France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

18 octobre 1954, Vienne, Isère:

p>Référence pour ce cas: 18-oct-54-Vienne. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. lp1:] JOURNAL "LE PROVENCAL:

SOUCOUPES OU PAS SOUCOUPES?

Un étrange phénomène observé après
le passage d'un avion à réaction

au-dessus de la vallée du Rhône

Vienne (A.F.P.).
Un avion "Stratojet" qui, chaque jour, survole la vallée du Rhône à une altitude d'environ dix mille mètres, a été pris mardi, par certaines personnes, pour une soucoupe volante.

Le président moniteur de l'Aéro-Club de Vienne dissuada aussitôt les témoins trop imaginatifs, mais un étrange phénomène se produisit aussitôt après le passage du puissant avion à réaction. Il se forma, en effet, dans le ciel, des sortes de parachuts animés de mouvements bizarre et ayant l'aspect de voiles légères qui bientôt atteignirent le sol.

Les témoins du phénomène se saisirent de cette matière très douce au toucher et ayant un peu la consistance du caoutchouc. En arrivant au sol, celle-ci se volatilisait, probablement sous l'influence de la température.

L'un des témoins mit un peu de la substance dans une boîte et la fit photographier aussitôt. Quelques heures après, ce qui restait dans cette boîte, pourtant étanche, s'était évaporé.

Ce phénomène dû à la condensation dans l'atmosphère raréfiée et froide, de certains éléments du carburant du "Stratojet", peut provoquer des formations blanches ou irrisées se déplaçant à grande vitesse à grande altitude et donnant lieu ainsi à des interprétations plus ou moins fantaisistes.

Cette observation faite au-dessus de l'aérodrome de Vienne, est identique à celle déjà relatée en son temps [1952] par un habitant d'Oloron.

UNE SOUCOUPE VOLANTE EN INDONESIE

Bondowoao (Indonésie) (A.P.). Une soucoupe volante a jeté la perturbation dans la ville de Bondowoao, à 80 kilomètres de l'île de Bali. Plusieurs habitants déclarent avoir vu, pendant une demi-minute, un objet verdâtre qui traversait le ciel en direction Nord-Ouest.

UN CIGARE NOIR SE POSE EN LOZERE

Saint Privat de Valongues (C.P.).
M. Albert Mallet de la Fabrègue, conseiller municipal, a eu la surprise, la semaine dernière, vers 21 heures, de voir un engin mystérieux de forme allongée, noir, se poser dans un champ tout près de sa maison: l'appareil est reparti tout aussitôt, presque verticalement, à une vitesse vertigineuse, avec un léger sifflement comme un moteur électrique, et émettant de vives couleurs rouges.

[Ref. le1:] JOURNAL "L'EST REPUBLICAIN":

Scan

Les habitants de la vallée du Rhône ne croient plus aux soucoupes volantes

depuis le passage d'un avion "Stratojet"

Vienne. -- Un avion "Stratojet" qui, chaque jour, survole la vallée du Rhône, à une altitude d'environ 10.000 mètres, a été pris, mardi, par certaines personnes, pour une soucoupe volante.

Le président moniteur de l'Aréo-Club de Vienne dissuada aussitôt les témoins, trop imaginatifs. Mais un étrange phénomène se produisit après le passage du puissant avion à réaction. Il se forma, en effet, dans le ciel, des sortes de parachutes animés de mouvements bizarres et ayant l'aspect de voiles légers qui, bientôt, atteignirent le sol.

Une matière très douce au toucher

Les témoins du phénomène se saisirent de cette matière, très douce au toucher et ayant un peu la consistance du caoutchouc. En arrivant au sol, celle-ci se volatilisait, probablement sous l'influence de la température.

L'un des témoins mit un peu de la substance dans une boîte et la fit photographier aussitôt. Quelques heures après, ce qui restait dans cette boîte, pourtant étanche, s'était évaporé.

Le phénomène, dû à la condensation dans l'atmosphère raréfiée et froide de certains éléments du carburant du "Stratojet" peut provoquer des formations blanches ou irisées se déplaçant à grande vitesse à grande altitude et donner lieu, ainsi, à des interprétations plus ou moins fantaisistes.

Cette observation, faite au-dessus de l'aéroport de Vienne, est identique à celle déjà relatée en son temps par un habitant d'Oloron.

L' "assiette" volante survient toujours à la même heure

Cette explication n'empêche pas les soucoupes volantes de troubler l'esprit d'un certain nombre de personnes, mais les apparitions sont tout de même nettement moins nombreuses.

