La vague Belge -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague Belge:

Page principale concernant la vague Belge ici.

Sources de cette étude:

Origine: FATE Magazine - August 1993
Auteur: J. Antonio Huneeus
UFO CHRONICLE
"Beyond the Belgian Flap - UFOs and Europolitics"

L'étude:

Au-delà de la vague d'OVNIS en Belgique: les OVNIS et l'Europolitique:

Pendant des décennies, certains groupes ufologiques américains ont sans succès essayé d'obtenir l'intérêt du congrès américain au sujet des OVNIS. En fait, les auditions du congrès sur cette question ont eu lieu en 1966 et 1968, commandité par les forces armées et les comités de la Science et de l'astronautique respectivement; celles-ci se sont produites à un moment où l'Armée de l'Air finançait le Projet Blue Book. Tous les efforts pour raviver l'intérêt du congrès au sujet des OVNIS ont échoué depuis lors.

Les Européens semblent avoir plus de succès dans l'arène politique de l'ufologie. La commission de l'énergie, de la Recherche et de la Technologie du Communauté Européen (CERT) a récemment chargé le professeur Tullio Regge, un député italien au Parlement européen à Strasbourg, de préparer un état détaillé sur les OVNIS. Ce rapport recommandera peut-être d'établir un centre permanent de recherches sur les OVNIS attaché au CERT ou à toute autre organisation continentale appropriée comme l'Agence Spatiale Européenne.

Nous avons reçu des nouvelles du développement de publications européennes fiables, comme Phénomena, un magazine édité par le groupe ufologique français SOS OVNI de UFO; et le magazine espagnol é grand tirage Max Alla, effectuant une couverture étendue des sujets paranormaux et ufologiques. Dans son numéro de Mars/Avril 1993, Phénomena cite Regge qui affirme que "39% des cas [ UFO ] n'ont pas une explication scientifique satisfaisante." Par conséquent, "pour M. Regge, le Parlement européen devrait assumer son rôle et une volonté politique de s'assurer que l'ensemble du public soit informé sur ce sujet."

Dans le numéro de juin 1993 de Mas Alla, le célèbre journaliste et ufologue espagnol Javier Sierra a fourni des informations supplémentaires au sujet de l'Europolitique vis-à-vis du problème des OVNIS. La mission d'établir un rapport pour le CERT, selon Sierra, a été motivée par un député européen belge, M. Di Rupo, ministre de l'éducation pour la Wallonie, la région de langue française de la Belgique. Une vague puissante d'OVNIS a été enregistrée dans cette région entre novembre 1989 et le printemps de 1991. Di Rupo a été bien mis au courant des investigations entreprises par la société belge pour l'étude les phénomènes de l'espace (SOBEPS), une organisation scientifique privée basée à Bruxelles fondée en 1971, ainsi que des enquêtes officielles conduites la gendarmerie nationale et l'Armée de l'Air Royale Belge.

Dans un élan sans précédent pour les agences officielles n'importe où dans le monde, les deux services ont coopéré entièrement avec le SOBEPS, libérant plusieurs de leurs fichiers. Vers la fin de 1991 la SOBEPS a publié un rapport final de 500 pages intitulé La vague Belge, dossier d'un contenu exceptionnel relatif à la vague d'OVNIS en Belgique, qui contient une chronique et une analyse détaillée des données rassemblées entre le 29 novembre 1989, et le 17 Mai 1991 sur les OVNIS, que nous passons en revue ci-dessous.

