France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

14 novembre 1954, Saint-Maudan, Côtes-d'Armor:

Référence pour ce cas: 14-nov-54-Saint-Maudan. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

L'ufologue et auteur Jean Sider a découvert ou reçu de Michel Jeantheau ce cas du 18 novembre 1954 à 6 heures du matin par un article du journal "Le Courier Indépendant", de Loudéac, en page 3 dans l'édition du 27 novembre 1954.

L'article dit que la petite Danielle (ou Danièle) Ponner, 12 ans, demeurant chez ses parents à Bomel, a été réveillée par une vive lueur le jeudi matin de la semaine dernière.

Elle aperçut par la fenêtre, tout près de la maison, une sorte de barque étincelante reposant à terre et, autour de la barque, deux petits êtres poilus qui semblaient ramasser des pommes.

Effrayée, la fillette appela ses parents, mais aussitôt la lumière et la barque disparurent. La petite a semblé très catégorique dans ses déclarations.

Jean Sider fait remarquer l'ambigüité du mot "disparurent" et la coïncidence de ce que la disparition survient quand la fillette appelle ses parents.

En 2018, l'ufologue Dominique Caudron donne son explication prosaïque, proche de celle que je proposais en 2008, et donne également ce qui serait le texte exact obtenu de Michel Jeantheau dans le journal de l'époque:

"SAINT-MAUDAN"

"UNE FILLETTE DE DOUZE ANS AURAIT VU UNE SOUCOUPE"

"Jeudi matin de la semaine dernière, vers six heures, la petite Danielle Ponner, 12 ans, demeurant chez ses parents, à Bomel, en St-Maudan, fut réveillée par une vive lueur. Elle aperçut alors par la fenêtre, tout près de la maison, une sorte de barque étincelante reposant à terre et, autour de la barque, deux petits êtres poilus qui semblaient ramasser des pommes. Effrayée, elle appela ses parents, mais aussitôt la lumière et la barque disparurent. La fillette semble très catégorique dans ses déclarations."

Rapports:

[ld1:] MAGAZINE "LUMIERES DANS LA NUIT":

Le magazine reproduit le texte du journal Le Courrier Indépendant, de Loudéac, du 27 novembre 1954, page 3, indiqué comme source.

L'article indique que la petite Danielle Ponner, 12 ans, vivant chez ses parents à Bomel, en Saint-Maudan, a été réveillée par une vive lueur, et a alors aperçu par la fenêtre, tout près de la maison, une sorte de barque étincelante reposant à terre, et autour de cette "barque", deux petits êtres poilus qui avaient l'air d'être en train de ramasser des pommes.

Elle a été effrayée et a appelé ses parents, mais "aussitôt, la lumière et la barque disparurent."

Le journal a noté que la fillette s'est montrée très affirmative dans ses déclarations.

[Ref. js1:] JEAN SIDER:

L'ufologue et auteur Jean Sider a découvert ce cas du 18 novembre 1954 à 6 heures du matin par un article du journal "Le Courier Indépendant", de Loudéac, en page 3 dans l'édition du 27 novembre 1954.

L'article dit que la petite Danielle Ponner, 12 ans, demeurant chez ses parents à Bomel a été réveillée par une vive lueur le jeudi matin de la semaine dernière.

Elle aperçut par la fenêtre, tout près de la maison, une sorte de barque étincelante reposant à terre et, autour de la barque, deux petits êtres poilus qui semblaient ramasser des pommes.

Effrayée, la fillette appela ses parents, mais aussitôt la lumière et la barque disparurent. La petite a semblé très catégorique dans ses déclarations.

Jean Sider fait remarquer l'ambiguïté du mot "disparurent" et la coïncidence de ce que la disparition survient quand la fillette appelle ses parents.

