Index ACUFO -> Accueil 

This page in EnglishClick!

ACUFO:

ACUFO est un catalogue à visée exhaustive des Cas du rencontres entre aéronefs et OVNIS, qu'elles soient «expliquées» ou «inexpliquées».

Le catalogue ACUFO donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier.

Cas précédent Cas suivant >

Sud-ouest de l'Allemagne, en hiver 1944 - 1945:

Numéro de cas:

ACUFO-1944-00-00-SOUTHWESTGERMANY-1

Résumé:

Le 21 février 1952, Albert J. Rosenthal, de Washington D.C., a écrit une lettre au Directeur du Renseignement de l'US Air Force au Pentagone à Washington D.C.

Il a expliqué qu'il avait lu avec intérêt des articles de journaux récents sur les «globes oranges» et autres choses similaires qui suivaient les B-29 américains au-dessus de la Corée.

Il a expliqué que pendant l'hiver 1944-1945, il était contrôleur de chasse au sein de la 64e Escadre de chasse soutenant la 7e armée en France et en Allemagne. Le 415th Night Fighter Squadron volait sous leur contrôle, pilotant des chasseurs de nuit Beaufighters. Lorsqu'il n'y avait pas d'activités aériennes ennemies, ils se livraient à des opérations de ratissage dans le sud-ouest de l'Allemagne, et alors furent reçus à plusieurs reprises des rapports des équipages du Beaufighter faisant état de phénomènes similaires, qu'ils appelèrent «foo-fighters».

Rosenthal a expliqué que parfois, ils semblaient être associés à une flak concentrée, et à d'autres moments, ils explosaient lorsqu'ils étaient poursuivis. Il a également été affirmé qu'ils provoquaient une légère réponse sur les radars embarqués.

Rosenthal indiquait qu'ils n'ont jamais découvert ce qu'ils étaient; les théories proposées incluaient le «feu de Saint-Elme», une forme d'électricité statique; des ballons de barrage allemands; des météores; «et des gremlins de la Forêt-Noire à proximité»; bien sûr, ils avaient également soupçonné la possibilité d'une nouvelle arme secrète allemande.

Données:

Données temporelles:

Date: Hiver 1944 - 1945
Heure: Nuit.
Durée: ?
Date du premier rapport connu: 1952
Délai de rapport: Jour, 8 ans.

Données géographiques:

Pays: Allemagne
Département/état:
Commune ou lieu: Sud-ouest de l'Allemagne

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: Plusieurs.
Nombre de témoins connus: ?
Nombre de témoins nommés: 0

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: Collègue de témoins par lettre au Pentagone.
Conditions d'éclairage: Nuit.
OVNI observé: Oui.
Arrivée OVNI observée: ?
Départ OVNI observé: ?
Actions OVNI: Explosent parfois quand poursuivis.
Actions témoins: Poursuite parfois.
Photographies: Non.
Dessins par témoins: Non.
Dessins approuvé par témoins: Non.
Sentiments des témoins: Etonnés.
Interprétations des témoins: Feu de Saint-Elme ou engins allemands, inexpliqué.

Classifications:

Senseurs: [X] Visuel: Plusieurs.
[ ] Radar aéronef:
[ ] Radar sol directionnel:
[ ] Radar sol altitude:
[ ] Photo:
[ ] Film/vidéo:
[ ] Effets EM:
[ ] Pannes:
[ ] Dégâts:
Hynek: LN
Armé / non armé: Armé, mitrailleuses et canons de 20 mm.
Fiabilité 1-3: 2
Etrangeté 1-3: 2
ACUFO: Informations insuffisantes.

Sources:

[Ref. arl1:] ALBERT J. ROSENTHAL:

Scan.

1850 Mintwood Pl., N. W.
Washington 9, D. C.
21 février 1952.

Directeur di Renseignement
The Air Force
Le Pentagone
Washington 25, D. C.

Cher Monsieur:

J'ai lu avec intérêt des articles de journaux récents sur les «globes oranges» et autres choses similaires suivant des B-29 au-dessus de la Corée.

Pendant l'hiver 1944-45, j'étais contrôleur de chasse au sein de la 64e Escadre de chasse soutenant la 7e armée en France et en Allemagne. Le 415th Night Fighter Squadron volait sous notre contrôle, pilotant des Beaufighters. Lorsqu'il n'y avait pas d'activités aériennes ennemies, ils se livraient à des opérations d'intrusion dans le sud-ouest de l'Allemagne. Nous avons reçu à plusieurs reprises des rapports des équipages des Beaufighter de phénomènes similaires, qu'ils appelaient «foo-fighters». Parfois, ils semblaient être associés à une flak concentrée, et à d'autres moments, ils explosaient lorsqu'ils étaient poursuivis. Il a également été affirmé qu'ils provoquaient une légère réaction sur les radars A.I.

Nous n'avons jamais résolu le problème de ce qu'ils étaient. Les théories proposées comprenaient le «feu de Saint-Elme» (une forme d'électricité statique); des ballons de barrage allemands; des météores; et des gremlins de la Forêt-Noire à proximité. Et bien sûr, nous soupçonnions la possibilité d'une nouvelle arme secrète.

