Index ACUFO -> Accueil 

This page in EnglishClick!

ACUFO:

ACUFO est un catalogue à visée exhaustive des cas de rencontres entre aéronefs et OVNIS, qu'elles soient «expliquées» ou «inexpliquées».

Le catalogue ACUFO donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier.

Cas précédent Cas suivant >

Osaka, Japon, le 13 mars 1945:

Numéro de cas:

ACUFO-1945-03-13-OSAKA-1

Résumé:

Le Rapport Tactique de la Mission 42, concerne un raid de bombardement sur Osaka, au Japon, dans la nuit du 13 au 14 mars 1945, avec les 73rd, 313th et 314th Bombardment Wings.

Les bombardiers B-29 de la mission s'étaient rassemblés près de Chichi Jima, ils sont arrivés sur les terres à la pointe est de Shikoku, ils volaient à une vitesse prévue de 250 mph et des altitudes comprises entre 5 000 et 6 800 pieds.

Le premier décollage a eu lieu le 13 mars 1945 à 16:48 heure locale; le dernier atterrissage a eu lieu le 14 mars 1945 à 09:40 du matin heure locale.

Dans la section «Tactiques Ennemies» du rapport, il est noté:

«a. Un aéronef ennemi a volé au même niveau faisant continuellement clignoter des lumières blanches à environ 1 mile de distance de plusieurs B-29. Il n'a fait aucune tentative d'attaque, bien qu'il ait accompagné les avions depuis le Point Initial jusqu'à la cible puis jusqu'à la fin des terres.»

Données:

Données temporelles:

Date: 13 mars 1945
Heure: Nuit.
Durée: 30 minutes ou plus.
Date du premier rapport connu: 17 avril 1945
Délai de rapport: Heures, semaines.

Données géographiques:

Pays: Japon
Département/état: Kansai
Commune ou lieu: Osaka

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: Nombreux.
Nombre de témoins connus: Plusieurs.
Nombre de témoins nommés: 0

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: Rapport du Renseignement militaire.
Conditions d'éclairage: Nuit.
OVNI observé: Oui.
Arrivée OVNI observée: ?
Départ OVNI observé: ?
Actions OVNI: Suit.
Actions témoins: ?
Photographies: Non.
Dessins par témoins: Non.
Dessins approuvé par témoins: Non.
Sentiments des témoins: ?
Interprétations des témoins: Aéronef ennemi.

Classifications:

Senseurs: [X] Visuel: Nombreux.
[ ] Radar aéronef:
[ ] Radar sol directionnel:
[ ] Radar sol altitude:
[ ] Photo:
[ ] Film/vidéo:
[ ] Effets EM:
[ ] Pannes:
[ ] Dégâts:
Hynek: ?
Armé / non armé: Armé, 12 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm.
Fiabilité 1-3: 3
Etrangeté 1-3: 3
ACUFO: Possible engin extraterrestre.

Sources:

[Ref. aaf1:] U.S. ARMY AIR FORCES:

Ceci provient du rapport tactique de la Mission 42, un raid de bombardement sur Osaka, au Japon, dans la nuit du 13 au 14 mars 1945, avec les 73rd, 313th et 314th Bombardment Wings.

Le point initial était à 341930N-l344130E (près de Chichi Jima), le point d'atterrissage était la pointe est de Shikoku, les B-29 volaient à une vitesse calibrée de 250 mph, les altitudes de vol étaient comprises entre 5 000 et 6 800 pieds.

Le premier décollage a eu lieu à 130748Z (13 mars, 07h48 GMT, 16:48 heure locale); le dernier atterrissage a eu lieu à 140040Z (14 mars, 00:40 GMT, 09:40 du matin heure locale).

Dans le rapport, nous lisons:

Scan.

