France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

Novembre 1954, Saint-Waast-la-Vallée, Nord:

Référence pour ce cas: Nov-54-Saint-Waast-la-Vallée. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Un rapport d'enquête par J. M. Bavay, J. M. Bigorne, et P. Rauche est paru dans le magazine d'ufologie Lumières Dans La Nuit (LDLN), France, N° 123, pp 8-10, en mars 1973, concernant l'observation de Mr. Roland X.

Celui-ci avait 27 ans en novembre 1954, il était facteur et effectuait de nombreux déplacements professionnels. Le soir, il avait visité sa fiancée à La Flamengrie, un hameau de Saint-Waast-la-Vallée. Vers minuit ou minuit et demi, il rentrait chez lui à bicyclette en prenant la route de la Casquette à Saint-Waast, en pensant profondément à la demoiselle qu'il venait de quitter.

La route était déserte, le ciel clair, constellé d'étoiles, il y avait un clair de lune; il gelait; on voyait la plaine vide et nue à perte de vue, vers Bavay et ses environs.

A peine éloigné de 800 mètres de la Nationale 49, la lampe de son vélo s'est mise à clignoter fortement, s'éteignant, se rallumant, ainsi de suite, alors qu'il faisait pourtant sec et que l'humidité ne pouvait donc pas être la cause de ces ennuis électriques.

Il a été surpris de voir à sa gauche, dans le lointain de la plaine, une petite boule lumineuse de couleur feu qui semblait être au ras de l'horizon. Etonné, il a ralenti un peu afin de pouvoir regarder ce que cela pouvait être. La boule lumineuse grossissait à vue d'oeil et il s'est rendu compte qu'elle venait rapidement dans sa direction. Elle a bientôt eu "la grosseur d'une petite orange" et fonçait toujours droit sur lui.

Apeuré, il a abandonné précipitamment son vélo et a sauté dans le fossé de gauche - il n'y avait pas de fossé à droite - pour se cacher. Il a levé la tête pour voir ce qui se passait, et la boule avançait encore, toujours silencieuse, maintenant grosse comme une pleine lune, à distance difficilement évaluable, de peut-être 400 mètres.

Il s'est mis debout pour mieux voir, et la chose s'est éteinte brusquement, "comme on éteint une lampe à la maison!"

Abasourdi mais poussé par la curiosité, n'ayant plus rien à faire là, il est sorti du fossé en essayant de comprendre ce qui s'était passé, Il a avancé de 6 à 7 mètres dans la prairie dans la direction de l'apparition, mais il n'y avait rien à voir. Il est retourné alors sur le chemin et a enfourché sa bicyclette pour partir.

Soudain, la boule a brusquement réapparu, mais beaucoup plus près et beaucoup plus volumineuse, "comme un gros soleil à 50 mètres environ". Elle était toujours de couleur feu, non éblouissante, avec de petites variations d'intensité lumineuse, et il a vu qu'elle tournait sur elle-même, sans qu'il puisse préciser si c'était de droite à gauche ou inversement.

Terrifié, il a replongé dans le fossé et l'a observé du coin de l'oeil. La boule avançait au ras du sol, à 50 centimètres ou 1 mètre environ. Le témoin a eu peur de "périr ici, seul dans mon fossé", a décidé d'agir, s'est levé, et la boule a alors pâlit fortement, puis est redevenue lumineuse et a diminué en taille "comme un ballon qui se dégonfle, et en un éclair elle a disparu comme si elle s'éloignait droit devant moi, légèrement en montant. On aurait dit qu'elle réagissait lorsque je me relevais!"

Désemparé et tremblant de peur, il a quitté le fossé, réenfourché son vélo, et appuyant de toutes ses forces sur les pédales, il s'est éloigné de l'endroit en prenant bien soin de ne pas brancher la dynamo, pour rouler au clair de lune et ne pas se faire repérer par le "machin".

Rentré chez moi, il a réveillé ses parents qui ont eu de la peine à le croire et lui ont reproché de ne pas être allé les chercher. Le témoin n'a pas dormi cette nuit-là. Tôt le matin, il a confié l'événement à sa fiancée; en tremblant encore, y pensant sans cesse au point d'être gêné dans son travail. Il était extrêmement nerveux et l'est suis resté pendant plusieurs mois. Il a rêvé de la boule et en a fait des cauchemars.