C'est aujourd'hui, en Indonésie, que se situe le phénomène le plus étrange. Mardi soir, la population de Bondowoso, dans l'état de Java, a été frappée de terreur en apercevant un disque blanc et vert qui passa à grande vitesse au-dessus de la ville et disparut en une demi-minute. Les témoins ont décrit l'objet comme une "grande assiette" animée d'un mouvement rotatif.

C'est la deuxième fois que les habitants de Bondowoso sont témoins d'un phénomène de ce genre. La première apparition d'un "étrange objet" aurait eu lieu le 25 juillet, à la même heure.

[Ref. qh1:] JOURNAL "LE QUOTIDIEN DE LA HAUTE-LOIRE":

LES SOUCOUPES VOLANTES SONT-ELLES DES AVIONS A REACTION?

Un avion stratojet qui, chaque jour, survole la vallée du Rhône à une altitude d'environ 10000 mètres, a été pris mardi [18 octobre 1954], par certaines personnes, pour une soucoupe volante. Le président moniteur de l'Aéro-club de Vienne (Isère) dissuada aussitôt les témoins trop imaginatifs, mais un étrange phénomène se produisit après le passage du puissant avion à réaction. Il se forma, en effet dans le ciel, des sortes de parachutes animés de mouvements bizarres et ayant l'aspect de voiles légers qui, bientôt atteignirent le sol. Les témoins du phénomène se saisirent de cette matière très douce au toucher et ayant un peu la consistance du caoutchouc. En arrivant au sol, celle-ci se volatilisait, probablement sous l'influence de la température. L'un des témoins mit un peu de la substance dans une boite et la fit photographier aussitôt. Quelques heures après, ce qui restait dans cette boite, pourtant étanche, s'était évaporé. Ce phénomène, dû à la condensation dans l'atmosphère raréfiée et froide de certains éléments du carburant du stratojet peut provoquer des formations blanches ou irisées se déplaçant à grande vitesse, à grande altitude et donner lieu, ainsi à des interprétations plus ou moins fantaisistes. Cette observation, faite au-dessus de l'Aérodrome de Vienne est identique à celle déjà relatée en son temps [1952] par un habitant d'Oloron.

SOUCOUPES VOLANTES ET PHENOMENES NATURELS

Le directeur de l'aérodrome de Roupy (Aisne), a donné à un journal de ce département quelques explications sur des phénomènes naturels interprétés par certains comme des soucoupes volantes. Voici sa déclaration. il est de bon ton, depuis quelque temps, de pouvoir dire qu'on a vu un engin bizarre dans le ciel, et bientôt sans doute, celui qui n'aura pas observé, sera lui-même un phénomène! Comme nous avons bien peur de faire partir de cette catégorie d'individus, nous allons vous parler des fausses "soucoupes" observées dans la région. Nous ne voulons pas nier formellement l'existence de tout engin, car il semble y avoir des observations irréfutables; mais beaucoup de gens se figurent assister à un phénomène mystérieux, alors qu'il s'agit de quelque chose de tout à fait ordinaire. C'est ainsi que fréquemment, lorsque nous effectuons un sondage de nuit, les rares passants qui aperçoivent le lampion muni d'une bougie qui se balance au bout d'un ballon, s'arrêtent et crient au miracle, croyant avoir affaire à un engin extraterrestre. Il y a presque 15 ans, ces même ballons étaient pour les gens atteints de l'espionnite, gonflés à l'ypérite et l'un de nous eut des ennuis à Orléansville parce que l'express Alger-Oran avait renversé la vapeur à la vue d'un de ces ballons. D'autres fois, nous sommes appelés la nuit par des noctambules qui voient quelque chose... Souvent, c'est la planète Mars dont l'éclat rouge-orange tranche avec les autres astres, ou plus simplement un avion et ses feux de position. Il y a aussi le phénomène de parasélène. Le parasélène est une tache lumineuse aux couleurs de l'arc-en-ciel, le rouge violet étant les plus visibles qui se trouve approximativement à 22° à droite et à gauche de la lune. Souvent une seule de ces taches est visible. Le parasélène est parfois prolongé par le bas, par une sorte de queue appelée arc oblique de Lowitz qui est alors mobile et fugace. Le même phénomène se produit avec le soleil et porte alors le nom de parhélie. Ce phénomène se rattache au halo, grand cercle lumineux qu'on observe fréquemment autour de la lune et du soleil, et à la même cause. Tous ces phénomènes lumineux sont dus à la décomposition de la lumière émise ou réfléchie par l'astre lorsqu'elle traverse une couche de nuages très élevés, appelée cirrostratus et formée de cristaux de glace. L'eau solidifiée fait fonction de prisme, et suivant la forme et l'orientation des cristaux, la nature du phénomène varie.

