Science -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La science et les OVNIS:

Un papier concernant la question des elèvements à bord d'OVNIS:

Par Rima Laibow.

RIMA E. LAIBOW, M.D.
Psychiatrie de l'Adulte et de l'Enfant

Cerridwen
13 Summit Terrace
Dobbs' Ferry, NY 10522
(914)693-3081

ANOMALIES CLINIQUES ENTRE LES DONNEES PREVUES ET OBSERVEES DANS LES PATIENTS
RAPPORTANT DES ENLEVEMENTS OVNI: IMPLICATIONS POUR LE TRAITEMENT

ABSTRACT:

IL CONVIENT NOTER QUE CET ARTICLE NE FAIT AUCUNE TENTATIVE D'ATTRIBUER OU DE RETIRER DE LA VALIDITE AUX RECITS D'ENLEVEMENTS OVNI EUX-MEMES.

Les patients qui se pensent avoir été enlevés par des OVNIS sont un groupe hétérogène largement dispersé le long des lignes démographiques et culturelles. L'examen soigneux de ces patients et de leurs rapports d'abduction présente quatre secteurs d'anomalie significative entre des données attendues et observées.

Des implications pour le traitement des patients présentant des scénarios d'enlèvements OVNIS sont discutées.

INTRODUCTION

Quand un patient décide de confier à un thérapeute qu'il avait été enlevé par des extraterrestres qui l'ont enlevé à bord d'un OVNI et ont exécuté une série de procédures et d'examens médicaux sur lui, il est improbable que ce patient trouve une oreille réceptive ou une réponse respectueuse et dénuée de jugement de la part du thérapeute. Le matériel présenté se trouve jusqu'ici tellement au-delà des confins de notre système culturel et de notre système de croyances personnelles que cela paraîtrait intolérablement anormal pour la plupart d'entre nous. Nous l'écarterions ou le nierions probablement employant quelques prétentions confortables et familières qui tiennent tellement de la sagesse ordinaire que cela n'exigerait pas d'être examinée plus avant.

Quand des événements qui sont trop anormaux pour permettre leur incorporation dans notre vision du monde nous sont présentés, nous sommes généralement amené à les écarter en employant des préconceptions basées sur notre vision du monde actuellement en vigueur. Ceci rend efficacement impossible l'évaluation normale des anomalies. Par conséquent, la réponse "exprimable" de la plupart des personnes du monde médical et des profanes entendant un compte rendu d'enlèvement dans un OVNI sera un rejet immédiat de la possibilité même qu'un tel épisode puisse se produire. Suivant vite sur les talons cette conviction, est le classement complet de la personne offrant un tel compte rendu dans le domaine de la pathologie. Des états de rêve, l'effet de suggestions, une incapacité à apprécier la réalité, une franche psychose ou une dissociation de la personnalité, sont habituellement offerts et acceptés en tant que modèles évidents et raisonnables d'explication par lesquels la production de tel matériel peut être comprise. Ce sont là des manoeuvres typiques par lesquelles la présentation d'informations qui défient les schémas des préjugés est écartée ou filtré avant que les informations présentées puisent être examinées avec neutralité en ce qui concerne leur fiabilité et leur exactitude. Une telle approche est cependant fortement souhaitable, cependant, parce qu'elle nous donne l'occasion d'appliquer la méthode scientifique à notre niveau actuel de sophistication théorique et d'affiner de ce fait notre compréhension de la réalité toujours plus avant. Naturellement, ce processus est rendu très difficile quand des données nouvelles sont exclues de la considération juste parce qu'elle sont trop anormales pour être évaluées.

Westrum a offert un modèle par lequel des événements deviennent "cachés" et demeurent donc anormaux pour ce que la société peut en percevoir, et les fait entrés dans un cercle vicieux: l'événement caché n'est pas cru et ce refus d'y croire le maintient caché. Citant la période prolongée lors de laquelle les enfants battus et leur parents tourmenteurs sont demeurés cachés, Westrum énonce:

"Un événement est caché si son occurrence est tellement invraisemblable que ceux qui l'observent hésitent à la rapporter parce qu'ils s'attendent à ne pas être crus. Le fait que ce ne soit pas plausible peut faire douter l'observateur de ses propres perceptions, menant au démenti de l'événement ou à une mauvaise identification. Si l'observateur rédige tout de même un rapport, lui ou elle peut s'attendre a être traité avec incrédulité ou même ridiculisé. Puisque l'existence d'un événement caché est contraire à ce que la science, la société, et peut-être même l'observateur croient, l'événement reste cachés en raison des forces sociales puissantes qui interfèrent avec son rapport. Il est parfois difficile de croire le degré réel auquel es choses ne sont pas rapportées, ce qui est un scepticisme qui lui-même agit en tant qu'une force qui dissuade de prendre au sérieux ces rapports qui font tout de même surface." (1)

