Vague belge -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague belge - observations en janvier 1991:

21 janvier 1991, vers 19:50 sur l'autoroute E411 entre Hoeilaart et Overijse:

21 janvier 1991, sur la E411 entre Hoeilaert et Overijse.

La soirée du lundi 21 janvier [1991] fut, de loin, la plus riche de toutes. Ce soir-là, vers 19 h 50, Mme Martine Matagne, journaliste à la RTBF, roulait sur l'autoroute E411 en direction de Namur. Elle était accompagnée de son ami, M. McMillan; ils se rendaient à une soirée chez des amis et le véhicule se déplaçait à environ 100 km/ho Arrivée entre Hoeilaert et Overijse, Mme Matagne aperçut d'abord un objet très éclairé, à au moins 1 km devant elle. Elle pensa d'abord à un "avion qui allait se crasher", mais l'objet semblait quasiment immobile. Se rapprochant, elle ralentit (vers les 60 km/h) pour mieux observer cet objet rond, imposant, de la taille et de la forme du disque qui surplombe la tour de la RTBF au boulevard Reyers, à Bruxelles. On distinguait à la fois le dessus, le dessous et la tranche de la structure qui portait deux gros phares bleus très puissants dirigés vers le sol. Ce témoin crut discerner des "hublots". Toute la structure de l'objet était clairement visible, comme faite d'un métal mat, de couleur bleu-gris, une sorte de "construction boulonnée" avec des "plaques rapportées" bien distinctes avec à l'arrière trois lumières blanches fixes (fig. 2.77, dessin A). Pour M. McMillan, l'objet se mouvait très doucement au-dessus de la cime des arbres. Il y avait deux très grosses lampes bleu-ciel et des "lampes genre néon" sur la tranche. Ce second témoin évoque des "boffes" ou des "Légo" pour décrire la structure de cette face latérale (fig. 2.77, dessin B).

Au même moment (vers 19 h 55), Mme G. circulait aussi sur la E411. Comme les témoins précédents, elle vit une forte lumière dans le ciel et pensa aussitôt à un avion en difficulté. Elle passa sous l'objet, mais à trop grande vitesse (130 km/h) pour en retenir des détails. Exactement à la même heure, Mme Jeanne S. circulait en voiture dans une rue d'Overijse, parallèlement à l'autoroute. Elle vit aussi cet objet illuminé et tout comme dans les témoignages ci-dessus, elle crut être en présence d'un avion prêt à s'écraser. Sa seconde impression fut de se demander pourquoi cet "avion" était immobile. Elle distingua deux énormes phares (au moins 1 m de diamètre) qui projetaient une vive lumière obliquement vers le sol. Plusieurs petites lampes rouges étaient visibles sur le dessus ou le côté de l'objet sur lequel Mme G. repéra quelques détails curieux: des sortes de "croisillons métalliques" unissaient les deux "ailes" de ce qui aurait pu être un "avion biplan", et des "ferrures" apparaissaient à certains endroits. Mme G. entendit un bruit soudain, se retourna, et constata que plus rien n'était visible. On rapprochera ce dernier témoignage de celui de M. Marcel V. (observation du 20 novembre 1989, fig. 2.4, page 56).

Sobeps page 257 258

Source du texte précédent: Godelieve Van Overmeire, Belgique, circa 1999, citant le livre de la SOBEPS "Vague d'OVNI sur la Belgique".

21 janvier 1991 BELGIQUE, Overijse

19 h 50, deux témoins. (...) L'engin semble quasiment immobile. L'objet est rond, imposant, de la taille et de la forme du sommet de la tour de communication de la RTB. Deux gros phares bleus très puissants étaient dirigés vers le sol. L'objet semble posséder des hublots. Toute la structure est clairement visible, il évoque un aspect de métal brut. Le témoin parle de construction boulonnée et d'une couleur gris-bleu, comme du Tefal. Trois lumières blanches sont visibles à l'arrière. Toutes les lumières sont fixes. D'autres lampes, genre néon, sont visibles sur la tranche, parfois longues, parfois courtes. Le déplacement était stable et régulier. Un bruit de petit moteur au son étouffé pouvait être clairement entendu. Distance 100 mètres, dimension de 30 à 50 m de diamètre. A 19 h 55 deux témoignages indépendants (VOB 1 - SOBEPS 1991, p. 257, 258 et croquis, 259; VOB 2 - SOBEPS 1994, p. 212)

Source du texte précédent: Godelieve Van Overmeire, Belgique, circa 1999, citant les livres de la SOBEPS "Vague d'OVNI sur la Belgique" volumes 1 et 2, users.skynet.be/sky84985/chron25.html.

