AccueilAcceuil

Formation d'OVNIS sous un avion de ligne:

Newport News, Virginie, Etats-Unis, 14 Juillet 1952

Voir également la page principale concernant ce cas.

LE RECIT DES TEMOINS POUR TRUE MAGAZINE:

Cet article a été écrit par les témoins eux-mêmes, les pilotes William B. Nash et William H. Fortenberry, pour "le rapport de TRUE Magazine sur les soucoupes volantes," du magazine TRUE, page 49, 1967.

Nous Avons volé Au-dessus Des Soucoupes Volantes

Par William B. Nash et William H. Fortenberry

Comment se sent-on quand on voit des soucoupes volantes? Comme la plupart des gens, nous n'avions jamais consciemment compté faire face à cette question, mais maintenant nous avons une réponse. Quand vous voyez des "soucoupes" sous l'angle et à la proximité à laquelle nous les avons vues, et que vous les observez passer par des manoeuvres étonnantes dont vous êtes témoin, vous vous sentez humilié.

Assis dans l'habitacle complexe d'un avion de ligne quadrimoteur rapides, nous avons eu le sentiment décourageant que nous et notre avion moderne étions totalement surpassés par quelqu'un d'autre et autre chose que ce n'était pas du tout drôle.

Dans la nuit du 14 Juillet, nous naviguions à bord d'un DC-4 de la Pan American Airlines de New York vers Miami. Il y avait un équipage de trois personnes, le capitaine Fred Koepke et nous-mêmes, et dix passagers, du personnel de notre compagnie et leurs familles. La nuit était claire et la visibilité illimitée. Les seuls nuages, pratiquement invisibles pour nous, ont été de minces cirrus, à 20.000 pieds.

Occupant les sièges de pilote et de copilote, nous volions à 8.000 pieds, à la vitesse normale, en pilotage automatique au-dessus de la baie de Chesapeake, tandis que nous approchions Norfolk, en Virginie, qui s'étendait à environ 20 miles devant nous sur notre cours de compas magnétique de 200 degrés - un peu à l'Ouest du Sud. Nous devions passer au-dessus de la station radio de V.R.F. de Norfolk dans six minutes et devions rédiger un rapport de position à ce moment. Le soleil s'était couché une heure avant, et bien que nous pouvions encore distinguer la ligne de la côte, la nuit était presque totalement sombre. Les lumières éloignées des villes étaient parfaitement visibles, sans que la moindre brume de les rende floues. L'un de nous a indiqué à l'autre la ville de Newport News, qui s'étendait en avant de nous et vers notre droite.

Soudainement une brillance rouge est apparue dans le ciel au-delà et légèrement vers l'Est - c'est à dire, à notre côté - vers Newport News.

Nous l'avons vu ensemble pratiquement au même moment. La remarque de l'un de nous a été, "que diable est ceci?" Elle n'était pas venue graduellement dans notre vue - elle a semblé simplement être apparue, tout soudainement, sur place.

Dans les quelques secondes qu'il a fallu aux six objets pour faire la moitié de la distance d'où nous les avions vus la première fois, nous avons pu observer qu'ils tenaient une formation échelonnée près les uns des autres en formant une ligne inclinée légèrement vers notre droite, avec ceui de tête au plus bas point et chaque engin suivant légèrement plus haut. Environ au point à mi-cehmin de leur parcours, celui de tête a semblé tenter un ralentissement soudain. Nous avons eu cette impression parce que le deuxième et le troisième ont hésité légèrement et ont semblé presque dépasser celui de tête, de sorte que pendant un bref moment pendant le reste de leur approche les positions de ces trois premiers aient changé. Il semblait fortement que c'était comme si un élément "d'erreur humaine" ou "d'intelligence" avait été présent, en ce sens que les deux suivants n'ont pas réagi assez vite quand celui de tête a commencé à ralentir et donc c'est comme s'ils avaient failli le dépasser.

Nous avons jugé que le diamètre des objets devait être plus grand que l'envergure qu'un DC-3 aurait, environ 100 pieds, à leur altitude que nous avons estimée comme légèrement plus qu'un mile au-dessous de nous, ou environ 2.000 pieds au-dessus du niveau du sol.

Quand le cortège a été presque directement au-dessous et légèrement devant nous - le pilote a dû se lever à la hâte du siège de gauche et se pencher pour les voir - les objets ont exécuté un changement de direction qui était totalement stupéfiant.