Mais pour le clinicien s'accorde un instant avant de tirer ces conclusions "évidentes" et "intuitives," plusieurs questions fascinantes et potentiellement productives se présentent. Si nous nous abstenons pendant un instant de rejeter d'emblée ce matériel, nous constatons qu'il y a au moins quatre zone troublantes d'anomalies importantes entre ce que notre bon sens nous dit et les données présentées par le patient. Ces anomalies nous forcent à remettre en question nos préjugés, à la lumière d'un manque démontré de la théorie qui explique les phénomènes observés. Ce processus, tout en étant embarrassant et provocateur, est néanmoins la manière dont nous systématisons notre compréhension de la santé humaine et de la pathologie. Remarquer ce qui jusqu'ici était ignoré et l'utiliser pour affiner notre cadre conceptuel mène à améliorer la prévision et donc à améliorer le traitement.

Ce n'est pas le but de cet article que de dire si les expériences d'enlèvement OVNI rapportées par tel ou tel patients sont réelles ou non. Plutôt, précisément parce que c'est en dehors du domaine de l'expertise clinique d'évaluer avec certitude si ces événements se sont produits réellement ou s'ils sont seulement imaginaires, il est obligatoire que le clinicien examine l'impact de ces expériences sur le patient, quelle qu'en soit leur cause. Ceci doit être fait d'une manière clairvoyante et AVEC OUVERTURE D'ESPRIT de sorte que l'impact de ces expériences puisse être traité, plutôt que transformé en des événements cachés.

SECTEURS D'ANOMALIES

1. ABSENCE DE PSYCHOPATHOLOGIE MAJEURE:

Il est intellectuellement séduisant (et probablement confortable) de supposer qu'un fonctionnement de niveau psychotique sera nécessairement présent chez une personne prétendant avoir été enlevés à bord d'un OVNI. Si le patient présente un tel niveau de déformation et d'illusion, on doit s'attendre à ce qu'il montre d'autres indices de sa déformation de la réalité. Une pathologie d'une telle importance, on ne s'attendra pas à la trouver chez un individu intégré, mûr et sain d'esprit. Au lieu de cela, nous pouvons nous attendre à ce que les outils cliniques et psychométriques qui le permettent, détectent des problèmes sérieux dans de nombreux secteurs de la personnalité et de ses relations interpersonnelles. Cela serait très étonnant que des personnes par ailleurs fiables montrent un seul secteur de déformation psychotique florissante. De plus, même si leur idée fixe étaient totalement circonscrite, non envahissante et discrète, cela serait déjà fortement anormal. On ne voit pas chez les individus en bonne santé d'états d'illusions bien développés et bien circonscrits avec de nombreux composants élaborés et séquentiels. On s'attendrait à ce que les indications du dysfonctionnement profond s'infiltrent dans de nombreux secteurs de la vie du patient. On prévoirait que si l'expérience d'enlèvement étaient le produit d'une illusion ou d'autres états psychotique, il serait possible d'en détecter les signes en utilisant les outils cliniques et psychométriques qui nous sont disponibles.

Ceci nous amène à la première anomalie importante: les individus affirmant avoit été enlevés par des extraterrestres ne montrent la plupart du temps aucun signe de psychose passée ou présente, de pensée qui s'illusionne, de déficits à appréhender la réalité, d'hallucinations ou de tout autre psychopathologie significatif en dépit d'évaluations cliniques étendues. Au lieu de cela, il y a une absence remarquable de psychopathologie qui serait de l'importance nécessaire pour expliquer la production d'illusions florissante et du matériel que l'on a présumé d'origine psychotique. (2)

Afin d'examiner cette information étonnante et anormale, un groupe de sujets qui pense avoir été enlevés par des extraterrestres (9 personnes, 5 hommes et 4 femmes) ont été invités à participer à une évaluation psychométrique. Un psychologue clinique expérimenté a effectué une recherche en utilisant des tests de projection (Rorschach, TAT, "Dessinez une personne" et le test MMPI [multiphasique]) ainsi que l'échelle de mesure de d'intelligence adulte de Wechler. On a dit au clinicien examinant que "ces sujets devaient être évalués pour déterminer des similitudes et des différences dans la structure de leurs personnalités, aussi bien que leurs forces et faiblesses psychologiques." Tous les sujets se sont activement abstenus de parler de leurs expériences en rapport avec les OVNIS avec l'examinateur et elle était ignorante du fait que ce thème faisait partie de leurs vies.

