France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

12 octobre 1954, Montluçon, Allier:

Référence pour ce cas: 12-oct-54-Montluçon. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. dt1:] JOURNAL "THE DERBY TELEGRAPH":

Scan

Un autre
qui tombe
du ciel?

UN PILOTE de "soucoupe volante" a été rapporté la nuit dernière comme ayant essayé de réapprovisionner en combustible sa machine de 12 pieds de long en forme de torpille aux dépens des Chemins de Fer Français.

M. Laugere, un cheminot, qui travaille à la gare de Montlucan [sic, Montluçon], dans le centre de la France, a dit qu'il a vu le pilote et sa machine à proximité d'un stock de carburant diesel là-bas.

MANTEAU VELU?

Il a demandé à l'homme, qui était couvert de poils ou portait un long pardessus velu, ce qu'il voulait. L'homme a dit quelque chose que M. Laugere n'a pas pu comprendre, mais il a pensé qu'il a entendu le mot "gasoil."

M. Laugere est parti pour aller en faire rapport au chef de gare, mais avant qu'il n'ait fait 100 mètres, la machine a décollé et a disparu.

C'est le rapport le plus récent dans un flot de comptes rendus français de mystérieux objets volants -- des soucoupes, des cloches, des champignons et d'autres formes.

[Ref. bt1:] JOURNAL "THE BELFAST TELEGRAPH":

Scan

Le pilote de soucoupe volante a demandé de l'essence, dit le cheminot

UN PILOTE de soucoupe volante a été rapporté la nuit passée comme ayant tenté de réapprovisionner en combustible sa machine en forme de torpille de 12 pieds de long aux dépens des chemins de fer français.

M. Laugere, un cheminot qui travaille à la gare de Montlucon, dit qu'il a vu le pilote et sa machine en dehors d'un entrepôt de diesel.

Il a demandé à l'homme, qui était couvert de poils ou portait un long pardessus velu, ce qu'il voulait. L'homme a dit quelque chose que M. Laugere n'a pas pu distinguer mais il a pensé qu'il a entendu le mot "gasoil."

M. Laugere s'est éloigné pour faire son rapport au chef de gare, mais avant qu'il n'ait parcouru 100 mètres la machine a décollée et a disparu.

C'est là le dernier rapport dans un flux des comptes rendus français sur de mystérieux objets volants, des soucoupes, des cloches, des champignons et toutes autres formes.

[Ref. pc1:] JOURNAL "LE POPULAIRE DU CENTRE":

Scan

Une "soucoupe volante" atterrit à Toulouse et trois témoins voient débarquer un être étrange

A Montluçon, un cheminot interpelle un "Martien"

Toulouse, 14 octobre (A.F.P.). -- Un scaphandrier de petite taille avec une tête grosse par rapport au corps, des yeux énormes, telle est la description que vient de faire un Toulousain, M. Oliver, d'un mystérieux personnage descendu d'un engin étrange qu'il a vu se poser hier à 19 h. 15, sur un terrain vague.

M. Olivier, propriétaire des établissement Javel Netto à Toulouse était accompagné d'un employé, M. Perano, et d'un jeune garçon d'une quinzaine d'années. Tout trois virent se poser l'engin lumineux, de forme sphérique et de couleur rougeâtre, puis aperçurent venir vers eux ce "personnage" dont le scaphandre, selon les dires des témoins, brillait comme du verre.

Par la suite, M. Olivier dessina à la craie d'une manière approximative, sur une porte, le scaphandrier. "Je n'y croyais pas, assure M. Perano, mais je l'ai vu tout comme je vous vois. Cela fait un sacré choc."

Après un temps très court, environ une minute, le scaphandrier regagna sa soucoupe volante qui s'envola à la verticale sans bruit dans le ciel à une vitesse prodigieuse en lançant un sillage de feu.

En raison de la nuit aucune constatation n'a pu être faite à l'endroit où se serait posé l'engin.

Près du Cher à Montluçon

Le dossier des soucoupes volantes s'est augmenté de plusieurs témoignages dont le plus important semble être celui d'un employé de la gare de Montluçon, M. Laugère, qui prit contact dimanche soir, avec un individu sorti d'un appareil en forme de torpille.

M. Laugère quittait son travail et traversait les voies à proximité du pont de la S.N.C.F. sur la route "Le Cher" lorsqu'il vit un engin métallique posé à peu de distance du réservoir de gas oil destiné à l'alimentation des autorails. A côté de l'appareil qui avait la forme d'une torpille et pouvait avoir quatre mètres de diamètre, se trouvait un homme, tout couvert de poils, à moins qu'il ne fût vêtu d'un manteau à poils un peu long.

