ALSACAT -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

ALSACAT:

Comme son nom le suggère, ALSACAT est mon catalogue exhaustif à terme des affaires d'OVNIS en Alsace, qu'elles soient "expliquées" ou "inexpliquées".

Le catalogue ALSACAT donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier. Un index général et des sous-catalogues thématiques donnent accès à ces dossiers Alsaciens.

Cas de Sélestat, en automne 1913:

Numéro de cas:

ALSACAT-1913-00-00-SELESTAT-1

Résumé:

Lors de la "vague" de soucoupes volante de 1954 en France, le journal régional "Le Nouveau Rhin Français" avait publié un récit d'un de ses lecteurs signalant en avoir déjé vu une "à une époque où l'on n'en faisait pas tant d'histoires".

A l'automne 1913, il était cheminot en service sur un train de marchandise entre Colmar et Hausbergen, et suite à un problème en gare, le train était à l'arrêt à l'entrée de Sélestat, dans l'attente du signal qui permettrait de reprendre le trajet.

La nuit était tiède; le ciel bas, recouvert d'une sombre et épaisse couche de nuages, et l'on pouvait à peine distinguer sa main tendue devant soi.

Le conducteur et le témoin discutaient à côté de la locomotive, quand soudain le chauffeur s'est écrié "Regardez... Regardez là...!"

Commeles deux hommes ne pouvaient rien voir de leur côté, ils ont grimpé sur la machine, et de là, ont vu une lueur en forme d'assiette, voltigeant sur la couche de nuages noirs. Elle restait immobile quelques secondes, puis se déplaçait en un éclair vers le Nord, avant de filer subitement vers l'Ouest, pour réapparaître tout au Sud. La lueur "se déplaçait ici et là, comme par magie, telle une apparition fantomatique."

Cela a duré une quinzaine de minutes, et tout à coup, cela a illuminé l'hôtel Schanzel au pied du Haut-Koenigsbourg, avant de s'obscurcir totalement, "et c'est ainsi que la voiture s'arrêta devant l'hôtel, après avoir illuminé la forêt environnante de ses puissants phares."

Il est commenté qu'il est significatif que "ces assiettes ou ces tasses apparaissent surtout en cette période pluvieuse de l'automne ou le plafond nuageux est bas."

Données:

Données temporelles:

Date: Automne 1913
Heure: Nuit
Durée: ~15 minutes.
Date du premier rapport connu: 1954
Délai de rapport: 4 décennies.

Données géographiques:

Département: Bas-Rhin
Commune: Sélestat
Lieu: Depuis la locomotive arrêtée à l'entrée de Sélestat, OVNI à flanc de montagne.
Latitude: 48.250
Longitude: 7.434
Rayon d'incertitude: 1 km

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: 3
Nombre de témoins connus: 1
Nombre de témoins nommés: 0
Ages des témoins: Adultes.
Types de témoins: Cheminots.

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: Courrier à la presse régionale.
Type de lieu: Depuis la locomotive arrêtée, OVNI à flanc de montagne.
Conditions d'éclairage: Nuit, couche nuageuse basse.
OVNI observé: Oui
Arrivée OVNI observée: ?
Départ OVNI observé: Oui
Entité(s): Non
Photographies: Non.
Dessins par témoins: Non.
Dessins approuvé par témoins: Non.
Sentiments des témoins: Phare de voiture.
Interprétations des témoins: Phare de voiture sur couche nuageuse.

Classifications:

Hynek: LN ou négatif.
ALSACAT: Probable véhicule avec projecteur.

Sources:

[Ref. nr1:] JOURNAL "LE NOUVEAU RHIN FRANCAIS":

Qui a vu des soucoupes et des cigares volants?

Moi j'en ai déjà vu, des soucoupes volantes, et à une époque où l'on n'en faisait pas tant d'histoires.

L'observation s'est produite avant la première guerre mondiale, à l'automne 1913. j'étais cheminot, (service sur un train de marchandise entre Colmar et Hausbergen. Suite à un problème en gare, nous étions à l'arrêt à l'entrée de Sélestat, dans l'attente du signal qui nous permettrait d'avancer.

C'était une nuit tiède; le ciel était bas, recouvert d'une sombre et épaisse couche de nuages, et l'on pouvait à peine distinguer sa main tendue devant soi.

Le conducteur et moi-même discutions à côté de la locomotive en attendant le signal autorisant passage.

Soudain, nous entendîmes le chauffeur qui s'écriait: Regardez... Regardez là...! Comme nous ne pouvions rien voir de notre côté, nous avons grimpé sur la machine.

Là, nous avons vu une lueur en forme d'assiette voltigeant sur la couche de nuages noirs. Elle reste immobile quelques secondes, puis se déplaçait en un éclair vers le Nord, avant de filer subitement vers l'Ouest pour réapparaître tout au Sud. La lueur se déplaçait ici et là, comme par magie, telle une apparition fantomatique.

Le phénomène a duré une quinzaine de minutes. Tout à coup cela illumina l'hôtel Schanzel au pied du Haut-Koenigsbourg avant de s'obscurcir totalement, et c'est ainsi que la voiture s'arrêta devant l'hôtel, après avoir illuminé la forêt environnante de ses puissants phares.

Il n'est pas dans l'intention de votre correspondant de critiquer les spécialistes, mais il est quand même significatif que ces assiettes ou ces tasses apparaissent surtout en cette période pluvieuse de l'automne ou le plafond nuageux est bas.

