Science -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La science et les OVNIS:

Les scientifiques diraient que les OVNIS n'existent pas? Et bien en ce qui concerne par exemple le scientifique qui a été chargé par l'US Air Force de montrer quels phénomènes astronomiques expliquent les OVNIS, cela est totalement faux. Les sceptiques vous expliquent-ils qu'après plus de 20 ans de recherches, le Professeur J. Allen Hynek avait annoncé que les OVNIS sont réels et probablement d'origine extraterrestre dans un congrès scientifique?

Peut-être pensez vous alors que ce scientifique aurait du annoncer cela à l'ONU? C'est exactement ce qu'il a fait. Et il ne fut pas le seul.

J. Allen Hynek était président honoraire et ancien professeur du département d'astronomie de la Northwestern University aux Etats-Unis. Il était directeur d'associé du laboratoire d'astrophysique Smithsonien à Cambridge, Massachusetts de 1956 à 1960, où il était responsable du programme de suivi optique des satellites des États-Unis. Le Dr. Hynek était conseiller scientifique du Projet Book Book, l'étude des OVNIS par l'US Air Force de 1952 à 1969, et en 1973 il a fondé le Centre pour l'études des OVNIS à Evanston, Illinois.

Dr. J. Allen Hynek

Dr. J. Allen Hynek

Le Dr. J. Allen Hynek, consultant OVNIS de l'US Air Force, revoit le rapport Condon:

Le rapport Condon et les OVNIS

Bulletin of the Atomic Scientist, Avril 1969, p. 39-42.

Scientific Study of Unidentified Flying Objects, un rapport par le Dr Edward U. Condon, Directeur du projet de l'Université du Colorado. Bantam Books, New York, en association avec le New York Times. 965 pages, incluant un index. $ 1.95.

Revue par J. Allen Hynek

En tant que conseiller sur les OVNIS de l'Armée de l'Air des Etats-Unis pendant plus de 20 années, le Dr Hynek a examiné des milliers de rapports de "soucoupes volantes" et a étudié bon nombre d'entre elles personnellement. Au début de sa tâche consultative, sa mission était de déterminer lesquels des observations étaient dues à des phénomènes astronomiques - météores, planètes, ou étoiles. Vers la fin de 1949, le Dr Hynek avait examiné à peu près autant de cas d'OVNIS que le personnel du rapport Condon le fait. Il en était venu à la même conclusion que le Dr Condon, celle que le phénomène OVNI était à peine digne de considération scientifique sérieuse. Mais dans les années passées depuis, le Dr Hynek a eu des raisons de changer son avis précédent. Il n'est pas d'accord avec le rapport de Condon et dans cet essai de revue, il dit pourquoi. Le Dr Hynek est le chef du département d'astronomie et le directeur du centre de recherches astronomique Lindheimer de l'Université du Nord-Ouest.

Les physiciens qui connaissent Edward U. Condon par son travail en mécanique quantique moléculaire trouverons la patte du maître étrangement absente dans l'étude scientifique des objets volants non identifiés. Non seulement son talent pour organiser et aborder avec courage un problème y est invisible mais, par exemple, il est listé comme n'ayant personnellement examiné aucun des 95 cas auxquels les divers membres du comité plutôt évanescent se sont confrontés. (pourtant son humour caractéristique transparaît à travers son chapitre sur l'histoire récente des OVNIS.)

Il est malheureux que, presque certainement, l'histoire populaire lie dorénavant le nom du Dr Condon aux OVNIS, et seule l'histoire mystérieuse de la physique lui accordera sa véritable place et enregistrera sa carrière brillante dans la contribution à la compréhension, avec une élégance mathématique, de la nature du monde physique. Ces contributions OVNIesques ne peuvent pas être tout ce que l'on retient de lui, bien que son travail sur ce problème soit analogue à celui d'un Mozart produisant une musique d'ascenseur banale et indigne de ses talents.

L'étude scientifique des objets volants non identifiés est un genre bien étrange de papier scientifique qui ne réalise pas la promesse de son titre. Même la couverture couleur (sur laquelle Condon, cependant, n'a probablement eu aucun avis à donner) est fallacieuse. Au lieu de montrer une des relativement peu nombreuses qui restent non identifiées, nous y trouvons une photo immédiatement identifiable d'une réflexion d'objectif.

