Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Documents:

EST-CE QUE LES UFOLOGUES SOUTIENNENT L'IDEE QUE L'HYPNOSE SERAIT COMME UN SERUM DE VERITE?

Tandis qu'un certain nombre de fadas d'OVNIS sur les forums de discussions prétendent cela, les ufologues ne sont pas réellement dans l'ignorance des nombreux problèmes que pose l'utilisation de la "régression hypnotique" pour "retrouver" de prétendus "souvenirs perdus" d'enlèvements par des extraterrestres.

Un quidam qui anime des réunions sur les OVNIS a montré sur un forum français de discussions sur les OVNIS le non-sens répandu dans la lunatic fringe au sujet de la question de l'usage de l'hypnose en ufologie.

Parce que j'y ai expliqué, avec des faits et des arguments, que l'hypnose n'est pas comme un sérum de vérité, il a ressenti la nécessité de répondre à cela en déclarant que lorsque que je dis que l'hypnose n'est pas un sérum de vérité, je tenterais de "nous faire avaler encore une fois" dans une "cabale" que je serais censé organiser "contre" je ne sais quoi. Il affirme qu'il est "inconcevable" que des ufologues employant l'hypnose puissent exercer n'importe quelle influence, et que je n'ai pas de "respect" des ufologues quand je refuse d'admettre que l'hypnose est un sérum de vérité, comme il le croit, sous le motif que les ufologues n'exercent aucune influence des personnes qu'ils hypnotisent.

Naturellement, il a manqué ce que j'ai vraiment indiqué; et altéré sa signification. Quoi qu'il en soit, il a accusé que je ne "respecte pas les ufologues". C'est, au moins, partiellement vrai: je n'ai aucun respect pour ces ufologues qui affirment que l'hypnose est comme un sérum de vérité. Je n'ai également aucun respect pour ces ufologues qui croient en l'inexistence d'influence pendant l'hypnose. Et aucun respect pour ceux qui prétendent que la critique de l'utilisation de l'hypnose en ufologie provient de "vils debunkers".

Tout ceci montre clairement comment des affirmations ineptes au sujet de l'ufologie prospèrent dans les forums OVNIS par des gens émotionnels qui sont sans véritable culture ufologique ni réelle connaissance des sujets ufologiques.

Ainsi, est-il vrai que les ufologues affirment que l'hypnose est un outil de recherche valide, qu'elle "découvre la vérité", qu'il est "inconcevable" qu'une influence soit exercée?

Et bien, nous allons voir.

Ce qui suit est la preuve qu'il est totalement faux et ridicule que lorsque que j'indique que l'hypnose n'est pas un sérum de vérité, je "manquerai de respect" pour "les ufologues."

Stuart Apelle:

"Par exemple, le lecteur peut entendre le dialogue entre Hopkins et un abducté pendant une régression hypnotique réelle. Ce dialogue en impressionnera certain, en termes de son efficacité à faire apparaître des souvenirs apparemment cachés. En même temps, cela pourrait aussi être examiné par des adversaires de l'hypnose recherchant des arguments. Par exemple, Hopkins répond à un abducté traumatisé qui rappelle un viol par des extraterrestres: "personne n'a le droit de vous faire ceci... Vous ne lui avez pas donné la permission... Vous avez toutes les raisons au monde d'être en colère. Toutes les raisons de dire 'laissez-moi tranquille... Ne me faites plus ça'" (pp 373—74). Tout adroit et bien intentionnés et peut-être inévitables de tels échanges peuvent-ils être, ils donneront une occasion de faire un pause au chercheur préoccupé par l'interaction entre la "consultation" et la "l'enquête." Et les critiques de l'hypnose voudront sans aucun doute voir dans ces échanges les preuves de la pratique de la thérapie sans permis, ou de comment l'abducté est renforcé dans une interprétation littérale des événements rapportés."

Source: "The abduction phenomenon at MIT", article par Stuart Appelle, Ph.D., dans l'International UFO Reporter, Vol. 20, #4. pp. 20-21,24, juillet-août 1995.

