Cas -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Le cas à Beverly, Massachussetts, USA, le 22 avril 1966:

Un cas totalement déroutant impliquant neuf témoins a eu lieu le 22 avril 1966, à Beverly, dans le Massachussetts aux Etats Unis. Cette dramatique rencontre rapprochée du premier type est considérée comme étant parmi les arguments les plus persuasifs pour l'hypothèse extraterrestre, et c'est presque certainement l'un des rapports le plus solide et non identifiable en termes communs du Massachusetts dans les années 1960.

Les événements:

Les événements de cette soirée ont commencé peu de temps après 21:00. Nancy Modugno, âgée de 11 ans, se couchait dans son lit quand elle a remarqué une lumière brillante clignotant par sa fenêtre. Elle a regardé dehors et a vu, à seulement quarante pieds de distance, un objet étonnant à peu près de la taille d'une automobile, brillamment éclairé avec des lumières bleues, vertes, rouges et blanches clignotantes. L'engin en forme de ballon de rugby a fait un son de "whizz," pendant qu'il se déplaçait au-dessus du voisinage à une très basse altitude, passant juste au-dessus des maisons. Pendant qu'elle l'observait, la chose est descendue et pouvait être vue derrière des arbres, atterrissant apparemment dans un grand champ derrière le lycée de Beverly.

Etonnée et terrifiée, la fille a descendu les escaliers et a essayé de dire à son père ce qu'elle avait vu. Il a essayé de la calmer et a approché le téléviseur, qui venait justement de perdre mystérieusement son image. La mère de Nancy, Claire, visitait deux amis, Barbara Smith et Brenda Maria, dans un appartement contigu. Le père de Nancy l'a renvoyée de nouveau au lit, mais elle est devenue hystérique et a refusé de partir. A ce moment, Barbara et Brenda sont arrivées pour commander une pizza. Voyant Nancy dans un tel état, les deux femmes ont essayé de la soulager ses craintes et de la calmer. Ils ont pu voir les lumières clignotantes dans le champ, et Nancy a dit qu'ils allaient marcher jusque là-bas pour montrer que c'était juste un avion.

Barbara et Brenda ont emmené Claire Modugno et ont descendu une colline vers le champ. Les trois femmes ont recherché et ont vu que quelque chose à laquelle elle ne s'attendaient pas. Il y avait trois objets manoeuvrant dans le ciel, faisant des pauses et des cercles comme si ils jouaient à cache-cache. Elles étaient ovales, avec les lumières clignotantes brillantes. Deux étaient éloignés, mais l'un était beaucoup plus proche, apparemment juste au-dessus de l'école.

Les femmes ont traversé le champ pour mieux voir. Elles pouvaient voir les lumières clignotantes sur le bord de l'engin passer du rouge au vert et au bleu. Brenda fait des signes en agitant les bras vers l'objet et il a immédiatement cessé de faire des cercles et s'est déplacé à travers le champ vers les femmes. Elles ont été horrifiées. Dans son rapport, Barbara a indiqué:

"Il a commencé à venir vers nous... J'ai commencé à courir. Brenda a appelé, 'regardez! Il est juste au-dessus de nous!' J'ai regardé et j'ai vu un objet rond... comme le fond d'une assiette. C'était solide, blanc grisâtre... J'ai pensé que cette chose allait descendre sur moi. Elle était comme un champignon géant."

Frappées de terreur, Barbara et Claire ont fait demi-tour et ont couru vers le haut de la colline. Brenda était toute seul dans le champ, avec la chose seulement à quelques mètres au-dessus de sa tête. Elle a raconté:

"L'objet a semblé de plus en plus grand au fur et à mesure qu'il se rapprochait. Les lumières ont semblé être tout autour et en rotation. Les couleurs étaient très lumineuses. Quand il a été au dessus de moi, tout que je pouvais voir était une atmosphère brumeuse et brillamment lumineuse avec des lumières clignotant lentement tout autour... J'ai pensé qu'il pourrait s'écraser sur ma tête!"

Les autres l'ont appelé, alors elle a également fait demi-tour et s'est sauvée. L'une des témoins était tellement pétrifiée de terreur par la rencontre qu'elle a littéralement mouillé son pantalon.

