Casefile -> AccueilAcceuil
This page in English

Rencontres entre avions et OVNIS:

Les sceptiques peu informés ont bien des commentaires ironiques à émettre au sujet des OVNIS. On entend parfois: "s'il y avait vraiment des OVNIS, comment expliquez-vous que les pilotes ne les rencontrent pas dans le ciel?" Mais il se trouve qu'ils les rencontrent. Parfois les pilotes se demandent si la rencontre ne risque pas d'être un peu trop ... rapprochée.

OVNIS ET DC-4 DANS LE CIEL DU PEROU, 1967:

Le 2 février 1967, un avion de transport civil avec 52 passagers et 7 membres d'équipage dont le commandant et pilote Oswaldo Sanvitti qui le menait de Piura dans le nord du Pérou à destination de Lima, la capitale de ce pays. Oswaldo Sanvitti était un pilote chevronné, avec 22.000 heures de vol à son actif. Parmi les passagers se trouvaient le colonel Alberto Rosell de l'Armée Péruvienne, Elmer Nunez, rédacteur en chef d'un journal péruvien, Jorge Santa Maria Calderon, doyen de l'Ecole d'Ingénieurs à l'Université de Piura.

L'avion était un quadrimoteur à hélices DC-4 appartenant aux Fawcett Peruvian Airlines, et il avait quitté Piura depuis une demi-heure et survolait la ville de Chiclayo, lorsque le commandant Sanvitti repéra quelque chose d'inhabituel:

"Nous étions à une altitude de 7.000 pieds (environ 2.100 mètres) lorsque je vis soudain, à la droite de l'avion, un objet lumineux. Il commençait juste à faire sombre et l'objet, qui émettait une lumière très vive, avait la forme d'un cône renversé. Il se trouvait à environ 12 km de l'avion, volant à la même vitesse, à la même altitude et dans la même direction. En d'autres termes, il volait en ligne avec notre avion, comme s'il voulait nous observer de près. Pendant que je l'observais moi-même, je le vis faire de nombreux mouvements qui étaient tous effectués à une vitesse fantastique. Plusieurs fois, Il s'élança dans les airs à la verticale puis redescendit à sa place primitive. J'alertai mon équipage puis je dis aux passagers de regarder l'OVNI. Je leur ai dit qu'à mon avis, il nous observait."

A 18:30, sa voix crépita dans le haut-parleur de l'avion:

"Appel à tous! Regardez par les hublots à notre droite; il y a là un étrange objet et il nous observe; c'est un OVNI."

La plupart des 52 passagers et les six autres membres de l'équipage ont regardé le ciel et ont vu un spectacle qui les a laissé abasourdis: un engin lumineux de forme conique ne ressemblant à rien qu'ils eussent jamais vu auparavant volait à grande vitesse à proximité de l'avion.

La liaison radio de l'avion fut alors soudainement brouillée, n'émettant plus que de la friture, et les lumières de la cabine ont baissé. Pendant l'heure qui suivit, les passagers et l'équipage contemplèrent, dans la peur et l'étonnement, l'engin littéralement danser autour de leur avion.

Tandis que Sanvitti n'arrivait pas à contacter la tour à Lima, le directeur de l'aéroport là bas, Edwin Boris était lui-même inquiet. Il raconta:

"J'étais inquiet par le fait que le Capitaine Sanvitti n'était pas en contact avec nous. J'étais incapable d'établir la moindre communication avec lui ou son avion."

L'objet lançait de vifs éclairs de couleurs variées, rouge, orange, bleu, blanc. Il montait et descendait, et sautait d'un bord à l'autre en passant par-dessus l'avion. Lorsqu'il fut proche, les passagers et l'équipage, effarés, virent que sa base était en forme d'entonnoir.

Sanvitti rapporta:

"Pendant quelque temps, l'objet nous accompagna à notre droite, effectuant de temps à autre des manoeuvres de montée et de descente mais en suivant une route toujours parallèle à notre avion."
"Puis, soudain, il vint vers nous comme un flèche et passa au-dessus de l'avion. Ce faisant, il lançait des éclairs de couleurs vives. Quand il s'approcha de l'avion, il y avait une lumière bleuâtre à sa partie supérieure et une lumière rouge par en-dessous. Mais lorsqu'il s'éleva et passa au-dessus de l'avion, la lumière devint rouge pour la bleue et orange pour la rouge. Je vis que sa partie inférieure était en forme d'entonnoir. J'estimai que son diamètre à sa partie supérieure la plus grande était de 230 pieds. Après avoir passé au-dessus de nous, l'OVNI s'établit sur notre gauche à une distance de deux milles de l'avion. Les lumières, dans l'avion, étaient devenues très faibles. Je ne cessai d'essayer de mettre en marche la radio, mais je ne pus absolument rien en tirer."

Elmer Nunez, rédacteur en chef d'un journal péruvien, qui avait été à bord a déclaré:

"Nous survolions Chiclayo lorsque le pilote nous dit par haut parleur de regarder à droite de l'avion et que nous pourrions voir un objet qui nous observait, un OVNI. Mon siège se trouvait sur le côté droit, je tournai la tête, regardai vers l'extérieur, et vis un objet très lumineux. Il était environ 18:30. L'objet attira l'attention de tous par son éclat et sa vitesse vertigineuse. Il montait et descendait par des bonds si rapides qu'il était difficile de le suivre des yeux. Par haut-parleur, le commandant cria: "Il passe maintenant sur notre gauche." J'allai vers le côté gauche et revis l'objet. Il était tout près de nous. Il avait la forme d'une toupie en rotation. Il lançait par en-dessous des éclairs orange. L'OVNI resta là, à nous observer, une heure durant. Il y avait de la lumière dans l'avion, mais elle était très faible. La nuit était tombée lorsque le commandant nous dit: "il s'éloigne de l'avion." L'engin, lançant de très vifs éclairs, s'éleva en trombe et disparut à une vitesse incroyable."

