Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

L'observation Killian ou la ceinture d'Orion, 1959:

Des vaisseaux interplanétaires, ou des étoiles, ou des illusions, ou une opération de ravitaillement en vol?

L'observation selon "Flying Saucers:"

L'article ci-dessous est paru dans le numéro de Juillet 1959 du magazine "Flying Saucers" de Ray Palmer.

La vérité à propos des observations de la "ceinture d'Orion"

Le 24 février 1959, un avion de ligne quadrimoteur DC-6 de American Airlines commandé par Peter Killian, a aperçu trois soucoupes volantes. L'équipage et les passagers les ont observées pendant 45 minutes. D'autres avions de lignes ont été contacté par radio et ont également rapporté voir les mêmes trois objets. Voici ce qui a été une réfutation indubitable à l'affirmation de l'Armée de l'Air qu'il n'existe rien de tel que des soucoupes volantes. Pourtant, en quelques jours, cette observation est devenu l'étendard le plus incroyable dans l'histoire des soucoupes volantes. A cause d'elle, les pilotes de ligne aérienne sont devenus les membres involontaires d'une nouvelle "société de gens en colère." Quels sont les faits de ce cas historique?

Afin d'évaluer ce qui a été appelé "l'observation de la ceinture d'Orion," il est nécessaire de décrire l'observation dans tout ses détails précis avant de continuer par diverses explications et analyses offertes par diverses autorités, et par les voltes-faces plus qu'acrobatiques du porte-parole des relations publiques de l'Armée de l'Air, des renseignements et des mises sous secret. Tout a commencé à 19:10, le 24 Février 1959 à bord d'un DC-6 ayant quitté l'aéroport de Newark à destination de Detroit, vol direct. Aux commandes, il avait le capitaine Peter Killian, un pilote avec vingt ans d'expérience, dont quinze dans le pilotage des avions de lignes, totalisant plus de quatre millions de miles. Pour une fois, l'histoire a fiat les gros titres des journaux nationaux, et, typique des récits exceptionnellement précis qui ont été publiés, il y a celui présenté par le Detroit Times, que nous citons pour son reportage correct, en particulier celui présenté par Al Leaderman, rédacteur vedette tu Times:

Trente-cinq passagers à bord d'un avion DC-6 de American Airlines à destination de Detroit ont observé avec stupéfaction la nuit passée trois "soucoupes volantes" illuminées qui ont escorté l'avion à travers le ciel nocturne pendant 45 minutes.

A la fois les passagers et les membres de l'équipage à bord de l'avion qui a quitté Newark pour un vol direct vers Detroit à 19:10 ont regardé les phénomènes tout en se remettant en cause, s'interrogeant es uns les autres à propos de leur capacité à observer et leur santé mentale.

Le plus étonné était probablement étaient capitaine Peter Killian de Syosset, New York, qui a piloté des avions de passager pendant 15 ans et "n'a jamais vu n'importe quoi comme cela avant."

Killian a même contacté par radio deux autres avions de American Airlines volant à proximité pour s'assurer que je ne voyais pas des bogues de foudre dans l'habitacle."

LES DEUX AUTRES capitaines appelés par Killian l'ont assuré qu'il ne rêvait pas – ils voyaient les soucoupes, eux aussi.

Le capitaine et le copilote, John Dee de Nyack, New York, ont dit qu'ils ont perdu les trois objets étranges dans la brume quand ils ont commencé leur descente pour atterrir à Metropolitain Airport tandis qu'ils étaient au-dessus du lac Erié.

N. D. Puscas, 41 ans, du 30835 Barton, Garden City, un des passagers, a dit aux Tomes que bien qu'il ne croyait pas aux soucoupes volantes il a vu les objets étranges "danser dans le ciel."

Puscas, directeur général de la fabrication de la division de Curtis Wright à Utica, a demandé qu'avant que sa version de ce qu'il a vu soit imprimée, elle soit corroborée par le pilote.

