URECAT -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

URECAT - UFO Related Entities Catalog - VF:

URECAT est un catalogue formel des rapports d'observation d'entités dans un contexte OVNI avec l'objectif de fournir des informations de qualité pour des études précises de ce sujet. Les informations additionnelles, corrections et revues sont bienvenues à patrick.gross@inbox.com, précisez svp si vous souhaitez être crédités pour votre contribution ou non. La page principale du catalogue URECAT est ici.

ETE 1933, NIPAWIN, SASKATCHEVAN, CANADA, 2 HOMMES ET UNE FEMME:

Bref résumé de l'événement et des suites:

L'histoire a été racontée pour la première fois par l'ufologue canadien John B. Musgrave en 1977 dans un article d'un magazine ufologique. Musgrave a indiqué qu'il connaissait les noms des trois témoins.

Musgrave indique qu'au milieu des années 1930, une grande partie des provinces de prairie du Canada était toujours à la frontière de l'installation d'immigrants, et que les téléphones, les routes carrossables et l'électricité étaient encore à venir. L'endroit de la rencontre, près de la ville de Nipawin, Canada, est situé dans le coin nord-ouest de la province de Saskatchewan et était alors aux limites de la zone d'immigration.

Durant l'été de 1933, des histoires ont été racontées à Nipawin selon lesquelles quelques habitants, ainsi que le garde d'une tour de forêt, avaient observé des lumières étranges dans le ciel, et s'approchent de la terre. Ceci a été vu pendant une grande partie d'une semaine, au nord-ouest Nipawin, près de la région du lac Tobin, un pays de collines successives et de marécages. Des parties du secteur avaient commencé à être cultivées juste quelques années plus tôt, mais étaient alors laissées en l'état. En raison des marais locaux, la majeure partie gens de la ville qui ont entendu parler des lumières étranges les ont écartées comme étant des feux-follets.

Mais deux hommes et une femme de Nipawin ont décidé de vérifier par eux-mêmes, et peu de temps après minuit un nuit de cet été, ils ont sauté dans un petit pick-up et ont roulé vers le secteur où l'on a rapporté que les lumières sont vues. Ils ont vu que la lueur sur l'horizon devenait graduellement plus brillante au fur et à mesure qu'ils approchaient. Après avoir roulé aussi près que le chemin difficile le permettait, ils sont sortis, et ont marché à travers les bois dans la direction de cette lueur. Ils ont été bloqués à un quart d'un mile ou moins avant d'atteindre la source de la lueur par une bande marécageuse qui était trop dangereuse pour s'y risquer au milieu de la nuit.

Mais l'endroit qu'ils avaient atteint était assez proche pour qu'ils distinguent que la lumière venait d'un grand objet de formé ovale et en dôme, légèrement arrondi au-dessous. L'engin reposait sur des jambes, et d'une porte ou d'une trappe centrale, environ une douzaine de personnages pouvaient être aller vu montant et descendant un escalier semblable à une échelle.

Ces occupants ont semblé être légèrement plus petits que des hommes moyens, et étaient tous habillé dans ce qui a semblé être des tenues ou des uniformes de couleur argentées, et portant tous des casques ou des cagoules comme celle de skieurs. Ils étaient tous occupés à "réparer" l'engin.

Tout était étrangement calme et silencieux, quoique les occupants aient été très affairés. Pas un bruit n'a pu être entendu. Les trois témoins ont regardé dans une stupéfaction silencieuse ce qui se passait, aucune n'a même pensé à parler. L'orange lumineux et chaud qui a émané de l'engin éclairait le secteur environnant, et tous les trois eux n'ont eu aucune difficulté à voir les activités. La lumière de l'engin était non seulement lumineuse, mais avait une qualité "hors de ce monde" jamais vue par n'importe lequel d'entre eux, ce qui ajoutait au mystère de la scène, à des miles de la tour de forêt ou de la ferme la plus proche.

Après environ une demi-heure, les trois d'entre eux sont revenus au pick-up et rentrés en ville, espérant trouver une manière de contourner le marais pour voir l'engin de plus près. Mais quand ils ont finalement trouvé par hasard un chemin, qui pourrait les mener plus près, ils se sont rendus compte qu'ils n'avaient pas eu assez d'essence pour l'aller-retour et ils y ont renoncé.