L'investigateur a constaté que les points communs n'étaient pas fortement présents et que:

"Tandis que les sujets sont tout à fait hétérogènes dans leurs modèles de personnalité, il y a un modicum d'homogénéité à plusieurs égards: (1) une intelligence relativement élevée avec une richesse concomitante de la vie intérieure; (2) une faiblesse relative dans leur sens de l'identité, particulièrement l'identité sexuelle; (3) une vulnérabilité concomitante dans le domaine des relations interpersonnelles; (4) une certaine orientation vers la vigilance qui est manifeste alternativement dans une certaine sophistication et conscience perceptuelles ou dans une hyper-vigilance et une attention interpersonnelle... L'impression qui est peut-être la plus évidente et la plus en avant laissée par les neuf sujets est l'étendue des modèles des personnalités présentes... Il y a peu de choses qui les unissent en tant que groupe du point de vue des traits manifestes de leurs personnalités... Ils [sont des] sujets peu ordinaires et intéressants, très distincts. [Mais] avec l'intelligence au-dessus de la moyenne, la richesse dans la vie mentale, et les indications de perturbation narcissique de l'identité, les neuf sujets partagent également un certain degré d'affaiblissement dans des rapports interpersonnels. Pour [certains des sujets], des problèmes dans l'intimité sont manifestes plus dans une grande sensibilité aux dommages et à la perte que dans le manque d'intimité et de relations. ... le dernier trait saillant d'un affaiblissement dans le domaine interpersonnel est en relation avec une certaine tendance modérément paranoïde et une inquiétante tendance à l'solement de plusieurs des sujets, qui les rend très circonspects et prudents au sujet de s'impliquer avec d'autres. Il est significatif que tous, sauf un des sujets, aient eu des degrés modestes sur l'échelle de paranoïa du MMPI relativement à leurs autres points. De telles mesures modestes signifient que nous ne traitons pas d'une symptomatique paranoïde flagrante mais plutôt d'une hyper-sensibilité, d'une tendance à être sur la défensive et d'une crainte de la critique et d'une inquiétude à être mis sous pression. Pour récapituler, tandis que c'est un groupe hétérogène en termes de type manifeste de personnalité, il peut être dit que la plupart de ses membres partagent d'être plutôt peu ordinaires et très intéressants. Ils partagent également une intelligence plus brillante que la moyenne et une certaine richesse de la vie intérieure qui peut oeuvrer favorablement en termes de créativité ou désavantageusement dans la mesure où cela peu être un souci. Les facteurs émotifs fondamentaux qu'ils partagent incluent un certaine perturbation de l'identité, certains déficits dans le domaine interpersonnelle, et des phénomènes généralement légers de paranoïa (hypersensibilité, inquiétude, etc...)" (3)

Ses résultats démontrent une absence uniforme de psychopathologie significative telle qu'elle serait nécessaire pour expliquer ces expériences si les expériences d'abduction représentent des états de psychose ou d'illusion comme prévus par la théorie actuelle.

Quand l'examinatrice a été au courant de la vraie raison du choix de ces sujets pour cette évaluation (c.-à-d., leur croyance partagée qu'ils avaient été exposés des enlèvements extraterrestres), elle a rédigé un supplément à son rapport original examinant de nouveau les résultats des tests à la lumière de ces nouvelles données. Elle y déclare:

"La première et la plus critique des questions est de savoir si les expériences rapportées par nos sujets pourraient être expliqués strictement sur la base d'une psychopathie, c.-à-d., de troubles mentaux. La réponse est un non définitif. De façon générale, si les enlèvements rapportées étaient des productions de l'imagination par la confabulation, en nous basant sur ce que nous connaissons des désordres psychologiques, cela pourrait seulement venir de menteurs pathologiques, de schizophrènes paranoïdes, et de caractères hystéroïdes sévèrement dérangés et extraordinairement rares sujet à des états de fuite ou de dissociation en personnalités multiples décalées... Il est important de noter que pas un seul des sujets, en se basant sur les test, n'entrent dans la moindre de ces catégories. Par conséquent, bien que les tests ne puissent en rien prouver la véracité des rapports d'enlèvement d'OVNIS, on peut conclure que les résultats des tests ne sont pas contradictoires avec la possibilité que les enlèvements OVNIS rapportés se seraient réellement produits. En d'autres termes, il n'y a aucune explication psychologique qui soit apparue pour leurs rapports." (4)