Il en a parlé, et si on ne s'est pas moqué de lui franchement, on riait sous cape.; il a résolu de ne plus en parler et lorsqu'on l'interrogeai, il niait l'observation en disant qu'il avait eu la berlue, ou en donnant une autre excuse pour qu'on le laisse en paix. Mais il se dit certain de ne pas avoir rêvé, qu'il avait été en pleine possession de ses moyens, ne "lisais pas" parce que sa fiancée et son travail occupaient tout son temps.

Après avoir entendu ce récit, les enquêteurs l'ont interrogé, d'abord sur la trajectoire de l'OVNI: "Droite et directe sur moi en venant du lointain à l'Est, puisque j'ai vu un grossissement rapide à l'arrivée et un rapetissement rapide, mais quelque peu en montant, au départ. De plus il a toujours rasé la plaine, sans suivre les dénivellations."

Il ne peut pas leur préciser la hauteur exacte mais estime que c'était très bas, "quelques mètres, mais très bas, c'est-à-dire peut-être 1 mètre, au plus près de moi, à l'arrêt, avant départ et disparition."

Il ne peut pas donner de taille pour la boule, l'estimant à "peut-être plusieurs mètres. Peut-être 3 ou 4, ou plus!"

Il donne la durée de l'observation comme peut-être 4 minutes en tout, avec environ 3 minutes pour l'arrivée et y compris le temps de disparition, et une minute pour la réapparition plus près et le départ définitif.

Il précise sur demande que la chose était une boule, peut-être pas parfaite, mais bien nette, sans halo, ni nuée, mais au contour un peu flou. Il n'y avait pas de projection lumineuse, cela n'éclairait ni le sol ni les environs. La couleur était toujours "feu", c'est-à-dire une sorte de jaune-orange, avec de petites variations d'intensité lumineuse; au moment du départ elle a pâlit fortement, puis a repris sa luminosité avant de décroître.

Elle ne montrait aucun balancement ou autre "fantaisie" au cours de ses déplacements.

Il n'y avait eu aucune son du début à la fin, l'enviroenemt étant "le grand calme à cette heure là!"

Interrogé sur des effets sur une montre éventuelle, il précise qu'il avait sa montre mais n'a jamais remarqué aucun effet sur elle. Il n'a eu aucune suite physiologique hormis un énervement excessif pendant plusieurs semaines et même plusieurs mois. Son moral "ne fut jamais affecté."

Il explique qu'il n'a rien déclaré aux gendarmes car il voulait rester en paix et ne savait et ne sais toujours pas ce qu'était cette énorme boule, "qui aurait pu me faire battre des records cyclistes, tant j'ai eu peur!"

Les enquêteurs précisent qu'ils ont entendu ce témoin 18 ans après les faits, qu'il était réticent, car il ne voulait plus en parler, mais que les faits étaient encore frais dans son esprit.

Les enquêteurs indiquent qu'ils ne doutent pas de la sincérité du témoin, que l'observation semble simple; d'après la grosseur et les évolutions particulières et silencieuses du MOC: arrivée rapide, extinction et rallumage brutal, rotation horizontale près du sol, déplacements rectilignes vers le témoin, sans suivre les dénivellations du terrain, départ à haute vitesse, et aussi l'impression que cela s'éteint ou s'éloigne dès qu'il se lève. Ils supposent donc qu'il ne s'agit ni de foudre en boule, ni de formation plasmatique, et demandent qui aurait la solution.

Les enquêteurs signalent qu'une ligne S.N.C.F. passe à 900 mètres du lieu d'observation, la ligne Valenciennes-Maubeuge, "presque parallèle à la trajectoire du phénomène."

Rapports:

[Ref. in1:] ENQUETE BAVAY, BIGORNE ET ROCHE:

Un facteur surpris par un M.O.C.

Nous avons rencontré à son domicile M. Roland X... préposé des PTT. Après bien des réticences, car il ne voulait plus en parler, il nous a raconté les faits qui se sont déroulés il y a 18 ans, mais sont encore frais dans son esprit. Cela est arrivé dans la commune de Saint-Waast-la-Vallée, à quelques kilomètres de Bavay, et pratiquement à mi-chemin entre Maubeuge et Valenciennes (Nord).