Stuart Apelle n'est pas un "vil debunker." Il est le rédacteur du bulletin du CUFOS "Journal of UFO Studies" et un professeur de psychologie et doyen d'associé, à l'école des sciences de lettres de l'Université d'Etat de New York, à Brockport.

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Mark Cashman:

"J'ai toujours été en faveur de ceci, et occasionnellement, j'ai mentionné mon accord avec la politique de BUFORA et mon admiration de ce que le BUFORA ait pris cette décision. Je déclare également à n'importe quel abducté ou abducté possible qui me parle, qu'ils me le demande ou pas, que ma recommandation est contre l'utilisation de l'hypnose, je leur demande de voir un thérapeute conventionnel, et s'ils décident de subir l'hypnose, qu'ils le fassent sous les soins d'un thérapeute."

"Je suis fondamentalement circonspect sur l'utilisation d'une technique mal comprise qui induit un état mental mal compris comme moyen d'étudier un phénomène inconnu. Les choses ne sont-elles pas assez difficiles sans ça?"

"Je suis encore bien plus circonspect, parce que l'argument à l'origine de l'utilisation de l'hypnose était la suggestion posthypnotique. Je trouve difficile d'apprécier la certitude avec laquelle les enquêteurs affirment qu'ils ont trouvé des techniques qui empêchent la suggestibilité d'être un problème."

"Votre point au sujet du besoin d'examiner les souvenirs trouvés par hypnotise à la lumière d'événements confirmables est particulièrement bien avisé."

"Mais vous avez raison - comme le Dr. Jacobs l'a déclaré, cette technique est considérée comme la seule manière d'aller "à intérieur" des choses. Je crains que la tentation de procéder ainsi soit trop grande, et qu'on n'y a pas résisté, en dépit des dangers."

"Je pense qu'il y a une certaine conscience de cela parmi les investigateurs les plus compétents d'un tel matériel, mais, néanmoins, ce n'est pas d'importance primordiale pour eux."

"Je suis également soucieux de ce que les problèmes avec l'hypnose peuvent être la raison de l'explosion actuelle des abductions (Jacobs prétend qu'un abductee a été enlevé 54 fois en 8 mois) et des affirmations que les OVNIS doivent avoir le pouvoir de devenir invisible (proclamé par Hopkins à la conférence S.I.). S'il en est ainsi, la base de données des abductions peut devenir rapidement contaminée avec de faux événements."

Source: Message par Mark Cashman, UFOupdates, 1999, à www.virtuallystrange.net/ufo/updates/1999/apr/m14-030.shtml

Il est depuis longtemps un ufologue enquêteur bien connu, actuellement le directeur pour le MUFON Connecticut.

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Donald C. Donderi:

"Beaucoup d'effort sérieux de recherches ont été menés dans l'étude des phénomènes hypnotiques, dans un effort pour déterminer dans quelle mesure il y a des changements véritables de la conscience dues au processus hypnotique. La description la plus simple de l'évidence actuelle est ceci: l'induction hypnotique dans un sujet fortement suggestible produit un état mental dans lequel les instructions externes (de l'hypnotiste) peuvent changer le contenu mental conscient du sujet, au point que la mémoire des événements passés et la perception de l'environnement courant peuvent être influencées de manières qui ne peuvent pas être reproduites par des suggestions non aidées par l'hypnose."

Source: "The Scientific Context of the UFO/Abduction Phenomenon", article par Don Donderi, Ph.D, dans l'International UFO Reporter, Vol. 21, #1, printemps 1996.

Don Donderi, Ph.D., n'est pas un "vil debunker." Il est professeur associé de psychologie à l'université McGill, à Montréal, et le cofondateur et consultant à Human Factors North, une société de Toronto de consultation en ergonomie. Il est co-author avec Donald Hebb du Textbook of Psychology, 4ème édition, et a édité beaucoup de papiers expérimentaux et théoriques dans les domaines de la perception visuelle, de la mémoire, de la mesure psychologique, et du phénomène OVNI.

