Presse -> Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans les magazines respectables:

L'article qui suit a été publié par le magazine Newsweek, le 10 octobre 1966, p. 70.

Ce fut quasiment la première fois que le consultant scientifique en matière d'OVNIS de l'US Air Force, l'astrophysicien Joseph Allen Hynek de la Northwestern University, affirma publiquement qu'il y a quelque chose de réel et de haut intérêt scientifique dans le phénomène OVNI, rompant totalement avec les affirmations contraires de l'US Air Force.

L'article de Newsweek reflète une piètre opinion de ce magazine quant au sujet des OVNIS, commence et finit sur des notes ironiques; il est même douteux que le lecteur peut au fait ait vraiment seulement compris la position de Hynek sur le sujet. La conclusion de l'article aura sans doute fait entendre à la plupart des lecteurs que Hynek se propose de mettre le holà scientifique aux niaiseries sur les soucoupes volantes.

Hynek a par ailleurs sans doute utilisé ce magazine et d'autres pour attirer l'attention d'un large public sur le fait que la revue scientifique "Science" bien connue s'était obstinée à refuser de publier sa simple lettre ouverte concernant ce qu'il avait à dire sur le phénomène OVNI. L'attitude des publications scientifiques majeures dans le monde entier est calquée sur cette attitude de rejet systématique, encore aujourd'hui: la question des OVNIS n'y est pas abordée, si ce n'est sous l'angle de la ridiculisation.

Particulièrement pathétique est la charge disant que les OVNIS n'ont jamais été détectés par des radars, dans cet article de 1966, tandis que les premiers cas classés "inconnus" et comportant la détection radar datent de ... 1948! C'est sur ce point notamment que Hynek sera amèrement critiqué par un autre scientifique qui a acquis la conviction que les OVNIS sont réels et probablement extra-terrestres, le Professeur James McDonald. Il ne pardonnera jamais à Hynek de n'avoir pas plus clairement fait savoir que les cas radars/visuels "d'inconnus" sont étaient longtemps dans les dossiers OVNIS de l'US Air Force.

SCIENCE ET ESPACE

Les OVNIS, réels?

Les soucoupes en vol ont de nouveau volé dans les yeux du public - ou de l'imagination. Dans les six premiers mois de cette année le Projet Blue Book de l'US Air Force, le registre officiel des objets volants non identifiés, a dûment noté 508 "observations" d'OVNIS. Le chroniqueur de la Saturday Review et adepte des OVNIS John Fuller a partagé la liste des best sellers avec son livre "Incident à Exeter" et celui de Frank Edwards, l'ancien annonceur de la radio, "Soucoupes volantes, affaire sérieuse." Et pas plus tard que la semaine dernière Fuller a commencé une histoire en deux parties dans le magazine Look racontant les deux heures terrifiantes qu'un couple du New Hampshire affirme avoir passé lors d'un interrogatoire à bord d'une soucoupe volante.

L'Armée de l'Air avait pourchassé - et habituellement tué - de telles histoires depuis la fin des années 40. La question avait toujours semblé nettement tranchée: d'un côté, les croyants passionnés ou les gens avec une histoire à vendre; de l'autre côté, l'establishment scientifique raisonnable qui ont expliqué des observations comme des lâchers de ballons météo, des oiseaux, des avions à réaction, des formations de nuage ou même la foudre en boule (NEWSWEEK, 5 Septembre 1966). Mais la semaine dernière un des principaux membres de cet establishment a semblé passer dans l'autre camp. Ce n'est pas moins que J. Allen Hynek, l'astrophysicien de la Northwestern University et le propre consultant de l'US Air Force en matière d'OVNIS, qui croit qu'il y a quelque chose là-haut. "Il y a un phénomène là," dit Hynek. "J'ai étudié ceci pendant dix-huit années et ce n'est entièrement du non-sens."

Dans une lettre au journal "Science" qui fait autorité, qui doit être publiée ce mois, Hynek invite les scientifiques honorables à étudier les OVNIS sérieusement. "Je ne dis pas que nous sommes visités par des êtres extraterrestres," a dit Hynek à Richard Steele de Newsweek, "mais je pense que c'est une des possibilités et je pense que nous devrions garder une ouverture d'esprit à ce sujet. Il serait provincial de croire que nous sommes les seuls êtres intelligents dans l'univers." Les OVNIS pourraient même être, selon Hynek, "quelque chose d'entièrement nouveau pour la science. Quelle réponse auriez-vous eu en 1866," demande-t-il, "si vous aviez parlé à des scientifiques à propos d'énergie nucléaire?"