7. Tactiques Ennemies:

a. Un avion ennemi a volé au même niveau faisant continuellement clignoter des lumières blanches à environ 1 mile de distance de plusieurs B-29. Il n'a fait aucune tentative d'attaque, bien qu'il ait accompagné les avions depuis le Point Initial jusqu'à la cible puis jusqu'à la fin des terres.

La route des B-29 vers et depuis la cible apparaît sur cette carte dans le rapport:

Scan.

Informations aéronef(s):

Le Boeing B-29 «Superfortress» était le bombardier le plus lourd des U.S. Army Air Forces, utilisé dans les opérations à partir du 8 mai 1944. Sa vitesse maximale était de 574 km/h.

Son armement défensif était de 12 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm.

B-29.

Discussion:

Carte.

A première vue le rapport n'a «l'air de rien»; toutefois, il convient de considérer la distance parcourue par la lumière clignotante.

La lumière a été là à partir du «Point Initial» (le point de rassemblement des bombardiers; le rapport et ses cartes montrent que ce point est près de l'île de Chichi Jima. La lumière accompagne des avions jusqu'à la terre puis la cible, Osaka. La distance parcourue est alors de 1300 kilomètres au minimum. Il faut rajouter 95 kilomètres au minimum pour passer d'Osaka à la fin des terres, ce qui nous donne un suivi sur 1385 kilomètres minimum.

Bien entendu, ceci est à la portée d'avions Japonais. Prenons le bombardier Mitsubishi G4M «Betty» avec des réservoirs supplémentaires: il peut, en 1945, parcourir 6000 kilomètres avant d'être à court de carburant.

Dans cette période, la situation de forces aériennes japonaises était si mauvaise que chaque goutte de pétrole était économisée. Dans certains cas, comme par exemple lorsque le cuirassé Mutsu a soudainement explosé dans le port, des plongeurs ont été envoyés pour récupérer le carburant qui restait dans ses réservoirs.

La bataille de Leyte a également été provoquée par le problème du pétrole. Les Japonais ont été contraints de jeter tous leurs atouts restants dans le golfe de Leyte simplement parce que la chute des Philippines empêcherait effectivement toute nouvelle expédition de pétrole vers le Japon, immobilisant ainsi la marine japonaise. Et c'est effectivement ce qui s'est produit: hormis une sortie suicidaire du Yamato en avril 1945, tous les navires significatifs japonais restants ont été transformés en plates-formes antiaériennes flottantes et sont restés dans les ports pendant le reste de la guerre.

Un autre expert a déclaré que le Japon était en fait étonnamment doué pour budgétiser le carburant pendant la Seconde Guerre mondiale, son armée de l'air étant le plus souvent paralysée par un manque cruel de contrôle de qualité dû à une pénurie de matières premières plutôt qu'à un manque de carburant. Cependant, leur budget était limité en termes de missions pouvant être accomplies, et la pénurie de carburant du Japon commençait à clouer au sol leurs forces aériennes à la fin de 1944 et en 1945, en raison des bombardements stratégiques américains sur les raffineries et les voies de transport.

Ce que je peux voir dans les rapports de mission tactiques du XXIème, c'est que des avions japonais de toutes sortes ont été vus dans la majorité des raids de B-29 de 1945. Mais à ma connaissance, il n'y a aucun autre rapport faisant état d'un avion japonais rejoignant les B-29 au point de rassemblement, jusqu'à la côte, jusqu'à la cible et de nouveau jusqu'à la côte, sans attaquer. Cela n'a pas beaucoup de sens.

Je pense que l'absurdité de cette poursuite apparaît dans le rapport avec la phrase «Il n'a fait aucune tentative d'attaque, bien qu'il ait suivi les avions depuis le Point Initial jusqu'à la cible jusqu'à la fin des terres.»

Evaluation:

Possible engin extraterrestre.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 22 avril 2024 Création, [aaf1].
1.0 Patrick Gross 22 avril 2024 Première publication.

HTML5 validation



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 22 avril 2024.