LA VAGUE BELGE:

La SOBEPS a rassemblé plus de 2.000 rapports de témoins oculaires, des douzaines de vidéos, et des photos de la vague, commençant par une observation nocturne de multiples témoins et de plusieurs gendarmes le 29 novembre 1989. Limité à la région de langue française de Wallonie, la vague s'est caractérisée par une prépondérance des observations d'engins volants triangulaires, de quelques atterrissages, de rencontres rapprochées avec des humanoïdes, et des abductions. Ce qui fait l'originalité des événements est la franchise publique remarquable montrée par la gendarmerie et l'Armée de l'Air, et le degré de coopération montré envers les medias et la SOBEPS. Ceci est mis en évidence par la postface du rapport sur la vague d'OVNIS de la SOBEPS par Colonel Wilfried De Brouwer, qui a joué un rôle clé pendant la vague comme chef des exécutions de l'Armée de l'Air Belge (BAF).

Le cas le plus célèbre de la vague eu lieu une nuit au cours de laquelle des observations visuelles corroborées par radar ont abouti au décollage de deux chasseurs F16 qui confirmèrent les observations et verrouillèrent à plusieurs reprises un objet volant sur leurs radars.

Le rapport complet de BAF n'a pas encore été déclassifié dans son intégralité, mais une version abrégée a été préparée par P. Lambrechts, un des responsable de l'Etat-Major de la BAF. Intitulé "Rapport concernant les observations d'OVNIS dans la nuit du 30 au 31 Mars 1990," il a été remis à la SOBEPS. Il contient une chronologie détaillée des événements et exclu plusieurs explications triviales telles les illusions optiques, inversions météorologiques, projections d'hologrammes, et ainsi de suite.

L'incident a commencé quand la gendarmerie a téléphoné au contrôleur principal du radar de Glons pour signaler "trois lumières peu ordinaires formant un triangle équilatéral." Deux F-16 furent dépêchés alors que les équipements de l'Otan à Semmerzake ont également détecté les cibles inconnues. Selon le rapport officiel, "les avions ont au de brefs contacts de radar à plusieurs occasions. Dès que les pilotes pouvaient verrouiller leur objectif sur leurs radars pendant quelques secondes, un changement brutal du comportement de vol de l'ovni se produisait." Lors d'un des verrouillages "la vitesse de la cible a changé brutalement de 150 à 970 noeuds et son altitude de 9.000 à 5.000 pieds, retournant ensuite de ... 11.000 pieds jusqu'au niveau du sol." Le Colonel Wilfried De Brouwer (promu général) a expliqué que c'était une accélération fantastique, équivalent à 40 G, qui excluraient un pilote humain étant à bord de l'OVNI, puisque les humains peuvent seulement résister à 8 Gs. (Un "G" est une unité d'accélération équivalente à la gravitation de la terre, de 9,81 m/sec/sec.)

De Brouwer s'exprime sur la signification de l'incident une fois de plus dans sa postface. Il écrit, "nous avons observé à certains exemples une corrélation simultanée entre les données de deux radars à bord (F-16s) et au moins d'un radar au sol. La détection des signaux identiques par trois systèmes différents dans un instant donné nous mènent à ne pas exclure qu'un ou plusieurs dispositifs volants non identifié se sont effectivement déplacés dans l'espace aérien belge... de toute façon, l'Armée de l'Air est arrivée à la conclusion qu'un certain nombre de phénomènes anormaux se sont produits dans l'espace aérien belge." Militairement parlant, il a noté que "... pas la moindre trace d'agressivité n'a été signalée; le trafic aérien militaire ou civil n'a pas été perturbé ou n'a pas été menacé. Nous pouvons donc avancer que les activités présumées ne constituent pas une menace concrète."

Puisque la majeure partie des observations belges a décrivent des objets triangulaires, des chercheurs et les journalistes européens et américains ont spéculé que ceux-ci ont été provoqués par les combattants de F-117A Stealth ou tout autre avion militaire secret innovateur des États-Unis, comme ceux aperçus près des aires d'essai au Nevada et en Californie. Cette hypothèse a été à plusieurs reprises exclue officiellement par la BAF, par le ministère de la défense, et par l'ambassade des États-Unis à Bruxelles. Pourtant la théorie de l'avion invisible américain continue à être soutenue par quelques publications.

