Journaux -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

Observations d'OVNIS centrées aurour d'un village du New Brunswick, Canada, 2002:

Cet article provient du journal "The Ottawa Citizen", le journaliste est David Stonehouse, la date de publication est le 24 février 2002.

Voyez également la section des news pour Février 2002 pour d'autres informations sur ces observations dans le New Brunswick.

Les X-Files arrivent à Inkerman

Si des OVNIS ont effectivement plané dans les cieux au-dessus de cette ville minuscule du Nouveau Brunswick, comme les nombreuses observations suggèrent, les gens ici ne sont pas tracassés. Excepté, naturellement, ceux qui disent qu'ils ont vu réellement vu le vaisseau spatial extra-terrestre.

INKERMAN, N.B. - C'était une nuit franche et claire de Janvier, et Mathieu Robichaud, 22 ans était au volant de sa Chevy Cavalier, sa petite amie à côté de lui, lui tenant la main, il se dirigeait vers la boutique vidéo de la ville voisine.

Ils se réjouissaient de passer une soirée de Samedi tranquillement - juste entre eux, à regarder des films à l'appartement qu'ils partageaient au sous sol de la mère de la petite amie.

La conversation entre les deux était tombée dans le silence. La familiarité avec le trajet, la musique de l'autoradio et le sifflement tranquillisant du chauffage de la voiture les avaient fait apprécier un confort silencieux.

Puis: "Seigneur!" s'exclama-t-il. "Qu'est-ce que c'est que ça?"

Deux lumières, basses dans le ciel.

Jenny Laplante les a remarqué juste à ce moment là, également. "C'est un avion," a pensé la lycéenne de 17 ans, "et il est sur le point de s'écraser."

Mais tandis que leur voiture se rapprochait, les détails sont devenus plus nets: deux lumières se transformant en quatre lumières blanches - translucides, comme une lumière vue à travers une fenêtre éloignée. De plus petites lumières bleues étaient placées entre les blanches.

Il n'y avait aucune possibilité, ont-ils pensé, que ce soit un avion: ce n'était pas la bonne forme et il se déplaçait trop lentement.

Tendant son cou pour le suivre pendant qu'il s'approchait, M. Robichaud a également remarqué des lumières blanches sur son dessous. Il s'est rapidement garé dans l'allée la plus proche et a sauté de la voiture.

Il s'est figuré que c'était seulement à environ 15 mètres au-dessus de lui. Il ne pouvait pas voir le corps de la chose dans l'obscurité, mais l'arrangement des lumières le rendait visible, comme si il avait une forme en diamant. Cela semblait être deux fois la largeur de sa voiture et quatre fois sa longueur.

Il a été frappé par le silence - la chose ne faisait aucun bruit. Il a observé pendant qu'elle s'inclinait en un virage abrupt vers la droite au-dessus d'une maison et flottait au loin vers l'épaisseur de la forêt voisine.

Il a sauté de nouveau dans la voiture. Sa petite amie était effrayée et pleurait. Il est descendu le long de la route, essayant de la suivre. Il l'a perdue au-dessus des bois.

Il reste convaincu que ce qu'il a vu cette nuit à environ 21:30 n'était pas une invention terrestre, mais un vaisseau spatial d'une autre planète. Un objet non identifié appartenant et manoeuvré par des extra-terrestres.

"Je suis sûr de cela," dit-il, conduisant par le même bout de route droite à deux voies des semaines plus tard. C'est un jeune homme confiant, à la mâchoire carrée, peu crédule, sérieux. Il gagne sa vie dehors, à découper les arbres qui gênent les lignes hydrauliques. Une veste en cuir noire cache sa stature sportive de plus de six pieds de haut. Ses cheveux sont courts et d'un noir d'encre, ses yeux encadrés par de petits lunettes à monture métallique. Il s'est laissé pousser une moustache folâtre.

Il est venu sans sa petite amie. Elle voudrait tout oublier. Elle est allée se coucher cette nuit de Janvier et a rêvé qu'elle s'était retrouvée tête à tête avec un grand extra-terrestre aux yeux rouges qui l'a poursuivie dans la cour d'un voisin.

Il a accepté de parler de ce qu'il a vu seulement si son vrai nom n'est pas publié, ni celui de son amie. Il dit qu'il n'a parlé à aucun de ses amis de l'incident - il a révélé ceci seulement à quelques uns, parce qu'il craint que les autres penseront qu'il est fou.

Il n'est pas seul - ni pour son observation ni pour sa crainte. Il y a eu plus de 15 autres rapports d'objets semblables dans le ciel au-dessus de cette portion du Nouveau Brunswick du Nord depuis - faisant d'Inkerman, un village de pêche de 900 âmes sur la péninsule acadienne, la nouvelle capitale des OVNIS du Canada.