M. Laugère, surpris, lui demanda ce qu'il faisait. L'inconnu lui répondit en termes inintelligibles, mais le cheminot sembla cependant distinguer les mots "gas oil".

M. Laugère ne lui en demanda pas d'avantage et s'en alla alerter ses camarades. A peine avait-il fait cent mètres, qu'il vit l'appareil s'élever à la verticale sans aucun bruit. Il disparut bientôt à ses yeux. Seule la crainte de l'ironie de ses camarades l'avait empêché, jusqu'à aujourd'hui, de conter son aventure.

Une "soucoupe" en Corrèze

M. Jean-Pierre Bartarange, cultivateur à La-Roche-de-Vic, commune d'Albussac (Corrèze) a aperçu une soucoupe volante qui lançait des feux de plusieurs couleurs. Elle volait à assez faible altitude.

[Ref. er1:] JOURNAL "L'EST REPUBLICAIN":

La chronique quotidienne (et variée) des soucoupes

Les papiers secrets du Martien espion n'étaient que feuilles volantes abandonnées au vent

Paris. -- Le dossier des soucoupes volantes s'est encore augmenté de plusieurs témoignages, dont l'un émanant d'un mécanicien de Léguevin (Haute-Garonne), a fait penser à quelques heures aux gendarmes et aux autorités militaires qu'ils se trouvaient en présence ni plus ni moins d'une affaire d'espionnage!

M. Jean Marty, 42 ans, se précipita mercredi matin à la brigade de gendarmerie pour faire part aux représentants de la loi de son étrange découverte.

"Je travaillais hier soir dans mon atelier, en bordure de la route de Toulouse, lorsque j'aperçus, non loin de Léguevin, une sorte de disque lumineux qui semblait flotter dans les airs. J'ai alors couru vers lui, car il n'était pas à plus de 5 mètres du sol, mais dès que j'approchai, il s'éleva sans bruit à la verticale et disparut.

"Intrigué, je m'approchai de l'endroit où il avait dû se poser et mon attention fut tout à coup attirée au milieu du champ par deux feuillets de papier glacé blanc couverts de lettres d'imprimerie. Je les ramassai soigneusement: les voici".

"Mais, c'est du chinois!"

Les gendarmes se penchèrent, intrigués sur les pièces de conviction. Les feuillets, type format commercial, n'étaient ni souillés, ni humides, ni froissés, mais d'une netteté absolue, comme s'ils venaient d'être arrachés d'une brochure neuve.

"Mais c'est du chinois!" s'exclama l'un des gendarmes. Heureusement Léguevin compte parmi ses habitants un brave militaire en retraite et polyglotte, M. Maggy. On alla le consulter, il fut formel: "C'est un texte écrit dans un dialecte annamite, le Kuoc-Nn. Les feuilles sont numérotées 9- 10 et 59-60, elles proviennent d'une brochure reproduisant un off-set, un document tapé à la machine. Mais attention, conclut gravement M. Maggy, je ne comprends pas tout il est question du Vietminh et du Vietnam".

Cette affirmation péremptoire suffit à déclencher une véritable enquête, la gendarmerie confiant à l'autorité militaire les deux feuilles révélatrices sans doute d'une importante affaire d'espionnage entre les Martiens, les Indochinois et les Français.

Ne laissez pas traîner vos papiers

C'est la sécurité aérienne qui prit la chose en mains et la mena rondement. On convoqua un traducteur dûment qualifié qui, après quelques instants d'examen, retint difficilement une irrésistible envie de rire. "Ces feuilles proviennent d'une brochure éditée par les services du prince Buu-Loc , elles ont sans doute été laissées à Léguevin par des Vietnamiens venus... y faire un pique-nique!" Les étudiants Vietnamiens sont, en effet, particulièrement nombreux à Toulouse, et Léguevin, situés à une vingtaine de kilomètres et à proximité des régions boisées du Gers, offre au toulousains un but de promenade recherché pendant leur week-ends. Quand au texte ultra secret, il traite d'arrivages de poissons dans les ports indochinois! Moralité: ne laissez pas traîner vos papiers!

Le choc d'un industriel toulousain

La région de Toulouse semble, du reste, être un terrain de prédilection pour les pilotes de soucoupes, car cette "affaire d'espionnage" était à peine classée que M. Olivier, industriel à Toulouse, mettait à nouveau en émoi les autorités. Mercredi, à 19h35, dans un faubourg de la ville, M. Olivier a vu un scaphandrier de 1m20 environ, avec une grosse tête et deux yeux énormes, qui est descendu d'un engin sphérique posé dans un terrain vague. Le personnage vint vers lui et son scaphandrier brillait comme du verre. Au bout d'une minute, il regagna son appareil et dut se courber pour monter dedans. Il disparut dans le ciel à une vitesse prodigieuse en laissant un sillage de feu. "Ca fait un fameux choc", a conclu M. Olivier, encore sous le coup de l'émotion.