L'ufologue français Renaud Marhic a analysé les "nouvelles rumeurs" derrières la vague Belge dans un article récent de Phénomena, dans lequel il a publié les réponses envoyées par Leo Delcroix, ministre de la Belgique de la défense, et De Brouwer. "Malheureusement, aucune explication n'a été trouvée jusqu'ici," a écrit Delcroix. "la nature et l'origine du phénomène demeurent inconnues. Une théorie peut être certainement écartée, cependant, puisque les forces armées belges ont été franchement assurées par des autorités d'American qu'il n'y a jamais quelque essai que ce soit d'appareils militaires américain dans l'espace aérien Belge."

De même, De Brouwer a écrit à Marhic que, "malheureusement, tout que je puis dire est que les enquêtes multiples n'ont permis d'établir aucune explication triviale d'aucune sorte au sujet de l'origine ou la nature du phénomène. Il est faux de propager l'idée que les autorités militaires belges puissent expliquer le phénomène en termes d'avions militaires américains."

La conclusion de De Brouwer est éloquente: "le jour viendra assurément, quand le phénomène sera observé avec les moyens technologiques de la détection et des cas qui ne laisseront pas le moindre un doute au sujet de son origine. Ceci devrait soulever une partie du voile qui a couvert pendant longtemps le mystère. Un mystère qui continue actuellement. Mais ce mystère existe, il est réel, et en soi c'est déjà une conclusion importante."

La SOBEPS, simultanément, a lancé une proposition de loi pour que le Parlement européen place une fourgonnette haute technologie qui serait utilisée sur les points d'observations d'OVNIS dans l'ensemble de l'Europe. Les détails ont été révélés dans une conférence de presse en Mars dernier par Léon Brenig, un professeur de physique membre de la SOBEPS à l'université libre à Bruxelles.

D'un coût estimé à 330.000 dollars, le fourgon de surveillance inclurait le matériel sophistiqué tel que les "appareils photo de haute définition, radios, spectrometers amplificateurs de lumière et autres détecteurs infrarouges, selon Phénoména, "le projet est proche de la soumission au Parlement européen, après quoi la Commission Exécutive de la Communauté Européenne devra décider de son financement."

LA CONTRIBUTION FRANCAISE:

L'un des conseillers consulté par Tullio Regge est Jean-Jacques Vélasco, un ingénieur responsable de la charge du SEPRA (service de l'expertise des phénomènes de rentrées atmosphériques), attachée au Centre National pour les Etudes de Spatiales français (CNES) à Toulouse. Vélasco s'est exprimé lors d'un congrès d'ufologie au Saint-Marin (une petit ville-état européen situé en Italie) en avril passé, un événement qui a également inclus Michel Bougard de la SOBEPS, Antonio Ribera pour l'Espagne et le docteur Richard Haines des États-Unis. "J'ai été prié," a dit Vélasco, "de présenter ce que le SEPRA devrais communiquer à la Communauté Européenne, un dossier comprenant un cas non expliqué et un autre qui ont été expliqués, où notre méthodologie est claire."

En 1988 le SEPRA 1988 s'est substitué au GEPAN, un bureau précédent de CNES établi en 1977, consacré aux OVNIS. Bien que le but principal de SEPRA soit de garder un oeil sur des ré-entrées de satellites, sa deuxième tâche est "de continuer les activités de GEPAN." La continuité a été assurée puisque le dernier directeur de GEPAN était Vélasco. Leur "cas non expliqué" plus célèbre et plus embarrassant est celui de Trans-en-Provence en France méridionale du 8 janvier 1981, probablement le plus complet, qui documente scientifiquement un cas d'atterrissage d'OVNIS. Les traces d'atterrissage laissées par un petit ovni en forme de disque sur la propriété de Renato Nicolai ont été étudiés dans un délai de 48 heures par la gendarmerie et le GEPAN. L'analyse biochimique de la végétation et des échantillons de sol ont été conduits par professeur Bounias de l'Institut National de la Recherche Agronomique. Les études "ont démontré un incident à grande échelle qualitativement produisant un chauffage au sol à entre 300 à 600 degrés de Celsius et qui a probablement déposé des traces de matériaux comme des phosphates et du zinc", a écrit Vélasco dans une synthèse du cas. Le Professeur Bounias a documenté des mutations biologiques et biochimiques significatives dans les échantillons sauvages de luzerne, tels que la perte significative de chlorophylle, éditée dans la célèbre note technique N. 16 du GEPAN, "Analyse d'une Trace".