Tous ensemble, ils se sont renversé sur leur bord, les côtés vers notre gauche montant et leurs surfaces brillantes à droite. Bien que les dessous ne soient pas devenus clairement visibles, nous avons eu l'impression qu'ils n'étaient pas lumineux. Les bords exposés, également non lumineux, ont semblé avoir environ 15 pieds d'épaisseur, et leurs surfaces supérieures, au moins, ont semblé plates. Dans leurs formes et proportions, ils étaient tout comme des pièces de monnaie. Tandis que tous étaient inclinés, les cinq derniers ont glissé au-dessus et à la suite de celui de tête de sorte que l'échelon ait été maintenant queue la première, pour ainsi dire, l'objet le plus haut et dernier de la formation étant maintenant le plus proche de notre position. Puis, sans le moindre arc ou écart du tout, ils se sont tous renversé en arrière ensemble à un niveau d'altitude égale et ont filé au loin dans une direction qui formait un angle aigü avec leur premier trajet, s'en tenant à leur nouvelle formation.

Le changement de la direction était aigu et brusque. La seule comparaison descriptive que nous pouvons offrir est une balle ricochant contre un mur.

Juste après que ces six aient filé au loin, deux objets supplémentaires tout comme eux ont filé depuis derrière et en dessous de notre avion à la même altitude que les autres. Les deux nouveaux venus ont semblé rejoindre le premier groupe sur un cap maintenu pour les rejoindre.

Alors soudainement les lumières de tous les objets se sont éteintes, et un moment plus tard se sont rallumées encore avec chacun des huit en une ligne filant vers l'Ouest, au Nord de Newport News, et s'élevant au loin en une courbe gracieuse qui les a portés au-dessus de notre altitude. Là ils ont disparu, alors qu'ils étaient toujours en vue, en s'éteignant l'un après l'autre, non pas dans l'ordre, mais d'une manière dispersée.

Il y avait semblé y avoir un certain rapport entre les lumières et la vitesse.

Les six originaux s'étaient obscurcis légèrement avant leur changement de cap aigu et s'étaient éclairés considérablement après l'avoir fait. Les deux autres étaient également encore plus lumineux, comme si cela venait de leur vitesse pour les rattraper.

Nous avons regardé là où ils ont disparu, stupéfaits et probablement bouche bée. Nous avons regardé autour du ciel, nous attendant à demi à ce que d'autres chose apparaissent, mais ce ne fut pas le cas. Il y a des soucoupes volantes, et nous les avions vus. Ce dont nous avions été témoin était tellement énorme et incroyable que nous pouvions aisément penser que si l'un ou l'autre d'entre nous seul l'avait vu seul, il aurait hésité à le rapporter. Mais nous étions là, face à face. Nous ne pouvions pas tous les deux être nous tromper à propos d'un spectacle si saisissant.

Il était 8:12 en Eastern Standard Time. La chose entière s'était produite très rapidement; nous avons été d'accord sur une évaluation de 12 secondes. Maintenant, la question, sans trop d'espoir: est-ce que quelqu'un d'autre à bord avait vu cela?

Le copilote est passé par la petite cabine passagers avant, où le capitaine était occupé à du travail sur papier. Dans la carlingue principale, certains des passagers somnolaient. Une enquête prudente pour savoir si quiconque se serait avérée avoir juste vu quoi que ce soit d'inhabituel n'a apporté aucun résultat.

De retour dans l'habitacle, nous avons discuté et avons formulé un rapport rapide. Nous avons appelé la radio de la Norfolk pendant que nous passions au-dessus d'elle, avons donné notre position selon la routine, et lors de la réception la confirmation de ce message nous en avons ajouté un seconde et nous avons demandé qu'il soit expédié aux militaires:

"Deux pilotes de ce vol ont observé huit objets non identifié dans le voisinage de Langley; vitesse évaluée au-dessus de 1.000 miles par heure; altitude estimée 2.000 pieds." Le capitaine est venu en devant et il lui a été raconté l'incident et le message; il a pris les commandes tandis que nous allions travailler à comprendre et rédiger des notes sur ce que nous avions vu.

Avec un ordinateur Dalton Mark 7, un genre de calculatrice de pivotement, nous avons balancé l'azimut de l'axe longitudinal de l'avion en rapport avec l'angle de l'approche des soucoupes vers notre nez, comme nous pouvions nous le rappeler, et avons alors fait la même chose pour leur angle de départ. Nous avons constaté que la différence était seulement d'environ 30 degrés; donc ils avaient fait un changement de cap de 150 degrés presque instantanément. Les forces produites dans un tel tour rapide, nous ne pouvions même pas commencer à nous les imaginer, naturellement, même si nous avions su, parce qu'elle dépendraient de la durée et de la vitesse - et c'est là que nous sommes vraiment tombés sur quelque chose.

En se référant au diagramme, nous avons estimé que la piste des soucoupes, de la localité où nous les avions vues la première fois à l'endroit où elles avaient disparu, couvrait environ 50 miles, et elles avaient fait ce voyage en 12 secondes. Si nous étions conservateurs et accordions 15 secondes, cela signifierait que les objets volaient à la vitesse de 200 miles à chaque minute, soit 12.000 miles par heure! Si nous devions être bien plus conservateurs et couper notre juste d'évaluation de la distance d'une moitié, la vitesse serait encore toujours de 6.000 miles par heure!