[Ref. cv2:] CHRISTIAN VALENTIN:

L'ancien journaliste Christian Valentin a publié en 2012 un très intéressant livre retraçant l'histoire des observations d'OVNIS et autres soucoupes volantes en Alsace, des origines jusqu'en 1980.

Dans ce livre, il donne sa traduction d'un article de l'édition en allemand du Nouveau Rhin Français du 1 octobre 1954:

Qui a vu des soucoupes et des cigares volants?

Moi j'en ai déjà vu, des soucoupes volantes, et à une époque où l'on n'en faisait pas tant d'histoires.

L'observation s'est produite avant la première guerre mondiale, à l'automne 1913. j'étais cheminot, (service sur un train de marchandise entre Colmar et Hausbergen. Suite à un problème en gare, nous étions à l'arrêt à l'entrée de Sélestat, dans l'attente du signal qui nous permettrait d'avancer.

C'était une nuit tiède; le ciel était bas, recouvert d'une sombre et épaisse couche de nuages, et l'on pouvait à peine distinguer sa main tendue devant soi.

Le conducteur et moi-même discutions à côté de la locomotive en attendant le signal autorisant passage.

Soudain, nous entendîmes le chauffeur qui s'écriait: Regardez... Regardez là...! Comme nous ne pouvions rien voir de notre côté, nous avons grimpé sur la machine.

Là, nous avons vu une lueur en forme d'assiette voltigeant sur la couche de nuages noirs. Elle reste immobile quelques secondes, puis se déplaçait en un éclair vers le Nord, avant de filer subitement vers l'Ouest pour réapparaître tout au Sud. La lueur se déplaçait ici et là, comme par magie, telle une apparition fantomatique.

Le phénomène a duré une quinzaine de minutes. Tout à coup cela illumina l'hôtel Schanzel au pied du Haut-Koenigsbourg avant de s'obscurcir totalement, et c'est ainsi que la voiture s'arrêta devant l'hôtel, après avoir illuminé la forêt environnante de ses puissants phares.

Il n'est pas dans l'intention de votre correspondant de critiquer les spécialistes, mais il est quand même significatif que ces assiettes ou ces tasses apparaissent surtout en cette période pluvieuse de l'automne ou le plafond nuageux est bas.

Il commente que l'on pourrait longtemps gloser sur cette observation, se poser la question si à l'époque en 1913, la puissance des feux des véhicules était en mesure de produire des cercles de lumière sur un plafond nuageux, fût-il très bas, et si la route menant au château était assez pentue pour produire cette vision.

Il retient à titre anecdotique le pragmatisme de ce lecteur puisque son expérience de 1913 et son explication ont trouvé des échos six mois après la vague de 1954, et que cette forme de méprise s'est multipliée dans les années 90 avec le développement des lasers et autres jeux de lumière dans les discothèques et manifestations de plein air.

Discussion:

A propos de l'ouvrage de Christian Valentin:

Je n'ai pas du tout l'habitude de faire de la "publicité", et je n'ai pas de relation particulière avec l'auteur, mais je tenais tout de même à dire un mot sur le livre de Christian Valentin, "Mythes et Réalités des Phénomènes Aériens Non Identifié", (couverture ci-contre), réf. [cv2], qui comme son sous-titre l'indique, traite des cas alsaciens.

Je pense que les ufologues Alsaciens et généralement les personnes intéressés par la question des OVNIS, ou par l'histoire de l'Alsace, ma région, aimeraient ce livre.

Le livre de Christian Valentin, de 144 pages, est sobre mais bien présenté, sans parti pris, richement documenté et illustré, et c'est là le premier ouvrage sur papier traitant spécifiquement des récits d'observations alsaciennes. (Il en a bien eu un autre quelques années auparavant, mais il recopiait purement et simplement, sans les citer comme sources, des portions de mon site web, particulièrement les cas Alsaciens que j'avais traités quasi-exhaustivement dans mon catalogue des OVNIS en France en 1954, et d'un autre site web, les explications triviales que je proposais ou indiquais quand il y avait lieu y étant presque systématiquement tues!)

L'auteur ne s'attache pas à prouver ou réfuter la possibilités de visites extraterrestres ou autre explication dite "extraordinaire", il propose plutôt une revue chronologiquement ordonnée des affaires d'OVNIS en Alsace, partant des origine et s'arrêtant à 1980, se basant sur des sources ufologiques connues, sur des articles de la presse régionale et sur des cas moins connus voir inédits qu'il a recueillir directement. Ses propres commentaires sont en une couleur distincte, les références de ses sources sont toujours données. Un beau travail dans mon opinion!

L'auteur a actuellement un blog, où il indique quelles librairies de la région disposent de l'ouvrage, voir: christian.valentin.overblog.com

Entre la voie ferrée à l'entrée de Sélestat et la route montant vers le château du Haut-Koenigsbourg, il n'y a que 6 kilomètres à vol d'oiseau.

Ci-dessus: Le château du Haut-Koenigsbourg (sous la ligne rouge) vu de jour depuis la proximité de l'entrée dans Sélestat de la voie ferrée.

Il est évidemment difficile de vérifier la véracité du récit, et il n'est pas totalement évident en effet que des phares de voitures puissent produire l'effet décrit à cette distance, mais rien ne le réfute non plus pour le moment.

Je pense à ces véhicules militaires tels cette voiture-projecteur militaire Renault avec groupe électrogène, de 1914:

Evaluation:

Probable véhicule avec projecteur.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 3 mars 2016 Création, [nr1], [cv2].
1.0 Patrick Gross 3 mars 2016 Première publication.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 3 mars 2016.