Le rapport est essentiellement une collection d'histoires de cas et de rapports spéciaux par des membres du personnel et des investigateurs du Dr Condon travaillant sous contrat avec l'Université du Colorado. Les lecteurs scientifiquement qualifiés trouveront ces articles aussi ennuyeux que ternes à lire qu'ils l'ont probablement été à écrire.

Bien que consacré en grande partie à exposer des canulars ou à expliquer de nombreux OVNIS comme identifications erronées d'événements ordinaires, le livre laisse le même résidu étrange et inexplicable d'inconnus que celui qui a infesté les recherches de l'Armée de l'Air des États-Unis pendant 20 années. En fait, le pourcentage des "inconnus" dans le rapport Condon semble être encore plus élevé que dans les recherches de l'Armée de l'Air (projet Blue Book) - ce qui avait mené à la recherche de Condon en premier lieu. Chaque contribuant au rapport trouve dans son secteur d'attention particulière (photos, observations radar-visuelles, traces physique, etc.) quelque chose qui ne peut pas être écartée comme une identification erronée de phénomènes connus.

Un des contribuants, Dr. William K. Hartmann, astronome à l'université de l'Arizona, résume la situation globale comme suit: "les données actuelles sont compatibles avec mais n'établissent pas l'une ou l'autre hypothèse que (1) le phénomène entier des OVNIS est le produit d'identifications erronées, de maigres¨ rapports et de fraudes, ou que (2) une partie très petite du phénomène OVNI implique des événements extraordinaires."

"Un objet volant non identifié (OVNI) est ici défini comme le stimulus pour un rapport rédigé par un ou plusieurs individus de quelque chose vue dans le ciel (ou d'un objet dont on pense qu'il est capable de vol mais vu alors qu'il est posé sur la terre) que l'observateur n'a pas pu identifier en tant qu'ayant une origine normale ordinaire, et qui lui a semblé suffisamment troublant pour qu'il se soit engagé à rédiger un rapport à son sujet pour les forces de l'ordre, ou des fonctionnaires de gouvernement, à la presse, ou peut-être à un représentant d'une organisation privée se consacrant à l'étude de tels objets."

"Défini de cette façon, il n'y a aucun doute quant à l'existence d'OVNIS, parce que les rapports d'OVNIS existent en nombres assez grands, et le stimulus pour chaque rapport est, selon cette définition, un OVNI. Le problème devient alors celui de l'étude pour identifier les divers genres de stimulus qui provoquent des rapports d'OVNI."

L'OVNI est "le stimulus pour un rapport...." Ce language s'abstient de dire si l'objet rapporté était réel, une chose physique, matérielle, ou une impression visuelle d'une chose physique ordinaire déformée par des conditions atmosphériques ou par une vision défectueuse jusqu'à devenir méconnaissable, ou si c'était un illusion purement mentale existant dans l'esprit de l'observateur sans stimulus visuel réellement existant.

  • L'Etude Scientifique des Objets Volants Non Identifiés, p. 9.

Il y a d'autres déclarations plus provocatrices enterrées profondément dans le rapport. Elles ne correspondent pas à sa conclusion générale que les études d'OVNI n'offrent pas à un domaine fructueux dans lequel on pourrait rechercher des découvertes scientifiques majeures. Les exemples sont des commentaires tels que " non identifiés après analyse, "ou "identification erronée imaginable mais peu probable avec des oiseaux, avions, etc... "

Le mystères des effets électriques

Un des aspects troublants de certains rapports d'OVNIS est un effet d'atténuation électrique qui, selon des témoins, interrompt l'allumage et coupe le moteur et les lumières d'une automobile en mouvement. Seulement un de ces cas a été examiné dans le rapport. La conclusion a été que "aucune explication satisfaisante pour de tels effets, si ils se produisent effectivement, n'est apparente." Ce raisonnement semble essayer de résoudre le problème en l'écartant. On peut se demander - n'était-ce pas la fonction de cette recherche que de déterminer si ces événements rapportés se sont effectivement produits? Plus de 100 cas d'interaction électrique ou électromagnétique entre OVNIS et automobiles ont été rapportés, pourtant le rapport Condon déclare: "pendant la période de l'étude sur le terrain seulement un cas de défaut de fonctionnement de moteur d'automobile est venu à notre attention. Il y avait un certain terrain pour le scepticisme au sujet du rapport, parce qu'il a été fait par un patient diabétique qui avait bu et rentrait à sa maison après une soirée à 3:00 du matin."

