Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Rencontre Mirage IV et OVNI en France, 1977:

L'Armée française est à l'occasion affublée du surnom de "la Grande Muette", et le fait est que peu de pilotes militaires Français mentionnent les OVNIS, du moins avant de prendre leur retraite. Le Commandant Giraud est une des exceptions, puisqu'il a fait connaître sa rencontre avec un phénomène lumineux dès 1977. Faut-il par ailleurs rappeler que les équipages des bombardiers Mirage IV étaient notamment chargé de transporter la bombe nucléaire Française en territoire ennemi en cas de besoin? Pourrait-on se risquer à dire dans ce cas que le Commandant Giraud n'a peut-être pas pris la Lune ou Vénus pour un OVNI?

Le récit:

Le 7 mars 1977, à 20:34, l’équipage d’un bombardier Mirage IV piloté par le Commandant d'Escadron Hervé Giraud (promu Colonel plus tard), et son navigateur, le capitaine Jean-Paul Abraham, aperçoivent une lueur très brillante qui s’approchait de son avion alors qu'il survolait la région de Chaumont dans le cadre d'une mission d'exercice bombardement et navigation de nuit.

L’OVNI vira sec autour du Mirage et réussit à voler de concert avec l'avion en dépit des efforts du pilote pour se dégager. La lueur s’éloigna à toute vitesse de manière brutale. Un peu plus tard, une autre lueur identique reparut et exécuta un manège similaire avant de disparaître. Les lumières brillantes n’ont pas été repérées par les radars de la station de Contrexéville.

Le récit du commandant Giraud:

"Ce soir-là, commandant au sein de l'escadron de bombardement Arbois, je viens d'effectuer un exercice de nuit à bord d'un bombardier Mirage IV avec mon navigateur, le capitaine Jean-Paul Abraham. On rentre sur Luxeuil à 9750 m d'altitude et à environ 1000 km/h. Nous sommes à la verticale de Chaumont quand une lueur arrive sur notre droite. Elle est identique au phare de reconnaissance d'un chasseur Mirage III. Le contrôleur radar de Contrexéville dort-il? L'objet continue de s'approcher, au même niveau que nous... Pas normal, il devrait rester en-dessous. Je préviens le contrôleur au sol, mais il me dit qu'il n'y a absolument rien. Et ça se rapproche... Ce n'est pas un avion, ce n'est pas un missile. Je commence doucement à évoluer à droite. Et il reste à l'intérieur de mon virage, collé à ma trajectoire. Aussitôt, je vire sec. Cet objet est en train de nous "bouffer" carrément à moins de 1 km en secteur arrière comme lors d'une passe de tir! Il vole beaucoup plus vite que moi... Et ça va durer ainsi 40 s! Je ne peux absolument rien faire... Je ralentis mon virage, et ce truc part à une vitesse inouïe! 30 s après avoir repris le cap sur la base, je dis à mon navigateur : "Fais attention, ça revient!..." Je sens qu'on m'observe! Je vire très sec à droite dès le départ, après avoir mis les réacteurs à fond. L'objet nous refait le même cinéma. Et là, il arrive très près. J'ai une impression de forme et de masse imposante derrière, beaucoup plus grosse que mon Mirage. Jean-Paul tente de prendre des photos. Je renverse légèrement et la lumière repart vers l'ouest avec une accélération phénoménale, en produisant une espèce de traînée... Quand on s'est posés à Luxeuil, on était sonnés..."

Références:

Certains d'entre nous ont eu l'occasion d'écouter le Colonel Giraud parler de son expérience lors d'une émission (certes relativement démagogique mais comportant toutefois des moments intéressants) de la chaîne de TV Française TF1 en 1999.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 17 mai 2001