Nunez poursuit:

"De nombreux passagers étaient terrifiés, et que quelques femmes étaient au bord de l'hystérie. Une femme éclata brusquement en sanglots, mais l'un des passagers lui parla et lui fit reprendre son calme. Ce furent les enfants qui se réjouirent de l'incident. Ce ne fut pour eux qu'un grand sujet d'amusement. Mais j'étais, quant à moi, très nerveux et apeuré. Personne à bord n'avait d'appareil photo. Ordinairement, j'en ai toujours un avec moi, mais cette fois je l'avais oublié, et j'en fus très déçu."

Après une heure de manoeuvres fantastiques, l'engin a soudainement été perdu de vue quand il est parti au loin en passant par une accélération énorme. Immédiatement la radio s'est remise à fonctionner et l'éclairage redevint normal.

Sanvitti reprit contact avec la tour de contrôle de l'aéroport Jorge Chavez à Lima et se trouvait justement en train de rapporter ce qui était arrivé lorsque l'engin reparut soudain, comme s'il sortait du néant, et cette fois il était accompagné d'un second appareil.

Les deux engins voltigèrent quelques instants autour de l'avion et disparurent ensuite pour de bon en accélérant de nouveau d'une manière énorme.

Santivvi raconta:

"Je découvris que, de nouveau, la radio fonctionnait parfaitement et que l'éclairage à bord de l'avion était redevenu normal. Je pus enfin obtenir la tour, et j'étais justement en train de dire aux opérateurs que nous avions vu un OVNI, lorsque je vis soudain l'engin revenir. Un second OVNI se trouvait à côté de lui. Les deux appareils survolèrent notre avion. Ils avaient tous deux la même taille et la même forme. Je commençais à dire à la tour de contrôle qu'il y avait deux OVNis autour de nous, lorsque soudain tous deux partirent d'un trait, à une vitesse fantastique et disparurent. Ce fut notre dernière vision d'eux."

Quand ils partirent, encore une fois, la radio et l'éclairage se remirent à fonctionner normalement et Sanvitti contacta encore la tour. A l'aéroport, rapporta Edwin Boris,

"Je pouvais entendre sa voix [celle de Sanvitti] expliquant ce qui était arrivé. Il disait, 'un OVNI a volé autour de nous, nous observant. Les passagers sont effrayés.'"

Lorsque, quelques minutes plus tard, l'avion atterrit sur l'aéroport de Lima, tous les passagers interrogés, secoués, effrayés, s'accordèrent sur les détails de ce qu'ils avaient vu et sur le fait que c'était quelque chose d'étrange et de terrifiant qu'ils ne pouvaient comprendre.

Beaucoup d'entre eux qui s'étaient auparavant moqués des rapports sur les OVNIS avaient maintenant complètement changé d'attitude. L'un d'eux, Jorge Santa Maria Calderon, doyen de l'Ecole d'Ingénieurs à l'Université de Piura, a déclaré:

"Je n'avais jamais cru un instant aux OVNIS jusqu'à ce que ceci fût arrivé, mais j'ai vu celui-ci de mes propres yeux et je l'ai observé pendant plus d'une heure. En qualité d'ingénieur, je puis dire que cet objet était quelque chose dont la vitesse, la taille, la forme et le système de vol ne sont connus nulle part au monde. Dans cet avion, tous les gens ont vu la même chose."

Il répéta:

"Il semblait tout bonnement jouer autour de nous. Il était conique et projetait des lumières intermittentes. Lorsqu'il volait parallèlement à nous, il émettait des lumières blanches. Quand il montait ou descendait, ses couleurs tournaient au bleu, au rouge, à l'orange. Ce fut pour moi un choc total. L'objet était complètement étranger à tout ce que je connaissais. Son profil, sa maniabilité et sa vitesse étaient presque incroyables. Ce que nous vîmes, les autres et moi, n'avait aucun rapport avec rien de connu dans le monde entier. C'était un OVNI, et cet OVNI je ne pouvais ni l'expliquer, ni le comprendre! C'était quelque chose de réellement déconcertant, et je ne pense pas que qui que ce soit puisse l'expliquer."

Elmer Nunez a ajouté:

"J'avais toujours entendu parler des OVNIS, mais jusqu'à cet événement je ne leur avais accordé aucun crédit. Je suis à présent convaincu. Je sais que nous avons été suivis par un OVNI et, croyez-moi, tout cela m'a épouvanté."

Le commandant Sanvitti pense que si les deux engins, après être revenus ensemble, s'éloignèrent à nouveau à perte de vue, c'est parce qu'ils interceptèrent son message radio vers la tour de contrôle. Il a expliqué:

"Il m'a semblé qu'ils s'étaient rendu compte que j'étais en train d'envoyer un message à la tour de contrôle et, de nouveau, ils disparurent instantanément. Je pense que si la radio n'a pas été coupée la seconde fois, c'est parce que j'avais déjà alerté la tour."

Bien que Nunez ait pensé que personne n'avait d'appareil photo, plusieurs passagers en avaient et ont pris des images. Mais à l'atterrissage, l'équipage et les passagers ont été interrogés par les autorités militaires, et les films ont été confisqués. Un seul passager qui a voulu rester anonyme conserva son film, sur lequel il avait pris une seule photographie de l'engin:

Sources:


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 28 mars 2005