Ce cas n'est pas un du groupe de ces cas auxquels je me réfère, et dans ces circonstances, il devrait avoir été exclu de l'étude.

Il y a d'autres mystères décrits dans le rapport, tel que ce commentaire sur une déclaration d'observation d'OVNI: "le résidu est un rapport des plus intrigants qui doit certainement être classé comme un inconnu en attendant davantage d'étude, qu'il mérite certainement. Il s'avère que cet observation défie l'explication par des causes conventionnelles."

OVNIS en orbite

Pendant des vols spatiaux habités, les astronautes des Etats-Unis ont rapporté un certain nombre d'observations d'OVNI. Un investigateurs majeur du groupe de Condon, Franklin Roach, un astronome, écrit: "les trois observations non expliquées qui ont été glanées d'une grande masse de rapports sont un défi pour l'analyste."

Au cours des 20 dernières années, certains des cas les plus embarrassants sont ceux qui comportent des contacts radar aussi bien que des observations visuelles d'un même objet. Le rapport Condon ne résout pas ce problème de longue date. D'un tel cas, Gordon D. Thayer, de l'Environnementale Science Services Administration, un membre de personnel du projet Colorado, a observé: "ceci doit rester comme l'un des cas de radar les plus embarassantes dans les dossiers et aucune conclusion n'est possible actuellement. Il semble inconcevable qu'un écho du à une propagation anormale (AP) se comporterait de la façon décrite, même si l'AP avait été probable alors. En raison de la situation météorologique il semblerait que l'AP était plutôt peu probable. En outre, quelle est la probabilité qu'un écho du à l'AP semblerait apparaître seulement une fois, et à ce moment-là sembler exécuter une approche d'atterrissage parfaite sur l'ILS (le système d'atterrissage aux instruments)?"

Là encore, le commentaire d'un rapport des services: "en conclusion, bien que des explications conventionnelles ou naturelles ne puissent certainement pas être éliminées, leur probabilité semble basse dans ce cas-ci et la probabilité qu'au moins un OVNI véritable avait été impliqué semble être assez haute."

UN DEFI A LA CURIOSITE

Evidemment, j'ai pris ces rapports hors du contexte et la grande majeure partie du rapport les surpasse. Mais les cas auxquels ces rapports se rapportent sont là, éclatants - un pur défi à la curiosité humaine, la pierre de base du progrès scientifique. Il est difficile de comprendre pourquoi l'Académie Nationale des Sciences a entièrement approuvé l'opinion de Dr. Condon qu'aucun autre travail sur le phénomène d'OVNI ne devrait plus être effectué.

En tant que directeur scientifique du projet créé pour étudier le problème vexant des OVNIS, le Dr Condon a accepté une responsabilité qui a pu lui avoir été désagréable dès le début. Il l'a fait très probablement par un sens du devoir, de la même que quelqu'un pourrait, en se retenant de respirer, (sauf à travers un mouchoir) s'engager à balayer une écurie mal tenue. A quelle point c'était une écurie d'Augias, Condon assurément ne l'a pas réalisé, et je sens qu'il a excessivement sous-estimé la portée et la nature du problème auquel il s'attaquait.

Maintenant, comme n'importe quel scientifique le ferait, le Dr Condon a défini ses termes au début, mais dans sa définition même de l'OVNI il est tombé dans un piège. Le Dr Condon déclare, "un objet volant non identifié... est défini comme le stimulus pour un rapport rédigé par un ou plusieurs individus de quelque chose vu dans le ciel (ou un objet dont il a pensé qu'il est capable du vol mais vu alors qu'il est posé sur la terre) que l'observateur n'a pas pu identifier comme ayant une origine normale ordinaire."