Le Martien de Montluçon ne connaît qu'une expression: gas-oil!

M. Laugère, cheminot à la gare de Montluçon, a attendu plusieurs jours pour raconter son aventure, car il avait peur que ses camarades se moquent de lui. Mais comme il a vue dans les journaux qu'une rencontre avec un Martien n'était plus tellement exceptionnelle, il s'est décidé à parler. Son histoire remonte à dimanche soir, M. Laugère traversait les voies à proximité du pont de la S.N.C.F. sur la rivière "Le Cher", lorsqu'il vit un engin métallique posé à peu de distance d'un réservoir de gas-oil destiné à l'alimentation des autorails. A côté de l'appareil, qui avait la forme d'une torpille et pouvait avoir quatre mères, se trouvait un homme tout couvert de poils, à moins qu'il ne fût vêtu d'un manteau à poils un peu longs! M. Laugère, surpris, lui demanda ce qu'il faisait. L'inconnu lui répondit en termes inintelligibles mais le cheminot sembla cependant distinguer les mots "gas-oil". Le cheminot voulut retourner à la gare pour donner l'alerte, mais à peine avait-il fait cent mètres qu'il vit l'appareil s'élever à la verticale, sans bruit.

[Ref. vm1:] JOURNAL "VAR-MATIN - REPUBLIQUE":

Descendu d'un engin mystérieux, un scaphandrier de petite taille, mais aux yeux énormes, apparaît à trois toulousains

Les pilotes des soucoupes sont des plantes douées de raison" déclare le constructeur des V2.

Toulouse, 14 octobre. -- Un scaphandrier de petite taille avec une tête grosse par rapport au corps, deux yeux énormes, telle est la description que vient de faire ce soir, un toulousain, M. Olivier, d'un mystérieux personnage, descendu d'un engin sphérique qui venait de se poser sur un terrain vague.

M. Olivier, propriétaire des établissements Jaret Netis, rue des Fontaines à Toulouse, était accompagné d'un employé, M. Perano et un jeune garçon d'une quinzaine d'année.

Tous trois virent se poser l'engin mystérieux, de forme sphérique et de couleur rougeâtre. Puis ils aperçurent venir vers eux, le personnage, dont le scaphandre, aux dires des témoins, brillait comme du verre. Par la suite, M. Olivier, ancien pilote d'aviation, dessina à la craie, d'une manière saisissante, sur une porte, le scaphandrier. "Je n'y croyait pas, dit M. Perano, mais je l'ai vu comme je vous vois, cela fait un sacré choc".

Après un temps assez court, une minute, le scaphandrier regagna la sphère lumineuse, qui s'en alla à la verticale, sans bruit dans le ciel à une vitesse prodigieuse en lançant un sillage de feu.

Des traces

Des traces huileuses, ont été relevées ce matin en plusieurs endroits du terrain, selon les déclarations des témoins, l'engin se serait posé la veille sur ce terrain à 19h35.

La police de l'Air a interrogé ces trois personnes qui ont maintenu leurs déclarations. En précisant que le mystérieux individu mesurant environ 1,20 m, dépassait l'engin de la tête, par conséquent se courbait pour y entrer.

L'un des témoins a assuré que la soucoupe était entouré de reflet irisé et émettait autour d'elle un léger brouillard.

Il a ajouté qu'ayant voulu s'approcher, il avait été retenu à une vingtaine de mètres, par une force paralysante. Lorsque l'engin s'est élevé dans le ciel, il a été violement jeté à terre.

Etrange contact près de la gare de Montluçon

Le dossier des soucoupes volantes s'est augmenté de plusieurs témoignages dont le plus important semble être celui d'un employé de la gare de Montluçon, M. Laugère, qui prit contact dimanche soir, avec un individu sorti d'un appareil en forme de torpille.

M. Laugère quittait son travail et traversait les voies à proximité du pont de la SNCF, lorsqu'il vit un engin métallique posé à peu de distance du réservoir de Gas-oil destiné à l'alimentation des autorails. A côté de l'appareil qui avait la forme d'une torpille et pouvait avoir quatre mètres de diamètre, se trouvait un homme, tout couvert de poils, à moins qu'il ne fût vêtu d'un manteau à poils un peu long.

M. Laugère, surpris, lui demanda ce qu'il faisait. L'inconnu lui répondit en termes inintelligibles, mais le cheminot sembla cependant distinguer les mots "Gas-oil".

M. Laugère ne lui en demanda pas d'avantage et s'en alla alerter ses camarades. A peine avait-il fait cent mètres, qu'il vit l'appareil s'élever à la verticale sans aucun bruit. Il disparut bientôt à ses yeux. Seule la crainte de l'ironie de ses camarades l'avait empêché, jusqu'à aujourd'hui, de conter son aventure.