Quelques nuits plus tard, ils ont pu retourner sur les lieux. C'était une nuit dégagée avec une lune presque pleine, et ils ont espéré obtenir une meilleure vue, mais l'objet n'était plus là. Aucun signe de l'engin n'a pu être vue de la position avantageuse de deux nuits précédentes, et ils sont revenus au camion pour attendre l'aube. Ils alors ont marché à travers le marais pour voir s'il restait quelque trace de ce qu'ils avaient vu, et ils ont trouvé six grandes empreintes carrées qui devaient avoir été causées par le bas des jambes qui ont soutenu l'engin. Chaque impression était la même taille, de 60 à 76 centimètres de côté, et approximativement de 1.50 à 3 mètres de distances. Les empreintes avaient de 5 à 8 centimètres de profondeur, et leur ont rappelé la sorte de marque qui serait faite par la tôle d'une chaudière engoncée dans le sol. Ils pouvaient également voir des empreintes là où la base de l'escalier devait rencontrer la terre, et il y avait également une grande marque de brûlure au centre du secteur, qui couvrait un cercle d'approximativement 3.60 mètres de diamètre. Ils ont recherché des empreintes de pas mais n'en ont trouvé aucun, bien qu'il y ait eu un dérangement de la végétation entourant l'endroit où l'engin s'était trouvé.

L'un des témoins avait apporté un petit appareil photo "Brownie" et a pris des photographies des marques de brûlure et des empreintes. Plus tard, deux d'entre eux ont préparé un article concernant tout l'incident et l'ont soumis, avec des copies des photos, à un certain nombre de magazines et de journaux au Canada, mais aucune publication n'a été intéressée, et les éditeurs qui ont répondu se sont demandés à quelle sorte de fête ils avaient été ces nuits-là.

Musgrave indique qu'au cours des 40 années écoulées depuis l'incident, les photographies originales ont été perdues par le témoin qui les a prises. Il fournit un croquis des traces et un croquis de l'OVNIS, une "soucoupe classique", faite par un des témoins.

L'histoire a ensuite été reprise avec plus ou moins de détails et les légères erreurs habituelles dans divers livres et sites web sur les OVNIS, mais apparemment rien n'a été fait autrement à son sujet.

Tableau des informations de base:

Numéro de cas: URECAT-000921
Date d'observation: Eté 1933
Premier rapport: 1977
Délai de rapport: 4 décennies
Témoignage apporté via: Raconté à ufologue.
Premier enregistrement allégué par: N/A.
Premier enregistrement certain par: Rapport d'ufologie Musgrave.
Type premier enregistrement allégué: N/A.
Type premier enregistrement certain: Rapport d'ufologie.
Ce dossier créé le: 15 juillet 2009
Sa plus récente mise à jour: 15 juillet 2009
Pays de l'événement: Canada
Etat/Département: Saskatchevan
Type de lieu: Collines, forêts, marais.
Conditions d'éclairage: Nuit
OVNI observé: Oui
Arrivée OVNI observée: Non
Départ OVNI observé: Non
Relation OVNI/entité: Certaine
Nombre de témoins: 3
Ages des témoins:
Types de témoins: Non rapporté. Jeunes adultes ou adultes.
Photographies: Non. Photos perdues de traces.
Dessins par témoins: Oui. OVNI seulement.
Dessins approuvé par témoins: Oui. OVNI seulement.
Nombre d'entités: Plusieurs, environ 12
Type d'entités: Humanoïde
Taille d'entités: Plus petit qu'hommes moyens
Tenues d'entités: Tenues, casques ou couvre-chef
Couleur des tenues d'entités: Argenté.
Couleur de peau d'entités: Non rapporté ou non vu ou couvert.
Corps des entités: Non rapporté.
Têtes des entités: Casqués ou couvre-chef.
Yeux des entités: Non rapporté ou non vu.
Bouches des entités: Non rapporté ou non vu.
Nez des entités: Non rapporté ou non vu.
Pieds des entités: Non rapporté.
Bras des entités: Non rapporté.
Doigts des entités: Non rapporté ou non vu.
Nb de doigts des entités: Non rapporté ou non vu.
Pilosité des entités: Non rapporté ou non visible.
Voix des entités: Aucune entendue.
Actions des entités: Entrent et sortent de l'OVNI par échelle.
Interactions entités/témoins: Aucune.
Réactions des témoins: Observation, départ, reviennent pour chercher traces, tente de rapporter, perdent photos de traces.
Sentiments des témoins: Non rapporté.
Interprétations des témoins: Non rapporté.
Catégorie explicative: Visiteurs extraterrestres ou invention.
Certitude de l'explication: Haute.

