AccueilAcceuil

La Science et le phénomène OVNI:

Voici un élément du discours scientifique sur les ovnis. Les "sceptiques" utilisent très souvent des références à la science comme argument pour nier la réalité du phénomène, et les "convaincus" oublient de le faire. La science a largement, mais pas totalement ignoré la question, et elle offre de quoi fondamentalement abandonner le scepticisme en matière d'OVNIS.

EN DEFENSE DES "VRAIS OVNIS":

Cet article intitulé "Case for 'Real' UFO's" est paru dans "Physics Today" en Juin 1970, page 14, et son auteur est William T. Powers.

THE CASE FOR "REAL" UFOS:

L'examen de Gerald Rothberg de plusieurs livres récents sur les OVNIS, y compris le rapport Condon, mentionne de nouveau une notion commune au sujet de leur explication - une notion qui, seulement aujourd'hui, m'a frappé comme clairement inapropriée. Rothberg indique: "le point de vue du rapport sur les OVNIS est que tous les rapports OVNIs sauf un petit pourcentage peuvent être raisonnablement expliqués, y compris une partie qui semblent très étrange. Par conséquent il est probable que le résidu des rapports non expliqués pourrait également être expliqué si plus d'information étaient disponibles..." C'est, en fait, le point de vue officiellement exprimé du Projet Blue Book de l'US Air Force, et il a été exprimé dans quasiement les mêmes termes par beaucoup de scientifiques qui croient qu'il n'y a aucun OVNI intéressant.

La faille dans cet argument qui vient tout juste de m'apparaître, est si élémentaire que j'aurais du l'avoir vue il y a des années: l'argument est raisonnablement valable si et seulement si l'ensemble de rapports non expliqués est semblable à l'ensemble de rapports expliqués, excepté par leur complétude. Ce n'est pas le cas, pour autant que je sache.

La plupart des rapports "expliqués" impliquent des observations de lumières nocturnes d'un genre ou d'un autre. Un nombre considérablement plus petit implique des avions mal identifiés, des missiles, des objets planétaires et des phénomènes météorologiques vus dans la journée. Il y a un certain nombre de canulars et de falsifications mais les catégories ci-dessus expliquent au moins 90% des cas expliqués.

Les bons cas non expliqués, toutefois, restent non expliqué. Non pas parce qu'il y a insuffisancd de l'information, pour permettre une identification sure dans un des catégories ci-dessus, mais parce qu'il y avait assez d'informations dans le rapport pour éliminer n'importe laquelle des explications ci-dessus. Les OVNIS qui sont laissé sur la liste des "inexpliqués" sont maintenus dans cette catégorie précisément parce qu'ils ne tombent dans aucune catégorie ordinaire. N'importe quel chercheur expérimenté en matière d'OVNIS sait qu'il est facile de repèrer un cas qui est susceptible de rester non expliqué (à l'exclusion des types insignifiants qui sont des rapports simplement anecdotiques et contiennent peu de matériel descriptif) sur la base de sa ressemblance générale à d'autres cas non expliqués, et de ses différences marquées par rapport aux cas qui sont résolus par la suite. De ce fait, il n'est pas vrai que les rapports non expliqués sont simplement moins bien définis que les expliqués, mais semblable à des cas expliqués. En fait, c'est l'inverse qui est vrai; les cas qui ne sont pas simplement catalogués comme étant trop pauvres en informations, et qui sont admis aux grades de "vrai cas" (c'est-à-dire, extra-ordinaires), sont ainsi considérés parce qu'ils sont généralement plus complèts et contiennent des descriptions plus claires que la plupart des cas expliqués. Par conséquent il est non probable, improbable, qu'un information additionnelle mène à une explication triviale d'un cas OVNI. Naturellement, il se produit parfois qu'un effort continu pour résoudre un cas permette de parvenir à une explication acceptable et solide, mais c'est une exception rare. Quelques cas, comme le cas de Lakenheath dans le rapport de Condon (l'affaire 2), ont tellement de témoins d'une telle qualité et sont si bien documentés qu'on se demande quel genre d'information additionnelle pourrait être obtenue qui diminuerait notre stupéfaction.

Naturellement, il serait souhaitable d'obtenir de meilleurs rapports et d'obtenir des observations scientifiques plutôt que des anecdotes. La nature de la plupart des rapports OVNIS est telle que l'on n'est jamais vraiment sur que l'on comprend exactement ce que le témoin a éprouvé, et certainement un bon rapport OVNI laisse un sentiment de stupéfaction. Mais je n'argue pas du fait ici que nous devrions prendre de tels rapports comme argent comptant, ou que l'on cesse d'essayer de les comprendre en termes familiers quand cela peut être justifié; je précise seulement qu'il semble y avoir des différences génériques entre les bons rapports OVNIS et les rapports qui mènent effectivement par la suite à une explication conventionnelle. Si c'est vraiment exact, et je recommande fortement une étude organisée pour voir si c'est exact, alors il n'y a aucune justification pour se comporter comme un caissier comptant l'argent en disant: "cent, deux cents, trois cents - bien, cela colle jusqu'ici, le reste doit être juste aussi et j'arrête de compter."

W. T. Powers
Northwestern University


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 05.04.2001