[Ref. jg1:] JIMMY GUIEU:

Jimmy Guieu indique que le 17 octobre 1954, après le passage d'un Stratojet qui survolait la vallée du Rhône, il s'est formé dans le ciel des sortes de "parachutes" animés de mouvements bizarres et qui prenaient l'aspect de voiles arachnéens chutant lentement vers le sol. Les témoins se sont saisis de cette matière très douce au toucher et un peu de la consistance du caoutchouc, mais elle ne tardait pas à disparaître, se volatilisant au contact des doigts ou du sol.

Guieu dit que l'explication "amena les techniciens a avancer cette hypothèse", celle que cela peut être du à l'injection d'eau dans les réacteurs des avions. Cette eau dans les chambres de combustion à près de 1800 °C subit une "désagrégation moléculaire par contact avec le gaz de combustion" et il se produirait une réaction chimique qui produirait l'étrange matière.

Guieu dit que cela a "rempli d'aise les détracteurs des soucoupes volantes" et "réjoui les sceptiques", qui "ironiseront": "Voilà bien les soucoupes volantes!" sans même se demander comment une telle réaction chimique pourrait provoquer l'apparition de créatures vivantes qui sortent de leurs astronefs.

[Ref. am1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel écrit que la pluie la plus abondante de "cheveux d'anges" qu'on ait observé depuis Gaillac et Oloron en 1952, a eu lieu à Vienne pendant l'après-midi, avec de de nombreux témoins. Par exemple, M. Lelandais du club aérien de Vienne a dit:

"Nous vîmes d'abord des formes blanches qui semblaient mener dans les nues une espèce de ballet - montant, descendant, remontant, changeat de forme, mais très graduellement plus presque venant la terre."

"Une demi-heure après environ, ce fut une sorte de pluie de toiles d'araignées qui arriva, serrée comme un voile, sur l'aérodrome. Il en tombait par poignées sur le terrain, sur le hangar, sur les avions, et nous nous sommes mis à les ramasser à pleines mains. Nous avions l'impression de tenir des fils de caoutchouc, très fins, très doux au toucher, s'aggloméraient pour aussitôt se sublimer dans les doigts sans laisser la moindre sensation, la moindre odeur, la moindre trace. Nous avons eu l'impression que c'était la chaleur de nos mains qui les faisaient fondre."

M. Lelandais a fermé une partie de la substance dans une boîte en bakélite étroitement fermée. Mais le jour suivant, bien qu'il ait mis la boîte dans un endroit frais, elle était vide. Sur le sol, cependant, une partie de cette substance était encore là cinq heures plus tard.

Michel indique également que des avions à réaction Stratojet ont été vus par les aviateurs au terrain peu avant que ces substances blanches ne descendent. Il écarte cependant l'explication que la substance blanche comme étant de la "vapeur d'eau solidifiée" venant des Stratojets qui a été publié dans la presse, présentant ses observations sur "les experts" qui imaginent que de la vapeur d'eau puisse se changer en quoi que ce soit comme cette substance blanche ramassée là.

[Ref. sn1:] JEAN SENELIER:

En 1954

- Le 20 octobre, dans la region de Vienne (Isère), on observa le passage dans le ciel, à haute altitude, d'un engin au sujet duquel on ne put se mettre d'accord. Les uns prétendirent qu'il s'agissait d'un avion du type "Stratojet", les autres nièrent cette possibilité et optèrent pour un "objet non identifié". Aucune preuve ne put être apportée dans un sens ou dans l'autre.

Ce qui n'est contesté par personne, c'est qu'après le passage de l'objet (ou de l'avion), il se produisit une chute lente de paquets de fils blanchâtres, doux au toucher, qui se volatilisaient rapidement (d'après "Le Figaro" et "Paris Presse" du 21.10.1954).

[Ref. fl1:] FERNAND LAGARDE:

L'ufologue Fernand Lagarde liste ce cas ainsi dans un listing de cas français d'observations avec "cheveux d'anges" au sein d'un article sur ce phénomène:

[...]
18 octobre 1954 à Vienne (Isère.)
[...]

[Ref. hd1:] HENRI DURRANT:

Henri Durrant reproduit la source [fl1].

[Ref. fr1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Les deux auteurs indiquent qu'à Vienne dans l'Isère, le 18 octobre 1954, à une heure non connue, l'événement suivant est rapporté par un de ses témoins, Mr. Lelandais, moniteur à l'aéro-club de Vienne:

"Nous vîmes d'abord des formes blanches qui semblaient mener dans les nuées une espèce de ballet, montant, descendant, remontant, changeant de forme, mais se rapprochant peu à peu du sol. Une demi-heure après, environ, ce fut une sorte de pluie comme des toiles d'araignées qui arriva serrée tel un voile sur l'aérodrome. Il en tombait par poignées sur le terrain. Nous avions l'impression de tenir des fils de caoutchouc très fins, très doux au toucher, qui s'aggloméraient pour aussitôt se sublimer."

