Kenneth Arnold, 24 juin 1947 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

L'observation de Kenneth Arnold, 24 juin 1947:

Le document ci-dessous est l'un de la collection de déclarations par Kenneth Arnold à propos de son observation du 24 juin 1947. Il est une partie des données brutes de ce cas. Voir ici pour d'autres déclarations et ici mon dossier sur le cas.

Le rapport rédigé par Kenneth Arnold publié dans FATE, février 1948:

Ce document:

Ray Palmer avait publié dans le premier numéro de son magazine, FATE, en février 1948, le rapport qu'avait rédigé Kenneth Arnold pour les autorités. Arnold avait joint à son rapport aux autorités plusieurs pages d'autobiographie, qui dans FATE ont été résumé en un paragraphe.

Note: des copies des pages originales se trouvent sous cette transcription.

J'ai vraiment vu les disques volants!

Par Kenneth Arnold

L'histoire suivante de ce que j'ai observé au-dessus des montagnes Cascade, aussi impossible qu'elle puisse sembler, est totalement vraie. Je n'ai jamais demandé ni n'ai voulu al moindre notoriété pour avoir été simplement par chance au bon endroit à la bonne heure pour observer ce que j'ai observé. J'ai rapporté quelque chose dont je sais que n'importe quel pilote l'aurait rapporté. Je ne pense pas que mon observation ait été due d'une quelconque façon à quelque sensibilité de vision oculaire ou de jugement au-delà de ce qui est considéré normal pour n'importe quel pilote.

Le mardi 24 juin, j'avais fini mon travail pour le Central Air Service de Chehalis, Etat de Washington, et à environ deux heures j'ai décollé de l'aéroport de Chehalis, Etat de Washington, avec l'intention d'aller à Yakima, Etat de Washington. Mon voyage a été retardé pendant une heure pour rechercher un grand transporteur de la Marine qui était censément tombé près ou autour du côté du flanc sud-ouest du Mont Rainier dans l'état de Washington qui jusqu'à cette date n'avait jamais été trouvé.

J'ai volé droit vers le le Mont Rainier après avoir atteint une altitude d'environ 9.500 pieds, qui est l'altitude approximative du plateau élevé depuis lequel se dresse le Mont Rainier. J'avais fait un passage sur ce plateau en allant vers l'ouest, explorant toutes les diverses crêtes piour trouver cet avion de la marine et ai volé à l'ouest vers le bas et près du côté des crêtes de la gorge où est localisée Ashford, Etat de Washington.

Incapable de voir quoi que ce soit qui ressemblerait à l'avion perdu, j'ai fait un virage de 360 degrés vers la droite et au-dessus de la petite ville de Mineral, repartant à nouveau ves le Mont Rainier. Je suis remonté de nouveau à une altitude d'approximativement 9.200 pieds.

L'air était si calme ce jour là que c'était un vrai plaisir de voler et, comme le font la plupart des pilotes quand l'air est calme et qu'ils volent à une telle altitude élevée, j'ai mis mon avion dans la direction de Yakima, Etat de Washington, qui était presque droit à l'est de ma position et je me suis simplement reposé dans mon avion en observant le ciel et le terrain. Il y avait un DC-4 vers la gauche et derrière moi approximativement à quinze miles de distance, et je dirais, à l'altitude de 14.000 pieds.

Le ciel et l'air étaient clairs comme du cristal. Je n'avais pas piloté plus de deux ou trois minutes sur mon cours quand un éclair lumineux s'est réfléchi sur mon avion. Cela m'a étonné et je pensais que j'étais trop près d'un autre avion. J'ai regardé partout dans le ciel et je n'ai pas pu trouver d'où la réflexion était venue jusqu'à ce que j'aie regardé à la gauche et au nord du Mont Rainier où j'ai observé une chaîne de neuf aéronefs volant du nord au sud à l'altitude d'approximativement 9.500 pieds, et allant, apparemment, dans une nette direction d'environ 170 degrés.

