ALSACAT -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

ALSACAT:

Comme son nom le suggère, ALSACAT est mon catalogue exhaustif à terme des affaires d'OVNIS en Alsace, qu'elles soient "expliquées" ou "inexpliquées".

Le catalogue ALSACAT donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier. Un index général et des sous-catalogues thématiques donnent accès à ces dossiers Alsaciens.

Cas de l'aéroport de Bâle - Mulhouse, le 2 décembre 1978:

Numéro de cas:

ALSACAT-1978-12-02-AEROPORTMULHOUSE-1

Résumé:

Le journal régional Les Dernières Nouvelles d'Alsace du 4 décembre 1978 avait rapporté que le samedi 2 décembre 1978 vers 17:15, le service météo de l'aéroport de Bâle-Mulhouse avait observé un OVNI à une distance de 25 kilomètres, ce qui a été confirmé au journal par la brigade de gendarmerie des transports aériens:

"L'appareil, une boule cylindrique [sic] d'une centaine de mètres de diamètre et d'un blanc lumineux, avança à une vitesse très élevée, la trajectoire venant de Belfort vers Bâle avec des traînées rouges. L'observatoire météorologique de Belfort a aperçu le même phénomène mais de manière encore plus précise."

Le journal commentait qu'il semblait que cela a été la première fois semble-t-il qu'un OVNI était signalé dans les zones d'approche de cet aéroport.

Le 6 décembre 1978, c'est le journal L'Alsace qui rapportait que le 2 décembre 1978 à 17:16, un technicien météorologiste de service à la station d'observation de l'aéroport de Bâle-Mulhouse avait "constaté un phénomène assez troublant: à 25 kilomètres de là environ, une boule de couleur blanche, très lumineuse, et d'une centaine de mètres de diamètre" se déplaçait dans le ciel à une vitesse très élevée dans le sens Belfort-Bâle. Le phénomène avait été observé pendant quelques minutes. L'OVNI avait disparu en s'élevant très rapidement et en laissant une traînée rouge derrière lui.

D'autres employés de l'aéroport, un mécanicien et un bagagiste, ainsi que des personnes extérieures à l'aéroport avaient confirmé ce témoignage. La gendarmerie des transports aériens, saisie pour la première fois d'une telle affaire, avait collectée toutes ces observations pour les transmettre à la direction centrale.

Le service météorologique de l'aéroport avait précisé que ce phénomène "ne fait l'objet d'aucune investigation officielle."

Le journal signalait deux tentatives pour expliquer cette manifestation: le service centrale de la météo à Paris, qui avait aussi recensé les observations faites aux stations de Belfort, Langres et Luxeuil d'où le phénomène avait également été observé, cette grande clarté serait due à un nuage nacré de très haute altitude et éclairé par le soleil.

Le journal signalait que ce n'était pas l'avis de tous les observateurs, dont un pilote de la Swissair qui passait à proximité, parce que cela n'expliquait pas la vitesse de déplacement très élevée du phénomène et la traînée laissée à l'arrière.

Un autre explication se basait sur un film tourné par un amateur et qui aurait été diffusé le 5 décembre 1978 à la TV, et estimait qu'il pourrait s'agir de fusées au sodium. (Ce "film", une vidéo prise à Roanne, a bien été diffusé au journal de TF1 le 3 décembre 1978))

En fait, il a été su assez vite qu'il s'agissait du résultat d'un tir de fusée depuis le centre d'essais de Biscarosse, relaté dans la presse. La fusée était partie en "vrille" au lancement, elle a été interceptée, et a explosé en vol à 10 000 mètres d'altitude, ce qui a causé des témoignage sur une large partie de la France, dont celui-ci en Alsace.

Ce qui n'empêche pas certains "ufologues" même en 2017 de continuer à vouloir croire qu'il y avait eu ce jour-là une "vague d'OVNIS" sur la France.

Pour compliquer l'affaire, est également évoquée par des "zététiciens" une rentrée d'un débris du satellite russe Cosmos 1047 ce 2 décembre 1978 - sans qu'une heure, un lieu, ou des témoignages ne soient présentés qui décriraient une telle chose.

