France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

Octobre 1954, Walsdcheid, Moselle:

Référence pour ce cas: oct-54-Waldsheid. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. er1:] JOURNAL "L'EST REPUBLICAIN":

Scan


Du sommet de la Lorraine jusqu'à la Franche-Comté

Les "Martiens" se font de plus en plus téméraires...
... Quand ils ne prouvent pas aux "Terriens" qu'ils ont l'imagination trop belle!

Walscheid (de notre correspondant). -- Chaque province, pour ne pas dire chaque cité, a eu, qui sa "soucoupe" qui son "cigare" qui son martien (vrai ou faux). Mis a part certaines gracieuses jeunes filles, ces derniers se présentaient sous des formes diverses: petits, velus à souhait ou dépourvus de poids, têtes rondes et disproportionnées, yeux perçants, point d'oreille, bref, des formes qui... à priori... n'attirent pas la sympathie.

A Walscheid (Moselle), pourtant des Martiens d'une autre forme - mais venons en aux faits. La prière s'achevait à peine, certain soir, que la cité fut alertée par des cris enfantins, des cris d'angoisse, de frayeur... de ceux qui créent les atmosphères de romans noirs. Et tout aussitôt les promeneurs accoururent et, avec eux, s'enfla cette nouvelle énorme qui se transmit comme la foudre: des Martiens étaient là, qui s'apprêtaient à attaquer Walscheid...

La résistance s'organise

Et c'est d'un doigt tremblant, le visage ruisselant de larmes, que les bambins, dissimulés derrière les plus braves de leurs aînés, désignaient sur une terrasse là-bas, derrière la maison, un "commando" d'une bonne dizaine de sujets.

Dans la pénombre ambiante, que troublait à peine l'éclairage public, on distinguait en effet les formes assez hautes, anguleuses et tout à la fois volumineuses de ceux qui épiaient avant l'heure H de l'invasion.

La résistance fut vite organisée et les jeunes gens accoururent, équipés de l'armement le plus hétéroclite: bâtons, haches, fourches, tenus d'une main ferme, annonçaient le moment solennel de l'offensive. Et, dans la bruyante ambiance du moment, au milieu des cris et des larmes, plus d'un volontaire sentit monter en lui, avec l'excitation du combat, le sentiment de l'héroïsme et la certitude de la victoire.

Et la paix revint

L'assaut allait être donné. Des renforts avaient surgi, que des enfants, à la hâte, avaient été chercher, quand, dans le tumulte, le propriétaire de la maison se réveilla, enfin et apparut à sa porte. Les yeux encore gonflés de son sommeil interrompu. On l'avertit aussitôt, avec les ménagements d'usage de la présence insolite des Martiens sur sa terrasse. Et sans doute, à Walscheid, on n'entendit jamais plus formidable éclat de rire que celui qui jaillit et déferla sur la foule ébahie.

La stupeur des uns et l'étonnement des autres étaient à peine émoussés que survenait enfin la nouvelle qui allait les détendre.

"Des Martiens, pensez voir, ce sont mes chrysanthèmes... La radio avait annoncé la gelée, alors je les ai couverts , voilà tout!"

Et dans l'apaisement général, peut-être certains, regretteront-ils toujours de n'avoir pas été les valeureux combattants d'une nouvelle guerre à l'échelle, sidérale.

Plus rouge que le soleil couchant

Saint-Loup-sur-Semouse (de notre correspondant). -- Les visions lumineuses nocturnes se multiplient à tel point que nous ne désespérons pas de voir un jour en panne sur notre planète l'un de ces innombrables disques ou cigares dont on signale la présence un peu partout depuis quelque temps. En attendant cette panne, si souhaitée mais très problématique, car selon de nombreux témoignages, ces engins sont extrêmement perfectionnés, nous en sommes réduits à relater les déclarations de ceux qui ont eu la chance d'apercevoir un de ces mystérieux appareils.