2. CONCORDANCE DES DONNEES RAPPORTEES:

Le deuxième point d'anomalie intrigante suit cette absence étonnante d'une quelconque piste psychopathologique ou rupture du sens de la réalité pour expliquer les affirmations bizarres des patients. Ils affirment qu'ils ont été enlevés, parfois à plusieurs reprises pendant le cours entier de leurs vies, par des extraterrestres qui ont communiqué avec eux et ont exécuté des procédures suivies tout comme des examens médicaux. Des personnes rapportant ces expériences sont vues pour être différentes sur le plan psychodynamiques. Elles sont également démographiquement variées. Des rapports de ce scénario de base, qui se comptent en centaines, ont été maintenant enregistrés. Bien que ces témoins vont de personnes aussi diverses qu'un fermier brésilien (5), un avocat d'une grand société américaine (6), un prêtre du Midwest (7), il y a une concordance étrange et intrigante des caractéristiques de ces rapports. Certains détails des scénarios se répètent avec une régularité inquiétante quelles que soient les caractéristiques éducatives, nationales, sociales, démographiques ou autres de celui qui les rapporte. Dans la production des rêves, des rêveries, de la poésie, de l'imagination et des états psychotiques, alors que les thèmes généraux du problème peuvent être identifiés facilement entre les individus, le symbolisme spécifique, les incarnations, les abstractions et les représentations de ces thèmes sont relativement idiosyncratique pour chacun individu. Ceci rend naturellement nécessaire une écoute empathique et attentive soigneuse de la part du clinicien pour recueillir la saveur générale et la signification spécifique des éléments issus de l'imagination. Cette écoute soigneuse signifie souvent qu'un système symbolique personnel de représentations peut être décodé et son contenu peut être rendu moins mystérieux au patient. Dans les scénarios d'enlèvement OVNI, cependant, à la fois le thème et ses détails se répètent avec une régularité étonnante: en général, l'aspect et le modus operandi des extraterrestres, leurs effets et procédures, leurs outils et intérêts, leurs engins et examen médicaux, tous cela se retrouve d'un rapport à l'autre avec un taux élevé de concordance (8, 9, 10). Ce fait intrigant semble imperméable au background socio-économique, éducatif, national, ou culturel de l'enlevé. De même, que l'individu ait un une connaissance précédente avec la littérature sur les enlèvements OVNIS semble faire peu de différence dans cette veine puisque les rapports des individus dont on peut montrer qu'ils n'ont eu aucune exposition à la littérature des enlèvements montrent également ces caractéristiques communes. Les praticiens et les investigateurs habiles rapportent dans ces cas qu'ils sont convaincus que chacun de ces sujets disait strictement la vérité dans son rapport.

La concordance à la fois du contenu et de l'événement dans ces rapports les rend différent de tout autre matériel produit de l'imagination que je connaisse. En effet, les investigateurs comme Hopkins et d'autres affirment qu'ils ont intentionnellement retenu la diffusion de certain détails importants, fréquemment rapportés dans les scénarios d'enlèvements, afin d'avoir une "vérification" sur le matériel leur étant présenté par les individus qui ont pu avoir eu accès à cette littérature puisque des enlevés ont pu avoir été influencés au niveau conscient ou au niveau inconscient par cette littérature. Dans ces cas également, des caractéristiques qui avaient été précédemment publiées aussi bien que celles qui avaient été retenues sont toutes deux fournies par l'enlevé (11). Dans les exemples dans lesquels le patient a lu une partie de la littérature sur les enlèvements, ce matériel précédemment retenu a parfois été décrit à l'investigateur avec un sentiment d'invalidation, des excuses et un embarras personnels. Il exprime souvent son inquiétudes de ce que ces détails rendent son histoire moins crédible que d'autres dont il est déjà au courant. (12)

Jung et d'autres ont écrit largement au sujet de l'utilisation des archétypes et de la conscience collective de thèmes et d'images dont on affirme qu'ils sont présents d'une manière mondiale et multi-personnelle. La quantité de variation individuelle et de latitude créatrice qui se montre dans le système fermé des archétypes et de la créativité collective est vaste. Ceux qui posent l'existence de tels universaux détectent leur présence dans les représentations complexes et les déguisements fortement idiosyncratiques qu'ils reçoivent dans l'esprit inconscient du patient et de l'artiste. Ce déguisement est idiosyncratique, disent-ils, précisément parce qu'un ensemble d'images disponibles est employé pour travailler et retravailler les réalités personnelles de l'individu dans la perspective du collectif. Mais l'enlevé ne semble pas être impliqué dans la retouche personnelle des mythologies collectives. Les détails et les teneurs des scénarios semblent, si on y regarde de près, soutenir peu de pertinence thématique avec les problèmes inhérents de la vie de l'enlevé. Une recherche intensive ultérieure ne rapporte fréquemment aucune signification symbolique de processus thématique, archétypiques, primaire à la forme ou activités des abducteurs et du scénario de l'abduction elle-même. Au lieu de cela, le travail thérapeutique dans ces caisses se concentre sur les problèmes inhérents à l'impuissance et la vulnérabilité de la personne même si ceci n'avait pas été un problème existant dans sa vie avant l'enlèvement allégué. En d'autres termes, la richesse usuelle des associations et de la créativité trouvées dans l'examen des rêves et de tout autre matériel imaginaire est absente en ce qui concerne le scénario et la présentation des extraterrestres qui enlèvent et manoeuvrent le patient dans le récit d'enlèvement.

Si le matériel dans l'enlèvement est effectivement archétypal ou relevant de l'imaginaire généré par la nature, c'est une nouvelle classe d'archétypes. Ces archétypes exigent la représentation plutôt exacte et la représentation mythique puisque les activités et le comportement des extraterrestres est plutôt invariable à l'intérieur de limites étroites, contrairement aux autres thèmes du rêve et de l'imagination du patient.