Tandis que les femmes couraient pour retourner vers les appartements, l'objet s'est déplacé sans à-coup au-dessus du bâtiment scolaire. Ils ont pris le téléphone pour alerter leurs voisins à propos du spectacle dehors. Une femme était déjà dans sa cour, observant les soucoupes volantes. Et un homme, regardant à l'extérieur voyant les disques, a appelé la police.

La police est arrivée pour trouver une petite foule se tenant debout à l'extérieur et observant l'objet le plus proche se déplaçant de haut en bas au-dessus de l'école. En plaisantant, les officiers Bossie et Mahan ont demandé au groupe, "où est l'avion?" Quand les témoins leur ont montré la chose, qui était alors remonté à une altitude élevée ressemblait à une étoile, les officiers ont ri. Puis, soudainement, le disque a viré au rouge lumineux et s'est laissé tomber vers une position directement au-dessus du bâtiment scolaire. A ce moment, les officiers ont été visiblement secoués. Mahan a indiqué:

"J'ai observé ce qui semblait être une grande soucoupe planant au-dessus de l'école. Elle avait trois lumières - rouges, vertes, et bleu - mais aucun bruit... Cet objet a plané... Les lumières clignotaient..."

Bossie a indiqué:

"Il est resté stationnaire et a puis commencé se déplacer. Certaines des personnes se sont baissées et étaient vraiment effrayées!"

Les policiers sont remontés dans leur voiture de patrouille et se sont dirigés vers l'objet, vers le bas dans la cour de l'école. Ils pouvaient voir clairement que ce n'était pas un avion ou un hélicoptère et qu'il avait la forme d'un demi-dollar, avec trois lumières, rouges, vertes et bleues, dans des indentations à l'arrière du disque - semblable à des lumières de secours.

Juste au moment où les policiers sortaient de leur voiture de patrouille, le disque a effectué quelques passages au-dessus de l'école et a commencé à se déplacer lentement au loin. Il a pris de la vitesse et a été pour la dernière fois vu au moment où il disparaissait derrière des bâtiments. A ce moment les deux autres OVNIS avaient également disparu, bien que personne ne les ait vus partir.

L'enquête de Raymond E. Fowler:

Raymond E. Fowler a étudié ce cas à fond pour le Comité National d'Investigations des Phénomènes Aériens (NICAP). Il a également envoyé une copie de son rapport au Comité Condon, un groupe étudiant les OVNIS suite à demande de l'Armée de l'Air des Etats-Unis. Les personnes de ce comité qui essayaient objectivement de trouver la vérité au sujet des OVNIS ont employé le cas de Beverly comme preuve de la réalité du phénomène. D'autres membres ont essayé d'expliquer l'observation comme une interprétation erronées d'étoiles ou de la planète Jupiter. Cependant, une analyse détaillée de suivi par Fowler basée sur ses interrogations des témoins a prouvé que la ligne de vue des témoins vers la position de Jupiter et la ligne de la vue vers l'endroit approximatif ou était l'objet différaient d'environ 50 degrés.

Dans son ouvrage "OVNIS, des visiteurs interplanétaires," des informations détaillées sont fournies sur le cas, tel que les noms de rue, noms de témoin comprenant les noms de témoins additionnels, des comptes rendus plus détaillés par les témoins principaux, aussi bien que les cas semblables dans cette région à cette même période, comprenant 22 autres cas qui sont restés inexpliqués mais conformes à une origine extraterrestre pour le phénomène rapporté.

Le rapport Condon sur ce cas:

Quand le Comité Condon a publié son rapport final, l'observation de Beverly était le cas numéro 6, un des cas qui ont fait référence spécifiquement à un engin extra-terrestre. Il a indiqué, "tandis que les cas récents étudiés ne comportaient pas de preuves résiduelle impressionnante, même dans la teneur narrative, à l'appui de l'hypothèse qu'un véhicule extra-terrestre ait été physiquement présent, des récits d'événements passés, tels que l'incident de 1966 à Beverly, Massachusetts, ne s'adapteraient à aucune autre explication si le témoignage des témoins est pris à sa pleine valeur nominale."

