Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Discussions autour des OVNIS:

Vient de paraître, mai 2002, sur le web, un article à propos de l'attitude officielle concernant le phénomène OVNIS. Si l'intention est louable, si je ne veux nullement faire quelque reproche personnel à l'auteur que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam, j'ai toutefois eu du mal à réprimer quelques commentaires dont le seul objectif serait de signaler que les choses sont bien plus complexes et riches que ce que pourrait penser un lecteur peu au fait.

Un article de mai 2002:

Sur fond sombre, l'article original. En fond blanc, mes notes.

"LE PHÉNOMÈNE OVNI EXISTE ET IL FAUT S'EN OCCUPER SÉRIEUSEMENT"
Michael Gorbatchev "Jeunesse Soviétique" le 4 mai 1990.

Voici une autre citation:

"J'estime que l'Armée de l'Air n'a pas fourni toute l'information disponible sur les objets volants non identifiés. On ne peut pas ignorer tant de sources incontestables."

John W. McCormack, porte parole du Sénat des Etats-Unis, Janvier 1965.

Parler d’OVNI en France est extrêmement tabou.

Oui, mais le point intéressant est de noter que ce tabou est avant tout une auto-censure de certains media et certains scientifiques. D'autre media et d'autre scientifiques parlent librement du sujet.

Or comme tout tabou il faut le briser car on ne pourra s’en tenir éternellement à la définition franco-française d’OVNI : " Objet Volontairement Nié et Ignoré ". Les études les plus sérieuses concernant ces phénomènes sont soigneusement cachées au grand public, (...)

Les études les plus sérieuses ne sont pas nécessairement cachées au grand public. Elles sont d'une part essentiellement noyée dans la masse plus importante du discours sceptique ou non sérieux ou moins sérieux sur la question, mais la plupart des grands travaux sérieux ne sont aucunement dissimulés: ainsi des écrits des professeurs J. Allen Hynek, James E. McDonald, les travaux des missions Embla, Triangle et Hessdalen sont parfaitement accessibles à qui veut les trouver.

les enquêtes rendues publiques laissent planer équivoques, controverses. Elles sont réalisées à partir de documents sans grande valeur.

La quasi totalité des enquêtes des ufologues privés et associations privées sont sans équivoque. Les documents qu'elles comportent sont d'une très grande valeur. Certaines enquêtes publiques sont sans valeurs, d'autres sont de haute valeur, et certaines sont effectivement équivoque, tel le célèbre rapport Condon, comportant une liste de cas traités parmi lesquels la proportions de cas "probants" est plus élevée que dans la plupart des autres enquêtes, et dont pourtant la conclusion à été lue comme une dénégation de l'existence même du phénomène. En fait tous les cas de figures peuvent être trouvés dans la littérature portant sur le phénomène OVNI, et il est peu judicieux de laisser entendre que toutes les études publiques seraient réalisées à partir de documents sans valeur.

On compte pourtant plus de 150 millions de témoignages à travers le monde.

Il conviendrait de proposer plutôt: "on compte un nombre suffisamment élevé d'observation par le monde." la plupart des 150 millions de témoignages se soldent ou se solderaient par une explication par des causes naturelles mal interprétées, une proportion non réellement estimée se solde ou se solderaient par de simples farces ou escroqueries plus ou moins élaborées. Un petit nombre de cas se solde, du moins dans l'opinion de certains chercheurs ou ufologues par une indication très forte que des engins volants non terrestres se manifestent réellement en de rares occasions, et dans certaines de ces occasions la seule explication qui garde quelque sens est celle de leur origine extra-terrestre et artificielle.

L’idée que ce phénomène est un mythe des temps modernes est tout simplement fausse, n’en déplaise à Jung.

Il conviendrait plutôt de rappeler que si Jung a effectivement proposé une nature mythique pour les observations d'OVNIS avant de se pencher sur la question, il a clairement proposé après s'être penché sur la question que les OVNIS sont des engins volants artificiels et d'origine extra-terrestre. La quasi totalité des chercheurs s'étant penché sur le phénomène l'ont fait avec un à priori sceptique, mais ce qui importe, ce n'est pas leur à priori mais leur opinion finale sur la question après étude.