Le fait est pourtant là, j'en ai trouvé trace: ce 2 décembre avait été lancé, pour essai sans doute, depuis Biscarosse un missile S3, ceux utilisés au plateau d'Albion pour la dissuasion nucléaire.

Données:

Données temporelles:

Date: 2 décembre 1978
Heure: 17:16
Durée: Quelques minutes.
Date du premier rapport connu: 4 décembre 1978
Délai de rapport: Heure, deux jours.

Données géographiques:

Département: Haut-Rhin
Commune: Blotzheim
Lieu: Depuis l'aéroport de Bâle-Mulhouse, OVNI dans le ciel.
Latitude: 47.598
Longitude: 7.529
Rayon d'incertitude: 100 m

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: Plusieurs.
Nombre de témoins connus: ?
Nombre de témoins nommés: 0
Ages des témoins: Adultes.
Types de témoins: Météorologue d'aéroport, autres.

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: Gendarmerie, presse régionale.
Type de lieu: Station météo d'aéroport et autres, OVNI dans le ciel.
Conditions d'éclairage: Soir.
OVNI observé: Oui
Arrivée OVNI observée: £?
Départ OVNI observé: Oui
Entité(s): Non
Photographies: Non.
Dessins par témoins: Non.
Dessins approuvé par témoins: Non.
Sentiments des témoins: Etonnés.
Interprétations des témoins: ?

Classifications:

Hynek: LN
ALSACAT: Fusée militaire hors de contrôle.

Sources:

[Ref. ge1:] GENDARMERIE NATIONALE:

La Gendarmerie Nationale, à la Brigade des Transports Aériens de l'aéroport de Bâle-Mulhouse, avait bel et bien dressé un procès-verbal relatif à cet événement, dont ce fragment avait été montré dans les médias et s'est retrouvé sur le web:

Des documents de Gendarmerie ont été ensuite publiés par le GEIPAN vers 2007, à http://www.cnes-geipan.fr/fileadmin/geipan-doc/NATIONAL__975__VITTEL__88__02.12.1978__T-M_PV_T_S_A__1978308791-1895-1978-R.pdf

Les témoignages cités ne provenaient pas d'Alsace.

L'explication est également publiée par le GEIPAN, voir les Explications plus bas.

[Ref. dn1:] JOURNAL "DERNIERES NOUVELLES D'ALSACE":

A Saint-Louis

Un OVNI à l'aéroport

Samedi vers 17h15 le service météo de l'aéroport de Bâle-Mulhouse à St-Louis a observé à une distance de 25 km un objet volant non identifié (OVNI) ainsi que nous l'a confirmé la brigade de gendarmerie des transports aériens. L'appareil, une boule cylindrique [sic] d'une centaine de mètres de diamètre e-: d'un blanc lumineux, avança à une vitesse très élevée, la trajectoire venant de Belfort vers Bâle avec des traînées rouges. L'observatoire météorologique de Belfort a aperçu le même phénomène mais de manière encore plus précise. C'est la première fois semble-t-il qu'un OVNI a été signalé dans les zones d'approche de l'aéroport de Bâle-Mulhouse.

[Ref. la1:] JOURNAL "L'ALSACE":

Des OVNI dans la région frontalière?

Samedi à 17h16 un technicien météorologiste de service à la station d'observation de l'aéroport de Bâle-Mulhouse a constaté un phénomène assez troublant: à 25 kilomètres de là environ, une boule de couleur blanche, très lumineuse, et d'une centaine de mètres de diamètre qui se déplaçait dans le ciel à une vitesse très élevée, dans le sens Belfort-Bâle. Le phénomène a été observé pendant quelques minutes. Puis l'objet non identifié a disparu en s'élevant très rapidement et en laissant une traînée rouge derrière lui. D'autres employés de «Bâle-Mulhouse» (un mécanicien et un bagagiste) ainsi que des personnes extérieures à l'aéroport ont confirmé ce témoignage. La gendarmerie des transports aériens (saisie pour la première fois d'une telle affaire) a collectée toutes ces observations qui seront transmises à la direction centrale et viendront grossir le dossier déjà volumineux des OVNI repérés dans l'espace aérien français. Au service météorologique de l'aéroport on précise que ce phénomène ne fait l'objet d'aucune investigation officielle.

