ne pouvait faire de telles manoeuvres.

Avec son expérience, le commandant Britto a pu voir et identifier la Lune et la planète Vénus, et être certain qu'il y avait là un objet volant non identifié qui n'était ni la lune ni Vénus.

Britto continuait à essayer de se faire confirmer ce que serait cet objet, à travers des contacts suivants avec Brasília. Néanmoins, la réponse était toujours la même: Il n'y avait rien et l'objet n'apparaissait pas sur leur radar.

Deux autres avions, néanmoins, l'un de Aerolineas Argentines et un autre de Transbrasil, vol TR177, qui se trouvait à 40 miles, ont confirmé qu'ils avaient eut un contact visuel avec un objet étrange. Britto a compris alors, qu'il devrait chercher la réponse tout seul et a fait des signaux de phares pour l'objet, attendant quelque réponse. Mais l'OVNI continuait à faire les mêmes évolutions aériennes, parfois s'approchant, parfois s'éloignant de l'avion.

Quelques minutes après être passé par Belo Horizonte, à une altitude de 31.000 pieds, Britto a eu la confirmation qu'il attendait: le radar de la CINDACTA, à Brasília, montrait la présence d'un objet proche de son Boeing, et que celui-ci s'approchait et s'éloignait tour à tour de l'avion, arrivant à des distances de l'ordre de 8 miles du 727.

C'est alors que l'équipage dans la cabine de l'avion de la VASP a vu l'OVNI changer encore de couleur et, soudainement, une lumière bleuâtre envahir toute la carlingue, et ils ont pu voir le profil de l'OVNI.

C'est seulement alors, ayant pris son temps et acquis sa certitude, que Britto a appelé l'attention du reste de l'équipage et des passagers sur la présence de l'objet. Il a néanmoins parlé calmement, pour ne provoquer de panique parmi les passagers: tous ont pu voir clairement l'étrange objet, de même que quelques noms connus de la société brésilienne. Le vol liait Fortaleza à Rio de Janeiro, et pratiquement sur tout le parcours, l'avion a été suivi par l'OVNI.

L'OVNI a commencé à être moins visible quand Britto a entamé sa descente pour atterrissage à Rio de Janeiro, à cause des nuages sur Serra de la Mar. Néanmoins, il a seulement été perdu de vue quand le Boeing 727 était sur le point d'atterrir sur la piste 14 de l'Aéroport du Galeão, il s'était alors placé devant le Boeing, dans la position 11 heures par rapport à la route de l'avion, ou il est resté approximativement trois minutes.

727

Certains des passagers du vol ont confirmé entièrement les mots du commandant, et la VASP elle-même, la société gérant l'avion, qui a fait sa propre enquête sur l'observation, n'a pas pu trouver la moindre tromperie ou mensonge délibéré dans les récits, et a rendu public son rapport.

Plusieurs des passagers regardaient le vol de l'OVNI à côté de l'avion n'ont pas caché leur étonnement sur ce qu'ils ont vu pendant des heures. Une passagère de l'avion, Silézia Del Rosso, a rendu compte que l'objet brillait comme une lampe au mercure des éclairages publics.

"Je suis restée fascinée et tous les passagers cherchaient à partager l'observation, se disputant les fenêtres à la gauche de l'avion. Ils étaient néanmoins tous calmes, comme s'ils étaient habitués à voir tous les jours des Objets Volants Non identifiés", a-t-elle dit. Plusieurs autres passagers ont confirmé la rencontre avec l'OVNI, avec l'exception de quelques religieux, qui allaient à Fortaleza pour la 20ème Assemblée Générale de la Confédération Nationale des Évêques du Brésil.

Il y avait là l'évêque auxiliaire de Fortaleza, Dom José Teixeira, Dom Edmilson Croix, évêque du Crato, de Dom Pompeu Bessa, de Limoeira Norte et de Dom Aluísio Lorscheider, archevêque de Fortaleza. Curieusement, tous ces religieux ont dit à la suit de Dom Aloísio Lorscheider, qu'ils "ne savent rien de ces choses".

Les journaux, la radio et la télévision se sont intéressés de toutes les manières possibles à l'observation, et pendant quelques jours celle-ci a été le sujet principal des média au Brésil.

727

En peu de temps, néanmoins, les premiers démentis ont commencé apparaître: le commandant se serait trompé, l'objet était la planète Vénus, tous ont pris un simple reflet pour un objet. Le commandant Britto, néanmoins, n'a jamais renié son observation: pour lui, pilote équilibré et avec une grande expérience dans l'aviation, le vol 169 a été suivi par un OVNI.

Quatre ans après cet incident, en mai 1986, une vague de plusieurs OVNIS est apparue dans le ciel du Brésil, ce qui a été depuis été baptisé "la nuit des OVNIS", de sorte qu'il n'ait été plus possible de nier qu'il se passait parfois des choses anormales. Le ministre de l'Aéronautique d'alors, Octávio Moreira Lime, s'est proposé de faire le point sur tout ce que l'on sait sur les OVNIS au Brésil. Mais finalement, rien n'avait été fait, et ce n'est qu'en 2005, suite à une grande campagne du Comité des Ufologues Brésiliens menés par A.J. Gevaerd, que le gouvernement Brésilien commence à admettre que les ufologues voient les dossiers officiels.

De gauche à droite: les ufologues A. J. Gevaerd, Fernando Ramalho, Roberto Beck, Marco Petit, Rafaël Cury et Claudeir Covo à l'entrée principale du Centre Intégré du Contrôle de la Défense Aérienne et du Trafic aérien (Centro Integrado de Defesa Aérea de Controle de Trafego Aéreo, CINDACTA), après 2 heures de visite, en 2005.


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 7 août 2005