France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

Octobre 1954, Dompaire, Vosges:

Référence pour ce cas: Oct-54-Dompaire. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. lr1] JOURNAL "LE REPUBLICAIN LORRAIN":

Scan

Il ne s'agissait pourtant que d'une malicieuse imitation...

Pris de terreur devant une "soucoupe" le motard abandonne son épouse aux "Martiens"

DOMPAIRE, (de notre correspondant). -- Nous sommes à B..., petite localité du canton de Dompaire (Vosges), située à quelques centaines de mètres de la route nationale. De joyeux lurons (dont, paraît-il, une notabilité respectable et respectée) ont décidé de rire à peu de frais.

Des betteraves sont vidées et des petites lucarnes laisseront passer la lumière vacillante des bougies qui sont allumées à l'intérieur, au besoin un papier de couleur donnera des tons rouges et oranges. Un vieux drap, quatre piquets et voilà nos hommes prêts à l'expérience qu'ils veulent tenter.

A cent mètres de la route nationale, dans un parc bien en vue, les quatre piquets sont plantés, le vieux drap placé dessus. De loin, l'effet est saisissant et nos compères se cachent derrière un buisson, sauf un. Ce dernier reste bien en vue sur la nationale et, au bout de peu de temps, a la chance d'arrêter un motocycliste ayant son épouse comme passagère.

Tout tremblant, notre héros montre au motards la soi-disant soucoupe et, avec beaucoup de passion, leur demande s'ils ne veulent pas l'accompagner jusqu'à B... où, par un autre chemin, ils pourront regagner la nationale. "Vous comprenez, leur dit-il, je suis obligé de passer seul à moins de vingt mètres de cette soucoupe et il me semble qu'elle est occupée." A ce moment, en effet, de petites ombres se meuvent sous le drap et l'imagination aidant, nos motards se figurent être à cent mètres de Martiens aussi hauts que larges.

Un frousse irraisonnée s'empare alors du motocycliste qui, jusqu'à ce moment, avait paru sceptique. Subitement, il enfourche sa moto, met en route et démarre sans s'occuper de sa moitié qui pousse des hurlements de terreur pendant qu'à côté, derrière le buisson, des éclats de rire fusent tant et plus.

Rappelé à la réalité, le motard revient chercher sa femme et comprend...

L'air embarrassé, que peut-il faire, sinon rire? Quand à Madame, elle eut tout loisir pour se rendre compte du courage de son conjoint pour peu que ce dernier se soit permis de lui conter auparavant ses exploits de la guerre 39-45...

[Ref. le1] JOURNAL "L'EST REPUBLICAIN":

Dompaire

Face à une soucoupe volante ou le courage d'un motocycliste

Nous sommes à B., petite localité du canton de Dompaire située à quelques centaines de mètres de la route nationale. De joyeux lurons (dont paraît-il une notabilité respectable et respectée) ont décidé de rire à peu de frais.

Des betteraves sont vidées et des petites lucarnes laisseront passer la lumière vacillante des bougies qui sont allumées à l'intérieur, au besoin un papier de couleur donnera des tons rouges et oranges. Un vieux drap, quatre piquets et voilà nos hommes prêts à l'expérience qu'ils veulent tenter. A cent mètres de la route nationale, dans un parc bien en vue, les quatre piquets sont plantés, le vieux drap placé dessus. De loin l'effet est saisissant et nos compères se cachent derrière un buisson, sauf un. Ce dernier reste bien en vue sur la nationale et au bout de peu de temps a la chance d'arrêter un motocycliste ayant son épouse comme passagère.

Tout tremblant notre héros montre aux motards la soi-disant soucoupe et, avec beaucoup de passion, leur demande s'ils ne veulent pas l'accompagner jusqu'à B... où, par un autre chemin ils pourront regagner la nationale. "Vous comprenez" leur dit-il, "je suis obligée de passer seul à moins de vingt mètres de cette soucoupe et, il me semble qu'elle est occupée", à ce moment en effet de petites ombres se meuvent sous le drap et l'imagination aidant, nos motards se figurent être à cent mètres de véritables Martiens aussi hauts que larges. Une frousse irraisonnée s'empare alors du motocycliste qui jusqu'à ce moment avait paru sceptique. Subitement il enfourche sa moto, met en route et démarre sans s'occuper de sa moitié qui pousse des hurlements de terreur pendant qu'à côté, derrière le buisson des éclats de rire fusent tant et plus.

Rappelé à la réalité le motard revient chercher sa femme et comprend... L'air embarrassé, que peut-il faire sinon rire?

Notes:

Dans les quelques kilomètres autour de Dompaire, et non loin de sur ce qui semblait avoir été la route nationale à l'époque, se trouvent deux villages dont le nom commence par "B": Boquegney et Bettegney.

Explications:

Farce, ou invention journalistique.

L'affaire a un petit côté invraisemblable, notemment lorsque les complices sortent d'un buisson "à côté" alors qu'ils étaient censés être à une centaine de mètres. donc soit il s'agit bel et bien d'un canular de plaisantins du village, soit il s'agit d'une invention journalistique du correspondant du journal désireux d'offrir à son journal un histoire piquante et "édifiante" sur les "Martiens".

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Dompaire, Vosges, farce, canular, invention, bougies, betteraves, drap

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 29 mai 2010 Première publication. [le1]
1.0 Patrick Gross 2 décembre 2016 Addition [le1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 2 décembre 2016.