Signalons quand même deux versions qui ont été avancées pour tenter d'expliquer cette manifestation. Pour le service centrale de la météo à Paris -qui a aussi recensé les observations faites aux stations de Belfort, Langres et Luxeuil (d'où le phénomène a également été constaté) - cette grande clarté serait due à un nuage nacré (de très haute altitude et éclairé par le soleil) : ce n'est pas l'avis toutefois de tous les observateurs dont un pilote de la Swissair qui passait à proximité. Comment expliquer en effet la vitesse très élevée de déplacement du phénomène et la traînée laissée à l'arrière?

L'autre version, qui se base sur un film tourné par un amateur (et qui serait passé hier à la télé) précise qu'il pourrait s'agir de fusées au sodium. Mais là encore on aimerait bien connaître... l'artificier.

Alors, OVNI?

[Ref. no1:] MAGAZINE "NOSTRADAMUS":

L'objet de Mulhouse et de Roanne: c'était une fusée au sodium

Nous achevions le bouclage de notre dernier numéro lorsque deux appels téléphoniques émanant de nos correspondants de Mulhouse et de Roanne nous signalaient l'observation d'O.V.N.I dans le ciel de ces deux villes. C'était samedi 2 décembre, à 17 h 30.

Fidèles à la politique adoptée par notre rédaction depuis que nous avons consacré nos colonnes au phénomène O.V.N.I, nous n'avons pas voulu nous livrer "à chaud" le détail de ces observations. Il fallait avant tout ne pas céder au sensationnel; contrôler les faits et prendre contact avec les autorités habilitées à enregistrer et à enquêter sur ce type même d'observation.

Et, une fois encore, nous avons eu raison.

Toutes les garanties de sérieux

Les précisions données par les témoins, l'enregistrement d'un film vidéo à Roanne, la prise des photos à Clermont-Ferrand et Montluçon, l'identité même de certains témoins méritaient pourtant que nous cédions à la fièvre de cette information.

De Mulhouse on nous signalait que l'OVNI venait de la direction de Belfort en forme de sphère de 100 mètres de diamètre (!?!), d'un blanc extrêmement lumineux, laissant derrière lui des traînées rouges, se dirigeant à grande vitesse vers Bâle.

Observé tour à tour par le service météorologique de l'aéroport de Bâle-Mulhouse, par l'observatoire météo de Belfort et par une dizaine d'autres témoins dont Mme Odette Lapagne de Chèvremeont, il disparut bientôt, laissant derrière lui des luminescences rouges et bleues qui mirent longtemps à se dissiper.

A Roanne, St-Etienne, Clermont-Ferrand, Montluçon, à la même heure à quelques minutes près, l'objet mystérieux est aperçu par plusieurs témoins. Les uns, à Clermont et Montluçon pourront prendre des photos, un autre à Roanne, M. Jean-Luc Michault, alerté par un voisin, enregistrera de son balcon du 12e étage de la tour Bourgogne un film vidéo d'une qualité exceptionnelle.

Ce film, d'ailleurs, certains de nos lecteurs auront pu le visionner, mardi 5 décembre, au cours du journal de TF 1 à 13 h.

Apparu à l'ouest à la verticale du hameau Chérier, au-delà des monts de la Madeleine, l'objet se singularisait par une montée en zigzag et un graphisme rappelant le chapeau d'un champignon gigantesque.

A 18 h l'objet disparaissait laissant de son passage dans le ciel du Massif Central une espèce de lumière irisée.

Pour la première fois tous les témoignages concordaient. On était en possessions de documents uniques. C'était trop beau pour être vrai.

Grande fut notre déception, comme celle de Jean-Luc Michault, lorsque tombèrent les résultats de l'enquête ouverte par la gendarmerie de Roanne sous la direction du capitaine Barnis.

Les autorité militaires contactées étaient unanimes:

"Il s'agit d'une fusée au sodium rentrant et se désagrégeant dans l'atmosphère."