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Richard H. Hall:

"J'ai moi aussi critiqué Mack [John Mack] sur des questions similaires. Leurs méthodes ou techniques de régression hypnotiques sont toutes assez semblables; c'est leurs préconceptions "filtrantes" et les attitudes et visions du monde qu'ils donnent à leurs "clients" qui tendent à différer."


"J'ai travaillé avec quelque chose comme 150 abductés et je n'ai jamais une seule fois utilisé la régression hypnotique."

Source: Messagepar Richard Hall, UFOupdates, 2001, à www.virtuallystrange.net/ufo/updates/2001/apr/m13-024.shtml

Richard Hall n'est pas un "vil debunker", mais un ufologque pionnier tellement connu que je n'ai probablement pas besoin d'en dire plus ici.

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Budd Hopkins:

"La mémoire peut être défectueuse même dans la régression hypnotique et vous ne pouvez probablement pas dire de prime abord avec une certitude absolue ce qui est vrai et ce qui est imaginaire."

Source: "Exploring possible UFO experiences - the Pros and Cons", article par Budd Hopkins, at www.virtuallystrange.net/aic/exp.htm

Budd Hopkins n'est pas un "vil debunker", et ne peut certainement pas être accusé d'avoir des préjugés défavorables sur l'utilisation de l'hypnose - je n'ai pas besoin probablement d'en dire plus. Mais:

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

John Mack:

"L'inexactitude potentielle des souvenirs rappelées sous hypnose doit être considérée dans l'évaluation des rapports d'abduction (Frankel 1993). Les études prouvent qu'un matériel imprécis peut être récupéré sous hypnose (McConkey 1992; Scheflin et Shapiro 1989). Pour cette raison, des rapports obtenus par l'hypnose doivent être comparés aux rapports rédigés à partir de souvenirs conscients, et à d'autre évidences qui les corroborent."

Source: "A Brief Review of Issues Relating to the Reality of the Abduction Phenomenon", article par John Mack, M.D., www.ufoevidence.org/documents/doc11.htm

John Mack n'est pas un "vil debunker", et ne peut certainement pas être accusé d'avoir des préjugés défavorables sur l'utilisation de l'hypnose - je n'ai pas besoin probablement d'en dire plus. Mais:

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Bertrand Méheust:

"Les scénarios d'enlèvements où l'hypnose intervient sont-ils un produit de cette dernière? La thèse classique (souvent défendue par l'école américaine) est qu'elle permet d'exhumer des contenus psychiques refoulés parce que traumatisants. On ne peut exclure qu'elle joue effectivement ce rôle quand elle est menée par des praticiens expérimentés, capables d'éviter l'induction des sujets. Mais mon sentiment est qu'elle suscite des "romans subliminaux" plutôt qu'elle ne restitue des souvenirs, parce qu'elle met en branle des ressources encore inexplorées de l'inconscient."

Source: "En soucoupes volantes", livre par Bertrand Méheust, Imago éditeur, page 105, 1992.

Bertrand Méheust est un sociologue français qui a également mené des enquêtes sur le terrain concernant des observations d'OVNIS. Bien qu'il ne partage pas la croyance que tout ce qui passe dans le ciel ou n'importe quelle histoire de rencontre extraterrestre est preuve de visites extraterrestres, il n'est pas un "vil debunker."

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Nick Pope:

"Il est important de reconnaître que l'hypnothérapie et la régression hypnotique sont des techniques controversées, sur lesquelles il y a beaucoup de désaccords scientifiques (pour un résumé de ceci, voir mon livre The Uninvited, particulièrement les chapitres trois et quatre)."