LE RECIT

J'avais 27 ans à l'époque, c'est-à-dire en novembre 1954. J'étais facteur et effectuais de nombreux déplacements professionnels. Ce soir-là, j'étais allé rendre visite à ma fiancée à La Flamengrie, hameau de Saint-Waast-la-Vallée. Il devait être minuit, minuit et demi. Je retournais chez moi à bicyclette, prenant la route de la Casquette à Saint-Waast, en pensant profondé-

ment à la demoiselle que je venais de quitter... La route était déserte, le ciel clair, constellé d'étoiles, il y avait un clair de lune; il gelait; on voyait la plaine vide et nue à perte de vue, vers Bavay et ses environs. A peine éloigné de 800 m de la nationale 49, la lampe de mon vélo se mit à clignoter fortement, s'éteignit, se ralluma, ainsi de suite... Pourtant il faisait sec et l'humidité ne pouvait être la cause de ces ennuis électriques! Je fus surpris de voir à ma gauche, dans le lointain de la plaine, une petite boule lumineuse de couleur feu, qui semblait au ras de l'horizon. Etonné, je ralentis un peu afin de pouvoir regarder ce que cela pouvait être, la boule lumineuse grossissait à vue d'oeil et je me rendis compte qu'elle venait rapidement dans ma direction; elle eut bientôt la grosseur d'une petite orange et fonçait toujours droit sur moi! Apeuré, j'abandonnais précipitamment mon vélo et sautais dans le fossé gauche - il n'en existait pas à droite! - pour me cacher. Je levais la tête pour voir ce qui se passait... elle avançait encore, toujours silencieuse, maintenant grosse comme une pleine lune, à distance difficilement évaluable: 400 m? Je me mis debout pour mieux voir encore, et alors, elle s'éteignit brusquement, comme on éteint une lampe à la maison!

Abasourdi, mais poussé par la curiosité, n'ayant plus rien à faire là, je sors du fossé, essayant de comprendre ce qui s'est passé, J'avance dans la prairie de quelques 6 à 7 m, dans la direction de l'apparition... Rien, absolument rien! Je retourne alors sur le chemin et enfourche ma bicyclette pour partir...

Soudain la boule réapparaît brusquement, mais beaucoup plus près et beaucoup plus volumineuse, comme un gros soleil à 50 m environ. Toujours couleur feu, non éblouissante, elle a de petites variations d'intensité lumineuse, et je vois qu'elle tourne sur elle-même, sans pouvoir préciser si c'est de droite à gauche ou inversement... Terrifié, je replonge dans le fossé... mais pour l'observer du coin de l'oeil! Elle avance au ras du sol, à 50 cm ou 1 m, je n'ai jamais pu le préciser. Je réfléchis rapidement que je ne peux périr ici, seul dans mon fossé; il faut agir: je me lève, et la voilà qui pâlit fort, redevient lumineuse et diminue de grandeur... comme un ballon qui se dégonfle, et en un éclair elle a disparu comme si elle s'éloignait droit devant moi, légèrement en montant. On aurait dit qu'elle réagissait lorsque je me relevais! Désemparé et tremblant de peur, je quittais précipitamment le fossé, réenfourchais mon vélo, et appuyant de toutes mes forces sur les pédales, je me suis éloigné de l'endroit en prenant bien soin de ne pas brancher la dynamo, pour rouler au clair de lune et ne pas me faire repérer par ce "machin".

Rentré chez moi, j'ai réveillé mes parents qui ont eu de la peine à me croire et m'ont reproché de ne pas être allé les chercher... Ils en ont de bonnes!!! Je n'ai pas dormi cette nuit là. Tôt le matin, j'ai discrètement confié cet événement peu ordinaire à ma fiancée; j'en tremblais encore. J'y pensais sans cesse et cela me gênait dans mon travail, j'étais extrêmement nerveux et le suis resté pendant plusieurs mois. J'ai rêvé de cette boule et en ai fait des cauchemars... J'en ai parlé et on ne s'est pas moqué franchement: on riait de moi en arrière. Alors j'ai pris la résolution de ne plus en parler et lorsqu'on m'en entretenait, je niais le phénomène, affirmant que j'avais eu la berlue, ou n'importe quoi pour qu'on me laisse en paix. Néanmoins je sais que je n'ai pas rêvé et que c'est la stricte vérité. J'étais en pleine possession de mes moyens et ne lisais pas: ma fiancée et mon travail occupaient tout mon temps.