Ils approchaient le Mont Rainier très rapidement, et j'ai simplement supposé qu'ils étaient des avions à réaction. De toute façon, j'ai découvert que c'était d'où la réflexion était venue, quand deux ou trois d'entre eux, toutes les quelques secondes, plongeaient ou changeaient leur cours légèrement, juste assez pour que le soleil les frappe sous un angle qui les ont réfléchi brillamment sur mon avion.

Ces objets étant tout à fait lointains, pendant quelques secondes je n'ai pas vu déterminer leur forme ou leur formation. Sous très peu ils se sont approché du Mont Rainier, et j'ai observé leur contour tout simplement contre la neige.

J'ai pensé qu'il était très bizarre que je ne puisse pas trouver leurs queues mais j'ai supposé qu'ils étaient un certain type d'avion à réaction. Je me suis décider à chronométrer leur vitesse, car j'avais deux points définis qui me permettraient de le faire; l'air était tellement clair qu'il a était très facile de voir des objets et de déterminer leur forme et taille approximatives à presque cinquante miles ce jour-là.

Je me rappelle distinctement que ma montre à aiguilles d'occasion huit jours, qui est située sur mon tableau de bord, a indiqué 14:59 pendant que le premier objet de cette formation passait le bord méridional du Mont Rainier. J'ai observé ces objets avec grand intérêt puisque je n'avais jamais vu avant des avions volant tellement près des sommets de montagne, volant droit du sud au sud-est en descendant les crêtes d'une chaîne de montagne. J'estimerais que leur altitude pouvait avoir changé de mille pieds en un sens ou l'autre vers le haut ou le bas, mais ils étaient plutôt vraiment sur mon horizon ce qui indiquerait qu'ils étaient proche de la même altitude que moi.

Ils ont volé comme les nombreuses fois où j'avais observé des oies volant dans une chaîne plutôt en ligne diagonale comme si elles étaient liées ensemble. Ils ont semblé maintenir un cap précis mais ont vraiment semblé faire des écarts dans et hors des crêtes élevées des montagnes. Leur vitesse alors ne m'a pas impressionné en particulier, parce que je savais que notre armée et Armées de l'Air avaient des avions étaient très rapides.

Ce qui a continué à ma tracasser tandis que je les observais se renverser et lacer des éclats dans le soleil le long de leur trajet était le fait que je ne pouvais distinguer aucune queue sur eux, et je suis sûr que n'importe quel pilote aurait trouvé justifier d'accorder bien plus qu'un simple coup d'oeil à un tel avion.

Je les ai observés tout à fait sérieusement, et j'estime que ma distance à eux, qui était presque à angle droit, comme étant entre vingt à vingt-cinq miles. Je savais qu'ils doivent être très grands pour observer leur forme à cette distance, même en un jour aussi clair que l'était ce mardi. De fait je les ai comparé à un outil de serrage Zeus [Dzus] ou un outil de capotage que j'avais dans ma poche - le tenant devant eux et le tenant sur le DC-4 que je pouvais à une distance respectable vers ma gauche, et ils ont semblé plus petits que le DC-4; mais, je dirais que leur envergure aurait été aussi large que les moteurs les plus écartés de chaque côté du fuselage du DC-4.

Plus j'observais ces objets plus j'étais troublé, car je suis accoutumé et familiarisé avec la plupart de tous les objets volants que ce soit depuis le sol ou à des altitudes plus élevées. J'ai observé la chaîne de ces objets dépassant une autre crête couverte de neige entre le Mont Rainier et le mont Adams et comme ils faisaient cela, le premier passait l'arrête du sud de cette crête [tandis que] le dernier objet entrait sur la crête nordique de l'arête.

Pendant que je volais dans la direction de cette arête particulière, je l'ai mesurée et trouvéequ'elle faisait approximativement cinq miles ainsi je pouvais sans risque supposer que la chaîne de ces objets semblables à des soucoupes était d'au moins de cinq miles de long. Je pouvais tout à fait exactement déterminer leur trajet étant donné qu'il y avait plusieurs crêtes élevées qui étaient aussi bien d'un côté d'eux que des pics plus élevés qui étaient de l'autre côté de leur trajet.