Craig écrit par exemple (Condon & Gillmor, 1968, pp. 72, 73):

Tandis que les cas récents étudiés ne comportaient pas de preuves résiduelle impressionnante, même dans la teneur narrative, à l'appui de l'hypothèse qu'un véhicule extra-terrestre ait été physiquement présent, des récits d'événements passés, tels que l'incident de 1966 à Beverly, Massachusetts, ne s'adapteraient à aucune autre explication si le témoignage des témoins est pris à sa pleine valeur nominale."

C'était une formulation très rusée, en effet, elle laisse le lecteur penser que peut-être les témoignages ne devraient pas être pris à leur valeur nominale mais devraient être considérés comme incorrect ou inventés, ce qui est précisément ce que le Comité Condon aurait du avoir déterminé. Ils ont essayé de le faire, mais n'ont pas pu trouver de raison pour éliminer ces témoignages.

Le Cas 6 est décrit dans Condon and Gillmor (1968) pp. 266-270. L'abstract pour ce cas (Condon & Gillmor, 1968) p. 266 est rédigé ainsi:

Trois femmes adultes se sont rendu sur le terrain de sport d'un lycée pour vérifier l'identité d'une lumière brillante qui avait effrayé une fille de 11 ans dans sa maison voisine, et ont rapporté avoir vu trois lumières manoeuvrant dans le ciel au-dessus de l'école a volant silencieusement vers elles, venant directement au-dessus, à 20 - 30 pieds au-dessus d'une d'elles. Il a été décrit comme flottant [sic], disque massif, de la taille d'une automobile. Deux policiers qui ont répondu à un message téléphonique selon lequel un OVNI était observé ont vérifié qu'un objet extraordinaire volait au-dessus du lycée. L'objet n'a pas été identifié. La majeure partie de l'observation, cependant, était apparemment une observation de la planète Jupiter.

L'auteur ne s'est pas senti particulièrement embarrassé pour expliquer comment les policiers qui ont confirmé un objet volant extraordinaire au-dessus du lycée, que les trois femmes ont vu comme de la taille d'une automobile et volant à 20 ou 30 pieds au dessus d'elles pourrait être considérer comme "apparemment" la planète Jupiter.

La page 103 du rapport Condon offre quelques commentaires généraux, (après avoir reconnu un cas radar comme "étonnant" quelques lignes plus haut) qui disent:

Tandis que les cas actuels étudiés ne comportaient pas de preuves résiduelle impressionnante, même dans la teneur narrative, à l'appui de l'hypothèse qu'un véhicule extra-terrestre ait été physiquement présent, des récits d'événements passés, tels que l'incident de 1966 à Beverly, Massachusetts (cas N.6), ne s'adapteraient à aucune autre explication si le témoignage des témoins est pris à sa pleine valeur nominale.

Le poids que l'on devrait accorder à une telle information anecdotique pourrait être déterminé par des tests psychologique des témoins; cependant, le conseil que nous ont donné des psychologues du centre médical de l'université du Colorado a indiqué qu'un tel test serait d'importance incertaine s'il est fait aussi longtemps qu'une année ou deux après l'événement. Puisque nous n'avons eu aucun cas aussi impressionnant parmi des observations plus récentes, l'occasion pour des tests psychologiques significatifs des témoins n'a pas été présente dans ce cas-ci. Selon le poids que chacun accorde à de vieilles informations anecdotiques, chacun se permet de soutenir n'importe quelle conclusion concernant la nature des OVNIS qu'il lui plaît de soutenir.

Ici encore, le rapport admet qu'ils n'avaient pas fait de "tests psychologiques" sur l'enfant, les trois femmes et les deux policiers qui ont rapporté l'événement, suggérant qu'ils puissent être des menteurs qui ont organisé une conspiration ou qu'ils aient souffert d'hallucinations indépendantes mais concordantes. Le rapport n'identifie pas l'existence ou la valeur des interrogatoires des témoins par Ray Fowler ni ses conclusions. Enfin n'oublions pas que les "cas récents" traités par Condon sont des cas choisis par le comité et non des cas choisi par des ufologues.