QUELQUES QUESTIONS

Q: Nous voudrions quelques détails, si cela vous est possible; la trajectoire de l'OVNI?

R: Droite et directe sur moi en venant du lointain à l'Est, puisque j'ai vu un grossissement rapide à l'arrivée et un rapetissement rapide, mais quelque peu en montant, au départ. De plus il a toujours rasé la plaine, sans suivre les dénivellations.

Q: A quelle hauteur?

R: Je n'en sais rien. Quelques mètres, mais très bas, c'est-à-dire peut-être 1 m, au plus près de moi, à l'arrêt, avant départ et disparition.

Q: Combien de temps cela a-t-il duré?

R: Peut-être 4 mn en tout, avec environ 3 mn pour l'arrivée et y compris le temps de disparition, et une minute pour la réapparition plus près et le départ définitif.

Q: Avez-vous des détails complémentaires: la forme, la couleur, le mouvement, etc.?

R: C'était une boule, peut-être pas parfaite, mais bien nette, sans halo, ni nuée, mais au contour un peu flou. Pas de projection lumineuse, cela n'éclairait ni le sol ni les environs. La couleur fut toujours "feu", c'est-à-dire une sorte de jaune-orange, avec de petites variations d'intensité lumineuse; au moment du départ elle pâlit fort, puis reprit sa luminosité avant de décroître. Quant au mouvement, elle était en quelque sorte immobile, sans balancement ou toute autre fantaisie au cours de ses déplacements. Pas d'antenne, rien d'autre...

Q: Et le son?

R: Aucun, du début à la fin. Et pourtant c'était le grand calme à cette heure là!

Q: Aviez-vous une montre? Comment s'est-elle comportée?

R: J'avais une montre, mais je n'ai jamais rien remarqué.

Q: A votre humble avis quel pouvait être le diamètre de cette sphère?

R: Je n'en sais rien. Plusieurs mètres. Peut-être 3 ou 4, ou plus! (c'est peut-être près de la vérité, car d'après les paramètres donnés par la suite, on avoisine les 3,50 m).

Q: Quelles ont été les suites physiques et morales?

R: Rien au point de vue physique, hormis un énervement excessif pendant plusieurs semaines et même plusieurs mois. Quant au moral il ne fut jamais affecté.

Q: Et les services officiels et la gendarmerie?

R: Je ne leur en ai jamais touché un mot; je voulais rester en paix et je ne savais et ne sais toujours pas ce qu'était cette énorme boule, qui aurait pu me faire battre des records cyclistes, tant j'ai eu peur!

ENVIRONNEMENT

Saint-Waast-la-Vallée est un village construit dans un site pittoresque et qui fut une station néolithique. Une ligne S.N.C.F. passe à 900 m du lieu d'observation, c'est la ligne Valenciennes-Maubeuge presque parallèle à la trajectoire du MOC. Une importante nappe d'eau souterraine se trouve sous le territoire de cette commune et fut utilisée par les brasseries locales. Il semblerait que la région soit faillée (non vérifié).

Un fait particulier à citer: vers 1950, deux douaniers en embuscade de nuit (frontière belge) auraient vu près de là une apparition de N.-D. de Lourdes... Chacun reste libre de croire ou de sourire... mais ce fait se serait reproduit, il y a quelques années, devant deux lycéens à Maubeuge... (?).

Dans la région considérée, à 4 km de Saint-Waast-la-Vallée, se trouve Bellignies; dans le parc du château de cette commune, on découvre le dolmen de "la pierre croûte" (petra cryptae = la pierre de la grotte). Sur ce dolmen, qui a dû servir aux sacrifices druidiques les préhistoriens on crut découvrir des gravures cupulaires représentant le soleil et des constellations ayant la forme de la Grande Ourse. Ces gravures témoigneraient d'un culte stellaire aujourd'hui oublié, et expliqueraient le respect traditionnel dont cette pierre jouissait de temps immémorial; à 5 km, Houdain, avec des carrières souterraines où les Romains extrayaient le calcaire colithique: la pierre appelée "sarrazine". A 4 km, Bavay, centre archéologique, carrefour de routes depuis l'époque préhistorique. Les fouilles, parmi les plus importantes de France, qui y sont entreprises, révèlent un état de civilisation extrêmement avancée dès la période gauloise. Selon la tradition populaire, le "veau d'or" serait enterré quelque part entre Gommegnies et Bavay.