Un moment plus tard, alors que nous discutions toujours de ce point, les lumières d'un quadrimoteur allant vers le Nord sont arrivées en vue sur un cours d'environ 1.000 pieds au-dessus de nous. Si quelque effet normal du à la nuit avait pu intensifier l'effet de notre expérience de cette nuit, c'était cet événement banal. D'habitude l'approche face à face de deux avions de lignes - leur vitesse s'additionnant serait de 500 à 550 miles par heure - semblerait joliment rapide. Cette nuit l'avion approchant semblait faire du surplace, par rapport à la vitesse d'approche ahurissante des soucoupes.

Nous avons atterri à l'aéroport international de Miami peu de temps après minuit. En entrant dans le bureau des opérations, nous avons trouvé, classé, de notre dispatcher à New York, une copie du message sur les soucoupes que nous avions transmis depuis Norfolk, avec une addition: "dites à l'équipage qu'il y avaient cinq jets dans le secteur à ce moment." Cela ne concordait pas vraiment; les choses que nous avions vues étaient au nombre de huit, et nous étions totalement sûrs qu'elles n'étaient pas des jets. Alors nous avons téléphoné l'officier de service aux quartier généraux de l'Armée de l'Air depuis l'aéroport et lui avons dit nous avons un rapport à faire au sujet de quelques étranges objets non identifiés. Il a pris nos noms et adresses et a dit nous serions contactés par les autorités compétentes.

Nous l'avons été. A 7 heure du matin nous avons été appelé au téléphone par des enquêteurs de l'Armée de l'Air et des rendez-vous ont été fixés pour une entrevue plus tard ce matin là. Pendant un temps considérable, nous avons tous les deux été sincèrement et diligemment interrogés, séparément et ensemble. Nous avons été étonnés quand on nous a dit à la fin que notre expérience particulière n'était absolument pas unique.

Nous avons tous les deux volé pendant plus de dix années, nous avons effectué une abondance d'exercices de service sur l'identification des avions, et dans les milliers d'heures de temps de vol ni l'un ni l'autre de nous n'a jamais vu n'importe quoi qui ressemblerait même de loin aux objets étranges et inoubliables que nous avons vus près de Newport News le 14 Juillet.

Peut-être qu'il y a une certaine sorte de confirmation dans le fait que, après notre observation, le radar de Washington a par deux fois détecté des objets non identifiés, les 19 et 26 Juillet, et que à la deuxième occasion il a été rapporté qu'une mission d'interception pas des chasseurs à réaction a été distancée par quatre lumières disparaissantes.

Qu'étaient les soucoupes volantes que nous avons vues là? Nous n'en avons aucune idée. L'un de nous a pensé que leur éclairage soudain suggérait qu'ils aient pu précédemment avoir été stationnaires. De toute façon, s'ils nous ont vus et sont venus pour nous étudier, ou qu'ils étaient en train de se déplacer vers notre position et en ont alarmés, ou qu'ils aient eu rendez-vous là avec les deux derniers, ou avaient eu certains buts entièrement différents, ce sont là des conjectures toutes indéterminables.

Bien que nous ne sachions pas ce qu'ils étaient, ce qu'ils faisaient ou d'où ils venaient, il est clair dans nos esprits qu'ils étaient des engins intelligemment contrôlé venant de quelque part d'autre que notre planète.

Nous sommes sûrs qu'aucun pilote, qui aurait pu les voir comme nous, ne pourrait concevoir n'importe quel avion terrestre capable de cette vitesse, du changement brusque de la direction, et de l'accélération de la laquelle nous avions été témoin, ni n'imaginer que n'importe quel métal d'avion pourrait résister à la chaleur qui doit avoir été créée par frottement lors de leur passage à travers l'atmosphère dense à 2.000 pieds. Nous ne pouvons pas dire s'ils étaient commandés depuis l'intérieur ou à distance, mais il est impossible de penser à de la chair et des os humains qui survivraient à la secousse de leur inversion de cours.

Nous avons les raisons habituelles, aussi, de ne pas croire qu'ils étaient des missiles guidés secrets. Il n'est pas logique que nos propres forces armées expérimenteraient avec de tels dispositifs au-dessus de grandes villes et à travers des voies aériennes, et une autre nation ne les risquerait pas ici. Et personne ne pourrait avoir atteint une telle étape du développement scientifique sans certaines des étapes intermédiaires qui seraient devenues connue du public.

Une chose que nous savons: l'humanité a beaucoup de leçons à apprendre... de quelqu'un.

William B. Nash et William H. Fortenberry


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 19 Novembre 2002