3. LES SCENARII D'ENLEVEMENTS ET L'HYPNOSE.

Les membres de la communauté thérapeutique comme les profanes supposent fréquemment que le matériel se rapportant à des scénarios d'enlèvement OVNI est révélé sous hypnose. Puisque l'on pense généralement que les personnes sous hypnose sont ouvertes à l'implantation des suggestions par l'influence manifeste ou secrète de l'hypnotiseur, on conclut que ce matériel reproduit les espérances ou les intérêts de l'hypnotiste. On conclut également que puisque l'hypnotiseur "l'a mis là", l'abduction ne peut pas être expliquée comme du matériel qui émerge seulement de la part du patient.

Ainsi, les scénarios d'abduction sont généralement écartés en tant que simplement une représentation de la production du matériel désiré par les sujets qui s'y conforment. Le sentiment puissant des enlevés que ceci leur est vraiment arrivé pendant la session elle-même et lors du rappel de la session est pareillement écarté comme un artefact du processus par lequel ces fantaisies ont été produites.

Plusieurs facteurs puissants atténuent contre un tel rejet facile des données. Premièrement, à peu près de 20% de ces enlèvements aux scénarios fortement concordants sont disponibles spontanément au niveau de la conscience avant qu'il n'y ait une séance d'hypnose. (13, 14) Ces comptes rendus peuvent être exagérés ou générer davantage d'élaboration par l'utilisation de l'hypnose ou d'autres techniques de rappel de la mémoire, mais dans un nombre significatif de personnes produisant des scénarios d'abduction le rappel est au départ produit sans recours à de telles techniques. Si leurs histoires étaient essentiellement différentes des scénarios concordants d'abduction produits sous régression hypnotique, un autre phénomène aurait lieu.

Cependant, étant donné la présentation clinique intriguante des histoires similaires de personnes différentes qui ne sont pas informées au sujet des expériences des autres, ceci présente un autre secteur d'anomalie très intéressant.

Hopkins a classé les modes de souvenirs d'enlèvements en cinq catégories:

  • Type 1. les patients se rappellent consciemment des parties de tout le scénario d'enlèvements sans techniques hypnotiques ou d'autres techniques conçues pour faciliter le rappel. L'émergence de ce matériel peut être non immédiate.
  • Type 2. les patients se rappellent l'observation d'un OVNI, et les circonstances de l'observation et se son environnement et/ou des extraterrestres, mais ne rappellent pas l'enlèvement lui-même. C'est seulement la perception d'un intervalle de temps perdu qui indique qu'il y a pu y avoir un événement anormal.
  • Type 3. les patients se rappellent un OVNI ou des humanoïdes mais rien de plus. Il n'y a aucun sentiment de temps manquant ou de rupture du cours du temps.
  • Type 4. les patients se rappellent seulement un temps maquant ou une rupture. Aucun scénario d'enlèvement OVNI n'est mis à jour sans l'utilisation de techniques spécifiques de récupération de souvenirs.
  • Type 5. les patients ne se rappellent rien qui concerne un OVNI ou un scénarios d'enlèvement. Au lieu de cela ils éprouvent des émotions variées allant de soupçons inconfortables que "quelque chose m'est arrivés" à des craintes intense, perturbant le sens de l'identité en des lieux spécifiques, des conditions ou des actions spécifiques. Ils peuvent également exhiber des blessures physiques non expliqués et des rêves récurrents avec un contenu de scénario d'enlèvement qui ne sont pas fixés dans leur expérience quant à l'endroit et au moment. (15)

L'examen des transcriptions des sessions hypnotiques qui rapportent un matériel d'enlèvement indique que bien que les sujets soient suffisamment suggestibles pour entrer dans l'état de transe qui est dirigé par le thérapeute, ils résistent quand on tente "d'injecter" du matériel dans leur compte rendu. Ils refusent d'habitude d'être "dirigés" ou distraits par le thérapeute essaye de changer l'essentiel ou le contenu de leur rapport. Le sujet exige caractéristiquement alors de corriger des erreurs ou des déformations suggérées ou implicites venant de l'hypnotise pendant la session. Par conséquent il est difficile d'expliquer les similitudes et les concordances de ces scénarios par le mécanisme de suggestion quand ces sujets refusent aussi immuablement d'être guidés par les hypnotiseurs.

De fait, il est encore plus frappant que tandis que ces patients pensent que le matériel qu'ils produisent à la fois dans et hors de l'hypnose est une vraie expérience, mais que néanmoins ils cherchent fréquemment à escompter ou expliquer [par une cause triviale] ce matériel bizarre et effrayant. Ceci reste vrai bien que le partage de l'expérience ait régulièrement comme conséquence un allègment significatif des symptômes et des malaises et inquiétude connexes. Ces scénarios d'enlèvement sont tellement étrangers à l'ego qu'ils n'est pas fréquent qu'ils aient partagé le matériel avec quiconque, ou sinon seulement un groupe très choisi de personnes de confiance. Dans la grande majorité des cas, les patients sont peu disposés à se permettre d'être publiquement identifiés comme ayant eu ces expériences puisqu'ils perçoivent que le scénario d'enlèvement est tellement anormal qu'ils s'attendent à ce qu'on les ridiculise et qu'on les rejette s'ils sont liés à cela publiquement. Cela fonctionne donc comme un secret coupable, de la manière dont le viol le faisait (et, malheureusement encore dans certains cas).

