Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

L'armée de l'air Brésilienne pourchasse les OVNIS en 1986:

Une bonne vingtaine d'OVNIS vus et pistés par radar depuis le sol et par au moins six avions pendant la nuit du 19 mai 1986 au-dessus de plusieurs états au Brésil du sud-est. Des échos non identifiés de radar ont été détectés par des aéroports à São Paulo et le la défense aérienne au Centre de Contrôle du Trafic Aérien (CINDACTA) à Brasilia. Deux F5E et trois chasseurs Mirage étaient dépêchés de Santa Cruz AFB dans l'état de Sao Paulo, et de la base d'Anapolis dans l'état de Goias.

Le cas:

Le cas a été discuté ouvertement par des fonctionnaires de haut rang du gouvernement brésilien. Il a été rapporté la première fois par le Colonel (en retraite) Ozires Silva, président de la compagnie pétrolière d'Etat Petrobrás, qui volait sur un jet Xingu de sa société lorsque lui et le pilote virent les objets non identifiés et les poursuivirent pendant près de 25 minutes. L'incident a été couvert largement dans les média brésiliens, menant à une conférence de presse au ministère de l'aéronautique à Brasilia le 23 mai, d'aiguilleurs du ciel et de pilotes de l'Armée de l'Air impliqués dans la mission de poursuite.

Le rapport:

Le ministre de l'air, le général de brigade Otávio Moreira Lima, fut très franc:

"Entre 20:00 heure le 19.05 et 01:00 le 20.05 au moins 20 objets ont été détectés par des radars Brésiliens. Ils ont saturé les radars et ont interrompu le trafic dans le secteur. Chaque fois que les radars ont détecté les objets non identifiés, des chasseurs à réaction ont décollé pour une mission d'interception. Les radars détectent seulement les corps métalliques pleins et les nuages de grande de masse. Il n'y avait aucun nuage ni avion conventionnel dans la région. Le ciel était clair. Les radars ne sont pas sujets à des illusions d'optiques."

"Nous ne pouvons donner que des explications techniques et nous n'en avons pas. Il ne serait pas soutenable pour nous de prétendre qu'il s'agissait d'une opération de guerre électronique. Il n'y a aucune chance pour que ce fut le cas ici au Brésil. C'est fantastique. Les signaux sur le radar étaient tout à fait clairs." 1

Le ministre a également annoncé qu'une commission étudierait l'incident. Le Major de Armée de l'Air Ney Cerqueira, responsable du centre des opérations de défense aériennes (CODA), fut également très franc:

"Nous n'avons pas d'explication technique satisfaisante pour expliquer l'apparition et la disparition de ces objets sur nos radars. Il s'agit de déplacement d'engins volants non identifiés. Les instruments qui auraient pu les identifier n'ont pas pu les identifier. Le CODA a alors envoyé deux F5E et trois Mirages pour identifier ces objets, un F5E et un Mirage restant en alerte au sol. Un cas similaires s'était produit 4 ans avant [L'incident visuel et radar rapporté par le pilote civil Brito Vasp en 1982]. Les lumières se déplaçaient à des vitesses variant de 250 à 1,500 kmh. Les Force Aériennes n'ont toujours pas clôt ce dossier." 2

Le rapport de la Commission d'Aéronautique n'a pas été publié. Cependant, les comptes rendus des pilotes de l'Armée de l'Air et des contrôleurs de radar ont été largement édités dans la presse et plus tard étudiés par des chercheurs Brésilien. Un rapport complet a été rédigé par Basilio Baranoff, un capitaine de ligne aérienne, membre du centre technique aérospatial, et conseiller pour l'organisation brésilienne CBPDV. Baranoff a fourni une chronologie des événements pour la nuit du 19 mai 1986:

"18:30 heure locale. - premières observations visuelles par le personnel de tour de commande de l'aéroport de DOS Campos de São José dans l'état de São Paulo. Les contrôleurs notent deux lumières intenses alignées avec l'axe de piste à 330 degrés d'azimut et approximativement à 15 kilomètres de distance de la tour."

