Science -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La science et le phénomène OVNI:

Un article de Stanton Friedman dans PHYSICS TODAY:

Stanton T. Friedman, né dans le New Jersey en 1934, a passé deux ans à l'université de Rutgers dans le Nouveau Brunswick, New Jersey, puis à l'Université de Chicago en 1953. Il a reçu ses diplômes BS et MS en physique de l'UC en 1955 et 1956, avec comme camarade de classe Carl Sagan. Il a travaillé pendant quatorze ans en tant que physicien nucléaire pour des compagnies telles que General Electric, General Motors, Westinghouse, TRW, Aerojet General Nucleonic, et McDonnell Douglas sur des projets avancés, fortement classifiés, par la suite souvent décommandés, tels qu'avions nucléaires, fusées à fission et fusion, et centrales nucléaires pour l'espace. Il a développé un intérêt sérieux pour le problème des OVNIS, a donné des centaines de conférences et a participé à de nombreux documentaires sur ce sujet. Il est un des chercheurs sur le cas de Roswell dont on a le plus parlé, il a été en effet le premier investigateur civil de cet incident, et a co-écrit "Accident à Corona" et est à l'origine du programme TV sur Roswell de l'émission "Unsolved Mysteries" ("Mystères non résolus.")

Stanton T. Friedman

L'article ci-dessous a été publié dans Physics Today, Janvier 1971, p. 97.

La page principale de la section science se trouve ici.

Les OVNIS, suite

Stanton T. Friedman

W. T. Powers [N. de juin, page 14] a raison au sujet de la différence générique entre les "bons" rapports d'OVNIS et ceux qui peuvent être identifiés. L'étude organisée qu'il désire a déjà été achevée. La référence 1 est le rapport final d'une étude sur deux ans de 2199 rapports d'OVNIS conduits par des scientifiques et des ingénieurs au Batelle Memorial Institute à Columbus, Ohio. Chaque rapport a été finalement classé par catégorie et a été évalué en tant que donnée sous forme des tableaux 1 et 2. La catégorie "autre" catégorie inclut une collection variée telle que les canulars, les phares sur des nuages, des oiseaux et ainsi de suite. D'intérêt particulier, ce sont les INCONNUS - "ces rapports d'observations où la description de l'objet et ses manoeuvres ne peut pas correspondre au modèle d'aucun phénomène connu" et ceux ont marqué "information insuffisante" définis comme "un certain élément essentiel de l'information est manquant, ou bien il y a eu un doute suffisant au sujet de quelles données étaient disponibles pour rejeter l'identification en tant qu'un objet commun ou un certain phénomène naturel."

Les INCONNUS n'étaient PAS des observations pour lesquelles il n'y avait pas assez d'information. Notez, également, que plus la qualité du rapport est haute, plus la probabilité que c'était un INCONNU était grande, et moins il y avait une information insuffisante probable - exactement ce à quoi on s'attendrait si les INCONNUS étaient en effet génériquement différents des IDENTIFIES. En outre, une comparaison statistique de chi-carré entre les caractéristiques (vitesse, couleur et ainsi de suite) des INCONNUS et des CONNUS a prouvé que la probabilité que les distributions soient identiques est de moins de 1 pour cent. La durée moyenne de l'observation pour les INCONNUS était plus longue que pour les IDENTIFIES, car 45 pour cent d'entre eux ont été observés pendant plus de 5 minutes. En bref, les INCONNUS ne sont ni comme les IDENTIFIES (OVIS), ni ne sont des lumières passant rapidement pendant une brève période devant un observateur incompétent - tout à fait contrairement aux points de vue des ricaneurs qui connaissent si peu de faits au sujet des OVNIS. Si on devaient appliquer le même raisonnement fallacieux qui est implicite dans la notion "parce que la plupart des observations peuvent être identifiées, toutes pourraient l'être," alors on aurait certainement rejeté la découverte de la particule anti-He3 (juin, page 59). Évidemment, si toutes sauf cinq des 2 x 10^11 particules examinées n'étaient pas l'anti-He3, aucun ne l'était.

Après 11 ans d'étude des OVNIS je suis convaincu non seulement que quelques OVNIS sont des véhicules extraterrestres mais aussi que le problème de l'acceptation des OVNIS est psychologique tout comme l'avait été l'acceptation de l'univers Copernicien il y a 300 ans. Les particules d'anti-hélium ne dérangent pas nos notions actuelles au sujet de l'univers ou de notre propre importance. Les OVNIS le font. Par exemple, environ 30 des 100 rapports discutés dans le rapport Condon (2) n'ont pas pu être identifiés. Les conclusions négatives au sujet de la réalité des OVNIS sont en fait contredites par les données dans le reste du rapport. La référence 1 n'est pas même mentionnée, bien que ce soit la plus grande étude jamais entreprise et que Condon l'ai su.

On pourrait encore dire beaucoup de choses au sujet de l'insuffisance de "l'étude scientifique des OVNIS." Plus important, un comité d'étude des OVNIS mis en place par l'institut américain de l'aéronautique et de l'astronautique a conclu après trois ans que l'étude de l'université du Colorado n'a pas résolu la question de la réalité des OVNIS et que ce qui est nécessaire sont des enquêtes plus quantitatives par les membres de la communauté scientifique et technologique. Clairement, avec l'homme ayant déjà marché sur la lune, il est temps de lever le "rideau du rire" et de commencer à penser à la place. Une bonne source d'information est la référence 3 et les nombreux documents qui y sont référencés.

References:

  1. Project Blue Book Special Report No. 14, UFO Research Institute, Pittsburgh.
  2. D.J. Gilmor, Condon, E. U., "Scientific Study of Unidentified Flying Objects (The Condon Committee Report)," Dutton (1969).
  3. "Symposium on UFO's Hearings," House Committee on Science and Astronautics, 90th Congress, 29 July, 1968. Catalog No. PB 179541, CFSTI.

STANTON T. FRIEDMAN, Redondo Beach, Calif.

Table 1. Catégorisation des rapports d'observation d'OVNIS:

Catégorie                  Nombre   Rapport en %
Astronomique ................ 479 ......... 21.8
Aéronefs .................... 474 ......... 21.6
Ballons ..................... 339 ......... 15.4
Autres ...................... 233 ......... 10.6
INCONNUS .................... 434 ......... 19.7
Information insuffisante .... 240 ......... 10.9
Total ...................... 2199 ........ 100.0

[Données venant de la référence 1]

Table 2. Distribution des INCONNUS en fonction de la qualité du rapport:

Groupe          % du              % du    Inform.  % du
Qualité    No.  total   inconnus  groupe  Insuff.  groupe
Excellent  213    9.7      71      33.3       9       4.2
Bon        757   34.5     188      24.8      27       3.6
Douteux    794   36.0     103      13.0     111      14.0
Pauvre     435   19.8      72      16.6      93      21.4
Total     2199  100.0     434      19.7     240      10.9

[Données venant de la référence 1]

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 25 avril 2003.