Le disque n'a pas atterri...

Un second témoignage a été recueilli: celui d'un jeune homme de 17 ans, Marc Germain, habitant Pontault, qui a déclaré au commissariat de cette localité, qu'il avait aperçu dans la nuit, pendant environ une demi-heure, un engin qui était à son avis, une soucoupe volante. Cet engin se trouvait dans le ciel à 200 ou 300 mètres d'altitude et avait la forme d'un disque très brillant. Il resta trente minutes immobile puis partit à une vitesse vertigineuse, laissant derrière lui une traînée de feu. Le jeune homme déclara qu'il n'avait pas alerté plus tôt le commissariat car il avait tenu à rester sur place au cas où la soucoupe aurait atterri.

Une boule dans le ciel de la Creuse

A St Marc-de-Lombaud (Creuse), des habitants de Vallières ont aperçu, dans la nuit de lundi à mardi, une boule blanche qui se déplaçait dans le ciel. La boule changea de couleur, disparut et réapparut avant de disparaître définitivement.

Un simple ballon

Par contre, une mise au point vient d'être faite aujourd'hui par une personne, concernant la "soucoupe" qui fut aperçue au-dessus de la région de St André, à la limite du Eure de l'Eure et de l'Eure et Loire, samedi vers 18h30.

Mme Amonts de Groth-Soret a affirmé que l'objet n'était qu'un simple ballon. "Un dessin, dit-elle, paraissait peint en couleur rouge sur le sommet du ballon et des cordages maintenant la nacelle".

Sept minuscules êtres aperçus dans le Gard...

Plusieurs chasseurs de la commune de St Ambroise (Gard) auraient récemment aperçu sept êtres minuscules dont la forme rappelait vaguement celle d'un corps humain. Lorsqu'ils tentèrent d'approcher, les êtres se précipitèrent vers un engin phosphorescent qui s'envola aussitôt.

A l'emplacement où se trouvaient les pilotes de la soucoupe volante, les chasseurs découvrirent sur le sol un certains nombres de graines d'aspect bizarre qu'ils firent examiner par des grainetiers. Ceux-ci se trouvèrent dans l'impossibilité de les classer dans une espèce connue.

Les "pilotes" sont des plantes:

Hambourg – "Les pilotes des "soucoupes volantes" sont des plantes douées de raison". Telle est la théorie qu'a exposée à un correspondant de l'Agence France Presse, le Professeur Hermann Oberth, inventeur et constructeur de la célèbre fusée "V.2".

Selon le savant allemand, les "Uranides" (tel est le nom dont il baptise ces plantes) ont des milliers d'années d'avance sur les hommes terriens tant en ce qui concerne leur évolutions spirituelle que leur technique. La patrie d'origine des Uranides serait une planète où il n'existe pas d'oxygène à l'état gazeux, ce qui interdit le développement d'une vie animal. Les plantes par contre, tirent l'oxygène qui leur est nécessaire d'oxydes contenus dans le sol.

La planète en question se trouveraient en dehors du système solaire, mais les engins mystérieux dans lesquels se déplacent les plantes intelligentes pourraient se déplacer à une vitesse proche de celle de la lumière (300 000 km/s). Ceux de ces engins vus au-dessus de la terre seraient chargés de surveiller les progrès de l'humanité terrienne dans les sciences atomiques parce que ces progrès "représentent un danger pour l'ensemble du cosmos".

[Ref. st1:] JOURNAL "THE STAR TRIBUNE":

Scan

Comment Dit-On 'Faire Le Plein' en Martien?

PARIS -- (Reuters) -- Un pilote de "soucoupe volante", jeudi soir, aurait essayé de ravitailler sa machine "torpille" de 12 pieds au détriment des chemins de fer de l'Etat français.

Un cheminot à la gare de Montluçon, dans le centre de la France, a déclaré qu'il avait vu le pilote et sa machine à l'extérieur d'un réservoir de pétrole là-bas.

Il a demandé à l'homme couvert de poils ou portant un manteau long et velu, ce qu'il voulait. L'homme a dir quelque chose comme "gasoil."

Le travailleur est parti pour le signaler au chef de gare, mais la machine a décollé.

[Ref. hw1:] HAROLD T. WILKINS:

L'auteur indique qu'à Montluçon, en France, en 1954, a été allégué qu'un bagagiste des chemin de fer a réellement attrapé une entité débarquée d'une soucoupe en forme de torpille de douze pieds, tandis que l'entité essayait de prendre de l'essence d'un réservoir de la compagnie de chemin de fer. L'entité a été décrite comme particulièrement velue, elle a baragouiné, puis "filé dans les cieux."