Source: "Alien Abduction and Hypnosis", Nick Pope, www.nickpope.net/alien_abduction_and_hypnosis.htm

Nick Pope était au bureau OVNIS du ministère britannique de la défense UFO. Mais, au lieu d'affirmer que les OVNIS n'existent pas, il a écrit livres et articles exprimant qu'ils ne s'expliquent pas tous par des causes banales. Il n'est pas un "vil debunker", il n'affirme pas que les abductions extraterrestres n'existent pas. Mais:

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Kevin D. Randle:

"Dans d'autres mots plus précis, Mack dit que ceux sous l'influence de la régression hypnotique semblent être menés à un point spécifique par ceux qui conduisent la session hypnotique. Voilà pour ce qui en est des suggestions et affirmations qu'ils travaillent dur pour ne pas influencer l'abducté, ce qu'ils font de toute façon, probablement pas consciemment et probablement pas exprès, mais ils le font. Et Mack l'a vu, en a parlé, et ensuite, n'a pas compris la signification de ce qu'il a dit."

"Et, svp, se rappeler ici que j'ai cité ce que Mack lui-même a dit au sujet de cette situation."

"Mais je pourrais continuer et citer David Jacobs, qui avertit que ceux qui ont une philosophie New Age (lisez "Mack", ici) peuvent mener leurs témoins dans cette direction. Il affirme également qu'il n'influence pas les témoins, pourtant dans 'The Threat', il raconte la femme qui a cru que ses expériences étaient bénignes jusqu'à ce qu'il ait fini de lui faire suivre ses régressions hypnotiques d'elle. Maintenant elle voit le vrai danger."

Source: Messagepar Kevin Randle, UFOupdates, 2001, à www.virtuallystrange.net/ufo/updates/2001/nov/m02-019.shtml

"Ce sont les deux exemples principaux de "chercheurs" implantant leurs structures de croyance sur leurs clients. Tous les deux avaient des diplômes de haut niveau et avaient eu de la pratique pendant des années. Le point est, ils en sont venus à croire aux abductions extraterrestres et ont ensuite commencé à convaincre leurs clients qu'ils étaient aussi des victimes d'abductions extraterrestres."

"Cela démontre également un problème réel avec la recherche sur les abductions. Cela montre certains des problèmes avec la régression hypnotique. Ce ne sont pas les seuls exemples des chercheurs implantant leurs structures de croyance sur ceux qu'ils interviewent."

Source: Message par Kevin Randle, UFOupdates, 1999, à http://www.virtuallystrange.net/ufo/updates/1999/jun/m22-013.shtml

Kevin Randle est depuis longtemps un investigateur avec un palmarès très impressionnant et il serait vraiment idiot de réclamer qu'il est un "vil debunker." Mais:

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Jenny Randles

"J'ai étudié la première fois un cas d'abduction au R-U il y a 20 ans. Pendant sept années, j'ai travaillé avec des psychologues cliniques et ai assisté à des douzaines d'expériences de régressions sur divers cas. Les résultats étaient tout à fait divers et aucun ne comportait les "gris" traditionnels menant des examens médicaux vus aux Etats-Unis. Les entités apparues étaient la plupart du temps humains ou nordiques. Mais il y en avait une variété d'autres, des monstres aux robots. La seule vraie uniformité venait sous la forme de la base de l'expérience: le témoin voit une lumière, témoin perd conscience, le témoin se réveille dans la pièce lumineuse étrange et voit des entités, une certaine sorte d'expérience ou de message de contact/psychique est donnée, le témoin se ranime dans l'environnement antérieur (par exemple, la chambre à coucher la ou voiture -- ceux-ci comptabilité pour 17 sur 19 cas que j'ai examinés pendant ce temps). Il y avait des tas d'examen médicaux mais de rien comme celles trouvées dans les cas étudiés par Budd Hopkins. Ce travail que j'ai fait était entre 1979 et 1986."

