Mars -> Exobiologie -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Mars

Mars, l'eau, l'atmosphere, le destin de la planète:

Dans le numéro du 14 février du journal Science, le professeur en planétologie de CalTech Andy Ingersoll et son étudiant Shane Byrne, présentent les preuves que le modèle datant de 1966 des calottes polaires de Mars qui étaient supposées être constituées de dioxyde de carbone gelé, la "glace sèche," est erroné.

Les scientifiques ont à cette époque argué du fait que les calottes polaires étaient formés de glace de dioxyde de carbone solide et que ces calottes règlent la pression atmosphérique par évaporation et condensation. En dépit des observations postérieures par la sonde spatiale Viking qui ont établi que la calotte polaire nord contenait de la glace d'eau sous une couche de glace sèche, la plupart des scientifiques ont maintenu que la calotte polaire du sud sinon celle du nord est constituée de glace sèche.

Cependant, les images thermiques et à haute résolution récentes de Mars Odyssey et de Mars Global Surveyor, respectivement, montrent des images à haute résolution de creux circulaires, de huit mètres de profond et de 200 à 1.000 mètres de diamètre sur la calotte polaire du sud, et un taux de croissance extérieur d'environ un à trois mètres par an, qui sont indicatifs que sous une couche de glace sèche, la calotte polaire du sud également contient essentiellement de la glace d'eau.

De plus, de nouvelles mesures infrarouges de Mars Odyssey montrent que le matériel inférieur se réchauffe, comme on s'attend à ce que de la glace de l'eau fasse dans les étés Martiens, et que la calotte polaire sud est trop chaude pour être faite de glace sèche.

Ceci prouve que la calotte polaire du sud est réellement semblable à celle du pôle nord, pour laquelle a été déterminé, sur la base des données de Viking, qu'elle perd sa couche d'un mètre de glace sèche chaque été, exposant la glace d'eau au-dessous.

Les nouveaux résultats prouvent que la différence entre les deux pôles est que la couverture de glace sèche du pôle du sud est légèrement plus épaisse, (environ huit mètres) et ne disparaît pas entièrement pendant l'été.

Cela prouve également qu'il y a moins de dioxyde de carbone sur Mars qu'on ne l'a précédemment pensé, ce qui incite des scientifiques à se demander comment Mars pourrait avoir été chaude et humide dans le passé s'il n'y a pas eu assez de dioxyde de carbone pour créer un effet de serre.

Qu'est-il arrivé à l'atmosphère originale?

Puis-je me permettre de suggérer que Mars ait été frappé par le passé par une comète ou un astéroïde d'une façon si terrible que son atmosphère a été largement détruite et que sa majeure partie s'est échappée dans l'espace, avec la plupart de l'eau et beaucoup de matériel de la surface?

Voici la topographie de Mars (image de données MOLA, NASA/JPL):

A la droite sur le sud, la grande zone bleue est le bassin de Hellas, de 1600 par 2000 kilomètres de large, de 5 kilomètres plus bas que la surface environnante. C'est là qu'un grand fragment de comète ou d'astéroïde a frappé Mars. De l'autre côté de Mars, à l'opposé du bassin d'impact, se trouvent des zones soulevées par l'onde de choc de l'impact qui a traversé la planète, et la craquelure immense de Valles Marineris, et des volcans gigantesques. D'autres parties de la surface, les basses terres sur le nord, ont été littéralement scalpées par l'impact. Cela se voit de manière évidente à l'énorme déficit de cratères de météores par rapport aux surfaces élevées du Sud qui sont donc plus anciens. Et le long des zones de désastre, de gigantesques déluges ont découpé des vallées colossales, sans commune mesure avec ce que font les fleuves terrestres.

Une image est parfois meilleure que mille mots; voici comment cela a fonctionné:

Pensez-y.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 16 février 2003.