En effet, un grand nombre de cultures ancestrales intègrent parfaitement le fait que des visiteurs connaissent notre planète et notre système solaire depuis des lustres. Le folklore esquimau parle de tribus transportées il y a 10'000 ans dans des oiseaux métalliques géants. Les ouvrages hindous, le Ramayana et le Maha Bhrata décrivent des aéronefs, à l’origine des temps ressemblant " à des nuages azurés en forme d’oeuf ou de globe lumineux animés par une force éthérée qui frappe le sol au départ... Ils émettaient des sons doux et mélodieux, brillant comme du feu, ...leur trajectoire opérant comme une longue ondulation les rapprochant ou les éloignant de la Terre " Dans ces ouvrages vieux de 3 000 ans il y a de surprenantes descriptions.

Dans le Mausola Purva il est écrit : " Un Vimana à haute puissance, lança sur la triple cité un projectile unique chargé de la puissance de l’Univers. Une fumée incandescente, semblable à dix mille soleils, s’éleva dans sa splendeur. Lorsque le Vimana eut atterri, il apparut comme un bloc d’antimoine posé sur le sol... C’est une arme inconnue, une foudre de fer qui réduisit en cendre tous les membres de la race des Vrishnis et des Andhakas. Les cadavres brûlés n’étaient pas reconnaissables. Les cheveux, les ongles tombaient, les poteries cassaient sans cause apparente, les oiseaux devenaient blancs. Au bout de quelques heures toute nourriture était malsaine; la foudre se réduisit en poudre. " Des lentilles optiques vieilles de plusieurs milliers d’années ont été trouvées en Irak, en Australie. Des pierres plates trouvées en Irak se sont révélées êtres des piles électriques utilisées 2'000 ans avant Galvani. Sur de vastes étendues du désert de Gobi, on observe des vitrifications du sol semblables à celles que laissent les explosions atomiques. Dans des cavernes du Bohistan on découvrit des cartes astronomiques représentant les étoiles dans la position qu’elles occupaient il y a 13 000 ans. Au Turkestan ont été découvertes des demi sphères de verre terminées par un cône contenant une goutte de mercure, à quoi pouvait bien servir un tel objet il y a trois mille ans?

Il est de fait que de tels exemples abondent. Ils sont à considérer de deux manières:

D'une part, ce sont des récits anciens pour lequel une grande prudence s'imposent quant au sens que l'on leur attribue. Certain d'entre eux sont très fortement évocateurs de ce qu'un témoignage relatif au phénomène OVNI aurait été dans le passé, mais de par leur ancienneté même, aucune vérification physique n'est possible, et une interprétation n'est pas toujours sans équivoques, tandis que des vérifications physiques pour des cas actuels ont été et restent possible, aboutissant dans certain cas à des conclusions nettes.

D'autre part, l'existence de tels récits réfute un argument contre la réalité du phénomène parfois avancé sous la forme: "si les OVNIS existaient réellement, il devrait y avoir des mentions à leur sujet dans les récits du passé." (N'y aurait-il pas de tels mentions, que la réalité du phénomène ne pourrait pas davantage être niée, car rien de sérieux ne permet de soutenir que ces OVNIS devraient nécessairement nous avoir visité dans le passé - bien des auteurs arguent du point peut-être justifié que ce serait le début de notre ère nucléaire qui aurait pu alerter nos visiteurs).

La liste est longue, elle nécessiterait une étude scientifique ouverte et libre. Ce fut le cas pour une découverte assez exceptionnelle examinée au cours d’un débat organisé à la Georgetown University en décembre 1958. Des cartes datant du premier siècle après J.C. furent examinées par le cartographe Walters. Ces cartes deux fois millénaires tenaient compte de la rotondité de la Terre. Elles étaient exactes non seulement pour la Méditerranée, mais pour toute la Terre y compris les Amériques, l’Antarctique et les reliefs. Le directeur de l’Observatoire de Weston, responsable de la cartographie de la marine américaine confirma l’exactitude inexplicable de cartes si anciennes. D’autant plus qu’en 1955 le relief de l’Antarctique fut décelé à grand peine par les instruments de mesure de l’époque. Le livre sacré des Quichés d’Amérique parle d’une civilisation ancienne qui connaissait les nébuleuses et tout le système solaire. Ces cartes seraient-elles les traces laissées par une civilisation beaucoup plus avancée que la nôtre?

Le Prix Nobel Frédéric Soddy, découvreur des isotopes, considérait que les légendes et croyances de l’Antiquité pourraient être le reflet de l’existence d’une civilisation totalement inconnue et insoupçonnée, et dont tout autre vestige aurait disparu.