Comme la dernière unité de cette formation a passé au sud de la crête couverte de neige la plus élevée de du Mont Adams, j'ai regardé ma montre à aiguille et elle a prouvé qu'ils avaient traversé la distance en une minute et quarante-deux secondes. Même à ce moment ce chronométrage ne m'a pas troublé parce que je me sentais assuré qu'après que j'atterrisse il y aurait une certaine explication de ce que j'ai vu.

Un certain nombre de journalistes et d'experts ont proposé que je pourrais avoir vu des réflexions ou même un mirage. Ceci, je sais que c'est absolument faux, puisque j'ai observé ces objets non seulement à travers la vitre de mon avion mais ai tourné mon avion du côté où je pouvais ouvrir ma fenêtre et les observer avec une vue complètement dégagée (sans lunettes de soleil). Bien que deux minutes semble un temps très court sur la terre, dans le ciel en deux minutes un pilote peut observer probablement un grand nombre de choses et avoir quelque chose dans sa vision autant que cinquante ou soixante fois.

J'ai continué ma recherche de l'avion la marine pendant encore quinze ou vingt minutes et tout en recherchant de cet avion la marine, ce que je venais juste d'observer a continué à occuper mon esprit. Je suis devenu plus troublé, ainsi après avoir jeté un dernier coup d'oeil au réservoir de Tieton je me suis dirigé vers Yakima.

Je pourrais ajouter que mon observation complète de ces objets, dont j'ai pu suivre les éclats de lumière pendant qu'ils dépassaient le Mont Adams, était environ deux minutes et demi et trois minutes bien que, avant qu'ils aient atteint le Mont Adams ils aient été hors de mon champ de vision du point de vue de déterminer leur forme ou contour. Naturellement, quand le soleil s'est reflété sur deux ou trois de ces unités, ils ont semblé être complètement ronds; mais, je fais un schéma au meilleur de mes capacités, que j'inclus, quant à la forme de ces objets comme je l'ai observée pendant qu'ils passaient les arêtes couvertes de neige aussi bien que le Mont Rainier.

Quand ces objets volaient approximativement droit et de niveau, ils étaient justes une ligne mince noire et quand ils se renversaient c'était le seul moment ou je pouvais me faire une idée de leur taille.

Ces objets maintenaient une altitude presque constante; ils n'ont pas semblé monter ou descendre, comme serait le cas avec des fusées ou des projectiles d'artillerie. Je suis convaincu dans mon propre esprit qu'ils étaient un certain type d'avion, quoiqu'ils ne soient pas conformes aux nombreux aspects du type courant des avions que je connais.

Bien que ces objets aient été rapportés par beaucoup d'autres observateurs dans l'ensemble des Etats-Unis, il y a eu de six ou sept autres compte-rendus écrit par certains de ces observateurs dont je puis sincèrement dire qu'il doivent avoir observé la même chose que moi; en particulier, les descriptions des trois employés de la Western Air Lines, du monsieur d'Oklahoma et du mécanicien de locomotive de l'Illinois, plus le Capitaine Smith et le co-pilote Stevens de United Airlines.

Certaines descriptions pourraient de pas être très précises depuis le sol à moins que ces disques semblables à des soucoupes aient été à une grande hauteur et il y a une possibilité que tout ces gens qui ont observé les objets particuliers pourraient avoir vu la même chose que moi, mais, il aurait été très difficile depuis la terre d'observer ces derniers pendant plus de quatre ou cinq secondes, et il y a toujours la possibilité d'humidité atmosphérique et de poussière près de la terre qui pourrait déformer leur vision.

J'ai dans ma possession des lettres de partout dans les Etats-Unis et de gens qui professent que ces objets ont été observés au-dessus d'autres parties du monde, principalement la Suède, les Bermudes, et la Californie.

J'aurais donné presque n'importe quoi ce jour pour avoir une caméra de cinéma avec un téléobjectif et dorénavant je ne serai jamais sans en avoir une - mais, pour reprendre mon histoire. Quand j'ai atterri à Yakima, Etat de Washington, j'ai décrit ce que j'avais vu à mon très bon ami, Al Baxter, qui a écouté patiemment et était très courtois mais sur le mode de la plaisanterie il ne m'a pas cru.