"De ces données, plusieurs conclusions ont émergé. Les divers témoins ont expliqué leurs doutes au sujet de l'hypnose. Ils ont ressenti qu'elle augmentait leur confusions, au lieu du contraire. Ils étaient peu éclairés sur le statut de réalité de leur expérience. Certains se sont sentis franchement blessés psychologiquement par le trauma de l'hypnose. J'ai également vu des raisons de s'alarmer. Dans un cas je me suis trouvé parler soudainement au témoin (dans la régression) qui ne décrivait plus sa rencontre mais produisait des messages extraterrestres et cosmiques comme si je m'adressais maintenant en réalité à un tel être. Dans un autre cas un témoin a souffert d'une crise épileptique pendant la régression. Et il y avait eu au moins trois cas où le docteur, surveillant le témoin par EEG et EKG, a terminé l'expérience parce que ceux-ci devenaient dangereusement hauts. J'ai aussi plus tard découvert qu'un docteur (médicalement qualifié), avec qui un de mes collègues travaillait, avait de toute évidence utilisé de la drogue pour aider à induire l'hypnose, ce qui lui a apporté des pressions considérable du conseil médical ensuite, puisque j'imagine que certains de ses patients étaient ignorants de son utilisation."

"Pour ces raisons j'en suis rapidement venu à voir l'hypnose comme une majeure partie du problème, étant donnée sa capacité bien connue de stimuler toujours l'imagination plus que la mémoire."

Source: "My View of Abductions", par Jenny Randles, dans "The Anomalist", 1999.

Jenny Randles n'est pas une "vile debunker". Elle a été en activité dans de nombreux groupes d'ufologie au R-U et est la conseillère britannique pour l'International UFO Reporter, édité par le CUFOS aux USA. Elle a publié une foule de livres sur les OVNIS et sujets associées au cours des ans, les plus récents sont "Men in Black"; "UFO Crash Landing: Friend of Foe"; "UFO: Danger in the Air"; et "The Complete Guide to Aliens and Abductions."

Elle a été la pionnière de l'utilisation ufologque de l'hypnose en Angleterre.

Elle n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Mark Rodeghier:

"Jacobs influence-t-il ses témoins? Hélas, on doit répondre par l'affirmative."

Source: "Review of Secret Life by David Jacobs," article par Marc Rodeghier, CUFOS, dans le Journal of UFO Studies. #4, pp 184-189, 1992.

Mark Rodeghier, PhD, est un scientifique et un des principaux chercheurs ufologues au CUFOS fondé par le défunt J. Allen Hynek.

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Edoardo Russo:

"Le Centre Italien pour les Etudes des OVNIS (Centro Italiano Studi Ufologici, CISU) a adopté les mêmes interdits il y a longtemps (1988), exactement parce que nous étions d'accord avec ce que le BUFORA a eu le courage de décider."

"En novembre, 1988, nous avons eu un colloque à huis clôt à Bologne où un groupe de nos enquêteurs sur le terrain et de membres actifs intéressés par l'hypnose a rencontré un groupe de médecins qui utilisent l'hypnose dans leur pratique médicale, tous étant des membres d'une (des quatre) associations italiennes d'hypnose médicale, qui étaient également curieux au sujet des abductions extraterrestres et de l'utilisation de l'hypnose dans l'ufologie."

"Nous avons recueilli un avertissement ferme contre l'utilisation de l'hypnose comme outil de régression pour obtenir l'information effective (ce à quoi nous nous attendions, de par la littérature disponible que nous avions systématiquement rassemblés en dossiers depuis 1981) et - le plus important - puisqu'il y avait un risque concret de stimuler le confabulation et d'apporter de plus grands troubles émotionnels qu'avant à la "victime"."

"Nous avions déjà rassemblé un dossier épais d'abus de l'abduction [sic, de l'hypnose] dans quelques cas italiens."

"Nous avons ainsi décidé de ne pas employer l'hypnose et de ne pas encourager des témoins ou des abductés de potentiel à se soumettre à la régression hypnotique."

Source: Message par Edoardo Russo on UFOupdates, 1999, à www.virtuallystrange.net/ufo/updates/1999/apr/m15-008.shtml

Edoardo Russo exprime beaucoup de scepticisme au sujet des OVNIS, mais est également une encyclopédie vivante sur le sujet et depuis longtemps un enquêteur de terrain. Il n'est pas un "vil debunker."