Certes les cartes de Piri Reis parmi d'autres éléments anciens méritent une grande attention, toutefois, le rapport avec le phénomène OVNI n'apparaît aucunement comme évident ou nécessaire. Un esprit sceptique arguera avec peut-être une certaine justesse qu'il est plus "économe" de supposer que des civilisations anciennes aient eu des réalisation techniques que nous ignorons, voire des machines volantes, plutôt que d'invoquer comme explication une présence extra-terrestre. Dans ces manifestations actuelles, le phénomène OVNI ne semblent en effet aucunement montrer un comportement ou une volonté de contact, encore moins un comportement ou volonté d'enseignement ou de diffusion de quelque technologie ou savoir. Le dernier paragraphe de cette partie appelle justement à une certaine prudence.

Il est indéniable que les phénomènes échappant à notre compréhension se multiplient. A tel point qu’ils sont pris très au sérieux par la Russie qui a, depuis une décennie, des départements d’étude universitaires spécialisés dans ce domaine. Pour les autres pays, ces phénomènes sont tout simplement mis sous le sceau du secret militaire et les témoins sont tenus de se taire sous peine d’internement psychiatrique.

Il est totalement exagéré voire complètement faux d'indiquer que sauf en Russie, les témoins de phénomènes inexpliqués seraient tenus de se taire sous peine d'internement psychiatrique. Il serait aisé de rappeler au contraire que des témoins de phénomènes OVNIS rapprochés ont souvent eux-mêmes indiqués qu'ils auraient été rassuré d'obtenir un diagnostic psychiatrique positif, jugeant préférable pour leur raison d'apprendre qu'ils ont été victime de quelque problème purement psychique plutôt que d'avoir été confronté réellement à l'expérience qu'ils rapportent.

Il serait bon de rappeler qui si un pays a utilisé de manière assez large l'internement psychiatrique comme moyen de coercition de toutes sortes de comportements jugés hostiles à la raison de l'état, c'est bien l'Union Soviétique.

Des phénomènes actuels inexpliqués.

Mis à part ce que l’on nomme les objets volants non identifiés, il y a des phénomènes surprenant que les gouvernements arrivent très difficilement à cacher au grand public: ce sont les "Crop Circle." Il s’agit d’étranges figures que l’on trouve dans certains champs de céréales depuis les années 80. Leur envergure varie de quelques centaines de mètres à plusieurs kilomètres. On en observe dans une vingtaine de pays à travers le monde. On en recense des milliers qui sont répertoriés et étudiés par l’armée y compris en France. Ces dessins sont réalisés avec une précision chirurgicale. On observe des combinés de spirales logarithmiques sur des kilomètres carrés, des hélicoïdes, des fractales, des homothéties simples et complexes, des parallélépipèdes, des combinaisons complexes de cercles, d’étoiles, des symboles et de représentations du système solaire... Ces figures gigantesques obtenues en couchant les épis et en les entrelaçant, sont très difficilement reproductibles. Pour certaines, il faudrait sur le terrain des géomètres, des mathématiciens, des arpenteurs et une armée de paysans munis de râteaux pendant plusieurs jours pour réaliser une telle prouesse. Or le problème, c’est que des figures de 4 mille mètres carrés sont apparues du jour au lendemain selon certains pilotes. Alors sommes nous en face de messages d’une civilisation supérieure qui tente d’établir un contact pacifique en utilisant nos champs de céréales comme de vastes planches à dessin?

Presque tous les crop circles sont bien moins larges que la centaine de mètres. Je n'ai aucune connaissance de crop circle dont l'envergure dépasserait plusieurs kilomètres, mais je suis peu sûr d'avoir suffisamment consulté les banques de données, peut-être existe-t-il des "crop circles" d'une telle envergure. Quant à d'éventuelles études militaires, je ne pense pas que l'on puisse écrire de façon vague que "l'armée" les étudie, sans indiquer de quelle nation cette armée serait. S'il semble bien que l'armée Britannique survole à l'occasion en hélicoptère ces cercles lorsqu'ils sont fraîchement tracé comme semblent me l'indiquer certains documents, je ne suis pas certain qu'il s'agisse non pas d'une simple curiosité mais bien d'une étude formelle; je n'ai pas connaissance pour le moment d'enquêtes menées au sujet des "crop circles" par les militaires français.

J'ai la même interrogation que l'auteur de l'article quant à la nature de certains de ces phénomènes: peuvent-ils réellement tous être réalisé par des farceurs ou artistes farceurs? Pourraient-ils dans certains cas être le fait d'une intelligence sinon extra-terrestre, du moins non humaine?