Comme quoi les meilleurs et les plus sincères des témoins peuvent être induits en erreur du fait de la difficulté à analyser, synthétiser un événement original et rare comme l'est l'apparition dans le ciel d'un objet volant.

L'O.V.N.I. en question avait perdu son identifié. Il était tout simplement devenu un O.V.I., c'est-à-dire pour les spécialistes, un "objet volant identifié".

J.-M. MEILLAC

[Ref. pd1:] PIERRE DELVAL:

- Les 3 et 4 décembre 1978: trois O. V. N. I. ont été aperçus par plusieurs personnes dans le département du Haut-Rhin. D'abord à Contrexeville (Vosges) où une longue traînée lumineuse, possédant un puissant phare entouré de rayons, est observée par des habitants. Ensuite, c'est l'aéroport de Bâle-Mulhouse qui signale un objet cylindrique d'une centaine de mètres.

[Ref. ze1:] ERIC MAILLOT, ERIC DEGUILLAUME, DAVID ROSSONI:

Au chapitre 8 titré "le SEPRA et les rentrées atmosphériques: inventaire après fermeture", sensé montrer que le GEPAN, puis le SEPRA, services du CNES en charge d'expliquer les phénomènes aériens inexpliqués, commettaient des erreurs dans les interprétations de rapports d'OVNIS comme entrées de débris de fusées, satellites etc., ces auteurs écrivent dans les "Notes du chapitre 8", dans le cadre d'une liste de phénomène de réentrée atmosphérique d’origine artificielle:

2 décembre 1978 : probablement le moteur de Cosmos 1047 (courriel de Pierre Neirinck [sic, Neyrinck] à l’auteur, 2 mars 2007);


[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

2 décembre 1978 Nuit

Mulhouse, Alsace, France

Incident du Bureau de la Météorologie.

Boule lumineuse blanche, 100m de diamètre, a traversé près d'aéroport à 25km de distance à haute vitesse. Venait de Belfort, est partie en se déplaçant rapidement vers Bâle (SUI). A laissé traînée rouge.

Un objet non identifié a été vu, mais avec apparence et comportement qui très probablement aurait une explication conventionnelle.

Une boule blanche, d'environ 300 pieds de large, a été observée par de nombreux témoins à un aéroport.

Classification Hynek: NL

Classification Vallée: FB1

Les sources sont indiquées comme: "Farish, Lucius, UFO Newsclipping Service, UFO Newspaper Clipping Service, Plumerville."

[Ref. cv2:] CHRISTIAN VALENTIN:

L'ancien journaliste Christian Valentin a publié en 2012 un très intéressant livre retraçant l'histoire des observations d'OVNIS et autres soucoupes volantes en Alsace, des origines jusqu'en 1980.

Dans ce livre, il relate que le journal DERNIERES NOUVELLES D’ALSACE du lundi 4 décembre 1978 a rapporté sur l'observation du samedi 2 décembre 1979 à Saint-Louis:

A SAINT-LOUIS, un OVNI à l'aéroport

Samedi vers 17h15 le service météo de l'aéroport de Bâle-Mulhouse à St-Louis a observé à une distance de 25 km un objet volant non identifié (OVNI) ainsi que nous l'a confirmé la brigade de gendarmer e des transports aériens. L'appareil, une boule cylindrique d'une centaine de mètres de diamètre et d'un blanc lumineux, avança à une vitesse très élevée, la trajectoire venant de Belfort vers Bâle avec des traînées rouges. L'observatoire météorologique de Belfort a aperçu le même phénomène mais de manière encore plus précise. C'est la première fois semble-t-il qu'un OVNI a été signalé dans les zones d'approche de l'aéroport de Bâle-Mulhouse.

Il ajoute que le journal L'ALSACE du mercredi 6 décembre 1978 a publié ce qui suit.

Des OVNI dans la région frontalière?

