Mars -> Exobiologie -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Mars:

Vie sur Mars, mars 2005 - Communiqué de Spherix, inc.:

Source de ce communiqué de presse: Spherix Incorporated.

Le scientifique de Spherix pour Viking qui a le premier déclaré qu'il y de la vie sur Mars fait bon accueil au déluge d'appuis

Mardi 1er mars, 10:38 am ET

Beltsville, Maryland, 1er Mars / PRNewswire-FirstCall / -- Spherix Incorporated (Nasdaq: SPEX - News) -- Une des personnes les plus ravies des nouvelles venant de l'ESA de la semaine dernière à la conférence aux Pays-Bas, selon laquelle 75 pour cent des scientifiques présents pensent maintenant que de la vie a pu avoir existé sur Mars, et 25 pour cent pensant que Mars peut actuellement soutenir la vie, est le Dr. Gilbert V. Levin. Travaillant actuellement comme officier exécutif pour la Science à Spherix inc., la société qu'il a fondée en 1967, Levin était expérimentateur sur l'expérience de détection de la vie par mesure des dégagements gazeux (LR) à bord de la mission de recherche de 1976 de la NASA sur Mars, Viking. L'expérience LR de Levin avait obtenu des réponses positives fortes indiquant des micro-organismes vivants aux deux emplacements d'atterrissage de Viking. A cette époque, Levin et son co-expérimentateur le Dr. Patricia A. Straat, ont été limités par les précautions et la prudence de la NASA qui leur a fait duire seulement que "les données sont conformes à la présence de la vie." Cependant, se basant sur des expériences et des études continues, Levin a déclaré dans un article de 1997 que l'expérience avait en effet détecté des micro-organismes vivants dans le sol de Mars. Depuis cette déclaration, Levin a été désigné comme "une voix isolée dans le désert." Une décennie après Viking, un biologiste majeur a édité un livre sur la recherche de la vie sur Mars dans lequel il avait écrit, "Viking n'a trouvé aucune vie sur Mars, et, tout aussi important, il a trouvé pourquoi il ne peut y avoir aucune vie."

Mais en en venant à février 2005, la marée des opinions scientifiques a soudainement tournée. Levin a désignée le consensus étonnant atteint aux Pays-Bas un "événement décisif, non seulement parce qu'il marque le commencement du changement majeur de paradigme en reconnaissant que cette vie existe au delà de la terre, mais également parce que l'eau a littéralement été la clé de cette polémique."

"Beaucoup de temps s'est écoulé depuis les résultats de LR sur Viking," dit Levin, "mais les découvertes qui bouleversent le paradigme mettent toujours beaucoup de temps à être accepté. Après tout, nous traitons là une question que la NASA a dit être peut-être la plus significatove dans l'histoire de la science. Mais enfin, c'est réjouissant de mne plus être le seul après toutes ces années. Je fais bon accueil à la majorité qui accepte maintenant la possibilité de la vie passée sur Mars, et au nombre de plus en plus important de ceux qui pensent que la cause de la vie organique sur Mars aujourd'hui est bonne."

Levin indique plusieurs événements récents qui ont motivé ce changement important et tardif:

  1. Les confirmations multiples du méthane dans l'atmosphère de Mars par le Dr Michael Mumma de Goddard Space Flight Center et le Dr Vladimir Krasnopolsky de la Catholic University of America, qui ont produit les preuves confirmant leurs conclusions des annéEs précedentes, et par le Dr Vittorio Formisano, expérimentateur de l'ESA pour Mars Express.
  2. Une déclaration du Dr Krasnopolsky indiquant que la détection du méthane est plus probablement un indicateur de la vie.
  3. Le rapport du Dr. Formisano indiquant que la quantité et la persistance du méthane implique fortement la vie en tant que sa source.
  4. La découverte additionnelle du Dr Formisano du formaldéhyde dans l'atmosphère de Mars, en des quantités et avec une persistance qu'il dit encore fortement indicative de la vie.
  5. Le rapport par l'ESA de grands corps d'eau couverte de poussière près de la surface de Marts (près de l'atterrisseur Viking 1).
  6. La découverte par le Dr Richard Hoover, du Marshall Space FLioght Center de la NASA, de bactéries vivantes dans le pergélisol d'Alaska, qui était resté congelé depuis plus de 30.000 années, apparemment sans eau liquide. Ceci soutient des résultats plus tôt rapportés précédemment par la National Science Foundation de micro-organismes vivants sur la calotte de glace polaire où les températures ne montent jamais au-dessus de zéro. Cependant, indique Levin, en dépit des froids intenses, de minces couches d'eau liquide existent entre les cristaux minéraux et sont suffisants pour soutenir la vie dans ces cas, comme, argumente-t-il, elles le sont sur Mars.

De plus, Levin et son fils, Ron, Ph.D., physicien, ont publié la preuve théorique et ont mis en référence des expériences réelles prouvant que la surface de Mars doit contenir de l'eau liquide, peut-être seulement un peu, assez mais pour soutenir une vie microbienne. Jusqu'à récemment, c'était en soi une question débattue vivement.

Basé sur l'utilisation du carbone radioactif, la méthode LR est extrêmement sensible et rapide. Elle est maintenant généralement employée dans les hôpitaux pour détecter des infections de sang. L'expérience LR sur Mars ajoutait une injection d'une solution de sept aliments marqués au carbone radioactifs à un échantillon de sol. Si des micro-organismes étaient présent et consommaient l'un quelconque de ces aliments, le gaz radioactif serait émis du sol. Pour confirmer cette preuve, un autre échantillon du sol serait chauffé à une température calculée pour tuer tous les micro-organismes, mais pas assez haute pour détruire des produits chimiques capables de produire le résultat. Cet échantillon serait alors examiné. S'il ne donnait aucune réponse, ceci confirmerait que les micro-organismes avaient causé la réponse initiale, et les critères pour la vie auraient été satisfaits. L'expérience n'avait jamais échoué dans ses essais sur Terre.

Sur Mars, LR a trouvé des réponses positives fortes aux deux emplacements d'atterrissage, et les échantillons stérilisés n'ont donné aucune réponse. Les expériences additionnelles de LR sur Mars, modifiées pour distinguer plus définitivement la biologie et la chimie ont encore plus indiqué la biologie. Un total de neuf expériences a été entrepris. Tous les résultats étaient conformes à l'activité biologique. Néanmoins, le défaut d'autres expériences de Viking à soutenir cette conclusion a mené à un consensus de rejet.

Les producteurs de méthane étaient parmi les centaines d'espèces de micro-organisme examinés avec LR pendant sa période de dix ans de développement. Puisque quelques producteurs de méthane ont besoin de formiate, il a été inclus dans les aliments de LR. Ainsi, les résultats de LR sur Mars sont conformés aux résultats du méthane et du formaldéhyde, la source possible du formiate pour soutenir les micro-organismes générant du méthane sur Mars. Levin, cependant, pense que le gaz qui s'était principalement développé dans son expérience était l'anhydride carbonique.

Levin a créé un site web, http://www.spherix.com/mars où il montre tous ses papiers publiés à propos de Mars. Il a attiré une attention croissante, l'année dernière ayant eu 640.000 visites. Avec les nouveaux résultats, le site a eu plus de 460.000 visites depuis janvier 2005. Il croit pense que ces forte attention vient de ce que beaucoup de gens commencent à prendre ses données sérieusement. Il continue à demander à la NASA un examen indépendant des données LR de Viking et de sa conclusion, mais aucune réponse n'a été reçue. Levin précise qu'au cours des 29 années depuis Viking, de la vingtaine de tentatives par des scientifiques de reproduire ses résultats de Mars sans organismes vivants, aucune a réussi. Ni n'ont plus n'ont été trouvé la moindre raison théorique. La principalr parmi ces dernières avait été l'incapacité d'un instrument de Viking à trouver de la matière organique, une tentative d'interpréter les données de LR comme preuve qu'une couche de peroxyde destructeur de la vie sur le sol, et l'absence présumée de l'eau liquide. Les papiers de Levin ont réfuté ces derniers points et toutes autres tentatives d'écarter ses résultats.