L'impossibilité d'opérer à partir de cette définition est bien illustrée dans le chapitre de Samuel Rosenberg, "les OVNIS dans l'histoire:" ... un rapport de toutes sortes de telles observations d'objets mystérieux que l'observateur "n'avait pas pu identifier" remplirait l'espace entier consacré au projet dans son ensemble. Et nous en avons! Parce que, dans une autre section du rapport, on précise que peut-être quelques 10 pour cent seulement des observations d'OVNIS sont rapportées. Et ce pourcentage se rapporte à notre pays, alors que le phénomène des OVNIS est global. En discutant des rapports antiques, Rosenberg fait l'observation que la plupart de ce qui se passait dans le ciel était un OVNI pour l'homme pré-scientifique: des aurores, halos lunaires, arcs-en-ciel, tornades, foudre - même le soleil et la lune. Et "quelles conjectures sauvages ont été faites," poursuit Rosenberg. Tout comme aujourd'hui, pourrait-on ajouter, des conjectures sont faites au sujet des choses qui n'ont pas été admises dans le terrain de jeu de la science.

Anatomie d'un cas

En adoptant une définition si large pour les OVNIS, trop a été admis comme sujet étude possible quand seulement un temps et des fonds limités étaient disponibles; laissons-nous aller à supposer que Condon eut adopté cette définition à la place: Un OVNI est un rapport... dont le contenu est troublant non seulement pour l'observateur mais aussi pour d'autres qui ont une formation technique dont l'observateur peut manquer.

Pourquoi encombrer une étude avec les rapports qu'un examen de routine par des personnes expérimentées dans le domaine pourraient presque certainement avoir écartés comme Vénus, ballon, ou étoiles scintillantes? Cela ne peut avoir d'intérêt que pour les sociologues de savoir qu'un grand pourcentage de notre population ne peut pas identifier une planète brillante ou un météore lumineux, mais il est de peu de valeur d'inclure des cas tellement insignifiants quand d'autres cas, troublants, ont été laissé vraiment inexpliqués (le rapport des effets sur des circuits d'allumage de voiture, des effets sur des animaux et des personnes, les cas qui ont eu un effet traumatique sur les témoins, et dans un certain exemple, ont changé la teneur de leurs vies, des rencontres rapprochées avec un métier et des lumières aveuglantes). Le but d'une étude telle que celle du Dr Condon ne devait-il pas avoir été de déterminer s'il y avait quelque chose aux rapports vraiment embarrassants - pas dans les cas évidents d'identifications erronées insignifiantes?

Sur la base de nombreuses années d'expérience avec le phénomène OVNI, j'aurais supprimé presque deux tiers des cas inclus dans le rapport, aussi potentiellement sans profit pour les buts réels du projet tels qu'indiqué par le Dr Condon lui-même: "comme indiqué par son titre, l'emphase de cette étude a été d'essayer d'apprendre par les rapports d'OVNIS tout ce qui pourrait être considéré comme ajoutant à la connaissance scientifique." Examiner des rapports de planètes, d'étoiles, (pour quiconque a l'expérience de ces choses), identifications erronées évidentes, etc., ne pouvait que peu ajouter à la connaissance scientifique. Un soin bien plus grand aurait du avoir été mis a étudier des cas triés, car, comme Thurston E. Manning, le vice-président pour les affaires académiques de l'Université du Colorado, l'a écrit: "le lecteur devrait considérer ainsi que cette étude représente la première tentative par un groupe de scientifiques et de spécialistes fortement qualifiés d'examiner froidement et sans passion... " Examiner quoi? Des identifications erronées de Vénus, une prédiction (par télépathie mentale) de l'atterrissage d'un OVNI, d'évidentes paillettes de brouillage radar, une farce à base de ballon admise par quelques étudiants (admise dans les heures qui ont suivi la réception du rapport par le personnel), d'un rond de fumée d'une explosion lors d'un test d'une bombe A dans une installation militaire, le coucher nocturne des planètes Vénus et Saturne, une panne évidente de courant provoquée par un court-circuit accompagné de flashes lumineux, une observation de deux à trois seconde d'un éclair de lumière qui était presque certainement un météore? Même une évaluation préliminaire de ces incidents devrait avoir indiqué que c'était une perte de temps que de les étudier.