Récits:

[Ref. jm1:] JOHN BRENT MUSGRAVE:

1933: Un OVNI s'arrête pour réparations

Même aussi tardivement qu'au milieu des années 30, une grande partie des provinces de prairie du Canada était toujours sur la frontière de l'arrivée d'immigrant. En particulier dans des secteurs nordiques les gens commençaient juste à ouvrir la contrée au commerce et à l'agriculture, et des luxes tels que les téléphones, les routes pavées et l'électricité étaient des choses du futur. La ville de Nipawin, Saskatchewan, est située dans le coin nord-ouest de la province et dans les années 30 elle était à la frontière de cette immigration. Durant l'été de 1933, des histoires se sont propagées à Nipawin selon lesquelles certains pionniers, et également un garde de tour de forêt, avaient observé des lumières étranges dans le ciel et s'approchant de la terre. Quoi que cela ait été ils l'avaient vu pendant presque toute une semaine. Les terres au nord-ouest de Nipawin, près de la région du lac Tobin, se composent de collines successives et de bas marais. Certains terrains venaient juste d'être cultivé quelques années plus tôt, et elle étaient en friche. A cause des marais locaux, la majeure partie des gens des villes qui avaient entendu parler des lumières étranges les ont écarté comme étant des feux follets, marais - un bouc émissaire commode qui obtient toujours utilisé aujourd'hui.

Heureusement, tout le monde à Nipawin n'a pas été convaincu que les histoires n'étaient basées que sur le "l'air chaud", et peu de temps après minuit cette nuit d'été deux hommes et une femme (dont les noms sont connus de l'auteur) ont sauté dans un petit camion de ramassage et ont roulé vers le secteur où l'on rapportait que les lumières étaient vues. Ils n'ont pas été déçues quand la lueur sur l'horizon croissait graduellement devenant plus lumineuse au fur et à mesure qu'ils approchaient en roulant. Après avoir conduit aussi près que le chemin défoncé le leur permettait, ils sont sortis et ont marché à travers les bois dans la direction de la lueur. Ils ont été bloqués un quart d'un mile ou moins avant d'atteindre la source de la lueur par une bande marécageuse qui étaient instable pour s'y risquer au milieu de la nuit. Mais c'était assez proche. De leur position avantageuse ils pouvaient distinguer que la lumière venait d'un grand objet de forme ovale qui était en dôme au-dessus et légèrement arrondi sur le fond. Il était soutenue par des jambes et une sorte de porte, ou de trappe, centrale, ou environ une douzaine de personnages pouvait être vue allant et venant sur un escalier semblable à une échelle. Tous les occupants ont parus être légèrement plus petits qu'un homme moyen, et étaient habillé dans ce qui a semblé être des costumes ou des uniformes de couleur argentée. Tous ont semblé porter des casques ou des couver-chefs de skieurs, et tous étaient occupé à courir aux alentours "réparant" l'engin.

Tout autour régnait un calme étrange et silencieux, quoique les occupants aient été occupés à se presser. Pas un bruit n'a pu être entendu. Les trois témoins ont regardé dans une stupéfaction silencieuse ce qui se passait, aucun n'a même songé à parler. L'orange chaud lumineux qui émanait de l'engin éclairait le secteur environnant. La lumière de l'0engin n'était pas seulement brillante, mais les trois lui ont trouvé une qualité "hors de ce monde" qu'aucun d'entre eux n'avait jamais vue avant et cela ajoutait au mystère de la scène. Après environ une demi-heure, tous les trois sont retournés au camion et ont roulé de nouveau à la ville espérant trouver une façon de contourner les broussailles pour voir de plus près la machine étrange posée au milieu d'un marais à des kilomètres de la maison la plus proche ou la tour de forêt la plus proche. Mais quand ils ont finalement une piste qui pourrait leur permettre d'approcher plus, ils se sont rendu compte qu'ils n'avaient plus assez d'essence pour s'y rendre et en revenir. Ils ont donc du rentrer chez eux cette nuit.

