Journaux -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

Les OVNIS hantent les équipes des missiles intercontinentaux:

Un article paru en Octobre 2001 dans le journal américain Florida Today. Il s'agit des événements de visites de zone de tir de missiles balistiques intercontinentaux aux Etats Unis par des OVNIS. Un dossier complet sur ces cas est en cours de rédaction pour publication sur mon site.

LES OVNIS HANTENT LES EQUIPES DE MISSILES

Par Billy Cox
Un article de FLORIDA TODAY

Quand vous êtes un opérateur en charge du lancement d'un missile équipé d'une ogive bourrée de plutonium avec un rendement de 3 mégatonnes, soit assez pour augmenter les dégats de Hiroshima par un facteur de 150, la vie même dans le désert le plus isolé peut avoir une certaine intensité. Vous vous rappelez en priorité les choses importantes.

Vous vous rappelez des choses comme en Octobre 1962, quand le déclenchement des codes de lancement - et un échange nucléaire - étaient littéralement aux bouts de vos doigts. Comme cela fut encore le cas en Novembre 1963, quand le Président fut assassiné et le premier suspect était déjà verrouillé dans les programmes de visée. Si vous étiez à l'avant-poste du Strategic Air Commande près de Roswell, Nouveau Mexique, vous avez observé des explosions de carburant détruire trois silos de fusées Atlas, et vous vous êtes demandés ce qui se produirait si cela avait affecté les systèmes de lancement.

Vous vous rappelez d'autres choses folles, comme les quarts de service de 24 heures, qui ont réellement été de 27 heures si vous contiez les trajets aller-retour vers le site. Vous vous rappelez que le prix du baby sitting des silos de missiles s'est mesuré en mariages et autres liens brisés ou finissant en divorces.

Mais ce n'est pas avant le mois dernier, quand Jerry Nelson de Cocoa Beach a eu connaissance du projet Disclosure et de sa conférence à Washington, DC, qu'il s'est rappelé autre chose.

En Mai, environ 20 personnes affirmant avoir rencontré des objets volants non identifiés tout en exécutant leurs devoirs de militaires ou des fonctions au gouvernement se sont exprimées pour exiger des auditions congressionnelles ouvertes sur ce phénomène en grande partie couvert par le secret. Un vétéran de l'Armée de l'Air, Robert Salas, rapporta comment les silos de lancement de missiles à la base aérienne de Malmstrom furent visités par les OVNIS qui sont parvenus à arrêter plus d'une douzaine de missiles nucléaires Minuteman dans le Montana en Mars 1967.

En fait, des OVNIS plus largement médiatisés ont investi l'espace protégé autour des systèmes d'armes nucléaires en automne 1975. C'est à ces moments que les forces de sécurité des bases aériennes de Loring, (le Maine), de Wurtsmith (Michigan), et de Malmstrom (encore) étaient dépêchées - en vain - pour appréhender les intrus. Mais Nelson n'avait jamais entendu parler de ces événements. Et quoiqu'il ait été posté à Walker AFB dans les environs de Roswell dans les années 60, il dit également qu'il n'a jamais entendu parler de l'accident allégué d'une soucoupe volante près de cette ville d'éleveurs de bétail du nouveau Mexique Mexique avant ces dernières années.

Ce que Nelson se rappelle est la façon dont, en tant que membre du 579e escadron de missiles stratégique, son poste à un silo d'ICBM désigné Site 9 a vécu ses propres incidents de sécurité particuliers au cours de nuits s'étalant sur une période de plusieurs mois.

"Les gardes étaient effrayés," dit Nelson, pharmacien retraité. "Ces objets planaient au-dessus du silo et projetaient de la lumière sur eux sans faire le moindre bruit. Ainsi j'apellais la base pour le leur signaler, et la base disait "Nous nous en occupons" mais je n'ai jamais eu la chance de le constater parce que je ne pouvais pas abandonner mon poste."

Un vétéran de l'U.S. Air Force qui a réussi a constater les choses d'un point de vue plus rapproché est le technicien d'équipements de missiles Bob Caplan, qui vit maintenant à Rohnert Park, en Californie. Il ne travaillait pas avec l'équipe de Nelson, mais tard pendant une nuit sur un autre quart de garde, un garde du Site 9 a demandé à l'officier de baisser les lumières de sécurité pour rester dans l'obscurité parce que des lumières étranges juste au delà du périmètre lui donnaient la chair de poule. Caplan est sorti à l'extérieur pour vérifier de quoi il s'agissait.

Après avoir émergé dans la nuit sans Lune, noire mais dégagée, Caplan indique qu'il lui a fallut quelques instants pour repérer l'intrus silencieux. "C'était certainement sur le sol et c'était blanc et très intense," se rappelle-t-il. "C'est difficile à expliquer. Cela n'a pas émis de rayon lumineux, c'était plus concentré, mais pas comme une sphère. Plutôt comme un cercle plat, comme une lumière halogène qui brille à plat sur le sol."

Quand Caplan et un garde ont dirigé leurs lampes-torches vers la chose et se sont approchés, elle a disparu. Il n'y avait plus rien. La lumière réapparut quelques secondes plus tard à environ 20 à 30 pieds de distance, seulement pour disparaître sans laisser de trace. Bien que Caplan ne l'ait jamais revue, il a été interrogé plusieurs jours après par un agent du bureau spécial d'investigations. Caplan n'a jamais vu le rapport, et suppose qu'il a été classé.

Gene Lamb de Oklahoma City était le chef d'équipe de sécurité suppléant du 579th commandement d'équipe de SMS, il n'a rien vu mais a entendu et lu des histoires d'OVNIS. "Un de ces choses aurait censément débarqué au Nord de Roswell," dit-il. "Cela a été rapporté par un homme de patrouille routière qui a indiqué que cela avait laissé des marques formant un triangle la ou ses pieds ont touché le sol. Et il y avait eu un autre incident (OVNI) après cela, une observation en plein jour."

Même son commandant d'équipage fut témoin de l'activité des OVNIS. Lamb indique qu'il ne peut pas en parler plus avant, parce que son vieux copain se sent contraint par un serment de sécurité.

Lamb, au fait, fut le coordonnateur des réunions des anciens du 579e, dont la courte durée de vie a couru de 1961 à 1965. Bien que sa tâche lui ait permit d'établir quelques liens personnels durables, Lamb indique que tout le monde ne veut pas assister à des réunions. "J'ai des gars qui m'ont dit, "Je ne veux pas être discourtois, mais ce qui s'est produit dans ce job a ruiné ma vie. L'un m'a même dit avoir souffert d'une dépression nerveuse par la suite."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 24 octobre 2001.