Samedi à 17h16 un technicien météorologiste de service à la station d'observation de l'aéroport de Bâle-Mulhouse a constaté un phénomène assez troublant: à 25 kilomètres de là environ, une boule de couleur blanche, très lumineuse, et d'une centaine de mètres de diamètre qui se déplaçait dans le ciel à une vitesse très élevée, dans le sens Belfort-Bâle. Le phénomène a été observé pendant quelques minutes. Puis l'objet non identifié a disparu en s'élevant très rapidement et en laissant une traînée rouge derrière lui. D'autres employés de «Bâle-Mulhouse» (un mécanicien et un bagagiste) ainsi que des personnes extérieures à l'aéroport ont confirmé ce témoignage. La gendarmerie des transports aériens (saisie pour la première fois d'une telle affaire) a collectée toutes ces observations qui seront transmises à la direction centrale et viendront grossir le dossier déjà volumineux des OVNI repérés dans l'espace aérien français. Au service météorologique de l'aéroport on précise que ce phénomène ne fait l'objet d'aucune investigation officielle.

Signalons quand même deux versions qui ont été avancées pour tenter d'expliquer cette manifestation. Pour le service centrale de la météo à Paris -qui a aussi recensé les observations faites aux stations de Belfort, Langres et Luxeuil (d'où le phénomène a également été constaté) - cette grande clarté serait due à un nuage nacré (de très haute altitude et éclairé par le soleil) : ce n'est pas l'avis toutefois de tous les observateurs dont un pilote de la Swissair qui passait à proximité. Comment expliquer en effet la vitesse très élevée de déplacement du phénomène et la traînée laissée à l'arrière?

L'autre version, qui se base sur un film tourné par un amateur (et qui serait passé hier à la télé) précise qu'il pourrait s'agir de fusées au sodium. Mais là encore on aimerait bien connaître... l'artificier.

Alors, OVNI?

[Ref. ps1:] PATRICE SERAY ET ROBERT ALESSANDRI:

Plus proche de nous encore, le samedi 02 décembre 1978 à 17h30 précise, de Mulhouse nous provient un témoignage curieux et si semblable une fois encore à notre sujet ici développé.

L'objet provenait semble-t-il de Belfort et avait une forme de sphère de cent mètres de diamètre. D'un blanc très lumineux et laissant derrière lui des traces rougeâtres, l'ovni se dirigeait vers Bâle.

Des dizaines de témoins et non des moindres aperçurent le phénomène. Ce dernier devait s'estomper en laissant derrière lui des "nuages" luminescents rougeâtres et bleuâtres. Ces derniers mirent un certain temps à disparaître des cieux.

Ces auteurs évoquent ce cas dans un contexte parlant de tirs de missiles et fusées pris pour des OVNIS.

[Ref. ub1:] "UFO-DATENBANK.DE":

Numéro de cas:19781205
Nouveau numéro de cas:
Date d'observation:05.12.1978
Heure d'observation:
Code postal:
Lieu d'observationBalemulhouse
Géocoordonnées:Longeur: Largeur:
Etat fédéral:
Pays d'observation:France
Témoins:
Classification: (Explication)LN
Enquête: (Explication)
Identification:
Status de l'enquête: (Explication)
Enquêteur:
Source:DUFOA-Deutschland - SiDat - 1996-2002

[Ref. ub3:] "UFODATENBANK":

ID-cas:19781205
Numéro de cas global:19781205-0002-UDB
Date d'observation (Jour)5
Date d'observation (Mois)12
Date d'observation(Année)1978
Heure d'observation
Code Postal
Lieu d'observationBalemulhouse
Canton
Etat fédéral
PaysFrance
Témoins
Classification HynekNL
Classification Vallee
Classification Ruthledge
Classification Henke
Evaluation
Identification
Enquêtes
Etat de l'enquête
DomaineUFO-Datenbank
Cas entré par
Dernière modification par:
Enquêteur assigné au cas
SourceDUFOA-Deutschland - SiDat - 1996-2002
Etat des informations25.04.2015 22:16
Accès à cette fiche2
Lien vers Openmaphttp://nominatim.openstreetmap.org/search?q=Balemulhouse,France
Lien vers l'observationhttp://www.ufo-db.com/WfrmSetupSichtung.aspx?uid_Sichtung=b00be862-e45b-4b0d-b2fd-d5e5386a8e98
Résumé pour invitésLes faits et éventuellement d'autres documents seront publiés progressivement. Nous vous remercions de votre patience.
Image d'aperçu

Discussion:

Ci-dessus: Une image du phénomène tel que filmé en vidéo en noir et blanc au-dessus de Roanne par Jean-Luc Michault. C'est son film auquel fait allusion le journal L'Alsace. Il avait été effectivement montré au journal télévisé de TF1 le 3 décembre 1978.