Un dossier gouvernemental nommé COMETA, se penche sur tous ces phénomènes. En dépit des déclarations officielles, notre gouvernement semble prendre ces choses très au sérieux...

COMETA n'est en aucun titre une représentation officielle de notre gouvernement, ni un dossier, mais une association de personnes anciennement haut placés dans les Etudes de la Défense, d'anciens militaires fortement gradés, et autres personnes significatives. Je ne suis aucunement convaincu que notre gouvernement ait la moindre intention de prendre la question OVNI au sérieux, le risque de ridiculisation pour un homme politique étant de toute évidence énorme. Le peu de moyens accordé à la branche du CNES chargée entre autres débris spatiaux de mener des enquêtes sur le phénomène OVNI, le SEPRA, et l'absence totale d'activité de communication du SEPRA et du CNES sur ce problème semble clairement indiquer une ferme volonté de ne faire aucune vague et de minimiser l'importance du problème. Je n'ai aucune connaissance de la moindre déclaration officielle de nos divers gouvernements relative aux OVNIS dans les dernières années. La simple tentative d'obtenir la moindre déclaration d'intérêt pour la question de la part d'un homme politique se solde au contraire par un silence embarrassé. Et les idées confuses à ce sujet telles celles présentées dans l'article que je discute ici y sont certainement pour quelque chose.

L'importance première du rapport COMETA est non pas d'être une reconnaissance officielle qu'il ne signale aucunement, mais de permettre aux ufologues convaincus d'accueillir par une sourire ironique la complainte mainte fois répétée par les debunkers et pourtant mainte fois réfutée par les faits, que "seuls les faibles d'esprits et les gens socialement instable croient qu'il y a quelque chose dans le dossier OVNI." Ici nous avons effectivement un aréopage d'anciens notables dont les titres, grades, qualités, expériences et qualifications sont établies qui nous disent que les OVNIS sont réels et que la probabilité que certains d'entre eux sont d'origine extra-terrestre est très haute, et que l'Etat devrait s'en préoccuper. Ni plus, ni moins.

Extraits du dossier Cometa.

(Suit une extrait d'un rapport de l'association COMETA publié par les éditions VSD en 1999. Je ne reprendrais pas l'extrait car l'association COMETA demande à ce que les lois sur les droits d'auteurs soient respectés en ce qui concerne ce rapport.)

Analyse du dossier Cometa.

Comment de telles informations ont-elles été rendues publiques? Officiellement, il s’agit d’une fuite inopportune. La réalité est toute autre, le dossier Cometa rendu public par VSD est une fuite orchestrée par l’Etat? Ce dossier a été apuré et rédigé à cette fin. Quant au vrai dossier remis au gouvernement il est certainement dix fois plus conséquent et beaucoup plus riche. Il n’en reste pas moins que l’Etat semble vouloir informer le public sur les OVNI. C’est une tâche très embarrassante et cela ne peut pas se faire officiellement. En effet depuis 15 ans, tout ce qui touche à l’ufologie a été ridiculisé voire diabolisé. Certains ufologues ont même été internés en hôpital psychiatrique. Le gouvernement confronté à des phénomènes inexplicables se trouve pris à son propre piège. Après avoir classé les OVNI au dessus du secret de la bombe H, et orchestré des campagnes de désinformation, il ne peut informer officiellement les populations sur ce phénomène. Il doit donc recourir au subterfuge de la vraie-fausse fuite.

Il est totalement impossible à mon avis de soutenir qu'il y aurait pu y avoir la moindre difficulté à rendre publique les informations contenues dans le rapport COMETA: il s'agit essentiellement de cas d'observations d'OVNI parmi les plus connues et les mieux documentées.

Il est également gratuit de penser qu'il y aurait une version "non apurée" de ce rapport. Il n'est aucunement interdit de l'imaginer, mais cela ne devrait aucunement être présenter comme aussi sûr.

Il n'y a aucune raison ferme de penser qu'il s'agisse d'une "fuite organisée par l'état," non seulement rien de secret n'est révélé, mais aussi il a fallu semble-t-il une bonne insistance de la part de l'éditeur pour que l'association trouve utile que le rapport soit publiée auprès d'un large public. Il semble exact que des politiciens s'intéressent fortement au sujet, comme en témoigne la projection récente d'un avant première d'un documentaire de la chaîne France 2 concernant les OVNIS dans une salle du Sénat Français, mais cet intérêt ne devrait pas être présenté avec assurance comme quelque grande manoeuvre de "révélation de la vérité."