"19:00 - Les tours de contrôles de São Paulo et Brazilia confirment à São José qu'elles ont trois cibles primaires sur leurs écrans, et qu'il n'y a aucun avion programmé dans ces secteurs."

"20:00 - Le CINDACTA (à Brasilia) détecte jusqu'à huit échos sur ses écrans."

"20:30 - On observe un nouvel objet avec des jumelles à la tour de São José; il montre des contours définis et une couleur rouge-orange; il approche la tour puis fait retraite."

"21:00 - Le jet privé Xingu de la compagnie pétrolière piloté par le Colonel Silva demande l'autorisation d'atterrir à São José. Silva et commandant Alcir Pereira, le pilote de Xingu, confirment visuellement les objets lumineux à 330 degrés d'azimut. Le jet Xingu essaye de suivre l'UFOs pendant 10 minutes."

"21:10 - Le jet Xingu retourne vers la piste d'atterrissage quand un nouveau grand objet lumineux se dirige vers l'avion. La tour de São Paulo confirme deux échos: le Xingu et un inconnu, qui disparaît de l'écran 15 minutes plus tard."

"21:20 - Le centre de contrôle aérien de Brasilia (ACC-BR) informe la défense aérienne de la situation.

"21:25 - Le Xingu effectue une deuxième tentative d'atterrissage lorsque la tour de São Paulo rapporte encore un autre objet à 180 degrés au Sud, qui est observé et suivi par le commandant Pereira."

"21:30 - Retour du Xingu pour une troisième tentative d'atterrissage lorsque l'ACC-BR rapporte l'observation de nouveaux objets. Le Xingu, maintenant à 3.000 mètres d'altitude, entre en contact visuel avec trois objets lumineux volant bas au-dessus des raffineries de Petrobrás et se dirigeant vers Serra Do Mar. Le Xingu atterrit finalement à Dos Campos de São José."

"21:40 - Encore des observations visuelles d'un objet rond à 320 degrés d'azimut."

"21:50 - On observe un objet jaune lumineux entouré par de plus petites lumières à 110 degrés d'azimut."

"22:23 - Le premier jet F5E, piloté par le lieutenant Kleber Caldas Marinho de l'Armée de l'Air, décolle de Santa Cruz AFB dans l'état de Rio."

"22:45 - Le deuxième jet F5E, piloté par le capitaine Brisola Jordão, est dépêché de Santa Cruz. Le premier mirage F-103, armé avec des missiles Sidewinder et Matra, décolle d'Anápolis AFB dans l'état de Goias."

"22:55 - Anápolis AFB détecte les objets sur ses radars. Le Mirage piloté par le capitaine Viriato n'a pas de contact visuel avec l'ovni, mais une cible est détectée sur son radar de bord... Le capitaine Viriato expliqua plus tard à la conférence de presse à Brasilia qu'il chassait l'ovni 'à 1.350 kmh, approchant l'objet jusqu'à une distance de 6 miles. L'objet se dirigeait vers le haut en avant et se déplaçait d'un côté à l'autre (zigzaguant) sur mon écran de radar. Soudainement, le blip a disparu du radar.'

"23:00 - Le deuxième mirage F-103 décolle d'Anápolis."

"23:15 - Le Lt. Kleber en F5E a un contact visuel avec une boule de lumière et chasse l'ovni à Mach 1,1 (1.320 kmh)... Kleber déclare plus tard à la conférence de presse: 'J'ai eu un contact visuel et un contact avec mon radar d'avion de quelque chose qui a ressemblé a un point lumineux, qui était à 19 kilomètres devant moi, une distance confirmée par le radar au sol. L'objet se déplaçait de gauche à droite et a alors commencé à s'élever... Il était à 10 kilomètres d'altitude et volait à plus de 1.000 kmh. Je l'ai suivi jusqu'à 320 kilomètres au-dessus de l'Océan Atlantique [limite des eaux territoriales du Brésil]. Je n'avais pas peur parce que j'aime l'inconnu.'