Ainsi dimanche, vers 20h30, des personnes de Varigney (Hte-Saône) se rendant au cinéma à Conflans, aperçurent, après avoir franchi le passage à niveau, une sorte de feu plus rouge encore que le soleil couchant, mais de forme à peu près carrée, selon un des témoins (d'autres, cependant, affirment que l'engin était plutôt arrondi). Il était en tout cas immobile à la partie la plus élevée et la plus lointaine de la pâture située en bordure de la route de Conflans à Saint-Loup, contre le jeu de quilles du café Beuclair.

Personne alors ne s'approcha pour voir plus nettement de quoi il s'agissait. Seul M. Jean Beuclair, averti par M. Barrat, garde-barrière, pénétra dans la pâture et resta là en observation, accompagné de sa fille aînée, Jeanne, âgée de 16 ans, qui se tenait à une dizaine de mètres en arrière.

Sans laisser de traces

M. Beuclair devait déclarer avoir vu cette espèce de globe, s'approcher sans bruit, très vite, jusqu'à moins de vingt mètres de lui, en descendant la pente du pré. A ce moment, il lui sembla que l'appareil émettait des radiations blanches et d'autres rouges juxtaposées.

"Ces radiations, dit-il, étaient insuffisantes pour éclairer le pré, mais assez fortes pour influencer ma vue et m'empêcher d'approcher".

Et il poursuit: "Je vis deux sortes de jambes supportant l'appareil qui, à un certain moment, se plièrent. Je criai, mais ne reçu aucune réponse". Sa fille corrobore ses dires en partie, mais elle est moins affirmative et moins précise, ayant vu la "chose" de plus loin.

Sur les objurgations de sa femme et des autres membres de sa famille, très apeurés, bien qu'ils n'aient rien vu de terrifiant, M. Beuclair et sa fille se retirèrent.

Lorsque M. Beuclair ressortit, quelques minutes après, l'apparition s'était évanouie. La manière dont l'engin disparut reste donc mystérieuse.

La gendarmerie de Saint-Loup, qui s'est rendue sur les lieux, n'a relevé aucune trace anormale. Ce témoignage unique, s'il a fortifié les convictions des uns qui croient aux soucoupes volantes, aura également augmenté le scepticisme des autres.

[Ref. qh1:] JOURNAL "LE QUOTIDIEN DE LA HAUTE-LOIRE":

LA PSYCHOSE DES SOUCOUPES: LES MARTIENS N'ETAIENT QUE DES CHRYSANTHEMES EMMAILLOTES CONTRE LE FROID

Une intense émotion s'empara des paroissiens de Walscheid (Moselle) quand, à la sortie de l'office du soir, un groupe d'enfants leur apprit qu'un "commando de Martiens" avait pris position dans une ferme du village. Avec mille précautions, quelques hommes parmi les plus courageux, partirent en éclaireurs et distinguèrent en effet, sur la terrasse de la ferme en question, des silhouettes aussi imprécises que suspectes, voire inquiétantes. On tint un conseil de guerre au cours duquel l'élément viril de la population décida d'aller déloger l'agresseur. Tandis que les femmes se réfugiaient dans l'église, les hommes rassemblèrent un armement qui, pour être disparate, n'en était pas moins manié avec résolution: bâtons, fourches, fusils, couteaux... En silence, utilisant au maximum le terrain et les défilements, les assaillants progressèrent, vers le retranchement des Martiens et les cernèrent. Aucune émotion ne se manifestant parmi les silhouettes suspectes, l'assaut fut décidé. On se disposa en deux colonnes et les porteurs d'armes blanches progressèrent avec circonspection sous la protection des chasseurs, le doigt sur la gâchette.

DES SOMMATIONS SONT LANCEES

A distance adéquate, les sommations furent lancées. Les Martiens ne bronchèrent pas. Les sommations se firent plus impérieuses et bientôt une fenêtre s'ouvrit, un homme apparut. C'était le propriétaire des lieux qui, d'une voix empâtée de sommeil, s'enquit: "Qu'est-ce qu'il se passe? Que faites vous-là?" On lui dit. Il répondit par un énorme éclat de rire, qui devait bientôt se communiquer à tout le monde... On expliqua en effet qu'il avait, à la nuit tombée, emmailloté les chrysanthèmes sur la terrasse pour les préserver de la gelée. C'était là les silhouettes suspectes qui avaient enflammé l'imagination des enfants.