"Je ne veux pas être le seul cité," a expliqué Puscas. "Les gens pourraient avoir à l'idée que je sois l'idiot du village."

Killian a dit: "Nous volions autour 8.500 pieds entre Philipsburg et Bradford, Pennsylvanie, à 20:45, quand j'ai regardé au loin au sud et j'ai vu trois lumières jaunâtres en ligne au-dessus.

"Au début, j'ai pensé que c'était la ceinture d'Orion (un groupe d'étoiles formant une constellation) mais ensuite j'ai à nouveau regardé et j'ai vu à la fois la ceinture d'Orion et les objets étranges."

"Quand Dee a vu l'expression sur mon visage il m'a demandé si mes yeux étaient fatigués. J'ai alors pointé le doigt dans la direction des "choses" et je lui ai demandé s'il y avait des bogues de foudre dans l'habitacle."

"Les objets n'étaient nullement près de l'avion, mais se déplaçaient vers lui par intervalles, repartaient en arrière à nouveau, et changeaient leur place dans la formation tout en suivant la progression de l'avion, qui voyageait à 350 miles par heure."

A l'observatoire de McMath-Hulbert de l'université du Michigan, à Lake Angelus, le Dr. Orren C. Mohler, sous-directeur, dit:

"Il n'y a aucune explication astronomique pour les observations rapportées. Je ne connais rien qui pourrait expliquer les objets décrits et ce qui s'est produit dans les cieux la nuit passée."

Décidant que cela pourrait être un dessert-surprise pour ses passagers, Killian leur a parlé par l'intercom.

Il a commencé sur un ton léger en leur disant qu'il ne voudrait pas leur donner l'impression qu'il perdait la boule mais qu'il pensait que quelques "soucoupes volantes" suivaient l'avion.

Il a introduit son commentaire à l'intercom avec:

"Ne vous énervez pas. J'ai seulement bu une tasse de thé avec mon dîner."

Les passagers ont regardé dehors, ont vu les objets et ont commencé à essayer de deviner ce qu'ils pourraient être.

"Cela ne pourrait pas être une apparition," a poursuivi Killian, "parce que tout le monde dans l'avion les ont aussi vus.

"Au total, les objets ont voyagé dans notre direction pendant environ 45 minutes," a dit Killian.

"Pendant ce temps où j'ai exercé une surveillance de l'écran radar mais je n'y ai rien vu."

"A un moment j'ai pensé que ce pourrait être une opération de ravitaillement en vol de jets à haute altitude, mais l'intensité variable des lumières et les positions changeantes des objets m'ont fait rejeter cette théorie."

KILLIAN A INDIQUÉ qu'il a également contacté par radio la tour à Metropolitan Airport pour les informer de l'observation CIRVIS. CIRVIS était, dit-il, une agence civile qui étudie les objets volants non identifiés – les OVNIS.

Killian, qui vole depuis 1929, avec plus de quatre millions de miles de trajets aériens commerciaux, a indiqué que les objets dégageaient "une lueur jaunâtre."

Le capitaine est marié et a trois enfants. Son épouse est Kay; les enfants, Peter M., 14 ans; Stephen, 13 ans, et Kathleen, 6 ans.

Puscas a fait la louange des actions de Killian, son information au passagers et la discussion avec eux au sujet de l'observation.

"La manière dont il a donné la nouvelle à été très intelligente. Personne n'a paniqué ou n'a montré le moindre signe d'inquiétude. Chacun a immédiatement commencé à montrer un vif intérêt pour ce qui se passait. Il a fait du bon travail."

"Il n'y avait pas un nuage dans le ciel quand j'ai regardé dehors et ai vu les objets en formation précise. Ils étaient d'aspect rond et de temps en temps sont devenus plus lumineux, plus incandescent l'un que l'autre en fonction de leur déplacement vers plus près de l'avion."

"J'avais fait ce même voyage un certain nombre de fois parce que le siège social est à New York mais je n'ai jamais vécu n'importe quoi de pareil auparavant."