"Depuis dix-huit mois, pas une semaine ne s'est écoulée sans qu'un cas d'observation ait été signalé (de un à cinq, six, voire dix témoins). Avec trois dates majeures pour ce début d'année 1991: le 21 janvier, où le témoin est Martine Matagne, journaliste de radio bien connue en Belgique."

Source du texte précédent: Le Figaro Magazine, France, 13 avril 1991, selon users.aol.com/FCharnay/ovn.htm

"Au fur et à mesure qu'on s'approchait de ces lumières, en fait on s'aperçoit que ça ne pouvait pas être un avion. Tout d'abord parce que ce n'étaient pas les lumières habituelles d'un avion mais c'était deux spots, bleus, dirigés vers le sol. Et ensuite parce que ça ne bougeait pas, enfin: au fur et à le mesure qu'on s'approchait, on avait l'impression que c'était tout à fait statique."

"Et tout doucement, cet engin est reparti dans la direction contraire à la nôtre, c'est-à-dire en direction de Bruxelles, mais, vraiment, comme sur un nuage, tout doucement, tout doucement..."

"On l'a perdu de vue, on est reparti, sur cette autoroute, mon ami et moi, je me souviens, on ne se disait rien, sauf que quand même au bout de cinq minutes, il est Irlandais, et ... il a raconté que... il m'a dit un seul mot, il m'a dit: well, that's it, I've seen a UFO." [Et bien, ça y est, j'ai vu un OVNI.]"

Cliquez! Enregistrement sonore correspondant au récit ci-dessus (1Mo, mp3).

Martine Matagne lors de cette interview.

Source du texte précédent: Transcription des déclarations devant caméra par Martine Matagne, émission télévisée "Allo ici planète Terre", diffusée le 14 octobre 1992 au Canada.

Informations additionelles.

A gauche:

La tour de la Radio-Television Belge du boulvard Reyers à Bruxelles (point bleu sur la carte ci-dessous), avec son éclairage de nuit formant deux pinceaux bleu descendant vers le sol.


A gauche:

Plan de situation. La ville de Bruxelles est entourée d'un vaste périphérique autoroutier (en gris).

Le trajet en vert est sur la E411, représentant où pourraient d'être trouvés Mme Matagne et son ami, en tenant compte de ce que l'observation débute selon les rapports lorsqu'ils arrivent entre Hoeilaart et Overijse.

Brève discussion.

Quand quelque chose est décrite comme ressemblant à autre chose, mon réflexe est naturellement d'examiner l'aspect de cette autre chose, et même de me demander si cette autre chose ne serait pas, justement, l'explication de la première. Au moment ou j'ai donc recherché des photographies de la tour de la RTB qui est indiquée avoir la même sorte de forme que l'OVNI, j'avoue être presque tombé de ma chaise en trouvant que celle-ci, éclairée de nuit, correspond en fait beaucoup plus que de raisonnable aux descriptions!

Des points communs sont évidents: les deux pinceaux de lumière bleue vers le sol, la forme de soucoupe volante, la quasi immobilité, l'aspect gris-bleu, les "plaques", les deux plans rappelant le terme "biplan" par l'un des témoins, les "sortes de ferrures", les autres lumières ou hublots...

Mais en fait, à moins que les indications des rapports soient complètement fausses, il n'est pas possible que la tour soit l'OVNI de Mme Matane. Outre la distance tout de même importante qui ne peut correspondre au kilomètre jusqu'à approche à 100 mètres indiqués par elle, Mme Matane se trouvait entre Hoeilaart et Overijse en allant en direction de Namur, donc quittant Bruxelles par la E411, allant vers le Sud-Est, avec l'OVNI déclaré vu devant elle et non derrière comme l'est la tour.

La question reste cependant totalement posée en ce qui concerne les observations de Mme. G et de Mme. S. puisqu'on ne sait exactement où elles se trouvent ni dans quelle direction elle roulent. Il semble que Mme Matane connaisse Bruxelles; elle en connaît la tour puisqu'elle compare l'OVNI et la tour, elle était de plus une employée de la RTB. Mais faute de données disponibles suffisantes, rien n'interdit de penser que Mme S et Mme G soient également familiarisées avec la présence de la tour, il se peut fort bien qu'elles aient été des personnes de passage, roulant en direction de la tour, et aient apporté leurs témoignages suite à l'apparition de celui de Mme Matane puisqu'il semblait effectivement le confirmer pas les concordances descriptives.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 9 avril 2008