[Ref. lh1] LARRY HATCH - "*U* COMPUTER DATABASE":

4403: 1954/11/18 06:00 2 2:47:00 O 48:07:00 N 3333 WEU FRN CDN 9:4

St.MAUDAN,FR:FILLE/12:GLOW-BOAT ^/CHAMP:3 POILU OIDES PRENNENT POMMES!:/LDLN#325

Ref#217 Jean SIDER: Le DOSSIER 1954 (2 vol.) Page No. 225 : PAYS DE FERMES

[Ref. ar1:] ALBERT ROSALES:

228.

Lieu. St Maudan France

Date: 14 novembre 1954

Heure: 0600 du matin

Une fille de 12 ans voit un engin lumineux en forme de bateau atterrir sur un champ voisin. Trois humanoïdes velus ont émergé de l'objet et ont commencé à cueillir des pommes d'un verger voisin. Aucune autre information.

HC addition # 2399

Source: LDLN # 325

Type: B

[Ref. ed1:] EMMANUEL DEHLINGER:

Cet auteur défend la thèse que les OVNIS sont causés par des militaires utilisant des ondes et autres appareils pour faire croire aux extraterrestres en trompant des témoins. Il étudie comme exemple de la thèse ce cas en indiquant qu'à Bomel, Saint-Maudan dans les Côtes-d'Armor a été vu le 18 novembre 1954 à 06:00, une barque lumineuse et deux petits êtres poilus semblant ramasser des pommes, avec une disparition sur place. Il suggère qu'il peut s'agir d'une "projection lumineuse?"

Il indique comme source LDLN N. 325 page 36.

[Ref. bo1:] BASE OVNI FRANCE:

Le site indique qu'à St Maudan dans les Côtes d'Armor, le 18 novembre 1954 à 06:00, au lieu-dit Bomel, une jeune fille aperçoit par la fenêtre tout près de la maison une sorte de barque étincelante au sol. Autour se trouvent deux petits êtres poilus qui semblent ramasser des pommes. L'enfant appele ses parents, mais tout avait disparu quand ils arrivent.

Il est indiqué que la source est Lumières dans la Nuit.

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 14 novembre 1954 à 06:00 à St Maudan, France, une fille âgé de 12 ans voit un engin en forme de bateau lumineux atterrir sur un champ voisin. Trois humanoïdes velus ont émergé de l'objet et ont commencé à cueillir des pommes d'un verger voisin.

La source est un lien vers une page inexistante.

[Ref. ud2:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 18 novembre 1954 à 06:00 à St Maudan, France, une fille de 12 ans voit "un bateau luminescent" descendre dans un champ. Trois nains velus sortent et cueillent des pommes.

Le site commente que c'était "une rencontre rapprochée avec un engin non identifié et ses occupants. Un objet lumineux en forme de bateau a été observé par un témoin féminin âgé de 12 ans dans un champ pendant deux minutes. Trois nains velus ont été vus.

La source est indiquée comme "Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002."

[Ref. te1:] SITE WEB "LA TAVERNE DE L'ETRANGE":

Parmi une liste de cas donnés sans date, sans source, sans contenu, on lit "Saint-Maudan et Mademoiselle Danièle Ponner".

L'auteur assure que des lettres récurrentes ou des nombres de lettres de 9 et 13 fréquents dans les noms de témoins et de lieux de quelques dizaines de cas présentés sans aucune réserve prouve ceci:

"On arrive à la conclusion qu'une partie au moins du jeu de pistes établi par les Responsables des OVNI : Met en scène l?'Ordre du Temple!"

[Ref. ni1:] "THE NICAP WEBSITE":

*14 nov. 1954 - A six heures du matin à Saint-Maudan, France une jeune fille de 12 ans a vu un engin posé au sol en forme de bateau lumineux dans un champ voisin. Trois humanoïdes poilus ont émergé de l'objet et ont commencé à cueillir des pommes dans un verger à proximité. (Source: Lumieres dans la Nuit, numéro n° 325).