Ci-dessus: Cette photo du phénomène avait été prise par une Mme Deschamp depuis Bourg-en Bresse dans l'Ain.

Ci-dessus: Le phénomène avait été photographié également depuis Clermont-Ferrand, cette photo a été publiée en couverture de "OVNI - Un Dossier Brûlant", par Jacques Hervy, aux éditions Atlas en 1984.

Parce qu'il y avait eu des observations indépendante depuis divers départements de France, et près d'une dizaine de photographies des "stries" rémanentes dans le ciel, certain avaient parlé de "vague d'OVNI" alors que toute ceci concernait bien un seul et unique phénomène.

Normalement il aurait suffit de voir les images et de lire les témoignages pour comprendre qu'il s'agissait d'un tir de fusée qui s'est mal déroulé.

Une explication précise avait été trouvée, on la retrouve sur le site web du GEIPAN dans le dossier de ce cas d'ampleur nationale:

"A cette date, un incident sur une fusée militaire lancée depuis le centre d'essais de Biscarosse a été relaté dans la presse. Cette fusée partie en "vrille" au lancement, a été interceptée et a explosé en vol à 10 000 mètres d'altitude, ce qui explique la parfaite vision de cet évènement sur une partie de l'hexagone."

Source: http://www.cnes-geipan.fr/index.php?id=202&cas=1978-12-00572

Mais, pour compliquer un peu l'affaire, il reste la piste de la réentrée d'un débris du satellite russe Cosmos 1047 (voir [ze1] plus haut). On trouve:

COSMOS 1047

COSMOS 1047 is no longer on orbit

NORAD ID: 11108
Int'l Code: 1978-104A
Launch date: November 15, 1978
Source: Commonwealth of Independent States (former USSR) (CIS)
Launch site: PLESETSK MISSILE AND SPACE COMPLEX (PKMTR)
Decay date: 1978-11-28

Voir: http://www.n2yo.com/satellite/?s=11108

En somme. Cosmos 1047 serait retombé le 28 novembre 1978. Mais il se trouve que nous avons aussi:

COSMOS 1047 DEB

COSMOS 1047 DEB is no longer on orbit

NORAD ID: 11120
Int'l Code: 1978-104C
Launch date: November 15, 1978
Source: Commonwealth of Independent States (former USSR) (CIS)
Launch site: PLESETSK MISSILE AND SPACE COMPLEX (PKMTR)
Decay date: 1978-12-02

Note: This is SATELLITE DEBRIS

Source: https://www.n2yo.com/satellite/?s=11120

Donc, un débris de Cosmos 1847 est bien retombé le 2 décembre 1978; ce pourrait être le moteur, suggéré par Pierre Neyrinck.

Je n'ai malheureusement pas pu retrouver le lieu de cette retombée. Ce serait vraisemblablement la France, sans quoi l'information donnée par Pierre Neyrick n'a pas lieu d'être.

Je n'ai pas pu retrouver non plus l'heure de la chute. L'observation à Bâle Mulhouse a dans la presse régionale une heure qui semble précise à la minute près, 17:16.

Les données de trajectoire de Cosmos 1047 n'aident que peu. Ce satellite était maneuvreable, sa chute pouvait donc être "dirigée" à l'avance vers un point voulu autre que celui d'un point de chute imposé par les lois physiques de sa trajectoire orbitale initiale. Son inclinaison opérationnelle de 72.9° fait qu'il a pu survoler n'importe quel point du globe y compris la France.