En outre, la proposition que le cas puisse avoir quoi que ce soit à voir avec "la planète Jupiter" ou être des mensonges collectifs ou des hallucinations indépendantes mais corroboratives nous en dit beaucoup au sujet de la psychologie de l'équipe Condon: la nécessité d'invoquer deux excuses différentes pour diminuer la valeur du cas, comme n'importe quel psychologue le verrait, est une indication claire de l'embarras de l'équipe Condon.

Le rapport ajoute qu'il est inutile de conduire des recherches psychologiques si ce n'est pas immédiatement, ce qui pourrait laisser entendre que Condon allait recommander davantage d'étude avec des ressources correspondantes de sorte que de futurs rapports puissent être étudiés immédiatement quand ils se produisent. Cela n'a nullement été la recommandation finale.

Au total, Condon n'a pas employé ce cas comme indication qu'il peut y avoir quelque chose de vrai dans les rapports d'OVNIS, mais a adopté la ligne de raisonnement: parce qu'il y a des OVNIS rapportés, ils auraient du avoir été mieux étudiés, parce que s'ils avaient été mieux étudiés, ils auraient été expliqués, et que donc il n'est pas nécessaire de faire de meilleures études.

Le professeur James E. McDonald:

Dans The Statement on the Unidentified Flying Objects, soumis par James E. McDonald, Physicien Senior, Institute of Atmospheric Physics, et professeur du Department of Meteorology, The University of Arizona, Tucson, Arizona, au House Committee on Science and Astronautics au Symposium on Unidentified Flying Objects du 29 juillet 1968, Rayburn Bldg., Washington, D.C, le cas est commenté:

5. Peut-être, que pour les objectifs actuels, les cas ci-dessus suffiront à indiquer qu'il y a eu des incidents significatifs d'OVNIS dans les villes. Beaucoup d'autres exemples pourraient facilement être cités. Ailleurs (réf. 2) j'ai discuté mes entrevues avec des témoins dans un cas à Beverly, Massachusetts, dans la soirée du 2 Avril 1966, où trois femmes adultes et plus tard un total de plus d'une demi-douzaine d'adultes (y compris deux officiers de police) ont observé trois objets lumineux ronds planer près d'un bâtiment scolaire au milieu de Beverly. Lors de la première partie de l'observation, un des disques s'est déplacé rapidement au-dessus des trois femmes, planant au-dessus de l'une d'elles à une altitude de quelques dizaines de pieds seulement et terrifiant la femme malchanceuse jusqu'à ce qu'elle se soit éloignée. Ce cas a été tout à fait complètement vérifié par M. Raymond E. Fowler, un des enquêteurs du NICAP parmi les plus capables, qui a étudié nombreux d'autres incidents d'OVNIS dans la région de la Nouvelle Angleterre.

Dans sa conférence célèbre "22 ans d'investigations inadéquates des OVNIS" à l'Association Américaine pour l'Avancement de la Science, à la 134e réunion, colloque général, objets volants non identifiés, tenus à l'université de l'Arizona, à Tucson en Arizona le 27 décembre 1969, il commente le rapport Condon, et:

Quelques exemples de cas d'OVNIS sont concédés comme inexplicables dans le rapport Condon et ces cas contiennent de quoi susciter un intérêt scientifique particulièrement vif: Utica, N.Y., 6/23/55; Lakenheath, England, 8/13/56; Jackson, Ala., 11/14/56; Norfolk, Va., 8/30/57; RB-47 case, 9/19/57; Beverly Mass., 4/22/66; Donnybrook, N.D., 8/19/66; Haynesville, La., 12/30/66; Joplin, Mo., 1/13/67; Colorado Springs, Colo., 5/13/67.

Dr. Jacques Vallée:

Jacques Vallée a noté le cas dans son fichier "Magonia" de descriptions de rapports d'atterrissages d'OVNIS:

763
22 avril 1966
2100

Beverly (Massachusetts). Un enfant a vu une source de lumière multicolore aveuglante faisant un bruit de ronflement pendant qu'elle volait au-dessus de la route à 15 m de la maison. Elle a semblé atterrir dans un champs près de l'école. Trois adultes sont sorti pour calmer l'enfant et ont également vu l'objet faire des cercles et planer. Ils ont appelé la police. Deux officiers sont arrivés et ont vu l'objet sembler "danser" avec deux autres engins. Tous les témoins ont alors observé l'arrivée d'un hélicoptère et de deux avions, tandis que l'objet restant a volé au loin au Sud-Ouest. La police a décrit l'objet comme ayant été en forme d'assiette quand il a été stationnaire au-dessus du bâtiment scolaire. La réception de TV a été brouillée pendant toute l'observation. (Personnel)