[Ref. ta1:] SITE WEB "THINK ABOUT IT"

Lieu: St Maudan France

Date: 14 novembre 1954

Heure: 0600A

Une jeune fille de 12 ans voit un engin lumineux en forme de bateau atterrir sur un champ voisin. Trois humanoïdes poilus ont émergé de l'objet et ont commencé à ramasser des pommes d'un verger voisin.

Pas d'autres information.

Source: LDLN N° 325 257.

[Ref. gz1:] JULIEN GONZALEZ:

L'auteur indique qu'il y a eu une rencontre rapprochée du troisième type à Bomel, Saint-Maudan, Côtes d'Armor, le 18 novembre 1954 à 06h00:

Danielle Ponner, 12 ans, a été réveillée par une vive lueur et elle a aperçu par la fenêtre, tout près de la maison, une sorte de barque étincelante reposant à terre et, autour de la barque, deux petits êtres poilus qui semblaient ramasser des pommes. Effrayée, la fillette a appellé ses parents, mais la lumière et la barque ont tout de suite disparus.

Les sources sont indiquées comme Le Courrier Indépendant du 27 novembre 1954; Jean Sider, "Le dossier 1954 et l'imposture rationaliste", pages 225-226.

[Ref. pr2:] PETER ROGERSON - "INTCAT":

18 novembre 1954. 0600 BOMEL, SAINT-MAUDAN (COTES D'AMOUR [sic]: FRANCE)

Danielle Ponner (12 ans) a été réveillée par une lumière vive et, regardant par la fenêtre, elle a vu un objet lumineux comme un bateau sur le sol et près de lui deux petits êtres velus ramassant des pommes. Elle a appelé ses parents et quand elle l'a fait, la lumière et l'objet ont disparu. (URECAT citant Lumieres dans le [sic] Nuit 325 + Sider 1997 p225)

Evaluation - Gross suggère des ramasseurs de pommes, une autre possibilité est une hallucination hypnopompe ou faux réveil)

Note: La référence de source "URECAT" est mon dossier tel qu'il apparaît dans mon catalogue des RR3 URECAT; le contenu du dossier est sensiblement le même que pour le dossier de mon catalogue France 1954.

[Ref. dc1:] DOMINIQUE CAUDRON:

Pas de martien à Saint-Maudan

Voila encore un cas sorti des oubliettes par les patientes recherches de Michel Jeantheau.

Mais bien sûr, il n'y eut aucune contre-enquète, et nous ne devons pas avoir trop de remors à douter d'une histoire racontée par une fillette de 12 ans, qui venait de se réveiller en pleine nuit.

Le cas est raconté par Le Courrier Indépendant de l'époque

SAINT-MAUDAN

UNE FILLETTE DE DOUZE ANS AURAIT VU UNE SOUCOUPE

Jeudi matin de la semaine dernière, vers six heures, la petite Danielle Ponner, 12 ans, demeurant chez ses parents, à Bomel, en St-Maudan, fut réveillée par une vive lueur. Elle aperçut alors par la fenêtre, tout près de la maison, une sorte de barque étincelante reposant à terre et, autour de la barque, deux petits êtres poilus qui semblaient ramasser des pommes. Effrayée, elle appela ses parents, mais aussitôt la lumière et la barque disparurent. La fillette semble très catégorique dans ses déclarations.

(Le Courrier Indépendant, 27/11/1954, p. 3, communication de Michel Jeantheau)

Le cas refait surface en 1994

18 novembre, 6 h,

Bomel, Saint-Maudan, Côtes-du-Nord

La petite Danielle Ponner, 12 ans, demeurant chez ses parents, à Bomel, en Saint-Maudan, fut réveillée par une vive lueur. Elle aperçut alors par la fenêtre, tout près de la maison, une sorte de barque étincelante reposant à terre et, autour de cette "barque", deux petits êtres poilus, qui semblaient ramasser des pommes.

Efirayée, elle appela ses parents, mais aussitôt, la lumière et la barque disparurent.