Les deux hôtesses de l'avion, Edna Le Gate, 22 ans, et Beverly Pingree, 25 ans, ont indiqué qu'aujourd'hui encore elles étaient troublées par ces objets.

Mlle Le Gate, de Walton, Arizona, dont l'anniversaire a eu lieu hier, a dit:

"Je ne sais pas ce qu'ils étaient. Je suis une fanatique de science-fiction, mais je sais ce que j'ai vu."

Il y a les faits de base. En plus de cela, nous pouvons énumérer ce qui suit, déterminé par des interview consécutives: la visibilité était de 100 miles. Il y avait des nuages dispersés au-dessous de l'avion, à 5.000 pieds. Tout le ciel au-dessus de cette couche était absolument dégagé. Le Capitaine Killian a d'abord estimé que les objets étaient à un mille de distance, mais il dit que c'était juste une impression, puisqu'il ne peut pas estimer leur taille. En y rependant, il a formé l'opinion qu'ils n'étaient pas si proches. Le DC-6 volait à 8.500 pieds quand les objets ont été aperçus. Toutes les lumières à l'intérieur de l'avion ont été éteintes pour permettre aux passagers de mieux voir. Deux autres avions de American Airlines ont été contactés par radio. L'un d'eux a informé Killian qu'il avait observé les objets depuis de dix à quinze minutes quand Killian l'a appelé par radio. Cet avion était au Nord de la position de Killian. L'autre avion était proche de Toledo, et il a aisément discerné les objets quand il les a rechercher en en fonction de la direction donnée par Killian.

Pendant ce temps, des observations indépendantes étaient faites par des équipages de United Airlines. Le Capitaine A. D. Yates a rapporté dépister les objets visuellement de 8:40 P.M. à 9:10 P.M., entre Lockhaven, en Pennsylvanie et Youngstown, Ohio. L'ingénieur de vol L. E. Baney a également été un témoin sur cet avion. En outre, les vols United Airlines 321 et 937 ont rencontré les objets alors qu'ils volaient à l'Ouest de Newark. Tandis que les observations continuaient, la discussion par radio à leur sujet a été poursuivie entre les avions. Tous les pilotes et ingénieurs de vol étaient d'accord quant à ce qu'ils voyaient, et ont déclaré qu'ils étaient des véhicules séparés volant en formation, duquel ils ont de temps en temps légèrement dévié, seulement pour retourner à la formation.

Les témoins au sol ont ajouté leur confirmation. A Akron, dans l'Ohio le groupe de recherche Akron UFO, une organisation d'observateurs de soucoupes volantes, a aperçu les trois objets entre 21:15 et 21:20 P.M.. Plus de 100 rapports séparés des soucoupes volantes sont arrivées dans les rédactions de la région de New York, du New Jersey, de la Pennsylvanie, de l'Ohio, du Michigan et de Wisconsin pour la même nuit, toute convenant généralement quant au nombre d'objets, bien qu'il y ait eu des exemples dispersés d'un objet ou de deux, voire de six.

Plus tard, Hugh McPherson de la station radio WCHS, de Charleston, en Virginie Occidentale, a enregistré une interview entre lui et le capitaine Killian, dans laquelle des faits additionnels ont été révélés au sujet de l'observation. Les objets, ont indiqué Killian, ont changé de couleur pendant l'observation. Le dernier des trois objets a changé de position plusieurs fois, montant plus haut que les deux autres. Ensuite il plongeait vers le bas sous les deux autres avant de reprendre sa position habituelle à l'arrière. En même temps, un d'eux a disparu, en laissant seulement deux. A un autre moment, chacun des trois objets a disparu, pour réapparaître soudainement. Les trois objets ont été vus dans la section du ciel où la constellation Orion est visible. Cependant, capitaine Killian a eu les trois étoiles de la ceinture d'Orion et les trois OVNIS en vue en même temps, et dit qu'il ne pourrait pas avoir confondu l'un avec l'autre. Les passagers dans l'avion de Killian l'avaient invité à voler plus près, pour mieux voir, mais il a considéré que cela n'était pas conforme aux règlements de sécurité de faire cela.