Comme M. Robichaud, la plupart des gens dont on rapporte qu'ils sont des témoins d'un OVNI dans le cil au-dessus du village n'en parleront pas si leurs vraies identités sont révélées. Soit on ne diffuse par leur nom, soit ils refusent clairement d'en discuter.

"Je ne veux pas parler de cela," a fermement déclaré un témoins appelé chez lui par téléphone.

Ceux qui n'ont pas été des témoins oculaires eux-mêmes n'ont aucune difficulté pour en parler.

"Mon frère l'a vu trois semaines avant Noël," dit Nicole Gagnon, 27 ans, qui travaille à la maison de repos de 30 lits dans le village. "Il l'a vu avec deux de ses amis."

Un ami à elle l'a également vu, dit-elle. Il est venu le bas et en tombant comme si il était sur le point de s'écraser. "C'est étrange," dit Mme Gagnon. "Très étrange."

Presque toutes les observations ont eue lieu au-dessus de la route de Pallot, une route d'asphalte à deux voies parsemée par des maisons modestes, des fermes et des épais taillis sur sa longueur. Elle coupe à travers l'intersection principale d'Inkerman - un croisement entre deux routes ou se trouve l'unique station service, avec un automate distributeur de monnaie et un quincailler-deli, le "Marché Inkerman." "Essayez notre poulet frit Hot'n'Tender," suggère une bannière blanche clouée à l'avant du magasin.

Demander au préposé de la Shell quoi d'autre le village a-t-il à offrir, et il mentionne la maison de repos, l'usine de mousse de tourbe et "le strip club au-dessus du pont." Il oublie de mentionner l'église catholique.

Avoué dans un journal du Nouveau Brunswick dans son article sur les observations d'Inkerman: "si un explorateur extraterrestre voulait jeter un oeil à la planète Terre sans trop attirer l'attention, c'est un très bon endroit pour le faire."

De fait, les gens dans ce village - immanquablement polis et amicaux - abordent la vie sans accorder beaucoup d'attention à leur nouvelle notoriété. Si des vaisseaux spatiaux extra-terrestres ont effectivement plané dans leurs cieux, cela ne les tracasse pas. Leur réaction n'est ni passionnée ni méprisante, seulement nonchalante. La vie suit son cours normalement.

L'OVNI est supposé avoir navigué juste au-dessus de la ferme de Cyrus Robichaud.

"Cela se pourrait," dit cet homme de 68 ans, au visage buriné par toutes ces années de travails pour les chemins de fer. "Si je l'avais vu, je vous dirais la vérité. Mais je ne l'ai pas vu."

Une mère de famille dans la ferme voisine n'est pas affolée.

"Je ne puis pas dire que je n'y crois pas," dit-elle, se tenant dans la porte de sa ferme bien ordonnée pendant que trois enfants font le travail à la table de cuisine derrière elle. "Je ne puis pas dire que j'y crois, non plus. Il faudrait que je le voie."

Le village a commencé à attirer l'attention après que L'Acadie Nouvelle, le journal quotidien de langue Française de la province, ait écrit au sujet du premier compte rendu de témoin oculaire. D'autres ont commencé à se présenter pour dire qu'ils ont vu la même chose. Dans au moins un cas, c'était une observation de trois mois plus tôt, mais la plupart se sont produites à la mi Janvier.

Gaëtane Caissie a lu le récit du journal et a appelé sa petite fille de 11 ans, Janick. "C'est ce que j'ai vu," a dit la petite fille.

Elle était en dehors du terrain de hockey à Baie-Sainte-Anne - approximativement 150 kilomètres au sud d'Inkerman - avec une amie le 13 Janvier, le jour après l'observation rapportée initialement. Leurs frères jouaient un jeu sur le terrain, leurs amis les encourageant depuis les gradins au soleil.

Les filles se sont ennuyées du jeu et sont sorties prendre l'air. Il était environ 15:30. Janick a noté un objet noir, en forme de diamant dans le ciel. Il a semblé plus grand qu'une voiture. Elle l'a observé pendant qu'il passait au-dessus du toit du terrain. Si il avait fait n'importe quel bruit, elle n'avait rien pu entendre.

Les filles ont couru de nouveau à l'intérieur pour forcer leurs parents à venir dehors. Elles ont réussi à les faire sortir à temps pour le voir voler au-dessus de l'embouchure de la baie de Miramichi.

"Je l'ai observé jusqu'à ce qu'il ait disparu," dit Mme Caissie, une mère de famille de 41 ans qui travaille à temps partiel dans une ferme arboricole, à Neguac, une communauté côtière à peu près à mi-chemin entre Baie-Sainte-Anne et Inkerman. "C'était étrange."

A ce jour, elle se demande toujours ce que c'était. Elle est sceptique sur la possibilité que ce pourrait avoir été un engin spatial. Elle dit qu'elle ne croit pas tout à fait en de telles choses.

"Pas vraiment," dit-elle. "Est ce qu'on les voit pendant la journée?"