[Ref. gb2] GRAY BARKER:

En Lorraine les femmes du village de Walschied [sic] se sont sauvées à une église dans l'espoir d'obtenir la protection divines, car leurs hommes attaquaient de grands chrysanthèmes qu'ils avaient vu luire étrangement. Les fleurs, que quelqu'un avait couvertes de tissu brillant, pour les protéger contre le gel, étaient les hommes de Mars qui terrorisaient les résidants disant qu'ils avaient atterri là dans le jardin. Et là ils étaient, taille de pigmées, avec des têtes luisantes, juste debouts, là, immobiles.

[Ref. mc1:] MICHEL CARROUGES:

Dans son chapitre recensant les illusions matérielles, l'auteur nous narre l'affaire de Walscheid, dans la Moselle, qui est parue dans le journal national France-Soir du 20 octobre 1954).

Des enfants y ont donné l'alerte en prétendant avoir vu un "commando de Martiens." Les villageois se sont attroupés. France-Soir écrit:

"Dans la nuit, sous la faible lumière des ampoules municipales, la silhouette d'êtres bizarres se dessinait sur une terrasse."

Le journal raconte alors que des femmes du pays se sont réfugiées à l'église, tandis que des hommes armés de fusils de chasse, le doigt sur la détente, formaient deux colonnes pour donner l'assaut. "On ne négligea heureusement pas de faire les sommations légales."

"C'est alors que le propriétaire que l'on croyait pour le moins garrotté et bâillonné, passa la tête par la fenêtre, et tout ensommeillé, demanda ce qu'on lui voulait. A la stupeur générale, qui se changea bientôt en éclats de rires, il expliqua qu'il avait emmaillotté, pour les préserver de la gelée, les chrysanthèmes de sa terrasse. L'imagination des enfants avait fait le reste, et tout le monde avait suivi."

[Ref. mf1:] MICHEL FIGUET:

Dans un listing d'épuration de son catalogue Francat, Michel Figuet indique:

10.1954 Waldsheid Confusion avec des chrysanthèmes protégées de la gelée.
LDLN N. 249-250 p. 22-23. France-Soir du 20/10/1954.

[Ref. lg1] LOREN GROSS - JOURNAL US INCONNU:

Scan

2 novembre 1954

Les français ont une épidémie de disques

Par Priscilla Buckley

PARIS, (UP). -- Une épidémie de soucoupes volante fait voir des hommes de Mars aux français.

L'autre soir dans le village Lorrain de Waldscheid un groupe de jeunes terrifiés a foncé vers les maisons pour rapporter que les hommes de Mars avaient atterri dans le jardin d'un villageois. Les femmes se sont précipitées dans l'église, espérant la protection divine.

Les hommes ont pris des faux, des fourches, et les quelques armes à feu disponibles et ont marché sur le jardin. Là se tenaient les envahisseurs, de la moitié de la taille d'un homme, leurs têtes immobiles luisant.

Il s'est avéré que c'était de grosses chrysanthèmes que le villageois avait couvert de tissu brilliant contre le gel.

Quand les visites d'outre espace de grande ampleur avaient commencé, le modèle était la soucoupe volante. Depuis lors, des cigares lumineux, des poêles à frire, disques, melons et même des cloches ont sillonné les cieux français en nombre croissant.

Dans la semaine les villageois de Momy (Basses-Pyrénées) ont couru avec leurs armes improvisées pour se confronter à une soucoupe volante fraîchement arrivée. Ils ont trouvé une citrouille creuse avec une bougie allumée à l'intérieur.