Le plus drôle est que l'ufologue qui prétend que je "manquerais de respect" envers "les ufologues" en expliquant que l'hypnose n'est pas un sérum de vérité fait partie d'un groupe d'ufologie qui assure qu'Edoardo Rosso et son groupe d'ufologie le CISU est leur partenaire.

Edoardo Rosso n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Chris Rutkowski:

"J'avais préconisé exactement cela depuis des années, mais personne n'avait écouté, comme d'habitude. L'un des quelques autres qui avait de dire cela clairement est David Gotlib, qui a même produit un document de travail pour des normes pour le traitement des abductés, qui a été en grande partie ignoré."

"Le dernier cas sur lequel j'ai travaillé dessus est un exemple typique de cette situation. Je travaille seulement avec un psychologue clinique bien versé dans l'utilisation appropriée de la régression hypnotique. L'abducté a dans ce cas-ci au moins un souvenir partiel d'un événement, et veut découvrir le reste. Il y a eu trois sessions jusqu'ici, et seulement une utilisation de l'hypnose. Plutôt que de "pousser le bouchon" et explorer des mémoires d'abductés au-delà du souvenir conscient, le psychologue a décidé de travailler avec des techniques de relaxation afin d'aider l'abducté à surmonter ses craintes de "ce qui est enfermé à l'intérieur." Avec la diminution de sa crainte, l'abductee peut alors se rappeler consciemment plus de détails.

"Cet abducté admet à avoir lu un grand nombre de livres sur les OVNIS et le thèmes des enlèvements, et est devenu terrifié en lisant le dernier livre de Jacobs. Le psychologue a estimé qu'il n'y avait aucun moyen de s'assurer que toutes les images "récupérées" par la régression étaient "vraies" et non influencé par ses lectures ufologiques."

"Plus d'un abductee qui était venu à moi a tenté de se suicider parce que "ils" étaient toujours en train d'observer et de contrôler leur vie quotidienne. Une femme était une victime de viol. D'autres avaient été diagnostiqués de désordres psychiatriques (MPD). Clairement, les ufologues ne sont pas ceux qui devraient "soigner" de tels personnes. Je m'inquiète profondément de la santé des abductés qui peuvent avoir des problèmes émotionnels ou des problèmes psychologiques fondamentaux et qui sont régressés par des fans d'OVNIS qui ont seulement eu un "cours accéléré" d'hypnose comme formation."

Source: Message par Chris Rutkowski, UFOupdates, 1999, à www.virtuallystrange.net/ufo/updates/1999/apr/m14-020.shtml

Chris Rutkoswki est un ufologue a l'esprit tout à fait sérieux avec une histoire impressionnante de travaux sur le terrain et d'articles sur le sujet OVNIS, y compris un excellent livre superbe concernant la question des abductions, "Abductions and aliens - What's really going on". Il n'est pas un "vil debunker", et a beaucoup travaillé lui-même avec des abductés. Son livre "Alien Abduction" pourra être lu à titre de vérification.

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Greg Sandow:

"Nous pouvons critiquer Budd Hopkins et quelques autres chercheurs d'abductions -- j'ai déjà fait cela, dans mon essai "The Abduction Conundrum," qui est paru dans le numéro présent de l'Anomalist -- pour ne pas avoir énoncé les problèmes avec l'hypnose dans leurs livres. Dans The Threat, cependant, Dave Jacobs consacre un certain espace aux problèmes de la confabulation hypnotique. Et c'est précisément en raison des dangers de confabulation que ni Budd ni Dave ne pensent que l'hypnose fonctionne comme une "clef magique" qui "dévoilerait les secrets" du moindre cas."