L'indice "d'étrangeté"

Au cours des années j'ai employé une méthode bidimensionnelle très simple de classification pour examiner la valeur scientifique potentielle des rapports d'OVNIS. C'est un simple graphique de "l'étrangeté" rapportée à la "crédibilité des témoins." "L'étrangeté" est une mesure de la difficulté de trouver avec précision, pour des personnes scientifiquement qualifiées, une explication physique fortement probable du contenu d'un rapport. Ainsi, si un éclair brillant de lumière est vue traversant le ciel en quelques secondes, il n'y a certainement aucune raison même pas après un simple coup d'oeil de suggérer que le stimulus ait été quelque chose d'autre qu'un météore lumineux - et on peut assigner à ce rapport une étrangeté de 1, ou tout au plus, 2.

Si, d'autre part, on rapporte qu'un engin métallique, brillamment éclairé, a éTé observé en train d'atterrir, ou avoir manoeuvré dans les cieux de manière "non scientifique", ceci réclame un indice d'étrangeté plus élevé. Naturellement, rien n'a été dit au sujet de croire le contenu du rapport. Mais on peut, par une recherche et application appropriées de tests, faire un effort significatif pour évaluer les témoins d'un "événement" OVNI en termes de leur crédibilité générale. Sont-ce des témoins "fiables"; est-ce qu'ils payent leurs dettes, sont-ils très estimés dans leur communauté, ont-ils eu quelque raison de tirer profit de la rédaction de leur rapport, où était-il plus probables qu'ils aient eu des ennuis du fait d'avoir fait leur rapport? Y a-t-il quelque chose qui indiquerait une nature émotive qui devrait les faire réagir aux stimulus perceptuels pour fabriquer en quelque sorte une "montagne d'OVNI" à partir d'un rien du tout du quotidien?

Une étude appropriée du phénomène OVNI dans le but d'analyser leur valeur scientifique potentielle implique une étape préliminaire dans laquelle des cas de haute étrangeté, rapportés par des témoins qui ont une position respectée dans leurs communautés, sont choisis pour l'étude détaillée. Sur 21 cas radar-visuels étudiés par Thayer, il n'y en a que trois auxquels j'aurais assigné un sigma (étrangeté) de 4, et aucun de 5. J'aurais assigné aux autres 18 un sigma de 1, de 2, ou de 3. Evidemment l'attribution de ces estimations aux cas est une question de jugement individuel, mais quand plusieurs évaluations indépendantes sont faites par les personnes qualifiées, il y a un juste accord, particulièrement quant à "l'étrangeté" d'un cas; la crédibilité est évidemment ouverte de plus grands désaccords.

Le public et le personnel de projet, apparemment, ont confondu le problème OVNI avec l'hypothèse ETI (intelligence extraterrestre). Ceci peut être le plus grand intérêt populaire, mais ce n'est pas la question. La question est: est-ce que un phénomène légitime d'OVNI existe?

Supposons qu'un comité de scientifiques du dix-neuvième siècle avait été invité à étudier le phénomène de l'aurore comme projet simple. Il n'aurait pas été de sa responsabilité de déclarer que le phénomène polaire n'a fourni aucune preuve de l'existence d'une intelligence méta-terrestre. Le problème aurait été de savoir si l'aurore pourrait être expliqué en termes de la physique du dix-neuvième siècle.

Il se peut que les phénomènes d'OVNI soient justement aussi inexplicables pour laphysique du vingtième siècle. De ce point de vue, comment le rapport de Condon sert-il la science quand il suggère qu'un phénomène qui a été rapporté par de nombreux milliers de personnes depuis si longtemps soit indigne de davantage d'attention scientifique?

L'expérience investigatrice depuis les 20 dernières années m'a montré que le phénomène OVNI, s'il est bien physiquement réel, est un oiseau rare. Je suggère que de tous les cas étudiés dans le rapport, les suivants pourraient être digne d'une véritable étude en profondeur: le cas 2, p. 248; 5, p. 260; 10, p. 277; 46, p. 396; 57, p. 469; 19-B, p. 161; 14 Na, p. 127; 14-Nb, p. 128; le cas sans numéro à la p. 139; 1482-N, p. 143 et le cas sans numéro à la p. 236.

Tandis qu'il était peut-être louable de demander à un groupe non entraîné, et donc, vraisemblablement, impartial, de jeter un coup d'oeil neuf au problème d'OVNI, ce procédé était apparenté à demander à un groupe de débutants en suisine de jeter un coup d'oeil neuf sur l'art de la cuisine et puis d'ouvrir un restaurant. Sans conseil chevronné, il y aurait beaucoup de casseroles brûlées, beaucoup de doigts brûlés, et beaucoup les clients mécontents.