OPINION DES ENQUETEURS

Nous ne doutons pas de la sincérité du témoin. L'observation semble simple; d'après la grosseur et les évolutions particulières et silencieuses du MOC: arrivée rapide, extinction et réallumage brutal, rotation horizontale près du sol, déplacements rectilignes vers le témoin, sans suivre les dénivellations du terrain, départ à haute vitesse, et aussi l'impression du facteur que ce MOC s'éteint ou s'éloigne dès qu'il se lève... tout ceci permet de supposer qu'il ne s'agit ni de foudre en boule, ni de formation plasmatique... On notera aussi, qu'à 18 km à vol d'OVNI (!), près de Maubeuge, en novembre 1954 aussi, deux personnes rencontrèrent un MOC au sol et virent un être se mouvoir près de l'ouverture. Qui peut valablement solutionner cette observation d'un facteur à Saint-Waast-la-Vallée?

J.-M. BAVAY
J.-M. BIGORNE
P. RAUCHE

[Ref. mf1:] MICHEL FIGUET:

This ufologist noted:

N° CAS CLASSIFICATION DATE HEURE LIEU CODE POSTAL CREDIBILITE SOURCE
271 CE0-2 déb .. 11 1954 00.30 la Flamengrie 59570 E6 NI, LDLN n° 123

[Ref. fr1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Ces deux auteurs indiquent qu'en un jour indéterminé de novembre 1954 à minuit ou minuit 30 à La Flamengrie près de Saint-Waast-la-Vallée, Roland X., facteur, revenait de voir sa fiancée à La Flamengrie et roulait à vélo sur la route de Casquette à Saint-Waast.

Il gelait, le ciel était dégagé et plein d'étoiles, la visibilité sur la plaine était parfaite vers Bavay et ses environs.

Alors qu'il se trouvait à 800 mètres de la nationale 49, la lampe de son vélo s'est mise à clignoter fortement, s'éteignant, se rallumant tout à tour. A ce moment, il voit une boule lumineuse couleur de feu qui avait les dimensions apparentes de la pleine Lune et qui avançait vers lui. Il est effrayé et se jette dans le fossé.

Quand la boule a été à une distance évaluée à 400 mètres de lui, elle s'est éteinte brusquement. Quand il est remonté à vélo, elle s'est brusquement rallumée, "comme un gros soleil", à 50 mètres environ. Il a alors de nouveau plongé dans le fossé.

De là, il a observé la boule lumineuse avancer à 50 cm ou 1 mètre du sol. Il est sorti du fossé et à ce moment la lumière a fortement pali, est redevenue lumineuse et a diminué de taille comme un ballon qui se dégonfle, puis elle a disparu. Il n'y a eu aucun son venant de la boule.

Roland X. a enfourché son vélo et a pédalé de toutes ses forces sans brancher la dynamo.

Les auteurs citent LDLN N. 123, pages 8 à 10, comme source.

[Ref. js1:] JEAN SIDER:

L'auteur indique qu'au début de novembre 1954 à 00:30 à La Flamengrie, St. Waast-la-Vallée, dans le Nord, Mr. Roland X. roulait à bicyclette sur la route de Casquette à St. Waast. A 800 mètres de la N49, la lampe de son vélo se met à clignoter fortement, s'éteint, se rallume et ainsi de suite, et il remarque soudainement une boule lumineuse couleur feu qui vient vers lui. Effrayé, il s'est caché dans un fossé. La boule a pris l'apparence de la pleine lune, puis 400 mètres plus loin, s'est éteinte et s'est rallumée pour réapparaitre comme le soleil. Le phénomène évolue à 50 mètres au-dessus de la route puis disparait face au témoin qui file sur son vélo.

La source est indiquée comme LDLN N.123 pages 8 à 10.