Il est intéressant maintenant de répéter les divers commentaires de l'Armée de l'Air sur ces observations, comme ils ont été publiés. Le 28 Février l'Armée de l'Air a dit: "les pilotes ont pu avoir vu des étoiles au lieu "d'objets volants non identifiés" à cause de la vague récente de rapports de soucoupes volantes. L'agence technique du renseignement de l'Armée de l'Air à la base aérienne de Wright-Patterson, Dayton, Ohio, a donné son opinion. Elle a indiqué que l'équipage d'un vol de transport de l'Armée de l'Air entre Washington et Dayton a rédigé un rapport semblable à ceux des équipages de deux avions de lignes commerciaux qui ont rapporté voir des objets mobiles lumineux dans les cieux dans la nuit du Mardi, 24 Février 1959 dans la région Pennsylvanie - Ohio. Le transport de l'Armée de l'Air volait sous une couche de nuages dispersés à environ 8.500 pieds d'altitude. Des experts de l'agence technique du renseignement (le mot renseignement est purement technique) disent qu'ils pensent que les pilotes ont pu avoir aperçu des étoiles, particulièrement "la formation d'Orion."

Une lettre du Major Laurent J. Tacker, officier exécutif, Division de l'Information Publique, bureau du service d'information, département de l'Armée de l'Air, Washington, D.C., à Bob Barry, directeur de l'Aerial Phenomena Investigations Society, 328 6ème rue du nord, Olean, New York, déclare ce qui suit:

"L'observation de American Airlines du 24 Février à New Bradford, Pennsylvanie, s'est avérée être d'un avion du type B-47 accomplissant un ravitaillement en vol à partir d'avions-citernes KC-97. Le rapport du pilote d'American Airlines a confirmé ceci et les enregistrements de l'Armée de l'Air prouvent que trois avions du type B-47 étaient à proximité de Bradford, Pennsylvanie, sur une opération de réapprovisionnement en combustible de nuit. L'avion-citerne a plusieurs groupes de lumières qui à une certaine distance sembleraient être une ou plusieurs lumières. La durée d'une opération de ravitaillement en vol est variable, peut durer bien au-dessus d'une heure, selon le type d'opération. Un KC-97 réapprovisionnant en combustible un B-47 volera approximativement à une altitude de 17.000 pieds à environ 230 noeuds. Ceci expliquerait les lumières qui étaient approximativement à 30 degrés au-dessus de l'horizon de l'avion de American Airlines et les a vu pendant 40 minutes."

Même dans cette lettre, nous avons des confusions. De l'un ou de l'autre, soit c'était un B-47 et deux avions-citernes KC-97; ou c'était trois B-47s et un nombre non spécifié d'avions citernes. De plus, seul l'avion-citerne a les lumières qui pourraient expliquer les observations du pilote d'American Airlines, et elles devraient avoir la faculté de la dissociation, d'une manière ou d'une autre, de sorte que celle montée sur l'arrière ait pu s'élever au-dessus des deux autres, plonger au-dessous d'eux, puis revenir au-dessus. Si le Major Tacker ne peut pas indiquer à partir des enregistrements de l'Armée de l'Air exactement quels genres et quel nombre d'avions était à proximité cette nuit, il semblerait que les enregistrements de l'Armée de l'Air sont vraiment vagues, si des enregistrements tels que ceux décrit existent réellement. Peut-être vaudrait-il mieux considérer la Division du major Tacker comme une Division de Désinformation Publique, un bureau des services d'information fausses (services de valeur douteuse pour le public).