Le cas de Trans-en-Provence reste inexpliqué, et il en est ainsi d'un deuxième cas semblable d'atterrissage en journée devant un témoin unique d'un petit disque d'aspect métallique rapporté dans la note "l'Amarante" du 21 octobre 1982. Au congrès du Saint-Marin, Vélasco a déclaré "...il est beaucoup plus commode que l'Agence européenne de l'espace assume la responsabilité de créer l'infrastructure de ce centre de recherches sur les OVNIS plutôt que d'en charger le SEPRA lui-même, qui manque des possibilités structurales et aurait beaucoup de mal à étendre le modèle français au reste de pays européens."

Nous n'avons pas pu obtenir beaucoup plus d'information sur la formation scientifique de Tullio Regge. Phénomèna l'identifie comme un député communiste et européen italien, alors que Javier Sierra le caractérise en tant que "sceptique italien bien connu sur les sujets ufologiques et paranormaux, " ajoutant qu'il est un physicien et un astronome, et représentant italien de CSICOP. Nous n'avons pas pu confirmer son lien allégué avec CSICOP, car son nom n'apparaît dans le listing de l'organisation ni en tant que "camarade" ni en tant que "conseiller scientifique et technique." Nous avons contrôlé avec Philip Klass, l'éditeur anti-OVNIS de CSICOP, qui nous a dit qu'il n'avait jamais entendu parler du professeur Regge ni de l'intérêt du Parlement européen pour les OVNIS. Klass nous a indiqué que "si quiconque associé à CSICOP préparait un rapport sur les OVNIS, il en aurait entendu parlé."

Une politique en regard des OVNIS sera bientôt déterminée par le Parlement Européen quand le rapport de Regge sera publié. Il y a d'autres signes d'espoir en Europe se rapportant à un dégel et peut-être une inversion progressive de la politique quasi-universelle du secret militaire sur les OVNIS, comme la décision récente de l'Armée de l'Air Espagnole de déclassifier systématiquement ses fichiers sur les OVNIS, produisant les premiers documents en octobre 1992. Le Pentagone ou le congrès des États-Unis envisageraient-ils une politique d'ouverture semblable à celle de nos alliés européens? Jusqu'ici, la réponse est un non tonitruant.

A propos de l'auteur:

Le journaliste Chilien-Américain Antonio Huneeus est né à New York en 1950, fils d'un diplomate et d'un fonctionnaire Chiliens aux Etats-Unis. Après avoir étudié le français à l'université de la Sorbonne à Paris en 1970 et le journalisme à l'université du Chili, il a travaillé comme éditeur de la science pour un magazine hebdomadaire à Santiago et a collaboré à un certain nombre de journaux. La recherche sur les OVNIS de Huneeus a commencé en 1977 par l'incident bizarre "de déformation temporelle" du Caporal Armando Valdes de l'armée Chilienne. Depuis lors, il a écrit des centaines d'articles sur les OVNIS et les sujets associés pour des publications comme "Omni", "UFO Report", et le Journal du MUFON aux États-Unis, aussi bien que pour des magazines dans l'ensemble de l'Amérique du Sud et de l'Europe. Il a gagné l'année dernière le titre d'"ufologue de l'année" donnée par la conférence nationale sur les OVNIS. Les lecteurs peuvent joindre l'auteur directement: Box 1989, New York, NY 10159.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 22 février 2001