[Ref. lh1] LARRY HATCH - "*U* COMPUTER DATABASE":

4320: 1954/11/00 00:00 30 3:43:00 E 50:19:00 N 3313 WEU FRN NRD 6:6

LA FLAMENGRIE,FR:LAMPE VELO CLIGNOTE:4M FBL APPROCHE:SE REDUIT à RIEN:/r30p205

RefN°194 LUMIERES dans la NUIT.(LDLN France) Numéro No. 123 : PAYS DE FERMES

[Ref. go1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

L'ufologue belge indique qu'en 1954, en novembre, en France, à La Flamengrie (St Waast la Vallée), "Entre minuit et 0 h 30 Roland revient de voir sa fiancée et roule à bicyclette sur la route de Casquette. A 800m de la N49, la lampe du vélo se met à clignoter fortement, s'éteint, se rallume, et ainsi de suite. A ce moment il aperçoit une boule lumineuse couleur feu qui avance vers lui; Apeuré, il se cache dans un fossé, la boule a maintenant la grosseur de la pleine lune. A 400m de lui, elle s'éteint brusquement. Roland remonte à bicyclette, mais voilà la boule à 50m de lui, comme un grand soleil. Effrayé il replonge dans le fossé. Elle avance à 50 cm du sol. Le témoin sort du fossé, voit la boule pâlir, redevenir lumineuse, diminuer de grandeur comme un ballon qui se dégonfle et disparaître face à lui. Il enfourche son vélo, pédale de toutes ses forces sans brancher la dynamo! (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 205)"

[Ref. jd1:] JEAN-PIERRE D'HONDT:

Jean-Pierre D'Hondt a publié le rapport d'enquête [in1], dont la source est donnée comme Lumières Dans La Nuit N.123 de mars 1973.

[Ref. lc1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique que dans le Nord à La Flamengrie en novembre 1954 à 00:00 heures, le témoin revient à bicyclette de La Flamengrie sous le clair de Lune. A 800 mètres de la N49, la lampe du véhicule s'éteint, se rallume et clignote ainsi de suite. A ce moment, il aperçoit une boule lumineuse couleur feu qui avance vers lui. Le témoin se cache dans un fossé, apeuré. La boule a maintenant la dimension apparente de la pleine Lune. A environ 400 mètres du témoin, l'objet s'éteint brusquement. Le témoin remonte sur sa bicyclette quand l'objet se rallume à environ 50 mètres environ. Il replonge dans le fossé. L'objet fait environ 3 à 4 mètres de diamètre et avance à 50 cm, 1 m du sol. Le témoin sort du fossé, l'objet pâlit, redevient lumineux et diminue de grandeur comme un ballon qu'on dégonfle et disparaît.

La source est notée "Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. ** éd. Alain Lefeuvre 1979.

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique qu'en novembre 1954 à 21:00 à La Flamengrie, France, une lampe de bicyclette clignote, une boule de feu de 4 mètres approche, se rétrécit à rien. On a observé un objet. Des effets électromagnétiques ont été notés. Des traces ont été trouvées. Une boule blanche, d'environ 20 pieds de large, autour de 300 pieds de distance, a été observée par un témoin à une ferme pendant 30 minutes. Les noms de témoins seraient Mozin; Pipers.

Les sources sont indiquées comme Guieu, Jimmy, Flying Saucers Come from Another World, Citadel, New York, 1956; Bourret, Jean-Claude, The Crack in the Universe: What You Have Not Been Told about Flying Saucers, Neville Spearman, St. Helier, Jersey, 1974, ISBN:85978-029-5; Bonabot, Jacques, Catalog of Belgian Cases; UFO Nachrichten (Veit), UFO Nachrichten (Allemagne); Delaire, J. Bernard, UFO Register Volume 7 (1976), Data Research, Oxford, 1976; Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002.

[Ref. ub1:] "UFO-DATENBANK":

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19540000 00.00.1954 Bavay France NL

Explications:

[ud1] parle d'un témoin unique, ce qui est exact, mais donne 2 noms de témoins. Le second, "Pipers", se relie à un cas différent, décrit dans le catalogue des cas belges par Jacques Bonnabot et plus tôt en 1956 par Jimmy Guieu dans "Black-Out sur les Soucoupes Volantes" pages 236-237. Le témoin est Martial Pipers, un jardinier ayant la quarantaine près de Tournai en Belgique, dont les vêtements ont été mis à feu par une lumière verte sur sa poitrine alors qu'il rentrait chez lui sur sa bicyclette au milieu de novembre 1954. Quand au nom "Mozin" donnée dans [ud1], il n'y rien à voir avec ce cas non plus, il s'agit du cas de Maubeuge le 16 octobre, trouvé par [ud1] dans le livre de Jean-Claude Bourret.