Ce n'est que quelques nuits plus tard qu'ils ont pu faire un nouveau voyage. C'était une nuit claire avec une lune presque pleine, et ils espéraient pouvoir voir encore mieux. Mais cette nuit là l'objet était parti. Aucune trace de l'engin luminescent ne pouvait être vue de la position avantageuse de deux nuits précédentes, et ils sont revenus au camion pour attendre l'aube. Ils alors ont marché à travers les broussailles pour voir s'il y avait quelque traces laissées par ce qu'ils avaient vu. Et il y avait six grandes empreintes carrées qui doivent avoir été les bases des jambes qui ont soutenu l'engin, ce qui a montré qu'il a avait effectivement eu quelque chose là cette nuit. Chaque emprunte était de la même taille - 2 à 2 pieds 1/2 pieds carrés, et approximativement 5 à 10 pieds de distance. Les empreintes avaient de 2 à 3 pouces de profondeur, et ont rappelé à tous les trois la sorte de marque qui serait fait par de la tôle de chaudière enfoncée dans le sol. Ils ont également pu voir des marques là où la base de la sorte d'escalier a rencontré le sol. Comme si ce n'était pas assez remarquable, une grande marque de brûlure au centre du secteur a couvert un cercle d'approximativement 12 pieds de diamètre.

Ils ont recherché des empreintes de pas mais n'en ont trouvé aucune bien qu'il y ait eu quelque dérangement de la végétation entourant la zone où l'engin avait été.

Ils sont venus mieux préparé cette fois. Un des témoins avait emmené un petit appareil-photo de type boîtier "brownie" et a pris des photographies des marques de brûlure et des empreintes. Plus tard deux d'entre eux ont préparé un article concernant toute l'affaire et l'ont soumis, avec des copies des photos, à un certain nombre de magazines et de journaux au Canada. Mais aucune publication n'a été intéressée, et ces éditeurs qui ont répondu se sont demandés quel genre de fête ils avaient été ces nuits-là. Au cours de plus de 40 ans depuis l'incident, les photographies originales ont été perdues par le témoin qui les a prises, et qui a appris douloureusement qu'elles étaient apparemment sans intérêt pour qui que ce soit. Peut-être les tirages sont-ils toujours en existence, rangés dans un grenier ou serré entre des cliché de vacances dans quelque album photos. Si elles sont jamais découvertes elles peuvent s'avérer être les photographies les plus anciennes d'un cas de trace physique où il y avait des témoins, et qui avait même des occupants.

Ceci est l'engin dessiné par un témoin, selon John Brent Musgrave:

[Ref. tt1:] TIM T. TOKARYK:

Tim T. Tokaryk était le directeur de province du MUFOn pour le Saskatchewan. Il a écrit:

Le Saskatchewan, comme beaucoup de provinces canadiennes, a eu sa part de rapports d'OVNIS et d'autres phénomènes étranges. La petite ville de Nipawin a rapporté des lumières peu ordinaires en 1933, que la plupart des gens du coin ont pensé pour être des "feux follets." Cependant, quelques personnes ont décidé de trouver la source de la lumière et sont tombées sur un objet en forme de disque sur la terre.

La source est indiquée comme Musgrave, John B., Saskatchewan, 1933, "UFO Stops for Repairs." Flying Saucer Review, Vol. 22, No. 6, 1976. pp 16-17.

[Ref. jb1:] JANET ET COLIN BORD:

Les auteurs indiquent qu'en été de 1935 au Canada, à Nipawin dans le Saskatchewan, des témoins ont vu atterrir un OVNI et ont vu plusieurs petites entités habillées de combinaisons argentées monter et descendre une échelle. Des empreintes carrées et des zones brûlées ont été découvertes et photographiées le lendemain.

[Ref. tg1:] TIMOTHY GOOD:

L'auteur indique que pendant l'été de 1933 plusieurs résidants de Nipawin, dans le Saskatchevan, au Canada, ont dit qu'ils ont vu des lumières étranges dans le ciel et sur la terre, et qu'une nuit, deux hommes et une femme qui étaient décidés à apprendre la vérité sont allés là par camion, ont ensuite marché dans la direction de la lumière mais ont été empêchés par un secteur de marécage d'aller plus près que 400 mètres de la lumière, qui venait d'un grand engin ovale posé dans le marais.