La fillette se montra très affirmative dans ses déclarations.

source:

Le Courrier Indépendant, Loudéac, 27.11.54, p.3

(Lumières dans la nuit, n° 325, janvier-février 1994, page 36)

Puis en 1997, Jean Sider récupère ce cas. Il commence par copier le texte paru dans Lumières dans la nuit, tout en prétendant copier Le Courrier Indépendant, puis il ajoute:

Nota [Jean Sider]: Le lecteur aura encore relevé que le spectacle offert aux yeux du témoin "disparut". Comment ? On ne le saura probablement jamais. De plus, il "disparut" au moment où la fillette appelait ses parents. Une coïncidence qui n'en est pas forcément une pour le lecteur qui a bien suivi ma pensée exprimée à travers mes divers ouvrages. En effet, il semble que l'intelligence qui produit ces manifestations ait accès au cerveau des individus ciblés, qu'elle puisse lire dans les pensées, donc qu‘elle ait la possibilité de s'opposer à certaines de leurs initiatives.

Note [Dominique Caudron]: le lecteur peut remarquer aussi que Jean-Sider privilégie l'hypothèse un peu paranoiaque d'une action de l'objet sur la conscience du témoin, au lieu d'imaginer une hypothèse psychologique plus prosaïque. En fait, si les "occupants" de l'objet avaient pu agit sur la conscience du témoin, la petite n'aurait tout simplement rien vu du tout, puisque sa perception du phénomène aurait été bloquée, comme celle des autres témoins éventuels.

(Jean Sider, Le dossier 1954 et l'imposture rationaliste, Ramuel, 1997, page 225-226)

En 2014, le témoin était probablement encore vivant, mais personne n'avait réenquété. Tant pis. Julien Gonzalez garde l'observation

Bomel, Saint-Maudan, Côtes d’Armor, 18 novembre 1954, 06 h 00.

Danielle Ponner, 12 ans.

La jeune fille est réveillée par une vive lueur. Elle aperçoit par la fenêtre, tout près de la maison, une sorte de barque étincelante reposant à terre et, autour de la barque, deux petits êtres poilus qui semblent ramasser des pommes. Effrayée, la fillette appelle ses parents, mais aussitôt la lumière et la barque disparaissent.

Sources: Le Courrier Indépendant du 27 novembre l954; Jean Sider, Le dossier 1954 et l'imposture rationaliste, pages 225-226.

Note [Dominique Caudron]: Il est probable que l'auteur n'a lu que Sider, et pas l'article du Courrier Indépendant

(Julien Gonzalez, RR3 - Le Dossier des Rencontres du Troisième Type en France, Le Temps Présent, 2014, pp 163)

Conclusion

Encore une fois des ufologues se recopie les uns les autres, soit en enrichissant le récit, soit comme ici, en ne tenant pas compte des remarques de leurs prédécesseurs.

Et bien sûr, ni enquête, ni tentative de reconstitution objective des faits.

A Saint Maudan, il y a bien un hameau nommé Bomel, qui se trouve à 7 km au sud de Loudéac. Mais le 18 novembre, à 6h du matin, c'est la pleine nuit car le soleil ne se lève que vers 8 h 22.

La fillette a donc été réveillée en pleine nuit par une lueur insolite. Elle a vu ce qu'elle décrit, faute de mieux, comme une barque posée au sol, et deux petits être poilus qui semblaient ramasser des pommes. Elle n'a vu aucun engin atterrir, ni décoller, en sorte qu'un véhicule phares allumés, pourrait convenir. On peut aussi douter qu'à distance, et en pleine nuit, elle ait pu distinguer les poils des petits êtres.

Nous n'avons pas à invoquer un canular, car alors, la fillette aurait inventé quelque chose de plus conforme à la mythologie de l'époque qu'une barque et des petits êtres poilus.