J'ai recherché si Cosmos 1047 ou son débris avait été donné comme explication à une ou des observations d'OVNI du 2 décembre 1978. Pour cela j'ai noté les observations:

Lieu:Pays:Heure:Description:Source:
AbingdonR-U07:10Triangle argenté volant vers le nord ouest.UFOcat
Clermont-FerrandFrance?Photo, missile.Fotocat
Arc-et-SenanFrance?Photo Serge Antoine Denis Grandjean, missile.Fotocat
?France17:00Faisceau lumineux blanc, plus loin derrière traînée dissolue.Gendarmerie
?France17:00Sphère montante avec traînée rouge, passe à l'horizontale, plusieurs faisceaux.Gendarmerie
RoanneFrance17:15Vidéo, Jean-Luc Michault, 9 minutes, missile.Fotocat
PropièreFrance17:15Michelot, photo, missile.Fotocat
?France17:15Traînée ascendante part en vrille.Gendarmerie
?France17:15Engin montant avec traînée rouge, explosion avec retombées.Gendarmerie
?France17:15Boule lumineuse rapide s'immobilise, six traînée blanches, puis nuage, arrivée autre traînée blanche.Gendarmerie
RoanneFrance17:30Eric Beaudonnet, photo, missile.Fotocat
MontluçonFrance17:30photo, missile.Fotocat
Bourg-en-BresseFrance17:30Mme Deschamp, photo, missile.Fotocat
?France17:40Forme filamenteuse.Gendarmerie
Charlieu France18:00J. Séchaud, photo, missile.Fotocat
LyonFrance??UFO-Datenbank
BerneSuisse?UFO-Datenbank
BâleSuisse?UFO-Datenbank
BabindaAustralie20:00?UFOcat
ChivaEspagne23:00Lumière blanche atterri à 200m, décroit, et 2 boules orange vers l'horizon.UFOcat

Je vois que de manière générale, il y a un événement largement vu en France et en Suisse frontalière semblant bien être le tir de missile parti en vrille avec parfois ce qui serait l'arrivée de l'autre missile afin de détruire le premier parti en ville. Je ne vois rien qui évoque une rentrée de débris de Cosmos 1047 en France ni ailleurs, aucun OVNI aussi largement vu comme aurait dû le causer Cosmos 1047. Cosmos 1047 n'aurait donc apparemment pas suscité d'observations "OVNI".

Au final, il suffit de considérer les photographies: ce qu'elles montrent n'est pas une rentrée de débris de satellite (comparer avec la rentrée du 5 novembre 1990 par exemple) mais bien des traînées éparses zigzagantes laissées par une fusée hors de contrôle.

Alain Esterlé du "GEPAN" de l'époque, avait répondu le 16 janvier 1979 par un courrier à Jean-Luc Michault, témoin de Roanne, que le phénomène était bien en lien avec des essais de fusées militaires. Il est assez évident que ces essais étaient semblé être discrets, c'est-à-dire que les militaires ne tenaient pas, à l'époque, à donner de détails ni sur l'engin lancé ni sur leurs dates de lancement, encore moins sur des réussites ou échecs.

Le fait est là: le 2 décembre 1978, a eu lieu un tir depuis le Centre d'Essai des Landes (CEL) près de Biscarosse, où l'on testait les missiles lanceurs utilisés pour la dissuasion nucléaire au plateau d'Albion. Il y a eu là plus de 9000 tirs en 40 ans...

Celui du 2 décembre 1978 était d'un missile "SSBS S3 V7".

(Voir par exemple https://www.capcomespace.net/dossiers/espace_europeen/albion/centre_dessai_landes.htm ou http://fuseurop.univ-perp.fr/1sbs_f.htm).

Le S3 est un missile à deux étages de portée intermédiaire et à propulsion solide, de 13,8 m de long 25,8 tonnes, et il a une portée maximale de 3500 km. L'un d'eux est exposé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget.

Et il faudrait vraiment de bons arguments pour me convaincre que ce que l'on a décrit et que l'on voit sur les images ne serait pas une fusée en perdition mais un débris de satellite Russe ou un vaisseau extraterrestre...

Evaluation:

Fusée militaire hors de contrôle.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 8 février 2018 Création, [ge1], [dn1], [la1], [no1], [pd1], [ze1], [ud1], [cv2], [ps1], [ub1], [ub3].
1.0 Patrick Gross 8 février 2018 Première publication.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 8 février 2018.