Je n'avais pas mesuré exactement la distance entre ces deux montagnes avant que j'aie atterri à Pendleton, Orégon, ce même jour où j'ai dit un certain nombre de mes amis pilotes ce que j'avais observé et ils n'ont pas ricané ou rit mais suggéré que cela pourrait être des missiles guidés ou quelque chose de nouveaux. En fait plusieurs anciens pilotes de l'armée me pilote au courant qu'ils avaient eu des instructions avant d'aller au combat outre-mer qu'ils pourraient voir des objets de forme et de conception semblables à ceux que je décrivais et m'assuraient que je ne rêvais pas et ne devenait pas fou.

Je cite Sonny Robinson, un ancien pilote des Forces Aériennes de l'Armée qui gère maintenant des opérations de saupoudrage à Pendleton, Orégon, "Ce que vous avez observé, j'en suis convaincu, est un certain type d'avion à réaction ou de vaisseau propulsé par fusée qui est en cours de test par notre gouvernement ou cela pourrait même probablement être par un certain gouvernement étranger."

Quoi qu'il sen soit, la nouvelle que je les avais observé s'est diffusée très rapidement et avant que la nuit ne soit passée je recevais des appels téléphoniques de toutes les régions du monde; et, jusqu'ici, je n'ai pas reçu un appel téléphonique ou une lettre de moquerie ou La seule incrédulité dont j'ai connaissance était ce qui a été imprimé dans les journaux.

Je ne considère pas cette épreuve entière comme quelque chose de drôle comme certains l'ont fait paraître. Pour moi c'est vraiment sérieux et puisque j'évidemment ai observé quelque chose dont au moins Mr. Durand au coin de la rue ou Mr. Dupont à sa ferme n'a jamais entendu parler, ce n'est pas du tout une raison pour laquelle cela n'existe pas. Quoique j'aie ouvertement invité l'armée et le FBI à enquêter quant à l'authenticité de mon histoire ou à faire un examen mental ou physique quant à mes capacités, je n'ai suscité aucun intérêt de la part de ces deux forces protectrices importantes de notre pays; j'irai jusqu'à supposer que tout rapport que j'ai présenté à la United Press et à l'Associated Press et à la radio à deux occasions différentes qui ont apparemment fait de bruit dans le pays entier, si notre renseignement militaire ignorait ce que j'ai observé, ils seraient les toutes premières personnes dont j'aurais attendu la visite.

J'ai reçu un bon nombre de demandes de personnes qui m'ont dit de me lancer des des spéculations sauvages. J'ai basé ce que j'ai écrit ici en cet article sur les seuls faits quant à l'estimation de ce qu'était ce que j'ai observé, c'est tout autant un mystère pour moi que ça l'est pour le reste du monde.

Ma licence de pilote est la 333487. Je pilote un avion Callair; c'est un monomoteur à trois place qui est conçu et fabriqué à Afton, Wyoming comme avion de performance extrêmement élevé, avion de haute altitude, qui a été conçu pour le travail en montagne. Le certificat national de mon avion est le 33355.

Kenneth Arnold est né le 29 mars 1915, à Sebeka, Minnessota. Eduqué à Minot, Dakota du Nord. Interessé par l'athlétisme, était en finale inter-état en 1932-33. Football sous Bernie Bierman interrompu par une blessure au genou. Employé par Red Comet, Inc., fabrique des appareillages automatiques de lutte contre l'incendie, en 1938. En 1940 il crée sa propre société de fourniture de lutte contre l'incendie connue sous le nom de Great Western Fire Control Supply. Gère, distribue, installe des équipement de lutte contre l'incendie dans cinq états. Utilise son avion pour son travail, atterrissant dans les pâturages et près de montagnes. Il est marié et a deux enfants.

Copies des pages originales de l'article:

Scan


Scan


Scan


Scan


Scan


Scan


Scan

Le document ci-dessus est l'un de ma collection de déclarations par Kenneth Arnold à propos de son observation du 24 juin 1947. Il est une partie des données brutes de ce cas. Voir ici pour d'autres déclarations et ici mon dossier sur le cas.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 6 décembre 2009