Le jour suivant l'observation de Killian, le New York Herald Tribune, souhaitant lui donner des faits à ses lecteurs, a questionné l'Armée de l'Air au sujet de l'observation, partagée par six équipages American Airlines et United Airlines dans la nuit du 24 Février. Le 1er Mars, la réponse de l'Armée de l'Air est apparue dans le journal. Il y avait beaucoup de choses dans la réponse qui n'avaient rien à voir avec l'observation du 24 février comme des références aux "gens qui ne se rappellent plus de rien quand ils dessaoulent le jour suivant"; les gens qui sont trompés par des objets ordinaires ou sont de purs menteurs. Non, l'Air Force n'a pas dit que Killian et ses cinq camarades pilotes étaient des ivrognes, mais l'implication était là à cause de ces allusions inutiles. L'Armée de l'Air sait très bien que les règlements des compagnies aérienne interdisent le boire, en particulier avant des vols. La réponse, en fait, était du noyage de poisson, elle stigmatisait les équipages aériens comme étant des observateurs incompétents, ou qui se trompent, et doutait de l'intelligence de tous les passagers qui ont vu les objets volants.

La station radio WOR, à New York, lors de l'émission "Long John", a interviewé le copilote Dee. Ici Dee a expliqué que le ciel au-dessus de l'avion avait été "très dégagé." Ila également été révélé que l'équipage de l'avion avait réellement considéré la possibilité que de ce dont ils étaient témoin était une opération de ravitaillement en vol, mais qu'ils l'avaient rejeté, excepté qu'ils ont vérifié après leur atterrissage si de tels vols étaient réellement en marche cette nuit et ils ont obtenu une réponse négative.

Négligé par l'Armée de l'Air, il y a un des facteurs les plus importants de l'observation de 45 minutes, qui sans aucun doute est négligé parce que même la gymnastique mentale de l'Armée de l'Air ne peut pas le réfuter, spécifiquement la surveillance constante par radar exercée par le capitaine Killian et son équipage pendant l'observation. A aucun moment les objets n'ont été détectés sur l'écran du radar. Il ne peut y avoir aucun doute que si ces objets avaient réellement été des B-47 ou KC-97, il y aurait eu là un signal puissant reçu sur les écrans de radar de tous les avions inclus dans l'observation. Ce un seul fait élimine n'importe quelle opération de ravitaillement en vol. L'évaluation du capitaine Killian de la distance est changée, naturellement, s'étendant de un mille à une distance inconnue, mais basé sur les angles des observations des autres avions, la distance ne peut pas être trop grande. Certainement, à tout moment, elle était dans la portée des radars.

American Airlines, contrairement à sa politique habituelle, a semblé être suffisamment troublé pour publier un rapport public le 26 Février indiquant que ses pilotes avaient eu un nombre considérable d'observations dans le Midwest, où cette observation particulière s'était produite.

Interrogé au sujet des changements de couleur des objets, le capitaine Killian a déclaré plus tard qu'ils avaient changé de jaune en blanc bleuâtre, et s'étaient étendus d'une luminosité extrême à un effacement provisoire. Aucun pattern n'était perceptible dans ces fluctuations, et apparemment aucune tentative de signalisation intelligente.

Dans le rapport du Major Tacker, la vitesse des avions de ravitaillement en vol allégués a été indiquée comme 230 noeuds, soit autour de 270 miles par heure. Cependant, une fois interrogé, le capitaine Killian a dit que c'était non seulement les règlements de sûreté qui l'ont persuadé de ne pas chasser les objets mystérieux sur la demande des passagers, mais le fait qu'il était évident qu'il n'avait pas une vitesse suffisante pour gagner du terrain sur les OVNIS, puisque sa propre vitesse était de 350 miles par heure.

Si c'était le but de l'Air Force d'avertir que tous les pilotes de lignes aériennes seraient ouvertement ridiculisés s'ils rapportaient des observations de soucoupe volante, cela a fonctionné à un certain degré, parce que beaucoup de pilotes de ligne aérienne ont déclaré qu'ils ne rapporteront jamais aucun objet inhabituel aperçu dans le ciel. Cependant, d'autres pilotes ne prennent pas le sujet tellement négativement. Ils ont été réveillés, et un mouvement est sur pied pour former une organisation privée pour combiner leurs témoignages et pour les présenter au Congrès pour forcer la prise en considération de ce sujet.