[Ref. gb1] GRAY BARKER:

A une gare, Montlucon, en France centrale, un pilote d'un cigare volant a apparemment manqué d'essence -- ou de ce qu'il utilisait -- et a essayé de réapprovisionner sa machine en combustible aux dépens des chemins de fer français. M. Laugere, un employé de la gare, a vu le pilote et son engin de 12 pieds en forme de torpille et a demandé ce qu'il voulait. Bien que M. Laugere n'ait pas pu comprendre toute la réponse, en une certaine langue étrange, il a pensé qu'il a entendu le mot "gasoil."

Le soucoupien était couvert de poils, ou portait un long pardessus velu. Quand M. Laugere a commencé à rapporter l'étrange demande au chef de gare la machine s'est enlevée et a disparu.

[Ref. am1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel mentionne le cas en conjonction avec d'autres mais ne donne pas les détails de l'observation.

[Ref. mc1:] "MICHEL CARROUGES":

Michel Carrouges indique que dans l'observation Laugère, des paroles ont été adressées au témoin par le pilote de la soucoupe.

[Ref. db1:] ISABEL DAVIS ET TED BLOECHER:

31. Rencontre à Montlucon (Allier), France, 12 octobre, par M. Laugere: Belfast (Irlande du Nord) Daily Telegraph, 19 octobre; AP et UP, dans de nombreux articles américains aux environs du 15 octobre et plus tard.

[Ref. jv5:] JACQUES VALLEE:

294 -002.59821 46.34100 11 10 1954 MONTLUCON-ALLIER F 151 C** 273

[Ref. jv5:] JACQUES VALLEE:

314 -002.59821 46.34100 12 10 1954 MONTLUCON-ALLIER F 011 C *283

[Ref. jv1:] JACQUES VALLEE:

243

12 Octobre 1954, dans la soirée. Montluçon (France):

M. Laugère, employé de la S.N.C.F., a vu un engin métallique en forme de torpille sur le sol près d'un réservoir de gas-oil. Un individu, couvert de poils, se tenait à côté, émettant des sons incompréhensibles. Le témoin alla chercher des amis mais la chose disparut pendant ce temps.

(Paris-Presse, Libération, 15 oct 1954) (63; M 167).

[Ref. jv2:] JACQUES VALLEE:

L'auteur indique que le 12 octobre 1954, un employé des chemins de fer de Montluçon a vu un appareil métallique en forme de torpille, au sol près d'un réservoir de gaz-oil. Un individu, couvert de poils, se tenait près de l'objet; il émettait des sons qu'il n'a pas compris. Le témoin alla chercher ses amis, mais quand ils sont revenus, la chose avait disparu.

[Ref. gl1:] CHARLES GARREAU ET RAYMOND LAVIER:

Les deux auteurs indiquent que le 12 octobre 1954 dans la soirée, selon le catalogue de Jacques Vallée et le magazine Lumière Dans La Nuit N. 102, M. Laugères, employé de la S.N.C.F. voit un objet métallique en forme de torpille au sol près d'un réservoir de gaz oil.

Un petit être couvert de poils se tient à côté, prononçant des sons incompréhensibles.

Mr. Laugères va chercher des amis mais quand ils reviennent il n'y a plus rien.

[Ref. mf1] FRANCAT, MICHEL FIGUET:

12.10.1954

Montluçon

M. Laugère fut victime d'un canular orchestré par des employés de la S.N.C.F., "OVNI", p. 668, "INFO OVNI" du groupe 03100 N°1.

Note: S.N.C.F. signifie Société Nationale des Chemins de Fers Français, la compagnie nationale des transports ferroviaires.

[Ref. bb1:] GERARD BARTHEL ET JACQUES BRUCKER:

Les auteurs indiquent que le 12 octobre 1954 à Montluçon dans l'Allier, un cheminot a rencontré dans une zone ferroviaire un étrange petit être couvert de poils.

Il a pris la fuite et assisté de loin au départ de l'engin.

C'était une farce facile, réalisée avec une vieille peau de chèvre et une fusée de feu d'artifice. Le témoin trop crédule s'était laissé prendre et son imagination avait fait le reste.

[Ref. fr1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Les auteurs indiquent dans leur section consacrée aux canular qu'à Montluçon, dans la soirée, monsieur Laugère, employé des chemins de fer, décédé, effectuait une tournée d'inspection dans la gare a observé un appareil en forme de torpille, de 4 à 5 mètres de long posé au-dessus d'un réservoir de gaz-oil pour autorail.

Un petit être couvert de poils ou vêtu d'un manteau à poils se tenait à côté. Il adresse la parole à M. Laugère dans une langue incompréhensible. Monsieur Laugère a été pris de panique et d'est mis à fuir en appelant ses camarades de travail.