Deux nuits avant un fermier de la région de Bordeaux s'était arrêté pour réparer sa voiture sur une route solitaire, et a échappé de peu à la mort quand un habitant l'a pris pour un envahisseur céleste et a tiré les deux coups de son fusil vers lui.

Dix jours auparavant Gilbert Lelay a dit à ses parents à Chateaubriant qu'un petit martien était sorti d'un cigare volant et lui a de suite donné la permission de le regarder, mais lui interdisant de le toucher.

Près de Toulouse, un mécanicien, Jean Marty, 43 ans, a informé la police qu'il avait vu une soucoupe orange se poser près de son domicile. Elle a vite filé dans al nuit, mais Marty a trouvé deux feuilles de papier, couvertes de caractères sibyllins dont personne n'a pu nier que cela pourrait être de la littérature martienne.

Le magazine hebdomadaire express [L'Express] a offert une récompense de 10 million de francs (28.570$) à la première personne qui apporterait à leur bureaux un véritable martien vivant.

Le journal plus académique Le Monde, se désolant de l'épidémie de soucoupes volantes, imprimait ses regrets de l'époque "de notre bon vieux serpent de mer."

[Ref. lg2] LOREN GROSS:

Fin octobre. Walschied [sic], France.

Hystérie.

Ecrivant sur la vague d'OVNIS française, l'éditeur de Nexus James Moseley a adoré publier ce qui suit pour ses lecteurs américains:

"... le village lorrain de Walschied [sic] a été terrifié par un rapport que des hommes de Mars avaient atterri dans le jardin d'un villageois. Les femmes se précipitèrent dans l'église, espérant la protection divine, tandis que les hommes se saisissaient de faux, de bâtons et de fusils et ont entamé une marche vers le jardin: Là se tenaient les envahisseurs, à moitié humains, les têtes brillantes et immobiles. Il 'sest avéré qu'il s'agissait de gros chrysanthèmes, que le résident les avait recouvert d'un tissu brillant contre le gel." 208.

  • 208. Nexus. Tome 2 Livre I. Janvier 1955. Fort-Lee, N.J. éd.: James Moseley. p.4.

[Ref. rr1:] RAOUL ROBE:

Cas N° 21

En octobre 1954 à Waldsheid (57)

Ce cas de méprise est un classique de la vague de 54. Alertés par des enfants qui prétendent avoir vu "un commando de Martiens", les gens du village s'attroupent. Sous la faible lumière des ampoules municipales, la silhouette d'êtres bizarres se dessine sur une terrasse. Des femmes du pays vont se réfugier à l'église, des hommes s'arment de fusils de chasse, le doigt sur la détente, et forment deux colonnes pour donner l'assaut. Les sommations faites, le propriétaire que l'on croyait pour le moins garotté et bailloné, passe la tête par la fenêtre, et tout ensommeillé demande ce qu'on lui veut. Il révèle alors l'identité des Martiens: les chrysanthèmes de sa terrasse qu'il a emmaillotés pour les préserver de la gelée. (Réf.: E. Zurcher, p. 175; Est-Républicain du 19.10.54).

[Ref. dc1:] DOMINIQUE CAUDRON:

A Walscheid (Moselle) des villageois armés vaille que vaille voulurent aller faire un sort à une troupe de "martiens", ... pour découvrir d'inoffensifs chrysanthèmes.

[Ref. ub1:] "UFO-DATENBANK":

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541020 20.10.1954 Walscheid [sic] France CE III

Explications:

Confusion éclaircie sur le moment.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Waldsheid, Moselle, confusion, multiple, éclairage, nuit, enfants, martiens, fleurs, peur

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 19 mars 2006 Première publication.
1.0 Patrick Gross 1 mars 2010 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée.
1.1 Patrick Gross 19 août 2010 Addition [rr1].
1.2 Patrick Gross 25 novembre 2016 Addition [lg1].
1.2 Patrick Gross 7 décembre 2016 Additions [er1], [gb2].
1.4 Patrick Gross 14 décembre 2016 Addition [lg2], [ub1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 14 décembre 2016.