On sait que Roland X. était parti de La Flamengrie, qu'il a pris "la route de la Casquette à Saint-Waast", et était "à peine éloigné de 800 mètres de la Nationale 49", actuelle Route Départementale 649 semble-t-il.

Les enquêteurs indiquent qu'une "ligne S.N.C.F. passe à 900 mètres du lieu d'observation, la ligne Valenciennes-Maubeuge, presque parallèle à la trajectoire du phénomène".

Il a donc probablement pris d'abord la Route Nationale 2, allant vers le Nord jusqu'aux abords de Maubeuge, puis allant vers l'Ouest sur la RN 49 en direction de Saint Waast. Cette route longe bel et bien une voie ferrée à son Sud, mais c'est un tronçon de Saint-Waast à Maubeuge. Sur cette portion de la RN49, le témoin a pédalé déjà près de 40 kilomètres depuis son départ de La Flamengrie (quand on aime on ne compte pas les kilomètres!); c'est pourquoi j'utilise pour le lieu de ce cas "Saint Waast" et non "La Flamengrie" comme le font les autres sources.

Je n'ai pas retrouvé la "Route de la Casquette". Il y a un lieu appelé "La Casquette", mais il est au Sud-Ouest de Saint Waast sur la D154, il le témoin aurait fait des détours s'il était passé à la fois là et sur la Nationale 49.

Autre problème, le témoin évoque "la plaine vide et nue à perte de vue, vers Bavay et ses environs"; il serait donc avant Bavay; s'il était sur la RN49 entre Bavay et saint Wasst, il aurait Bavay dans le dos et sont évocation serait curieuse.

Les enquêteurs n'ont pas été précis sur le lieu, à mon avis. Si le témoin était sur la RN 49, il n'était pas à 900 mètres de la ligne Valenciennes-Maubeuge mais à une distance variable de 0 à 500 mètres de la ligne Saint Waast-Maubeuge.

La foudre en boule: Elle nécessite des conditions orageuses; le témoin parle d'un temps sec et il n'y a aucune mention d'orage.

Le train: Bien que conscients de la présence d'une voie ferrée, les enquêteurs n'ont pas envisagé les phares d'un train. Pourtant il semble clair que la "boule" lumineuse était constamment au niveau du sol, elle n'est jamais monté dans le ciel ni descendue. Pourraient-ils expliquer l'observation?

Nous avons une et une seule taille apparente angulaire, donnée par le témoin, celle de la taille de la pleine Lune ("maintenant grosse comme une pleine lune"). Nous aurions, disent les enquêteurs, la voie ferrée à 900 mètres. Le diamètre apparent de la pleine Lune est de 0,5°, ou 30 min d'angle. Le phénomène aurait donc 7.85 mètres à 900 mètres. Cela pourrait éventuellement correspondre à un cône de lumière de phares de train vus de profil. Le témoin voit une et une seule boule et la décrit comme de contours nets, n'éclairant pas les environs.

Nous avons le fait que malgré le silence, le témoin n'entend pas de train, le fait qu'il a effectué ce parcours habituellement.

Je ne suis donc pas arrivé à me convaincre qu'il s'agissait de phares d'un train.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Saint-Waast-la-Vallée, Nord, feu, boule, sphère, jaune, orange, diamètre, rapide, rapprochée, route, fossé, campagne, nuit, chemin de fer, rails, effets, bicyclette, météo, durée, train

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 27 janvier 2005 Première publication.
1.0 Patrick Gross 21 décembre 2008 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [js1], [jd1], [lc1], [ud1].
1.1 Patrick Gross 8 mars 2010 Addition [go1].
1.2 Patrick Gross 5 février 2017 Addition [ub1].
1.3 Patrick Gross 4 décembre 2018 Additions [mf1], [lh1]. Addition du résumé. Explications changées, étaient "Non encore recherchées."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 4 décembre 2018.