Tim Good indique que le métier était surmonté d'un dôme et légèrement arrondi au-dessous, et qu'une douzaine de personnages montaient et descendaient une échelle qui sortait d'une porte centrale. Les figures étaient plus petites que des humains et portaient un costume argenté et une certaine sorte de cagoule. Ils ont semblé être occupées à réparer le vaisseau, dans un silence total et sous une lueur orange baignant les environs.

Une demi-heure plus tard que les témoins sont revenus à la ville afin de contourner le marais et voir le spectacle de plus près mais ils n'avaient pas assez d'essence et ont du renoncer.

Quelques jours plus tard ils sont revenus sur les lieux, l'engin était naturellement parti mais il y avait de nombreuses traces, décrites par John Musgrave comme 6 trous net là où le train d'atterrissage de l'engin avait été, espacés d'environ 3 mètres, de 6 centimètres de profondeur, et de 60 ou 90 centimètres de large. L'endroit où l'échelle était a été également dit avoir été trouvé par les témoins. Au centre du point d'atterrissage, il y avait une trace 3 ou 4 des mètres de diamètre de sol roussi. Cependant, ils n'ont trouvé aucune traces de pas.

[Ref. go1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

1933, CANADA, Nipawin (Saskatchewan). Dans le nord-ouest de la région faite de collines et de marécages de nombreuses lueurs sont observées la nuit. Deux hommes et une femme se rapprochent vers minuit le plus près de la zone, faisant le reste du chemin à pied. Ils virent alors que la lueur provenait d'un objet ovale surmonté d'un dôme, posé sur des béquilles. Par la porte centrale il y avait un va et vient d'une douzaine de formes qui montaient et descendaient une sorte d'échelle. Ces êtres étaient petits, vêtus d'un uniforme argenté et leur manège se déroulait dans un silence impressionnant. La lueur de teinte orange éclairait toute la région. Après une demi-heure d'observation les témoins retournèrent au camion. Quelques nuits plus tard les témoins eurent l'occasion de retourner sur les lieux. L'ovni n'était pas au rendez-vous. Mais il y eut des traces: 6 carrés de 45 cm de côté espacés de 2,5 à 3 m, profonds de 5 à 7 cm formant un rectangle au centre duquel un cercle à l'herbe brûlée. (John Brent Musgrave dans FSR Vol. 22 n° 6 de 1976)

[Ref. tp1:] TED PHILLIPS:

Rapport ??/8/1933 Nipawin, Sask., 0700: multiple témoin, disque avec 6 pieds, occupants, 30 minutes, traces.

[Ref. bu1:] "BIBLE UFO" WEBSITE:

1935

- Canada, Saskatchewan: Trois témoins ont vu OVNI atterrir à Nipawin, et ont observé plusieurs petites entités dans des tenues argentées montant et descendants une échelle. Empreintes carrées et secteurs brûlés vus et photographiés à l'emplacement le lendemain.

[Ref. ar1:] ALBERT ROSALES:

8.

Lieu. Près de Nipawin Saskatchewan Canada

Date: Eté 1933

Heure: minuit

Après une semaine de lumières rapportées dans le secteur, une femme de Nipawin et deux hommes ont décidé d'investiguer. Autour de minuit ils ont roulé en camion vers le lac Tobin, progressant dans la mesure où ils le pouvaient dans leur petit camion; ils se sont déplacés à pied vers une lumière sur la terre dans un secteur broussailleux et, à une distance de moins d'un quart de mile, ils ont vu un grand ovale sur des jambes, couvert d'un dôme et brillamment lumineux dégageant un orange chaud qui éclairait le secteur. Il y avait une trappe ouverte et ils ont vu environ une douzaine de personnages humanoïdes, de moins de 5 pieds, montant et descendant l'échelle et occupés à une opération de réparation. Ils ont porté des tenues et des casques argentés comme un masque de ski. Les 3 témoins ont observés pendant environ une demi-heure, puis sont partis. Plusieurs jours plus tard ils ont localisé l'emplacement de l'atterrissage et ont trouvé des traces, y compris quatre marques apparentes de train d'atterrissage, autour d'un cercle de terre roussie. Une photographie des traces a été prise, mais n'est plus disponible.

Humcat 1933-1

Source: John B Musgrave

Type: B

[Ref. bc1:] BARB CAMPBELL:

Le Saskatchewan enregistre deux rencontres connues avec des "petits hommes verts" pendant l'été de 1933. Après une période d'une semaine de lumières étranges dans le ciel, une femme et deux hommes décident d'étudier le secteur autour du lac Tobin. Tous les trois ont été témoin d'un engin et d'environ une douzaine de personnages humanoïdes dans des tenues, des casques et des masques de ski argentés, qui ont semblé travailler à l'engin. Plusieurs empreintes étranges ont été trouvées des jours plus tard dans la terre à l'emplacement de l'atterrissage.