Chris Rutkowski dirait que oui. Cet écrivain scientifique de Winnipeg, instruit en astronomie, dépiste les observations d'OVNIS à travers le Canada. Il a rassemblé des rapports et a gardé des statistiques pendant plus d'une décennie en tant qu'élément de ses recherches sur les objets volant non identifiés. Il a reçu le rapport initial d'Inkerman et ne sait pas quoi faire des autres - il attend de la documentation sur ces cas.

"En ce moment de la recherche sur les cas d'Inkerman," dit-il, "nous n'avons pas encore assez de données pour comprendre l'ampleur de la vague."

Une vague est une augmentation soudaine des observations dans un secteur, et celui-ci a poussé Inkerman au-dessus du lot. Il n'y a jamais eu tant d'observations au Nouveau Brunswick dans un laps de temps si court.

Selon ses dossiers, le nombre le plus élevé précédemment rapporté était de neuf - en un an, pour la province entière. Dans toute l'année dernière, il y en avait eu cinq. Aucun n'était venu de la région d'Inkerman.

Il a pris le premier appel d'Inkerman, téléphoné depuis le numéro des urgences par le père de Mathieu Robichaud la nuit après que son fils se soit arrêté chez lui pour lui dire ce qui s'est produit, tremblant comme un feuille.

Après avoir reçu l'appel, M. Rutkowski a dit qu'il a vérifié auprès du centre de secours de la Garde Côtière à Halifax pour voir si ce pouvait avoir été un avion et on lui a dit que non - il n'y en avait aucun dans le secteur alors.

Il a également appelé Stanton Friedman, un chercheur et conférencier renommé sur le sujet des OVNI qui s'avère justement habiter à Fredericton, à environ 300 kilomètres au Sud-Ouest d'Inkerman.

Depuis cet appel, M. Friedman a rassemblé des rapports d'autres observations à Inkerman. Il ne tend pas à se passionner trop pour des rapports de lumières dans le ciel. Après tout, son travail est en grande partie concentré sur ce qu'il appelle "le Watergate Cosmique" - une dissimulation par le gouvernement d'un accident d'un engin extra-terrestre dans le désert à Roswell, Nouveau Mexique, en 1947.

"Y a-t-il une histoire plus importante que des visites de la planète Terre par un vaisseau spatial étranger, et la dissimulation des meilleurs données, corps et épave par le gouvernement pendant 55 ans?" dit-il. "Je ne connais par d'histoire plus importante que cela."

Le physicien nucléaire né dans le New Jersey avait été le premier à commencer à documenter Roswell. Il a écrit des livres à ce sujet, dont The Roswell Incident et Top Secret/Majic, un volume de documents classifiés du gouvernement des années 40 et plus tard et du début des années 50 appartenant à un groupe secret de scientifiques de haut niveau, chefs militaires, et fonctionnaires de la C.I.A qui ont traité de Roswell et donné des briefings à Maison Blanche. Le gouvernement des Etats-Unis affirme catégoriquement que les documents sont faux et qu'aucun un tel groupe n'a existé.

M. Friedman, 67, est ferme dans sa conviction que les extra-terrestre existent et qu'ils ont visité la terre - bien qu'il n'en ait jamais vu lui-même. Il a donné plus de 700 conférences autour du monde, discuté le sujet à Oxford, et a donné des interviews innombrables dans les médias.

Après avoir interviewé des témoins des observations d'Inkerman, il reste intrigué - quoiqu'ils soient justes des lumières dans le ciel, et non des engins qui s'écrasent au sol. Il dit que les témoins l'ont impressionné. Ils n'ont pas semblé être des gens à la recherche de publicité, dit-il, et leurs affirmations ne sont pas outrancières, et ils avaient tous eu d'autres gens avec eux qui ont également vu les lumières.

Il est convaincu qu'un OVNI avait plané au-dessus de la péninsule acadienne. Les avions n'ont pas les mêmes lumières, dit-il, et ne sont pas non plus capables de faire des virages tellement brusquement ou de voler à des vitesses aussi lentes.

"C'est un bon objet volant non identifié, " dit-il. "Certainement pas quelque chose de conventionnel." Il prévient pourtant que cela ne signifie toujours pas qu'il croit tout à fait qu'il y a eu des extra-terrestres envisageant d'atterrir à Inkerman.

"Je ne puis pas le garantir que les transporteurs de drogue du monde n'ont pas proposé un nouveau genre de véhicule, " dit-il en riant. "Mais c'est peu probable."

Quant à Mathieu Robichaud, il est revenu sur les lieux avec son père cette nuit de Janvier pour essayer de trouver l'objet volant. Mais maintenant, il dit qu'il serait plus heureux si ceci restait une expérience unique dans sa vie.

"Je voudrais le revoir - si j'avais une caméra et de la pellicule," dit-il. "Mais sinon, je ne veux pas le voir."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 25 février 2002.