A 100 mètres environ, il s'est retourné et a pu voir l'engin, décrit par les auteurs comme une lumière, disparaître dans le ciel à la verticale.

Les auteurs indiquent qu'il s'agissait en réalité de quelques cheminots qui avaient décidé de jouer un bon tour à leur collègue trop crédule.

L'un d'eux avait revêtu une vieille "peau de bique", avait grogné et agité une lampe devant Mr. Laugère. Pendant qu'il fuyait, un autre cheminot avait tiré en l'air une fusée d'artifices afin de simuler le départ d'un OVNI.

Les auteurs indiquent que les sources sont le catalogue Vallée, cas N.243 et Info-OVNI, "Le Lapin et le Renard", par le Groupe 03100, et les journaux Paris-Presse et Libération du 15 octobre 1954.

[Ref. bh1:] ROBERT E. BARTHOLOMEW AND GEORGE S. HOWARD:

Les auteurs indiquent que le 12 octobre 1954, en soirée à Montlucon, France, Mr. M. Laugere, ouvrier de chemin de fer, a rencontré un objet métallique en forme de torpille près d'un réservoir de gasoil.

Un être "couvert de poils ou porter un long pardessus velu" se tenait tout près, Laugere a demandé ce qu'il voulait, et l'être a dit un mot qui a ressemblé à "gasoil."

Tandis que Laugere se sauvait, l'engin s'est envolé.

Les auteurs indiquent que les sources sont le Christian Science Monitor, du 15 octobre 1954, et Jacques Vallee, Passport to Magonia, Chicago, Henry Regnery, 1969, page 226.

[Ref. ma1:] BASE DE DONNEES D'OBSERVATIONS DE MARK CASHMAN:

Montlucon (France).

12/10/1954 soirée

Un employé des chemins de fer, M. Laugère, a vu un engin métallique en forme de torpille sur le sol près d'un réservoir de gas-oil. Un individu couvert de poils se tenait à côté, émettant des sons incompréhensibles. Le témoin alla chercher des amis mais la chose disparut pendant ce temps.

[Ref. go1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

L'ufologue belge indique dans sa chronologie que le 12 octobre 1954 dans la soirée, en France à Montluçon dans l'Allier, selon Garreau et Lavier dans "Face aux extra-terrestres", Delarge éditeur, J'ai Lu, 1975 p. 105, M. Laugère a aperçu un objet métallique en forme de torpille posé sur le sol, près d'un réservoir de gas-oil. Un petit être couvert de poils se tenait à côté, émettant des sons incompréhensibles. M. Laugère est allé chercher des amis, mais quand ils reviennent, l'engin a disparu.

Geneviève Van Overmeire précise qu'en réalité, selon M. Figuet et J.L. Ruchon dans "Ovni, premier dossier complet..." chez Alain Lefeuvre 1979, page 668), il s'agissait de quelques cheminots qui avaient décidé de jouer un bon tour à un collègue trop crédule, l'un d'eux s'étant vêtu d'une vieille peau de bique, et tout en grognant avait agité une lampe devant M. Laugère. Pendant qu'il fuyait, un autre cheminot tirait en l'air une fusée d'artifices afin de simuler le départ de l'ovni.

[Ref. lh1:] LARRY HATCH:

! 1954/12/10 MONTLUCON, 03, FR: TORPILLE + ETRE SUR TRRE: Farce contre homme crédule.

[Ref. ar1] ALBERT ROSALES:

153.

Lieu. Montlucon France

Date: 12 octobre 1954

Heure: soirée

M Laugere, un employé ferroviaire, a vu une longue torpille métallique de 12 pieds reposant près d'un réservoir de carburant diesel. Tout près il y avait homme "couvert de cheveux [/poils] ou portant un long, pardessus velu." Laugere lui a demandé ce qu'il voulait; la réponse n'a pas été comprise, mais il a pensé qu'il a entendu le mot "gasohol." Laugere est allé faire rapport au chef de gare mais avant qu'il ait fait 100 mètres la machine a décollé.

Humcat 1954-90

Source: Jacques Vallee, Passport to Magonia

Type: C

[Ref. dj1] DONALD JOHNSON:

Donald Johnson indique que le 12 octobre 1954, un employé de chemin de fer, M. Laugere, a vu un engin en forme de torpille et métallique sur le sol près d'un réservoire de gas/oil à Montlucon, France, avec un humanoïde velu se tenant à côté et émettant des sons qui n'ont pas été compris.

Le témoin est allé chercher ses amis, mais la chose avait disparu dans l'intervalle.