[Ref. js1:] JEAN SIDER:

L'auteur indique qu'en 1933, en été, à minuit, près de Nipawin, Saskatchewan, Canada, il y a eu une rencontre rapprochée du troisième type près du lac Tobin.

Des lumières étranges ont été observées tard dans la soirée d'un jour d'été non précisé, que certains autochtones ont attribuées à des feux follets à cause des marais qui existaient dans ce secteur à cette époque-là.

Deux hommes et une femme n'étaient pas d'accord avec cette interprétation et comme les lumières persistaient à se montrer, ils ont décidé de se rendre sur place en voiture pour voir par eux-mêmes.

Jean Sider indique que la traduction de l'incident est qu'après avoir roulé au maximum sur les voies praticables, les enquêteurs ont du quitter leur véhicule et poursuivre à pied à travers un terrain boisé, puis ont été bloqués dans leur progression par un sol marécageux, mais ils se trouvaient assez proches pour apercevoir ces lumières inconnues. De leur point d'observation ils ont constaté que ces sources lumineuses provenaient d'un objet de forme ovale avec d'un dôme sur le dessus et légèrement arrondi en dessous. L'engin est posé au sol sur d'étroits supports non loin d'un bouquet d'arbrisseaux. Au centre de sa structure se distingue une porte ouverte et une échelle qui en descend jusqu'au sol sur laquelle vont et viennent une douzaine de formes humaines. Ils paraissent plus petits que la moyenne standard humaine et sont vêtus de combinaisons ou d'uniformes de couleur argent, et portent un casque ou un bonnet de ski. Ils semblent s'activer comme s'ils effectuent des réparations sur leur machine.

Les trois témoins sont restés environ une demi-heure à observer puis comme rien d'autre ne se passe ils sont revenu à leur voiture et sont rentrés en ville. Ils ont bien envisagé un instant de faire un détour par un chemin moins dangereux pour leur permettre de voir encore de plus près, mais leur réservoir d'essence n'est plus assez plein, et ils remettent l'expédition.

Deux ou trois jours plus tard, ils vont sur le site de l'atterrissage, constatent que l'engin n'y est plus, mais trouvent près du bouquet d'arbrisseaux six impressions carréee dans le sol qui semblent causées par les bases des supports d'atterrissage. Chaque empreinte fait entre 60 et 75 cm de côté, de 5 à 8 cm de profondeur, et il y a de 2,40 à 3 m entre chaque trace. Ils trouvent aussi les marques du bas de l'échelle dans le sol mou, et au centre des traces une zone d'environ quatre mètres de diamètre où la végétation est calcinée, elle-même entourée d'une zone ovale plus grande dans laquelle les plantes sont roussies.

Jean Sider indique que des photos de ces traces ont été réalisées et envoyées à l'appui d'un rapport circonstancié à plusieurs publications canadiennes, mais aucune n'a accepté de rendre l'affaire publique, et ce n'est que quarante ans plus tard que la RR3 a été connue de l'enquêteur, tandis que les photos des traces n'ont pas été retrouvées. Les identités des témoins sont connues de l'enquêteur John Brent Musgrave, mais ils ont demandé l'anonymat. D'après un dessin qui accompagne le texte de notre source, les six traces carrées étaient placées en deux rangées de trois, formant un rectangle parfait.

Jean Sider indique que la source est FSR, vol. 22, n° 6, 1978, pp. 16-17.

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique qu'en été de 1933 à 00:00 à Nipawin, Saskatchewan, Canada, "après une semaine de lumières rapportées dans le secteur, une femme de Nipawin et deux hommes ont décidé d'investiguer. Autour de minuit ils ont roulé en camion vers le lac Tobin, progressant dans la mesure où ils le pouvaient dans leur petit camion; ils se sont déplacés à pied vers une lumière sur la terre dans un secteur broussailleux et, à une distance de moins d'un quart de mile, ils ont vu un grand ovale sur des jambes, couvert d'un dôme et brillamment lumineux dégageant un orange chaud qui éclairait le secteur. Il y avait une trappe ouverte et ils ont vu environ une douzaine de personnages humanoïdes, de moins de 5 pieds, montant et descendant l'échelle et occupés à une opération de réparation. Ils ont porté des tenues et des casques argentés comme un masque de ski. Les 3 témoins ont observés pendant environ une demi-heure, puis sont partis. Plusieurs jours plus tard ils ont localisé l'emplacement de l'atterrissage et ont trouvé des traces, y compris quatre marques apparentes de train d'atterrissage, autour d'un cercle de terre roussie. Une photographie des traces a été prise, mais n'est plus disponible."