Pour Levin, l'aspect le plus inexplicable de son parcours astrobiologique de 30 ans a été que la NASA n'a pas envoyé une autre expérience de détection de la vie à Mars, bien que l'agence ait maintenu que la recherche de la vie sur Mars est toujours sa priorité la plus élevée. Il dit que, même si la matière organique ne causait pas ses résultats de Viking, la constation étonnante que que le sol serait tellement actif justifiait une répétition de son expérience, modifié, comme il a proposé, pour déterminer la nature de l'agent responsable.

Faisant bon accueil au changement de l'opinion de la communauté scientifique à propos de la vie sur Mars, Levin précise que "la Science n'est pas un processus démocratique. La vérité se situe dans l'analyse dure des données, et je pense que la communauté des sciences spatiales devrait jeter un coup d'oeil attendu depuis longtemps aux résultats de LR à bord de Viking. Il est également temps d'envoyer mon expérience LR chirale vers Mars."

Cette expérience aurait un bénéfice double, 1) oter tout doute de ce que le LR a vraiment détecté la vie, et 2) déterminer si la vie de Mars est liée à la vie de la terre. Pour faire l'expérience, un instrument miniature basé sur le legs de LR serait placé sur un atterriseur martien. L'instrument stérilisé humidifierait séparément le sol des isomères des composés chiraux (les composés qui ont des images symétriques, nommées "gauches" et "droites") qui ont été mélangés dans l'aliment original de LR. Toute la vie sur terre préfère uniquement une image miroir de tels composés. Les produits chimiques réagissent indifféremment aux deux images. Ainsi, si le sol de Martian produisait plus de gaz à partir d'une forme chirale qu'à partir de son image de miroir, ce serait un certain signe d'une vie "qu'aucun scientifique ne contesterait," dit Levin dit. Cependant, ajoute-il, "la perspective la plus passionnante serait si la préférence chirale de Martienne était opposée à celle montrée par la vie terrienne. Ceci signifierait que les deux formes de la vie étaient d'origine différente. Réciproquement, si les préférences chirales sont identiques, ce serait une indication que les deux formes de la vie étaient connexes." Bien que la NASA n'ait encore rien accepté de plusieurs propositions de Levin pour exécuter l'expérience, il espère que le climat changeant rapidement dans la communauté scientifique persuadera l'agence spatiale de jeter un oeil neuf sur cette approche et d'entreprendre les expériences aussitôt que possible.

Le Dr. Straat, qui partage maintenant la conclusion de Levin, était employée de Spherix pendant le développement et l'exécution de la mission. Aidant Levin, elle a mené le travail de laboratoire et a passé quatre ans et demi en Californie pour aider les ingénieurs de l'instrument à transformer le concept LR en un matériel spatial qui a fonctionné sans faute sur Mars. Après trois ans d'investigations après le vol, qui n'ont pas trouvé une explication non-biologique, elle est maitenant une officielle du NIH [National Health Institute, USA]. Maintenant retraitée, elle réside à Sykesville, dans le Maryland.

Sous sa devise, "un monde de solutions," la mission de Spherix est de créer de la valeur et augmenter la richesse de ses actionnaires par des innovations qui bénéficient à nos clients et au genre humain. Spherix offre des innovations en technologie de l'information, gestion de la connaissance, et biotechnologie.

L'adresse internet de Spherix est http://www.spherix.com.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 7 mars 2005.