Cependant la seule attitude plus ou moins officielle dont nous pouvions trouver trace publique dans les temps récents, fut cette page web du CNES présentant le SEPRA et son activité, résumant brièvement quelques affaires expliquées par des causes naturelles, ignorant les cas plus ambigus ou probant, et présentant comme conclusion que "le public accorde une importance exagérée" au phénomène. La seule évolution ultérieure étant la disparition de la page en question et de toute mention du SEPRA sur le site du CNES. En matière de "fuite organisée par l'Etat," ce n'est guère probant.

Il est parfaitement exact que l'actuel directeur du SEPRA exprime un point de vue très net sur les OVNIS: ils sont réels, physiquement détectables, ils sont des engins volants, et ils ne correspondent pas à ce que nous connaissons en matière d'engins de conception terrestre, mais il s'agit là de l'expression d'un point de vue personnel et nullement d'un discours officiel du CNES ou de l'Etat.

Il est parfaitement exact que l'ufologie à comme difficulté première la ridiculisation dont elle est l'objet, que cette ridiculisation a été sciemment organisée aux Etats-Unis comme recommandation d'un "Panel Robertson" organisé par la CIA qui le reconnaît d'ailleurs volontiers maintenant. Mais il est dommage que les faits précis soient souvent noyés dans des généralisation à propos du "gouvernement," il n'y a en effet pas lieu de laisser dans l'imprécision le lecteur. De quel gouvernement parle-t-on? Français? Britannique? Américain? De fait les choses ne sont aucunement aussi simple et monolithique que ce qu'un lecteur peu au fait pourrait déduire de l'article. Les gouvernements ont d'autres politiques d'un pays à l'autre, changent au cours du temps dans presque tous les pays, et ne contrôle pas forcément toutes leurs instances, ni ne parlent forcément toujours d'une voix. Ainsi, on constatera dans les registres du Parlement Britannique des séances de débats ou un ancien ministre de la Défense interpellera le gouvernement courant en le sommant de rendre public les archives militaires concernant les OVNIS, on constatera que des gouvernements tels le gouvernement Chilien financent sans états d'âme une recherche ufologique officielle n'excluant aucunement que des OVNIS puissent avoir une origine extra-terrestre, notre propre pays finançant également une telle recherche n'ayant par contre aucune intention de rendre publique 50 ans d'archives de Gendarmerie pourtant du plus haut intérêt et ainsi de suite. On constate aisément qu'au niveau des gouvernements et militaires, certains pratiquent la conspiration du silence et de la ridiculisation, d'autres pratiquent la transparence totale, et entre ces extrêmes règnent toutes sortes de situations intermédiaires et changeantes. Il est cependant juste de noter qu'il y a eu dans la plupart des pays Européens dans les années 40-50 une attitude d'attentisme par rapport au discours tenus par les officiels américains: on considérait que les Etats-Unis avaient des moyens d'investigations très puissants et qu'il suffisait d'en attendre les résultats, et dans cette attente, d'adopter le même discours de dénégation que celui diffusé par les officiels de l'US Air Force. Mais il serait injuste de passer de ce fait sous silence les quelques occasions où les officiels américains ont, presque, admis la réalité du problème (le projet Bluebook juste avant le Panel Robertson, et le Congrès juste après la diffusion du rapport Condon, par exemple).

En ce qui concerne des internements supposés d'ufologues de notre pays, je n'ai aucune connaissance qu'une telle chose ne se soit jamais produite, je n'ai moi-même encore eu aucune visite d'hommes ni en blanc ni en noir. Pour l'étranger, il ne me semble pas du tout non plus possible de lancer une telle affirmation, même si parmi les ufologues, pris au sens large, il doit sans doute y avoir la même proportion de personnes sujettes à quelque trouble que ce soit que dans le reste de la population, une proposition qui fera cette fois certainement sourire quelques lecteurs sceptiques.

Cela ne fait que quelques trois ans que je consacre un temps significatif à m'informer de l'histoire effective des développements de l'ufologie et des actions des intervenants; s'il y a une chose que je crois avoir compris, c'est que l'on ne peut complètement réduite la thématique OVNI à quelques dualismes tels "les ufologues contre le gouvernement" ou "les sceptiques contre les fanatiques de soucoupes" ou "les scientifiques contre les fabulateurs" ou "les militaires contres les civils." Tout me semble bien plus subtil et bien plus intéressant que cela, et il ne pe paraît pas difficile mais au contraire justifié de restituer correctement cette complexité même dans un article court.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 30 mai 2002.