Donald Johnson indique que ses sources sont Aimé Michel, Flying Saucers and the Straight Line Mystery, page 167; et Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, page 226.

[Ref. jb1:] JEROME BEAU:

Jérôme Beau indique que le mardi 12 octobre 1954 dans la soirée à Montluçon en France, M. Laugère, employé SNCF, a vu un engin métallique en forme de torpille sur le sol près d'un réservoir de gasoil. "1 individu, couvert de poils, se tient à côté, émettant des sons incompréhensibles. Le témoin va chercher des amis mais la chose disparaît pendant ce temps."

Jérôme Beau indique que ses sources sont Paris-Presse, Libération, 15 octobre 1954.

[Ref. jb2:] JEROME BEAU:

Exemples de témoignages rapportant des êtres poilus

[... Autres cas ... ]

Montluçon le 12 octobre 1954

[... Autres cas ... ]

[Ref. lc1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique que dans l'Allier à Montluçon le 12 octobre 1954 à une heure non connue il y a eu "Observation d'un disque posé au sol et d'une entité."

La source est indiquée être "M.O.C. par Michel Aimé ** Arthaud 1958".

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 12 octobre 1954 en soirée, à Montlucon, en France, "rencontre rapprochée avec un engin non identifié et ses occupants. Un objet en forme de torpille métallique a été observé par un témoin masculin expérimenté sur une voie de chemin de fer. Un être velu a été vu. Explication: Farce."

Le site web ajoute: "M Laugere, un employé ferroviaire, a vu une longue torpille métallique de 12 pieds reposer près d'un réservoir de carburant diesel. Tout près était un homme "couvert de poils ou portant un long pardessus velu." Laugere lui a demandé ce qu'il voulait; la réponse n'a pas été comprise, mais il a pensé qu'il a entendu le mot "gasohol." Laugere est allé faire rapport au chef de gare, mais avant qu'il ait été à 100 mètres la machine a décollé."

Les sources sont indiquées comme Webb, David, HUMCAT: Catalogue of Humanoid Reports; Michel, Aime, Flying Saucers and the Straight-Line Mystery, S. G. Phillips, New York, 1958; FSR, FSR (formerly Flying Saucer Review), FSR, Londres, 1966; Bowen, Charles, The Humanoids: FSR Special Edition No. 1, FSR, Londres, 1966; Pereira, Jader U., Les Extra-Terrestres, Phenomenes Spatiaux, Paris, 1974; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (dans JVallee01); Vallee, Jacques, A Century of Landings (N = 923), (dans JVallee04), Chicago, 1969; Schoenherr, Luis, Computerized Catalog (N = 3173); Carrouges, Michel, Les Apparitions de Martiens, Fayard, Paris, 1963; Delaire, J. Bernard, UFO Register Volume 7 (1976), Data Research, Oxford, 1976; Coupures de Journaux; Hatch, Larry, données internet; Rosales, Albert, Humanoid Sighting Reports Database.

[Ref. lm2:] SITE WEB DU JOURNAL "LA MONTAGNE":

[... Autre cas ... ]

Mais les faits mystérieux ne se déroulent pas seulement dans le ciel. Le 12 octobre, à Montluçon, un cheminot découvre sur la voie ferrée un être couvert de poils qui parle un langage incompréhensible. Paniqué, le cheminot s'enfuit tandis qu'un engin lumineux décolle derrière lui.

[...]

Ainsi, la créature velue de Montluçon n'était qu'un collègue de travail du témoin, déguisé avec une peau de chèvre. Et son engin volant : une fusée de feu d'artifice.

[... Autre cas ... ]

[Ref. pr1:] PETER ROGERSON:

12 octobre 1954. Soir

MONTLUCON (ALLIER: FRANCE)

Un employé du chemin de fer Mr Laugere a vu un engin métallique en forme de torpille sur le sol près d'un réservoir de pétrole. Une personne couverte de poils se tenait à proximité, en poussant des sons qui n'ont pas été compris. Le témoin est allé chercher ses amis, mais la chose a disparu dans l'intervalle.

Jacques Bonabot citant Dubois et Giraud décrivant cela comme "un canular par des ouvriers"

(Vallee cas 243 citant Paris-Presse + Liberation 15 Oct 1954:: Heiden citant Carrouges 1967 p 141)

[Ref. ta1:] SITE WEB "THINK ABOUT IT":

Lieu: Montlucon France

Date: 12 octobre 1954

Heure: soir

M Laugere, un employé de chemin de fer, vit une torpille métallique de 12 pieds de long à côté d'un réservoir de carburant diesel. A proximité il y avait un homme "soit couverte de poils ou de portant un long manteau poilu." Laugere lui a demandé ce qu'il voulait; la réponse n'a pas été comprise, mais il crut entendre le mot "gasohol." Laugere est allé rendre compte au chef de gare, mais avant qu'il n'ait fait 100 mètres la machine a décollé.