Nous n'avons pas non plus à invoquer une hallucination, car on ne signale aucune séquelles, mêmes pas liées à la peur.

Nous n'avons donc pas à douter qu'il y ait bien eu un engin, et deux êtres. Mais une filette de 12 ans, réveillée en pleine nuit, ce n'est vraiment pas un observateur expérimenté, et c'est l'interprétation qui pose problème.

Comme le remarque Jean Sider, qui en profite pour placer une hypothèse très personnelle, dès que la fillette appela ses parents, tout disparut sans qu'on sache comment.

L'hypothèse, de loin la plus simple, est que, comme c'était en pleine nuit, la scène ne fut plus visible dès que la lumière s'éteignit, ce qui s'explique très simplement par un véhicule ayant éteint ses phares.

Une hypothèse plus tordue, est que, lorsque la fillette fut mieux réveillée, et eut assez de lucidité pour appeler ses parents, son interprétation de la scène changea, et qu'elle n'y vit plus rien d'insolite, mais ceci n'explique pas pourquoi la lumière s'éteignit.

Il ne reste donc que les deux "petits" êtres, vus quelques instants, sans qu'on sache quelle taille ils avaient vraiment, ni pourquoi ils lui ont paru velus.

Non vraiment, rien ne prouve que Saint-Maudan ait été visité par des martiens velus.

Dernière mise à jour: 03/11/2018

Explications:

Non encore recherchée.

En addition des points notés par Jean Sider, il est à noter que le témoin unique est une fillette de 12 ans et le comte rendu une citation d'article de journal. Aucune enquête ne semble avoir été menée, et le cas est de peu d'étrangeté. Une confusion avec des gens ramassant des pommes avec un éclairage ne peut être exclue.

Additions au 26 novembre 2018:

Les explications ci-dessus datent de la création de ce dossier le 8 novembre 2008. Au vu des nouvelles publications, je pense qu'un point peut être utile.

Le journal de 1954:

Le journal Le Courier Indépendant est la seule source à l'origine de cette affaire, la plus proche des faits. Je ne dispose pas moi-même d'un original. Dominique Caudron [dc1] en donne le texte, comme l'ayant reçu de Michel Jeantheau.

J'ai cru comprendre que Mr. Jeantheau est assis sur une montagne d'articles de presse français sur les soucoupes volantes, j'ai cru comprendre que c'est lui qui avait alimenté Jean Sider. La "découverte" du cas serait donc bien due à Michel Jeantheau, mais c'est Jean Sider qui publie le premier à ce sujet. Il me semble d'ailleurs que Sider est l'auteur de l'article de LDLN N° 325, dont il reprendra des contenus dans son livre de 1997 [js1].

Le cas se résume donc à:

"Jeudi matin de la semaine dernière, vers six heures, la petite Danielle Ponner, 12 ans, demeurant chez ses parents, à Bomel, en St-Maudan, fut réveillée par une vive lueur. Elle aperçut alors par la fenêtre, tout près de la maison, une sorte de barque étincelante reposant à terre et, autour de la barque, deux petits êtres poilus qui semblaient ramasser des pommes. Effrayée, elle appela ses parents, mais aussitôt la lumière et la barque disparurent. La fillette semble très catégorique dans ses déclarations."

Jean Sider:

Cet auteur a donc eu l'article, et brode naturellement autour de sa théorie ad-hoc sensée expliquer comme extraterrestre tout cas qui pourrait être une méprise: les "problèmes" du cas, ce qui le rend moins crédible, serait dût selon lui aux extraterrestres eux-mêmes. L'intérêt est qu'on ne peut pas le réfuter, puisque la réfutation pourrait être induite par les extraterrestres. L'ennui est que ces théories "non-réfutables", ces tautologies, ne permettent absolument aucune progression du savoir. Pour expliquer simplement la démarche de Jean Sider ici: si des gens prennent un ballon pour un OVNI, Sider arguera que les extraterrestres ont déguisé leur engin en ballon. Si des gens racontent avoir vu des extraterrestres "ridicules" faisant des choses "ridicules", il arguera que ce sont de faux extraterrestres fabriqués par de vrais extraterrestres non ridicules, dans un but de "manipulation". Et ainsi de suite.