"23:17 - Le troisième Mirage décolle d'Anápolis AFB.

"23:20 - Le capitaine Jordão en F5E établit un contact radar... A la conférence de presse quelques jours plus tard, il a raconté: 'près de Dos Campos, le radar de São José a détecté plusieurs cibles, 10 à 13 cibles, à une distance de 32 kilomètres. Le ciel était clair mais je n'ai rien vu. Le radar au sol m'a informé que les objets se rapprochaient: 20 miles, 15, 10, 5, et soudainement ja'avais là 13 objets derrière mon avion, 6 d'un côté et 7 de l'autre, pendant plusieurs minutes. Après que j'aie manoeuvré l'avion, les objets avaient disparu.' [ Le capitaine Jordão a volé pour 1 heure 20 minutes.]

"01:00 (20 mai) - A ce moment tous les jets sont retournés à leur bases." 3

Ce sont les faits de base connus à propos des incidents multiples ayant causé la mise en alerte et le décollage de jets pour intercepter des ovnis au-dessus du Brésil du sud-est dans la nuit du 19 au 20 mai 1986. Il est à noter que le capitaine Baranoff ait ajouté que "deux nuits après, dix à onze objets lumineux non identifiés sont revenus un nouveau round au-dessus de Dos Campos de São José; ils ont été observés visuellement et détectés par l'ACC-BR de São Paulo, et par les radars de CINDACTA 1." Cette fois-là cependant aucune confirmation officielle ne fut publiée par des autorités de l'Armée de l'Air.

Sans le rapport final de la Commission du Ministère avec toutes les données, il est difficile d'établir une conclusion finale au sujet de ce cas. Beaucoup d'hypothèses ont été offertes dans les médias Brésiliens par des astronomes sceptiques et les scientifiques, parlant d'une pluie de météore, de réflexions de la pleine lune et de foudre de boule, de défaut de fonctionnement de radar, de débris de l'espace et d'avions d'espion. La plupart de ces explications semblent tout à fait insuffisantes pour expliquer les événements du 19 Mai. La plus plausible a été offerte par le chercheur Anglais Geoffrey Perry, qui dit que la station spatiale soviétique Salyut-7 a éjecté plusieurs boîtes de débris cette nuit, qui sont entrés dans l'atmosphère de la terre autour du Brésil central-occidental. La ré-entrée du satellite Solarwind de la NASA a été également été évoquée dans la pression brésilienne. 5

Cependant, le général de brigade José Cavalcanti du Centre de Commande de la défense aérienne du Brésil, n'a pas été impressionné par les explications de Salyut-7 et de Solarwind. Il a déclaré au magasine hebdomadaire Veja:

"Il a pu y avoir des débris de l'espace, mais ce n'était pas seulement cela. Une boîte métallique avec des débris de l'espace peut être détectée par le radar, mais elle tombera toujours dans la même direction et à la vitesse constante. Ce n'était pas le cas de ce qui a été vu au Brésil, où les objets détectés par le radar ont eu les vitesses qui ont changé très de lentes à extrêmement rapide." 6

Une autre point de vue intéressant est le commentaire final dans un message court de l'USDAO (bureau d'Attaché de la défense des Etats-Unis) à Rio au DIA (agence d'intelligence de la défense) sur le sujet, intitulé " BAF [l'Armée de l'Air brésilienne] a une rencontre du premier type":

"COMMENTAIRE: [censuré] alors que le RO [l'officier rapportant] ne croit pas aux ovnis et a tout le charivari qui entoure le reportage précédent, il y a trop de choses ici pour qu'on puisse les ignorer. Trois observations visuelles et des contact radar positifs de trois types différents de systèmes de radar, nous donnent à penser que quelque chose s'est passé au-dessus du Brésil la nuit du 19 mai." 7

Notes:

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 3 mars 2001.