Les choses observées au-dessus de la Corée ressemblent étonnamment à celles rapportées au-dessus de l'Allemagne en 1944. Il existe très probablement des rapports sur ces dernières dans les dossiers des services de renseignement. Je me souviens également qu'il y a eu une histoire dans TIME au cours de cet hiver, basée sur une interview avec un lieutenant Meyer, qui en a parlé à la presse lorsqu'il a été renvoyé aux Etats-Unis après avoir terminé sa mission ou son service cet hiver-là.

J'espère que ces informations pourront vous être utiles.

Cordialement vôtre,

Albert J. Rosenthal

[Ref. bgd1:] BARRY GREENWOOD:

Le 21 février 1952, 1e service de renseignement de l'Air Force reçut une lettre d'un certain Albert Rosenthal, de Washington (archivée au CAUS): «Au cours de l'hiver 1944-45, j'étais instructeur de combat auprès de la 64ème escadre aérienne de la 7ème armée en France et en Allemagne. Sous notre autorité, nous avions la 415e escadre de chasse de nuit. Lorsqu'il n'y avait aucune activité aérienne ennemie, elle effectuait des pénétrations dans le sud-ouest de I'Allemagne. Nous recevions continuellement des témoignages des équipages concernant des phénomènes similaires qu'ils appelaient «Foofighters». Ils semblaient parfois avoir un lien avec le tir nourri de la DCA, et, à certains moments, paraissaient exploser lorsque pris en chasse. Il fut également dit que l'on captait un faible écho au radar AI.

Nous n'avons jamais résolu le problème de leur nature. Les théories proposées incluraient les «feux de Saint-Elme» (Une forme d'électricité statique), des ballons-écran ennemis, météorites, ou des Gremlins de la proche Forêt Noire. Enfin nous suspectâmes bien entendu l'emploi d'une nouvelle «arme secrète»."

[Ref. jsn1:] JEAN-CLAUDE SIDOUN:

Cet auteur cite:>/p>

Au cours de l'hiver [début décembre 1944] j'étais instructeur de combat auprès de la 64e escadre aérienne appuyant la 7e Armée en France et en Allemagne. Nous avions sous notre autorité la 415e escadrille de chasseurs de nuit. Lorsqu'il n'y avait aucune activité aérienne ennemie, elle effectuait des pénétrations dans le sud-ouest de l'Allemagne. Nous recevions continuellement des témoignages des équipages concernant des phénomènes aériens lumineux qu'ils appelaient Foo-Fighters. Ces derniers semblaient avoir un lien avec le tir nourri de la DCA et, à certains moments, paraissaient exploser lorsqu'ils étaient pris en chasse. Il fut également dit que l'on captait un faible écho au radar. Cependant, nous n'avons jamais résolu le problème de leur nature.

L'auteur indique que ceci provient d'une lettre d'Albert Rosenthal envoyée en février 1952 au Service de Renseignements de l'armée de l'Air des Etats-Unis, selon «Dossier OVNI, secrets, réalités n° 2, éd. M. Cavendish, 1998, page 30.»

Informations aéronef(s):

Le Bristol Type 156 «Beaufighter», surnommé «Beau», était un avion multi-rôles britannique développé pendant la Première Guerre mondiale. Il a été conçu à l'origine comme une variante de chasseur lourd du bombardier torpilleur Bristol Beaufort; il s'est avéré être un chasseur de nuit efficace, qui est entré en service dans la Royal Air Force (RAF) pendant la bataille d'Angleterre.

A l'origine, l'armement se composait de quatre canons de 20 mm et de six mitrailleuses de 0,303 pouces, mais de nombreuses variantes ont été construites; par exemple, les versions avaient la capacité de transporter en plus huit projectiles de roquettes, certaines avaient un canon Vickers 'K', le Beaufighter TF.Mk X était utilisé pour les opérations antinavires.

Le Beaufighter Mk VIF était équipé du radar Mark VIII.

Ci-dessous: Beaufighter Mk VIF du 415th Night Fighter Squadron.

Beaufighter VIF 415th NFS.

Les Beaufighters ont servi dans l'US Army Air Force jusqu'à la fin de la guerre, mais la plupart avaient été remplacés par les P-61 «Black Widow» à partir de décembre 1944; il est donc possible que l'avion ait été un P-61.

Discussion:

Le témoignage indirect est peu détaillé, mais globalement corroboré par les autres dossiers de ce catalogue, y compris les documents officiels.

On note que Rosenthal évoque une légère réponse sur les radars embarqués; les documents d'époque indiquent plutôt d'occasionnels échos sur les radars au sol, qui dirigent alors les avions vers ces cibles.

Evaluation:

Informations insuffisantes.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 14 avril 2024 Création, [arl1], [bgd1].
1.0 Patrick Gross 14 avril 2024 Première publication.
1.1 Patrick Gross 23 mai 2024 Addition [jsn1].

HTML5 validation



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 23 mai 2024.