Outre mon objection de principe aux théories auto-démonstratrices, s'ajoute ici l'objection très valable de Dominique Caudron [dc1]: si déjà les extraterrestres se livraient à des manipulations des témoins pour passer inaper%us, que ne le font-ils pas correctement en leur bloquant toute perception.

Larry Hatch:

Larry Hatch avait compilé une base de données informatique des observations d'OVNIS à une époque où les ordinateurs ne permettaient guère de stockage. Tout est donc réduit à quelques indicateurs. Hatch maintenait également une carte de monde avec localisation des cas provenant de sa base, et une liste des cas "discrédités". C'était méritoire, mais obsolète, et eu utile pour évaluer sérieusement un cas.

Albert Rosales:

Partant du catalogue HUMCAT de David Webb qu'il a enrichi, Rosales a construit un catalogue des rencontres rapprochées du troisième type. Malheureusement, aucune vérification de la valeur des cas n'est faite, une source unique souvent de seconde main est donnée pour chaque cas. ainsi, ce volumineux catalogue est une bonne aide pour un recensement des affaires, mais d'aucune aide quant à déterminer lesquelles seraient des canulars, des méprises... ou autre. Ici, par exemple, sa source donnée comme LDLN 325 ne permet pas de comprendre que c'est un cas provenant de la presse de 1954, ne permet pas de comprendre quand le cas a été rapporté. Pourtant la source de presse était donnée dans "LDLN 325". Il n'était donc pas correct d'assurer qu'il n'y aurait "aucune autre information" que ce qu'il donne.

Emmanuel Dehlinger

Il est l'auteur d'un "livre électronique" publié sur le Web. Pendant un certain nombre de cas, mais pas tous, essentiellement dans LDLN, et ne les évaluant pas, prenant donc en compte une large proportion de méprises et canulars, il construit une thèse selon laquelle ce sont... "les militaires" qui font voir des OVNSI aux gens, dans un but peu clair, qui serait de les convaincre que nous avons des visites extraterrestres. La thèse est parfaitement absurde - je le lui ai expliqué en son temps. Il ne faut rien connaître de l'histoire des OVNIS pour ne pas se rendre compte que ces derniers ont été pour les militaires plus une source d'ennui, de problèmes, que d'une quelconque utilité. (Bien entendu il arrive que des témoins prennent un avion, militaire ou non, pour un "OVNI" mais pour Dehlinger, les "statistiques" prouveraient que quasiment TOUS les rapports d'observations d'OVNIS seraient celles de "spectacles" volontairement mis en place par les militaires. Quels militaires? De quel pays? De quelles époques? Il n'a pas su me le dire. Comment explique-t-il que la très grande majorité des rapports trouvent des explications triviales (ballons, hélicoptères, météores, canulars,) au point qu'il n'y a vraiment nul besoin pour les moindre militaires de rajouter de "faux OVNIS", il ne l'explique pas.

Pour ce cas de Saint-Maudan, on le voit, son explication des plus courtes est: "projection lumineuse?" - et les être velus, alors?

Luc Chastan

A conçu une base de données des observations en France à partir de sources livresques essentiellement; mais les cas sont rarement évalué, la base comprend donc bien des méprises et canulars (comparer son année 1954 et la mienne par exemple).

UFOdna

Une base de données globale, reprise de l'ancien UFOCAT et enrichie, avec les mêmes problèmes que le catalogue d'Albert Rosales, mais aussi un certain nombre de doublons, de cas mal datés etc. Les évaluations sont rares, méprises et canulars abondent sans êtres indiqués comme tels.