Le résumé succinct est parsemé d'omissions et légères inexactitudes. Il aurait été indispensable par exemple de noter que l'arrivée de l'hélicoptère et de deux avions a permis aux témoins de clairement expliquer que ces trois engins apparaissaient totalement différents des soucoupes volantes rapportées. Par ailleurs il aurait été utile de préciser que si ces engins sont arrivés, c'est suite à l'appel téléphonique des deux policiers à l'US Air Force, laquelle a alors décidé d'envoyer ses appareils pour un examen de la situation. Le manque à signaler ce fait laissera sans doute le lecteur mal informé penser que les témoins ont prit avions et hélicoptères pour des soucoupes volantes.

L'étude française du GEPAN:

Dans la recherche officielle française sur le phénomène des OVNIS, la note technique N.4 du GEPAN, l'évaluation de cas dans le rapport Condon est mentionnée et critiquée:

4.1. PREUVE NARRATIVE

Le cas 6 est relaté au CR 266-270. Le résumé de ce cas (CR 266) est le suivant:

"Trois femmes étaient sur un terrain de sport d'un lycée, afin d'identifier une lumière brillante qui avait effrayé une fillette de 11 ans. Elles ont indiqué que l'une des trois lumières manoeuvrant dans le ciel, vola vers elles sans bruit, à une altitude d'environ 20 à 30 pieds. Elles le décrivirent comme un objet solide flottant (sic) de forme discoïdale, de la taille d'une automobile. Deux policiers répondant à un message téléphonique concernant l'observation d'OVNI, ont constaté qu'un objet extraordinaire volait au-dessus du lycée. L'objet n'a pas pu être identifié. Dans une certaine mesure, l'observation peut être apparemment une observation de la planète Jupiter".

La plupart des scientifiques qui ont étudié les OVNI, adoptent une définition plus restreinte en excluant les rapports qui ont été identifiés sans hésitation.

En outre, plusieurs membres du Projet ont adopté une définition différente de l'OVNI, puisque l'on trouve dans la déclaration (CR 248) "la prépondérance des preuves indique la possibilité d'un OVNI authentique dans ce cas" et en CR 256 "la probabilité de la présence d'au moins un OVNI parait très élevée".

Dans la plupart des recherches scientifiques, les chercheurs ont dans leur esprit une ou plusieurs hypothèses. CONDON mentionne spécifiquement ce qui suit:

"L'idée que certains OVNI peuvent être des vaisseaux de l'espace, envoyés vers la Terre par une autre civilisation, habitant une autre planète ou système solaire ou une planète associée à une autre étoile située à une distance plus éloignée que le Soleil, est appelée l'hypothèse extra-terrestre (HET)".

C'est plutôt ambiguë [sic] que CONDON introduise aussi le terme "réalité extra-terrestre" (RET) qui représente apparemment la croyance que l'HET est vraie. La conclusion de CONDON (CR 25) est "qu'il n'existe actuellement aucune preuve directe pouvant prétendre que les OVNI soient des vaisseaux d'une autre civilisation visitant la Terre". En arrivant à cette conclusion, CONDON prend la position (CR 19) "que si un rapport OVNI peut être expliqué plausiblement dans des termes ordinaires, nous acceptons cette explication même s'il n'y a pas assez de preuves pour qu'aucun doute ne soit possible."

Le GEPAN fait une utilisation très prudente du cas lui-même, dans le sens qu'il n'y a aucune emphase sur l'inconsistance de l'explication par Jupiter. Le GEPAN se concentre sur les contorsions logiques employées par le rapport de Condon, ce qui nous indique sans doute quelle faible crédit le GEPAN accorde à la valeur scientifique des analyses et des interprétations par Condon.

Références:

En supplément des références reproduites dans le texte ci-dessus, voici la référence indispensable pour ceux qui désirent en savoir plus sur le cas présenté ici:

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 28 décembre 2003