Après que le matériel soit produit et exploré, ces sujets éprouvent souvent un degré marqué de soulagement. C'est vrai avec la référence toutes les deux aux comportements symptômatiques précédemment identifiés et autres aux manifestations d'inquiétude non remarquables sur l'évaluation initiale. Ces autres symptômes peuvent remettre après que le rappel augmenté du scénario et de ses détails ait lieu. Il est intéressant de noter que tandis que les scénarios peuvent contenir beaucoup du matériel fortement traumatique spécifiquement lié au fonctionnement reproducteur, ces épisodes sont presque uniformément exempts de charge érotique subjective quand le contenu manifeste ou latent est examiné.

4. LES TROUBLES CAUSES PAR LE STRESS POST TRAUMATIC (PTSD) EN ABSENCE DE TRAUMATISME EXTERNE:

Le PTSD [Syndrome de stress post-traumatique] a été décrit la première fois dans le contexte du stress des soldats au combat (16). Bien qu'il puisse présenter dans une grande variété de formes cliniques (17), le PTSD est actuellement compris comme un désordre qui se produit dans le contexte d'un trauma infligé de l'extérieur, intolérable, qui noie la victime sous l'inquiétude et/ou la dépression quand ses défenses accablées et paralysées se montrent insuffisantes pour la tâche d'organiser des événements stressants au-delà du supportable. Dans la tâche du patient pour calmer les marées de l'inquiétude, de la désorganisation, de la crainte ou de la culpabilisation (18) qui accompagnent l'apparition du souvenir cognitif, sensoriel ou émotif de ces événements traumatiques, le trauma lui-même peut être partiellement ou complètement indisponible é la mémoire consciente (19) ... les réponses physiques et psychologiques au trauma sont profondes et dominantes. Le PTSD survient pour des trauma réels accablants, et n'est pas connu pour survenir à la suite d'états intérieurs qui sont les produits de l'imagination. (20)

Ce quatrième secteur d'anomalie entre les données prévues et observées est peut-être le plus saisissant et le plus provocant. Les patients qui produisent le matériel d'enlèvement extraterrestre en l'absence de psychopathologie assez grave pour l'expliquer, montrent souvent les signes clinique du PTSD. C'est remarquable, quand on considère qu'il est possible qu'aucun événement traumatique ne se serait produit sauf ce qui se serait enraciné seulement dans l'imagination. Ces trauma sont, dans une large mesure, démontés, niés et réprimés comme ils le sont dans d'autres occurrences de PTSD.

Comme discuté ci-dessus, ces scénarios apparaissent fréquemment dans des individus qui sont par ailleurs libres de n'importe quelle indication d'instabilité émotive et psychologique significative ou de psychopathologie grave préexistante. Lors de l'évaluation clinique soigneuse, ces souvenirs ne semblent pas remplir les lieux intérieurs au psychisme qui sont habituellement occupées par des formulations psychotiques ou psychopathe-névrotiques. Les scénarios d'enlèvements ne s'ajustent pas ou écartent des pulsions inacceptables, ils ne définissent pas (ou défendre contre) des dédoublements affectifs, ils ne sont pas employés pour stabiliser ou détourner des modes de comportement courants ou archaïques ni ne fournissent de bénéfices indirects ni ne permettent un pouvoir manipulation pour l'individu.

Au lieu de cela, ce matériel, éprouvé par le patient en tant que fâcheux et totalement antagoniste à leur moi, semble tout à fait uniformément être présent dans le tissu de la vie intérieure du patient seulement en termes de sa réponse réactive à l'effort inhérent à ces expériences et au contenu réprimé de souvenirs stressant. Mais l'ampleur de cette réponse secondaire peut être étendue. Il convient de noter que le PTSD n'a pas été précédemment considéré comme pouvant se produire après un trauma qui serait seulement le produit d'états intérieurs. Si les scénarios d'enlèvement sont réellement imaginaires, alors notre compréhension du PTSD doit être revue pour expliquer cette corrélation inattendue jusqu'ici.