La source est un lien vers une page web inexistante.

[Ref. ud2:] SITE WEB "UFODNA":

Rencontre rapprochée avec un engin non identifié et ses occupants. Trois témoins ont observé un objet non identifié à courte distance et ses occupants dans un marais."

La source est indiquée comme "Webb, David, HUMCAT: Catalogue of Humanoid Reports".

[Ref. pr1:] PETER ROGERSON:

Eté 1933 - 0015 hrs

NIPAWIN (SASKATCHEWAN : CANADA)

Alertés par des rapports de lumières étranges sur le sol et dans l'air dans une zone marécageuse au nord, 2 hommes et une femme ont conduit vers le secteur dans un petit pick-up. Ils ont vu une lueur, à l'horizon, qui devenait plus vive lorsqu'ils s'approchaient. A la fin de la piste, ils ont parcouru les bois jusqu'à ce qu'un terrain traître les a forcés à s'arrêter à 400 mètres de la lumière. Ils ont vu que cette lumière provenait d'une grande machine ovale, en dôme au sommet, légèrement arrondie sur le bas, debout sur des jambes. A partir d'une ouverture centrale, une dizaine de silhouettes ont été vues montant et descendant d'une échelle.

Les occupants étaient plus petits que la moyenne et étaient habillés de tenues argentés avec des casques ressemblant à des casquettes de ski. Les êtres semblaient effectuer des réparations. La région était baignée d'une lueur orange irréelle et il y avait un silence absolu, sans aucun bruit. Après environ 30 minutes, le groupe est retourné dans son camion pour essayer de trouver un meilleur emplacement, mais ils ont dû abandonner lorsque leur camion a manqué de pétrole. Quand ils sont retournés à l'endroit quelques jours plus tard, 6 grandes marques carrées de 60 à 75 cm environ 2,5 à 3 mètres de distance entre 5 et 7,5 cm de profondeur et un cercle brûlé de 3,6 m de diamètre était visible. Des photographies ont été prises des traces. Des tentatives ont été faites pour faire connaître l'histoire, sans succès.

John Musgrave dans FSR 22, 6 p16 citant sa propre enquête de première main)

Points à considérer:

Voir la liste des problèmes.

Liste de problèmes:

Id: Sujet: Sévérité: Noté le: Soulevé par: Noté par: Description: Proposition: Statut:
1 Ufologie Grave 15 juillet 2009 Patrick Gross Patrick Gross Cas révélé très tardivement. Aide nécessaire. Ouvert.
2 Ufologie Grave 15 juillet 2009 Patrick Gross Patrick Gross Aucune information sur les témoins, témoins restés anonymes, vérification impossible. Aide nécessaire. Ouvert.
3 Ufologie Grave 15 juillet 2009 Patrick Gross Patrick Gross On ne sait as si John Musgrave a parlé à l'un ou l'autre des témoins, ou s'il rapporte simplement une lettre qu'il aurait reçue. Aide nécessaire. Ouvert.
4 Ufologie Grave 15 juillet 2009 Patrick Gross Patrick Gross Distinguer une échelle et ses barreaux, des casques, à une distance d'un quart de mile me semble douteux. Aide nécessaire. Ouvert.
5 Ufologie Grave 15 juillet 2009 Patrick Gross Patrick Gross Pas d'enquête ou de vérification, récit seulement. Aide nécessaire. Ouvert.

Evaluation:

Visiteurs extraterrestres ou invention.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Histoire du document:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 15 juillet 2009 Création, [jm1], [tt1], [jb1], [go1], [tp1], [bu1], [tg1], [ar1], [bc1], [js1], [ud1], [ud2].
1.0 Patrick Gross 15 juillet 2009 Première publication.
1.1 Patrick Gross 7 octobre 2017 Addition [pr1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 7 octobre 2017.