"La Taverne de l'Etrange"

Si l'on s'est étonné des théories de Jean Sider ou Emmanuel Dehlinger, on atteint ici des sommets. Piochant dans des cas au hasard, sans aucune information décente, l'auteur trouve que certaines lettres reviennent souvent dans les noms des témoins, que les "villes" ont souvent 9 ou 13 lettres, et par un cheminement de la pensée que je pense ne jamais réussir à suivre, finit par conclure que les "Responsables des OVNIS" (?) font des "mises en scènes" pour certains témoins "choisis", tout cela en rapport avec... les Templiers."

"Think About It"

Site web qui s'est contenté de recopier tel quel le travail d'Albert Rosales et d'autres, sans donner aucun crédit à ces personnes, et sans la moindre valeur ajoutée.

Peter Rogerson

Ufologue Britannique qui dans les années 1970 était "convaincu", avait entrepris un catalogues des RR3 nommé INTCAT, de "qualité" similaire à celui d'Albert Rosales. Rogerson devient peu à peu "sceptique" et peu avant son décès publie une version incomplète et remaniée de son catalogue INTCAT. On y trouve des histoires de fantômes, de "Vierge Marie", beaucoup de cas sans aucune "entité" rapportée. Les cas sont présentés en brefs résumés avec nombreuses erreurs sur les noms de lieux ou de témoins lorsqu'il s'agit de cas français, les sources sont pauvrement notées et rarement de première main. Des "Evaluations" occasionnelles sont données, comme ici, reprenant ma proposition des cueilleurs de pommes, et ajoutant celle de l'hallucination hypnagogique (je ne saurais l'exclure, le cas est si pauvrement documenté que cela restera sans doute assez peu décidable).

Bilan:

Donc, à partir d'une histoire en trois phrases recueilli par un journaliste, avec comme témoin une enfant de 12 ans, on nous propose:

Je pense que les trois dernières explications sont les moins pires.

Je veux préciser que mes ramaseurs de pommes, de nuit, auraient pu avoir utilisé une lampe torche quelconque, peut-être accrochée à une branche, qui aurait ainsi dessiné "un objet lumineux comme un bateau sur le sol". Les êtres seraient velus parce qu'ils auraient porté des manteaux - c'est l'hiver.

Peut-être ces ramasseurs de pommes volaient-ils ces pommes. Quand la fillette appelle ses parents, ils l'ont peut-être entendue, et éteint leur lampe, ce qui expliquerait la "disparition". On nous dit bien que la disparition a lieu quand la fillette appelle.

Dans le journal, selon [dc1], on nous dit: "aussitôt la lumière et la barque disparurent." Il y aurait eu, alors, d'une part une lumière, d'autre part une "barque", Ce serait peut-être une lampe torche et une voiture garée.

Enfin, je tiens à dure que le n'exclut pas qu'il puisse s'agir d'extraterrestres. Mais, comme Dominique Caudron, je n'en vois pas la moindre preuve.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Bomel, Côtes-d'Armor, Saint-Maudan, Danielle Ponner, nuit, lueur, barque, objet, lumineux, occupants, deux, poilus, petits, échantillons, lumière

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 22 novembre 2008 Première publication.
0.2 Patrick Gross 29 janvier 2008 Conversion de HTML vers XHTML Strict.
1.0 Patrick Gross 23 décembre 2008 Première version formalisée. Additions [ud1], [ud2].
1.1 Patrick Gross 19 octobre 2014 Addition [ni1].
1.2 Patrick Gross 11 janvier 2017 Addition [ta1].
1.3 Patrick Gross 21 février 2017 Additions [gz1], Résumé.
1.4 Patrick Gross 26 novembre 2018 Additions [te1], [lh1], [pr2], [dv1]. Dans les Explications, addition de ce qui suit "Additions au 26 novembre 2018". Dans le Résumé, addition de "ou reçu de Michel Jeantheau" et de ce qui suit "En 2018".

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 26 novembre 2018.