En outre, il y a des implications cliniques significatives à la découverte de matériel de scénario d'enlèvement dans un patient qui montre les symptômes du PTSD mais est par ailleurs exempt de psychopathologie significative. Puisque le matériel de scénario d'enlèvement présente plusieurs secteurs cruciaux d'anomalie et de divergences entre ce qui est connu et ce qui est observé. Il est très important que le thérapeute s'abstienne (pour la thérapie, au moins) de faire une description confortable du fonctionnement psychotique du patient qui produit ce matériel jusqu'à ce qu'une telle perturbation soit en fait démontrée et corroborée par la présence d'autres signes accompagnant le matériel lié aux OVNIS. Il est impératif que le thérapeute adopte une position dépourvue de jugement. Il peut s'occuper de la détresse du patient sans essayer de confirmer ou de nier les possibilités qui sont en dehors du secteur spécifique de son expertise. Le clinicien devrait adopter comme priorité thérapeutique l'allégement de la symptômologie du PTSD par l'utilisation des méthodes appropriées et acceptables spécifiques au traitement du PTSD. En outre, le thérapeute doit se rappeler que tandis qu'il peut avoir les convictions fortes pour ou contre la notion que l'enlèvement se soit réellement produit, il n'est pas dans ses possibilités ni dans son expertise de porter un tel jugement avec une certitude totale. En outre, en tant que psychologue clinique qui a évalué les neuf enlevés ont précisé dans son addendum, la sophistication des psychothérapies n'a pas avancé au point que cette détermination puisse être faite sur la base de l'information effectivement disponible (21), bien que le traitement de la symptômatique du stress post traumatique soit actuellement compris. Par conséquent, il est important que le thérapeute maintienne la même position de neutralité utile nécessaire au traitement réussi de n'importe quelle autre insulte traumatique. Quand un thérapeute étiquette le matériel comme inacceptable ou fou, le fardeau du patient est augmenté. Si le thérapeute réagit hors des préjugés qui reflètent ses propres croyances à cou te vue plutôt que sa certitude complète, il augmente injustement la détresse du patient.

RESUME ET CONCLUSIONS:

Bien que c'ait longtemps été "le bon sens" des professionnels et des profanes que de penser que quiconque prétend être la victime d'enlèvement par des occupants d'OVNIS doit être sérieusement dérangé, complètement victime d'illusion ou un menteur, l'examen soigneux à la fois des rapports et de leurs rapporteurs met cette supposition en question. La recherche clinique et psychométrique sur les enlevés montre quatre secteurs d'anomalie entre les données prévues et les phénomènes observables et suggère davantage de recherche. Ces différents secteurs sont:

1. ABSENCE DE PSYCHOPATHOLOGIE

Une absence inattendue de psychopathologie grave couplée au niveau élevé de capacité à fonctionner normalement dans beaucoup d'enlevés est cause de perplexité et une décuverte étonnante. L'évaluation psychométrique de neuf enlevés a indiqué une hétérogénéité notable des caractéristiques psychologiques et psychométriques. Le secteur principal d'homogénéité était l'absence de psychopathologie significative. Plutôt que de consulter un sous-ensemble de la population sévèrement dérangée et psychotique, il y a des preuves cliniques qu'au moins certains enlevés fonctionnent très bien, qu'ils sont des individus sains. Cette anomalie intéressante exige davantage de recherche.

2. CONCORDANCE DES RAPPORTS

Des personnes fortement différentes produisent de façon saisissante des comptes rendus semblables de leur enlèvement par des occupants d'OVNIS. Les scénarios de base sont fortement concordants dans les détails et dans les événements. Ceci est étonnant à la lumière du statut culturel, socio-économique, éducatif, professionnel, intellectuel et émotif largement divergent des enlevés. De plus, les scénarios eux-mêmes ne semblent pas montrer le même genre de richesses symboliques et affectives que l'on trouve dans d'autres matériels issus de l'imagination. Au lieu de cela, la complexité symbolique et conceptuelle se concentre sur la signification de l'expérience pour l'individu, pas autour des contours, de la forme, de l'activité, de l'intention, etc., des extraterrestres et de leur environnement. C'est en contradiction nette avec la complexité qu'on s'attendrait à trouver et la diversité des élaborations thématiques et symboliques que l'on trouvé dans le matériel imaginaire.

3. RESISTANCE AUX SUGGESTIONS SOUS HYPNOSE

La concordance de scénario d'enlèvement est fréquemment attribuée à l'introduction de matériel dans l'esprit suggestible d'un patient hypnotisé. L'examen des rapports d'enlèvements indique qu'un pourcentage significatif de ces rapports émergent dans la conscience avant l'utilisation de l'hypnose ou d'autres techniques utilisées pour stimuler le rappel de souvenirs. En outre, les enlevés résistent à la directivité ou aux déformations pendant l'hypnose et insistent régulièrement pour corriger les hypnotistes de sorte que leur rapport demeure exact par rapport à leurs propres perceptions.

4. STRESS PORT TRAUMATIQUE EN L'ABSENCE DE TRAUMA

Le désordre du au stress post traumatique (PTSD) n'a pas été précédemment rapporté dans les patients éprouvant des stress importants qui résulterait seulement dans d'états produits intérieurement tels que les systèmes ou les phobies psychotiques causant des illusions. Mais les patients se plaignant d'avoir été enlevés montrent fréquemment les signes et les symptômes classiques du PTSD. Comme d'autres genres de PTSD, il est un sujet pour une intervention clinique qui mène fréquemment à une amélioration clinique substantielle. Mais afin que cette amélioration se produise, le patient doit être traité pour le PTSD qu'il montre plutôt que pour un présumé état psychotique qu'il est censé avoir parce qu'il rapporte un enlèvement extraterrestre. Si les scénarios d'enlèvments sont uniquement un effet de l'imagination, alors il vaut la peine d'étudier pourquoi (et comment) cette fantaisie particulièrement hautement concordante et profondément troublante résulte en une pathogénie qui est celle d'un traumatisme réellement extérieurement induit. De plus, si ceci s'avère le cas, la nature du de PTSD elle-même devrait être re-examinée à la lumière de cette conclusion. Alternativement, il se peut que le trauma soit, en fait, réellement un événement externe qui a eu lieu et ue l'état de stress post traumatique représente la réponse prévue de la part d'un patient traumatisé.