"En d'autres termes, si vous hypnotisez n'importe quel abducté unique, vous n'avez aucun moyen de juger si n'importe quelle histoire qui émerge est vraie. Mais qu'en est-il si plus d'un abducté indique la même histoire? C'est ce que la recherche sérieuse sur les abductions recherche -- des récits qui semblent se confirmer. Cela soulève naturellement des questions quant aux investigateurs des abductés - ou des abductés répétant des histoires qu'ils ont lues ou entendu - mais essayons au moyen d'avoir de bons principes. Personne que je considérerais être une investigateur sérieux des abductions ne va ou Jenny Randles nous mène ici, à cette notion que l'hypnose est une clef magique. Budd Hopkins et de Dave Jacobs disent ils n'accepteront pas la moindre bout d'un scénario d'abduction qui n'est pas indépendamment confirmé par plus d'un abducté. Leur position, en d'autres termes, n'est pas que l'hypnose nous donne des histoires complètement véridiques. Plutôt, ils décrivent une situation dans laquelle toutes sortes d'information aléatoires font surface par les sessions d'hypnose. De ce nuage vague de données invérifiables, quelques détails prennent de la solidité par la suite, des détails qui semblent plus fiables parce que plus d'un abducté les mentionne."

Source: Message par Greg Sandow, UFOupdates, 1999, à www.virtuallystrange.net/ufo/updates/1999/apr/m15-003.shtml

Greg Sandow est un journaliste américain basé à New York qui a beaucoup écrit à propos des OVNIS. Il n'est pas un "vil debunker."

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Dr. Leo Sprinke:

"L'information qui a été obtenues par des sessions hypnotiques avec des participants qui affirment avoir eu des expériences OVNI, y compris des enlèvement et des communications avec des occupants d'OVNIS, est expérimentale et non concluante."

Source: "The Mammoth encyclopedia of Extraterrestrial Encounters", compilé par Ronald D. Story, Robinson éditeur, page 307, 2001.

Le docteur R. Leo Sprinkle, un psychologue de l'Université du Wyoming, est devenu intéressé par le phénomène des abductions dans les années 60 et a été pendant de nombreuses années la seule figure académique se consacrant à étudier et à faire des recherches sur des comptes-rendus d'abduction. Il n'est pas un "vil debunker", il déclare même qu'il a lui-même été enlevé par des extraterrestres. Il me semble donc assez difficile de considérer qu'il serait un "vil debunker."

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Dennis Stacy:

"En outre, y a-t-il vraiment un pattern du tout? Jacobs, à titre d' exemple, a longtemps résisté à la profusion des divers types extraterrestres qui étaient rapportés, mais semble maintenant avoir à contre-coeur admis que le modèle du petit gris (peut-être) n'est pas aussi conforme ou dominant qu'on avait pensé qu'il l'était."

"Ma conjecture est que ce pattern peut même ne pas exister (si assez d'exemples étaient comparés), ou que s'il est présent, d'autre influences pourraient jouer, bien que pas nécessairement."

Source: Message par Dennis Stacy, UFOupdates, 1999, www.virtuallystrange.net/ufo/updates/1999/apr/m18-002.shtml

Dennis Stacy était le rédacteur du journal mensuel du MUFON de 1985 à 1997. Il a reçu en 1995 le Prix de Journalisme Donald E. Keyhoe pour un article en six parties sur les OVNIS. Il a écrit des livres tels que "The Marfa Lights: A Viewer's Guide", et coédité "UFOs 1947-1997: Fifty Years of Flying Saucers." Il n'est pas un "vil debunker."

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Brian Straight:

"J'ai discuté la valeur de l'hypnose avec un ami psychologue clinique. Il me dit qu'il n'est pas sans doutes quant à son utilisation dans sa propre pratique clinique, et le fait seulement dans des circonstances extraordinaires (dont l'une est que le patient lui-même la voit comme le seul moyen de faire des progrès et la demande. Il ne suggère jamais l'hypnose à ses patients."

"Mon propre avis sur le sujet, après lui avoir parlé, est que l'hypnose peut en effet avoir un effet 'placebo' - si le patient pense qu'elle l'aidera, elle l'aidera très fréquemment."