Les auteurs indiquent que la source est Aimé Michel dans "A Propos des S.V." page 238 et se demandent s'il s'agit de "'fils de la vierge' si souvent remarqués?".

[Ref. js1:] JEAN SIDER:

L'auteur indique que le 18 octobre 1954 dans l'après-midi à Vienne en Isère, Mr. Lelandais a remarqué des formes blanches allant et venant dans le ciel, changeantes, effectuant une sorte de ballet aérien. Trente minutes plus tard il a remarqué une pluie de "toiles d'araignées" qui tombait sur l'aérodrome dont il s'occupait.

Ces "fils de la vierge" étaient très doux au toucher et se sont agglomérés puis sublimés. Il a tenté d'en conserver dans une boîte hermétiquement close et au frais mais le lendemain la boîte était vide.

Jean Sider indique que la source est Aimé Michel page 238.

[Ref. go1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

L'ufologue belge indique qu'en 1954, le 18 octobre, en France, à Vienne (Isère), il y a "Observation d'un stratojet ou d'un OVNI à haute altitude. Après son passage il se forma au-dessus de la vallée du Rhône des sortes de parachutes qui tombaient lentement vers le sol et étaient animés de mouvements bizarres. Une demi heure plus tard arriva une pluie de toiles d'araignées qui arriva serré comme un voile sur l'aérodrome."

La source est indiquée comme "Henry DURRANT: "Le dossier des OVNI" - Laffont 1973 - p. 149".

[Ref. mo1:] ALAIN MOREAU:

Le 13 octobre 1954 au-dessus de Graulhet (Tarn), et le 18 octobre 1954 à Vienne (Isère), il y eut la même pluie évoquant de la laine de verre ou des fils de toile d'araignée.

[Ref. lc1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique que dans l'Isère à Vienne le 18 octobre 1954 à une heure non connue, "Nous vîmes d'abord, rapporte le témoin, moniteur à l'aéro-club de Vienne, des formes blanches qui semblaient mener dans les nuées une espèce de ballet, montant, descendant, remontant, changeant de forme, mais se rapprochant peu à peu du sol. Une demi-heure après, environ, ce fut une sorte de pluie comme des toiles d'araignées qui arriva serrée tel un voile sur l'aérodrome. Il en tombait par poignées sur le terrain. Nous avions l'impression de tenir des fils de caoutchouc très fins, très doux au toucher, qui s'aggloméraient pour aussitôt se sublimer."

La source est indiquée comme "Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. ** éd. Alain Lefeuvre 1979".

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 18 octobre 1954 à 15:00 à Vienne, France, il y avait des "cheveux d'ange." "On a observé un objet planant. On a dit que des phénomènes télépathiques se sont produits. Un témoin a observé un objet par temps nuageux dans une ville (Lelandais)."

Les sources sont indiquées comme Michel, Aime, Flying Saucers and the Straight-Line Mystery, S. G. Phillips, New York, 1958; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002.

[Ref. ub1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas 4 fois:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541018 18.10.1954 Vienne France 15.00 RR II
19541018 18.10.1954 Vienne France Après-midi RR II
19541019 19.10.1954 Vienne France RR II
19541020 20.10.1954 Vienne France Matin LN

Explications:

Des échappement de carburants, de lubrifiants, de refroidissants, de liquides d'extincteurs d'avions à réaction de haute altitude comme les Stratojets de cette époque, gelés et éventuellement mélangés à de la vapeur d'eau (et non pas, bien entendu, de la vapeur d'eau toute seule) peuvent fort bien être la cause de cette matière blanche. La presse a mal expliqué le mécanisme, et Aimé Michel est resté accroché à l'idée de "vapeur d'eau solidifiée" sans penser aux autres substances lâchées par les avions.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Vienne, Isère, cheveux d'anges, Lelandais, araignées, mousse, lubrifiants, carburants, stratojet, multiple

Sources:

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 24 octobre 2004 Première publication.
1.0 Patrick Gross 7 juin 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [js1], [go1], [lc1], [ud1].
1.1 Patrick Gross 13 mars 2010 Addition [jg1].
1.2 Patrick Gross 28 juillet 2010 Additions [lp1], [le1].
1.3 Patrick Gross 25 novembre 2014 Addition [mo1].
1.4 Patrick Gross 3 mars 2017 Addition [ub1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 3 mars 2017.