Une grande partie du temps du personnel de projet, il me semble, a été dépensé à chercher une méthodologie. Il s'avère également que des étudiants ont fait la partie vile des investigations avec relativement peu de voyages sur le terrain, une conséquence, assurément, des fonds limités.

En conclusion, en matière de la méthodologie un philosophe de la science trouverait une faillite opérationnelle et épistémologique sérieuse: une hypothèse qui couvres tout ne couvre rien. Énonçons ceci sous forme de théorème sur les OVNIS: pour n'importe quel cas rapporté donné d'OVNI, s'il est pris par lui-même et sans respect des corrélations avec d'autres rapports vraiment embarrassants ici et en d'autres pays, une explication naturelle quelconque, aussi forcée soit-elle, peut toujours être apportée. C'est ainsi si l'on travaille seulement sur l'hypothèse que tous les rapports d'OVNI, par la nature même des choses telles que nous les savons, doivent résulter de causes bien connues et admises.

Il s'en suit comme corollaire qu'il aurait été impossible que la recherche de Condon considère n'importe quel rapport comme résultant de n'importe quoi d'autre que de causes normales, canulars, ou hallucinations. Ainsi, par exemple, nous avons cette analyse étonnante (cas non numéroté, p. 140): "cette observation peu ordinaire devrait donc être assigné dans la catégorie d'un certain phénomène presque certainement naturel mais qui est si rare qu'on ne l'a jamais rapporté apparemment ni avant ni depuis."

De toute évidence une telle déclaration peut être fait en n'importe quel circonstance embarrassante. Ou, (p. 164, affaire 2): "en résumé, ceci est le cas de plus embarrasser et plus inhabituel dans le dossier radar-visuel. Le comportement apparent rationnel et intelligent de l'OVNI suggère un dispositif mécanique d'origine inconnue comme explication la plus probable de l'observation. Cependant, en raison de la faillabilité inévitable des témoins, des explications plus conventionnelles de ce rapport ne peuvent pas être entièrement éliminées." Dans le cas 46 (p. 407) l'investigateur est poussé dans ses retranchements, mais applique toujours le théorème: "c'est un des quelques rapports d'OVNI dans lesquels tous les facteurs étudiés, géométriques, psychologiques, et l'examen médical semblent être conformes à l'affirmation qu'un objet volant extraordinaire, argenté, métallique, en forme de disque, de dizaines de mètres de diamètre, et évidemment artificiel, a volé sous le regard de deux témoins. Il ne peut pas être dit que les preuves éliminent franchement une fraude, bien qu'il y ait certains facteurs physiques tels que l'exactitude de certaines mesures photométriques des négatifs originaux qui plaident contre une fraude." Verdict final: "fraude."

Le jugement final du travail du Comité de Condon, qui n'a pas été une étude des objets volants véritablement non identifiés, mais en grande partie d'objets facilement identifiables sera mis en cause par le phénomène d'OVNI lui-même. L'expérience antérieure suggère qu'ils ne vont pas simplement voler plus loin.

Il y a, cependant, un secteur dans lequel le critique est en accord avec le Dr Condon, et c'est dans sa recommandation que le crédit de la science ne doit pas être donné dans les écoles primaires pour des dissertations et des programmes sur les OVNIS. Les écoliers manquent trop en facultés critiques pour qu'on les lâches sur le terrain des OVNIS. Le matériel actuel disponible pour eux est essentiellement de la "littérature de gare," elle-même écrit de manière sensationnaliste et sans sens critique, de cas non documentés, sans soin du tout pour l'analyse; une grande collection d'anecdotes sensationelles.

Si le rapport de Condon aide à nous dégager de miasmes de pseudo-science, de rêve, et du sensationnel dans ce domaine, la scène peut encore être préparée pour une étude plus efficace du phénomène étrange et laissant perplexe des OVNIS. A cet effet, on devra prendre soin de ne pas détruire les dossiers du Comité Condon, comme l'ont semble-t-il été les données dans une recherche de 1953 sur les OVNIS par un autre contractant de l'Armée de l'Air dont l'identité a été classée secrète et dont les données ont mené au rapport numéro 14 du projet Blue Book.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 23 décembre 2003