"Maintenant, quand on en vient aux investigations et à la re-création d'événements, il est possible qu'un effet semblable puisse se produire. C'est-à-dire, si un sujet croit que l'hypnose facilitera le rappel, cela peut se passer ainsi."

"Cependant, la recherche suggère que la fiabilité des souvenirs rappelés sous l'hypnose soit fortement suspecte - après tout, le sujet est, à toutes fins pratiques, dans un état de semi-rêve. L'hypnose produira de l'information, mais nous n'avons aucun moyen de trier ce qui est fiable de ce qui est incertain. Les régressions hypnotiques des témoins multiples d'un événement, dans la mesure du possible, peuvent aider à séparer le signal du bruit, mais de telles expériences multiples sont relativement rares."

"Mon propre avis est que l'hypnose devrait être exécutée seulement si le témoin la demande (elle ne devrait pas, à mon avis, être suggérée), et alors, seulement par un professionnel clinique qualifié, dans des circonstances professionnelles ordonnées. L'interrogation devrait éviter de suggérer un récit ou une explication, et l'ufologue devrait se rendre compte que l'information reçue de telles sessions est fortement suspecte."

"L'hypnose n'est pas un bon remplaçant pour la bonne vieille enquête sur le terrain."

Source: Message par Brian Straight, UFOupdates, 1999, à www.virtuallystrange.net/ufo/updates/1999/apr/m14-016.shtml

Brian Straight est un ufologue américain, et non un "vil debunker."

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Jacques Vallée:

"J'ai étudié plus de 70 cas d'abduction, de concert avec des psychiatres qualifiés dans l'utilisation de l'hypnose clinique. Ces spécialistes ont été uniformément horrifiés quand je leur ai montré ce que certains ufologues faisaient et prétendaient sur la base des régressions qu'ils exécutaient. Cas après cas, il devenait évident que l'hypnose n'est pas une bonne manière de rapporter des vrais souvenirs. La littérature psychiatrique confirme cela."

Source: Interview of Jacques Vallée in "Alternate Perceptions Magazine", #98, February 2006, USA.

Il n'y a certainement aucune grande nécessité que je fasse des efforts pour prouver que Jacques Vallée est un ufologue bien connu depuis longtemps, très populaire en France, qui ne peut pas sérieusement être appelé un "vile debunker."

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Jean-Jacques Vélasco:

"Mon opinion sur ces enlèvements, enfin sur ces phénomènes un peu bizarres, c'est qu'il y a des faits troublants comme les "missing times" que l'on retrouve dans quelques cas, mais les éléments ne reposent malheureusement que sur des aspects testimoniaux et le fait que les méthodes d'investigations employées par les enquêteurs sont plus que douteuses, notamment par l'utilisation de la régression mentale sous hypnose."

Source: Interview de Jean-Jacques Vélasco, par Le Journal de l'Ufologie, août 2004, à www.lejdu.com/archives/2004/aout/jjv-interview/enlevements.htm

Jean-Jacques Vélasco était l'homme du groupe officiel d'étude des OVNIS en France, le SEPRA. Il a récemment écrit un livre en lequel il déclare qu'il a trouvé l'évidence que nous avons des visiteurs extraterrestres; ce qui rendra certainement difficile de l'étiqueter "vil debunker."

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Jason Zerr:

"Un hypnotiste non préparé peut réellement implanter de la pensée dans le sujet d'une expérience OVNI ou d'une abduction extraterrestre. Comme je l'ai découvert quand je suis allé sous l'hypnose moi-même, c'est que la "directivité" ou des suggestions peut corrompre ce type de recherche. Pendant mon hypnose, j'ai été convaincu que j'étais Elvis."

Source: Le site de Zerr à www.geocities.com/capitolHill/8167/ufodefhi.htm

Jason Zerr n'est pas un "méchant sceptique" ni un "vil debunker" mais un ufologue du groupe Washington UFO watch.

Il n'est pas d'accord avec l'idée que l'hypnose serait comme un sérum de vérité.

Je pourrais continuer ainsi sur des pages et des pages!

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 23 août 2007