Source: Jacques Vallee, Passport to Magonia 243

Farce jouée à un homme crédule

[Ref. ni1:] "THE NICAP WEBSITE":

*12 oct. 1954 - Lors de cette soirée un employé de chemin de fer, Mr. Laugere, a vu un engin d'aspect métallique en forme de torpille sur le sol près d'un réservoir de gaz/pétrole à Montluçon, France. Un humanoïde velu se tenait à proximité, émettant des sons qui n'ont pas été compris. Le témoin est allé chercher ses amis, mais la chose avait disparu dans l'intervalle. (Sources: Aime Michel, Flying Saucers and the Straight Line Mystery, p. 167; Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, p. 226, cas n° 243).

[Ref. gz1:] JULIEN GONZALEZ:

L'auteur indique qu'il y a eu une fausse rencontre rapprochée du troisième type à Montluçon, Allier, le 12 octobre 1954, le soir:

M. Laugère, employé de la gare de Montluçon, quittait son travail, traversant les voies à proximité du pont de la SNCF, lorsqu'il a vu un engin en forme de torpille métallique de 3 à 4 mètres de long posé à peu de distance d'un réservoir de gas-oil, destiné à l'alimentation des autorails. A côté de l'appareil se trouvait un homme tout couvert de poils, à moins qu'il n’ait été vêtu d'un manteau à poil un peu long. Le témoin, surpris, lui a demandé ce qu'il faisait, et l'inconnu lui a alors répondu dans une langue incompréhensible. M. Laugère ne lui en a pas demandé davantage et a pris la fuite. A 100 mètres environ, en se retournant, il a pu voir l'engin qui disparaîssait dans le ciel à la verticale.

Les sources sont indiquées comme Centre-Matin du 14 octobre 1954; Michel Carrouges, Les Apparitions de Martiens, page 108.

Julien Gonzalez indique qu'en réalité, quelques cheminots avaient décidé dc jouer un bon tour à un collègue trop crédule. L'un deux s'était vêtu d'une "peau de bique" et tout en grognant, avait agité une lampe devant M. Laugère. Lorsque ce dernier avait pris la fuite, un autre cheminot avait tiré une fusée de feu d'artifice pour faire croire au départ d'un engin spatial.

Il indique que la source de l'explication est INFO-OVNI, n° spécial "Catalogue des atterrissages en Auvergne", avec une contre-enquête de M. Jean Giraud.

[Ref. ub1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas 14 fois au lieu d'une:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541012 12.10.1954 Montlucon France Soir RR III
19541012 12.10.1954 Montlucon France Soir RR III
19541012 12.10.1954 Montlucon France Soir RR III
19541012 12.10.1954 Montlucon France Soir RR III
19541012 12.10.1954 Montlucon France RR III
19541012 12.10.1954 Montlucon France RR III
19541012 12.10.1954 Montlucon France Soir RR III
19541012 12.10.1954 Montlucon France
19541012 12.10.1954 Montlucon France
19541012 12.10.1954 Montlucon France Soir RR III
19541012 12.10.1954 Montlucon France
19541012 12.10.1954 Montlucon France CE II
19541012 12.10.1954 Montlucon France Tombée de la nuit RR III
19541012 12.10.1954 Montlucon France Soir RR III

Explications:

Farce.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Montluçon, Allier, Laugère, objet, engin, métallique, cigare, torpille, occupant, humanoïde, poils, sons, langage, atterrissage, farce, canular

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 2 mars 2009 Première publication.
1.0 Patrick Gross 11 mars 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [lc1], [ud1].
1.1 Patrick Gross 14 mars 2010 Addition [mc1].
1.2 Patrick Gross 28 juin 2010 Addition [jv5].
1.3 Patrick Gross 17 août 2010 Addition [vm1].
1.4 Patrick Gross 22 octobre 2011 Addition [lm2].
1.5 Patrick Gross 30 octobre 2011 Addition [jb2].
1.6 Patrick Gross 14 août 2013 Addition [pr1].
1.7 Patrick Gross 9 octobre 2014 Addition [ta1].
1.8 Patrick Gross 15 novembre 2014 Addition [ni1].
2.0 Patrick Gross 7 octobre 2016 Addition [bb1].
2.1 Patrick Gross 6 décembre 2016 Additions [gb1], [er1], [ub1].
2.2 Patrick Gross 6 janvier 2017 Addition [db1].
2.3 Patrick Gross 19 janvier 2017 Addition [pc1].
2.4 Patrick Gross 20 février 2017 Addition [gz1].
2.5 Patrick Gross 23 septembre 2017 Addition [st1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 23 septembre 2017.