Fukuoka 1948 -> Les cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Fukuoka, Japon, 15 octobre 1948:

Voici un cas d'observation radar-visuelle d'un OVNI par des pilotes militaires déjà en 1948, dans lequel l'équipage d'un chasseur de nuit tout temps F-61 "Black Widow" en patrouille au-dessus du Japon a détecté l'OVNI se déplaçant à environ 200 miles par heure sur son radar de bord. L'équipage a fait six tentatives pour se rapprocher de l'objet, et à chaque fois celui-ci a rapidement accéléré jusqu'à environ 1.200 miles par heure, laissant le F-61 sur place.

Lors d'un des passages, l'équipage a vu la silhouette d'un objet en forme de "balle de fusil" et d'une taille apparente de 20 à 30 pieds. Ce cas porte le numéro 218 dans les dossiers du projet Blue Book de l'US Air Force et y est énuméré comme "inconnu."

Dans ce dossier:

Cliquez! Les événements, par Ed Ruppelt, et une synthèse du professeur James E. McDonald.
Cliquez! Le cas radar de 1948 à Fukuoka, par le professeur Dr. James E. McDonald.
Cliquez! Le cas radar de 1948 à Fukuoka, par le professeur J. Allen Hynek (Cette page).

Dr. J. Allen Hynek:

Les informations qui suivient proviennent de "The Hynek UFO Report," page 125, par J. Allen Hynek, qui a été un consultant pour les OVNIS à explication astronomique de l'US Air Force pendant 18 ans.

OVNIS radar?
15 octobre 1948
Kyushu, Japan

En automne 1948, le Projet SIGN a reçu un rapport de Kyushu, Japon, décrivant la rencontre d'un avion F-61 avec de deux à six objets volants non identifiés vol. Les rapports du renseignement des Armées de l'Air de l'Extrême-Orient ont indiqué que les OVNIS auraient pu avoir "un équipement d'alerte radar." parce que "l'objet a semblé conscient de la localisation du F-61 à tout moment."

L'observation a eu lieu à environ 23:05 le 15 octobre 1948, à environ 50 miles au Nord-Ouest de Fukuoka, au large de la côte du Nord-Ouest de Kyushu. Un rapport du 28 Janvier, 1949, par le Second Lieutenant Barton Halter du soixante-huitième escadron de chasse, qui était l'opérateur radar du P-61, explique la rencontre:

"Mes fonctions actuelles sont officier de maintenance radar et des communications, et observateur radar de la chasse de nuit au sein du soixante-huitième escadron de chasse, 347e groupe de combattant (AW), APO 75. Le 15 Octobre 1948, mon pilote et moi sommes sortis pour une mission de routine au large de la côte au Nord-Ouest de Kyushu. Quand à 23:05 (11:05 P.M.), nous étions à approximativement 50 miles à 330° de Fukuoka, j'ai détecté une cible volante. Elle s'est révélée être à une distance de cinq miles droit devant et légèrement au-dessous de nous. Nous avons augmenté notre vitesse à approximativement 220 miles par heure et nous avons obtenu un avantage de 20 miles par heure. La cible n'a montré aucune action évasive au début, et nous avons pensé qu'elle était probablement une des avions de chasse de notre terrain d'aviation."

Pendant que nous nous rapprochions de lui j'ai noté un léger changement d'azimut et une rapide diminution de la distance entre nous. Sous peu ensuite, en quelques secondes, la cible a donné des indications de piquer au dessous de nous. Nous avons piquer afin d'essayer de suivre la cible et avant que nous puissions manoeuvrer pour la suivre, elle était passé en dessous de nous et était partie. Mon pilote a annoncé que nous plongions à une vitesse de 3.500 pieds par minute à 300 miles par heure. J'avais eu l'intention de demander au pilote de virer après qu'elle ait ait filé en un "S," mais il a été parti trop vite.

La prochaine, soit la seconde, interception était par l'arrière de la cible comme la première; cependant, la cible a effectué une accélération de sa vitesse vers l'avant et nous a distancé en un instant. Lors de la troisième interception, mon pilote a annoncé un visuel à tribord à 60°.

Avant que je l'aie pu le voir il est parti à gauche à 45° 3,000’ et 5° au dessous Mon pilote a fait un virage à droite rapide afin d'essayer de se diriger vers la cible. Avant que nous soyons arrivé vers elle, elle a encore filé en un éclat de vitesse et disparue entre neuf (9) et dix (10) miles.

Lors de la quatrième interception, le pilote m'a appelé que l'objet était venu par l'arrière et était passé au-dessus de nous. J'ai détecté la cible pendant qu'elle se déplaçait sur mon écran à dix miles droit en avant et légèrement en haut de nous. Lors des cinquièmes et sixièmes interceptions, la cible est apparue à miles 9 ou plus en volant approximativement à 200 miles par heure. Nous avons eu 20 miles par heure comme avantage en prenant sur notre IAS approximativement 220 miles par heure, une croisière à grande vitesse sûre pour un avion du type F-61. Nous nous sommes rapprochés à 12.000 pieds, puis, avec un éclat de vitesse la cible s'est écartée à la limite externe de mon ensemble radar, qui est de 10 miles pour les cibles aéroportées. Ceci a pris approximativement 15 à 20 secondes.

A mon avis, nous avons vu un engin volant de type nouveau d'une certaine agence inconnue de nous.

Selon un rapport de renseignement du Projet Sign, le pilote du F-61 avait pu silhouetter l'OVNI (c'était une nuit éclairée par la lune) et il l'a décrit comme translucide avec un corps très court et un aspect tronqué. L'objet avait des lignes nettes et aucune verrière n'était perceptible. Les six observations entières ont duré moins de dix minutes avec chacun observation individuelle durant environ une minute à peu près. La vitesse de l'OVNI a variée de 200 miles par heure à 1.200 miles par heure.

Un message extrait des quartiers généraux de la 315e Division Aérienne, au général commandant de la cinquième Armée de l'Air, du 28 Février, 1949, relativement à ce cas, contenait ces commentaires intéressants:

"2. On pense que l'objet n'a pas été perdu de l'écran du fait des zones "nulles" normales communes à tout équipement de radar. Le pilote et l'observateur estiment que c'était la vitesse élevée de l'objet qui lui a permis de disparaître tellement rapidement."

Le pilote du F-61,le 1er lieutenant Oliver Hemphill, Jr., a eu ceci à dire:

"J'ai eu une excellente silhouette de la cible visible contre un couche nuageuse très réfléchissant à cause de la pleine lune. Je me suis rendu compte qu'en fait elle ne ressemblait à aucun de type auquel j'étais familiarisé, donc je suis immédiatement entré en contact avec ma station de maîtrise des terrains et ai demandé des informations concernant n'importe quel avion dans le secteur."

Le radar de maîtrise des terrains n'a rapporté aucun autre avion et à aucun moment ils n'avaient pu détecter un OVNI. Hemphill a déclaré qu'il a encore "avoir pu jeter un regard passager de l'engin (l'OVNI); juste assez pour contaster qu'il m'avait dépassé," lors de la quatrième observation.

Le Projet SIGN a passé en revue le cas de l'OVNI de Kyashu, Japon, et l'a finalement classifié comme "non identifié."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 21 septembre 2002.