Il n'est pas dans le domaine de spécialisation du clinicien de faire une détermination précise au sujet de la validité objective des événements d'enlèvements OVNI. Mais il est certainement à sa portée d'aider le patient à regagner un sens de la maîtrise appropriée, à réduire son inquiétude et alléger ses symptômes cliniques aussi efficacement et profondément que possible. Ceci s'accomplit bien mieux en évaluant l'état réel de l'organisation psycho-dynamique du patient, plutôt qu'en partant de son état présumé. En d'autres termes, afin de faire le diagnostic d'un état de psychose ou d'illusion, des résultats autres que la présence d'une croyance en 'enlèvement OVNI doivent être présents. En l'absence d'autres indications de psychopathologie grave, il est inadéquat de traiter le patient comme s'il était affligé d'une telle psychopathologie. Ce n'est pas dans le domaine de l'expertise clinique que de déterminer avec certitude absolue si un enlèvement OVNI a réellement eu lieu. Les patients ne devraient pas être considérés de prime abord comme présentant des indices de dysfonctionnement psychotique dominant en raison du seul matériel d'enlèvement, et ils ne devraient pas non plus être hospitalisés ou traités avec des médicaments antipsychotiques juste parce qu'il y a là la présence d'un scénario d'enlèvement OVNI. Au lieu de cela, ils devraient être évalués sur la base de leur état psychologique global. Sauf indication contraire, le traitement devrait se concentrer sur les symptômes de PTSD et leurs réparation.

Les secteurs de l'anomalie qui résultent de l'examen des enlevés OVNIS par rapport aux conclusion clinique prévue et observée mettent en évidence des questions intéressantes qui exigent davantage de recherche sur la nature et l'impact de l'imagination sur la formation de symptômes psycho-dynamiques.

  • (1) Westrum, R., Social Intelligence About Hidden Events, Knowledge: Creation, Diffusion, Utilization, Vol 3 No 3, March 1982, p.382
  • (2) Hopkins, B. Missing Time: A Documented Study of UFO Abductions. New York, Richard Marek 1981.
  • (3) Slater, E., Ph.D. "Conclusions on Nine Psychologicals" in Final Report on the Psychological Testing of UFO Abductees" Mt Ranier, MD, 1985
  • (4) Slater, E., Ph.D. Addendum to "Conclusions on Nine Psychological" in Final Report on the Psychological Testing of UFO "Abductees", op.cit.
  • (5) Creighton, G. "The Amazing Case of Antonio Villas Boas" in Rogo, D.S., ed., Alien Abductions. New York, New American Library, pp. 51-83, 1980.
  • (6) Hopkins,B. Missing Time: A Documented Study of UFO Abductions. op. cit.
  • (7) Druffel,A. "Harrison Bailey and the 'Flying Saucer Disease'" in Rogo, S.D., ed., op.cit. pp. 122-137
  • (8) Strieber, W. Communion. New York, Avon, 1987
  • (9) Fowler, R. The Andreasson Affair. New York, Bantam Books, 1979
  • (10) Fuller, J. The Interrupted Journey. New York, Dell, 1966
  • (11) Hopkins, B. Intruders: The Incredible Visitation at Copley Woods. New York, Random House, 1987
  • (12) Hopkins, B. Personal communications with the author about the more than 200 abductees whom Mr. Hopkins has investigated both with and without the use of hypnosis.
  • (13) Westrum, R. personal communication with the author.
  • (14) Hopkins, B. personal communication with the author.
  • (15) Hopkins, B. "The Investigation of UFO Reports" in The Spectrum of UFO Research. Proceedings of the Second CUFOS Conference (September 25-27, 1981), Hynek, M. ed., pp 171-2, Chicago, J. Allen Hynek Center for UFO Studies, 1988.
  • (16) Kardiner, A., The Traumatic Neuroses of War. New York, P. Hoeber, 1941
  • (17) van Der Kolk, B.A., Psychological Trauma. Washington, DC, American Psychiatric Press, 1987
  • (18) Horowitz, M.J., Stress Response Syndromes. New York, Jason Aronson, 1976
  • (19) van Der Kolk, op.cit.
  • (20) American Psychiatric Association: Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 3rd ed. Washington, DC, American Psychiatric Association, 1980
  • (21) Slater, op. cit.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 20 février 2005.