Le Newark Star-Ledger a publié un rapport indiquant que l'administration de l'aéronautique civile avait détecté les objets volants non identifiés par le radar dans toutes les régions des Etats-Unis. Si la vérité était connu au sujet du repérage radar des OVNIS, le résultat pourrait être étonnant, en effet.

Un groupe de cinquante pilotes commerciaux qui volent à Newark, qui est un des centres de trafic de passagers et de fret les plus actif dans le monde, sont de l'opinion que la politique de l'Armée de l'Air du secret sur les OVNIS est tout simplement stupide. Chacun des cinquante pilotes avait fait un rapport indiquant à l'Armée de l'Air qu'il avait vu au moins une soucoupe volante. Chacun avait été interrogé et puis avait du entendre qu'en fait, il avait vu un mirage. Pour le décourager, il avait alors été averti que racontait à quiconque d'autre ce qu'il avait vu, il pourrait en prendre pour dix ans en prison pour avoir révélé des secrets militaires. Ceci ne semble aucunement raisonnable aux pilotes. Si les OVNIS sont des mirages, comme le prétend l'Armée de l'Air, pourquoi tout ce secret? Et si ils sont des secrets militaires, pourquoi le CAA prend-il la peine de les suivre par radar?

"Ils sont très stricts quand il s'agit de nous demander de rapporter les mystérieux objets - ensuite ils sont carrément insultant avec nous quand nous leur disons avoir vraiment vu quelque chose." Telle était la substance de la plainte des pilotes.

Vraiment l'attitude de l'Armée de l'Air devient tout à fait ridicule, et en fait, un service réellement rendu à la nation dans l'ensemble. Il est temps qu'une politique plus respectueuse soit adoptée, et plus efficace, moins orientée pour engendrer la méfiance sur les capacités des Armées de l'Air dans l'esprit du public. Certainement, ce n'est pas trop que de demander que tout le personnel militaire se mette enfin à se conduire "en gentlemen," dans la tradition des forces armées américaines.

L'incident de la "ceinture d'Orion" a, en effet, été un coup de semonce pour le renseignement de l'Armée de l'Air, et s'avérera très certainement plus embarrassant à l'avenir. Il ne sera plus possible de maintenir la colère des pilotes compétents et des équipages de nos lignes aériennes commerciales sous contrôle, et de les intimider au sujet de ce qu'ils savent être des faits et pas des illusions, ni du "delirium tremens" du à du whiskey. Il n'y a personne de plus responsable qu'un pilote de ligne aérienne commerciale, ni de plus intelligent.

Ce que le Capitaine Killian et une centaine d'autres personnes compétentes ont vu dans la nuit du 24 Février 1959, n'était pas un groupe d'étoiles connues sous le nom de "ceinture d'Orion." Vous pouvez être sûrs de cela. Et l'autre chose dont vous pouvez être sûr est que les annonces publiques de l'Armée de l'Air au sujet d'observation sont du pur bredouillage. C'est irresponsable et insuffisant, et les citoyens Américains ont tout droit d'exiger qu'un changement immédiat intervienne.

Nous nous demandons ce qui se produirait si tous les pilotes de lignes aériennes portaient un bon appareil photo avec téléobjectif à tout moment? Vu le nombre des observations par des pilotes commerciaux, il devrait bientôt y avoir un nombre impressionnant de bonnes photos de la "ceinture d'Orion" à présenter au public. FLYING SAUCER offre d'imprimer n'importe quelle photo, même si elle est présenté de façons anonyme, du moment qu'il peut être montré que c'est une image légitime d'une observation tue par des pilotes qui peuvent ne rien avoir à gagner à la rapporter sauf les insultes publiques et les attaques de leur intelligence, intégrité et capacités.

L'observation dans les journaux:

New York Times USA, 26 février 1959 "Un pilote rapporte des soucoupes", la fameuse observation Killian-Dee.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 8 juin 2003