A la différence des véritables croyants des OVNIS, Hynek ne crie pas à la conspiration. Tout d'abord, il écarte l'idée que les OVNIS soient un certain engin militaire secret. "Je ne pense simplement pas que les gens peuvent garder un secret pendant dix-huit ans," dit-il. Hynek reconnaît également que la plupart des rapports d'OVNIS peuvent être expliqués comme événements terre à terre. Au début, le magazine "Science" a rejeté la lettre de Hynek, peu disposée à prêter sa réputation à une polémique qui a été la propriété des assoiffés de publicité et des rédacteurs en quête de tirage. Mais les arguments de Hynek ont persuadé le magasine à en publier une version abrégée.

Dans sa lettre Hynek cherche avec éloquence à gagner à sa cause "des scientifiques qui voudraient examiner le phénomène des OVNIS mais qui ont tellement peur du ridicule... Ils n'osent pas l'aborder." Il présente son argument responsable et forme de réfutation:

CHARGE: "Les OVNIS sont rapportés par des gens douteux, instables, sans éducation."

REFUTATION: "... une partie des meilleurs rapports, la plupart des rapports les plus cohérents et précis, proviennent de personnes dignes de confiance et scientifiquement qualifiées."

CHARGE: "L'Armée de l'Air n'a aucune preuve que les OVNIS sont extraterrestres ou représentent une forme de technologie de pointe."

REFUTATION: "Aussi longtemps qu'il y a des non-identifiés la question doit évidemment demeurer ouverte."

CHARGE: "Les OVNIS n'ont été jamais aperçus sur les radars ni photographiés par des caméras de détection de météore ou de satellites."

REFUTATION: "Ce n'est pas la même chose que de dire que les radars, les caméras de météores et les stations de suivi de satellites n'ont pas détecté des "bizarreries" sur leurs écrans."

Recherche: Transformer les OVNIs en OVIs (objets volants identifiés). Hynek recommande que des rapports fiables soit explorés par ordinateur pour leur caractéristiques récurrentes tels que l'aspect de l'objet et où et quand ils ont été aperçus. Ensuite, dit Hynek, les investigateurs pourrait essayer d'être sur le terrain pour observer les OVNIS.

Hynek affirme qu'un pattern a déjà commencé à émerger des cas aux données fiables. Ils contiennent, dit-il, des allusions fréquentes au vol stationnaire, à des oscillations et à de hautes vitesses. D'autres caractéristiques souvent rapportés sont "la forme ovale, les lumières clignotantes ou lumières brillantes dont la luminosité est inconfortable." C'est une description convenable de la masse incandescente de la foudre en boule des molécules ionisées d'air qui peuvent se produire par temps orageux - mais Hynek pense que relativement peu d'observations d'OVNIS peuvent être expliqués par la foudre en boule. Beaucoup ont été vus, dit-il, quand les conditions atmosphériques ne permettent pas la foudre en boule.

Si une enquête est lancée (l'Armée de l'Air recherche une université pour faire ce travail) Hynek veut seulement un rôle consultatif. "Je ne veus pas jeter de l'huile sur le feu pour danser autour," dit-il.

Crédule: Quand, si jamais il l'est, sera réalisé le programme de Hynek, c'est pure conjecture. Pourtant le besoin de recherche systématique sur les OVNIS pour mettre fin au mystère est indéniable. La capacité de crédulité nationale est énorme. L'histoire du magazine Look, par exemple, raconte les aventures de Barney et Betty Hill, telle qu'obtenues sous l'hypnose exécutée par un psychiatre de Boston du nom de Benjamin Simon.

Look insiste sur le fait que l'histoire est "un document humain" et pas une tentative de convaincre le public que les Hills ont réellement embarqué dans une soucoupe volante. Mais le titre de la série d'article de John Fuller - "à bord d'une soucoupe volante" - semble contredire cela, comme le fait cette prose: Barney s'est trouvée se rappeler que "les hommes avaient une tête de forme plutôt étrange, avec un grand crâne, se rétrécissant en allant vers le menton. Et les yeux se prolongeaient vers les côtés de leurs têtes." Les Hills ont gagné $24.000 avec leur histoire jusqu'ici et l'écrivain John Fuller et le Dr. Simon partageront les gains d'un livre projeté et probablement d'un film.

D'ici à ce que les Etats-Unis agissent sur des propositions de Hynek, semble-t-il, le public continuera à être emmené en ballade à bord des OVNIS.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 2 octobre 2002