France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

10 octobre 1954, Cussy-les-Forges, Yonne:

Référence pour ce cas: 10-oct-54-Cussy. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. jg1:] JIMMY GUIEU:

L'écrivain de science-fiction et ufologue Jimmy Guieu indique qu'il a enquêté auprès de deux témoins "absolument dignes de foi", Daniel Grapin et François Bolatre, aide-géomètre, et n'a pas eu "l'impression qu'ils avaient rêvé" au sujet d'un incident le 10 octobre 1954 à 2 heures du matin, entre Epoisses et Toutry en Côte-d'Or.

Les deux témoins roulaient à mobylette par un temps très légèrement couvert, et Guieu cite François Bolatre comme lui disant qu'ils ont soudain aperçu une sphère orangée d'un diamètre apparent égal à celui de la pleine lune, qui montait et descendait dans le ciel, un engin apparaissait et disparaissait alternativement, qu'ils ont ensuite perdu de vue. 15 kilomètres plus loin, ils ont vu une lueur orangée au milieu de la route et ont constaté en s'en approchant, qu'il s'agissait d'une énorme sphère éblouissante de 3.50 mètres de diamètre environ, qui illuminait vivement la route sur laquelle elle était posée.

Stupéfaits, ils se sont arrêtés, et ont tout à coup réalisé que la sphère se rapprochait, avançant vers eux sans rouler, assez lentement d'abord, puis, insensiblement, augmentant sa vitesse pour filer droit sur eux. Effrayés, ils ont vite tourné leurs mobylettes et démarré plein gaz dans la direction d'où ils étaient venu "et ce, sans nous retourner!"

François Bolatre précise qu'à aucun moment, la chose de les a dépassé, et qu'ils ignorent par conséquent à quel moment il s'est élevé et dans quelle direction il s'est envolé, et que leur observation avait duré 3 à 4 minutes environ.

Jimmy Guieu commente qu'il "serait évidemment trop facile de taxer d'hallucination" les deux messieurs "ainsi que les centaines d'autres témoins d'atterrissages de soucoupes volantes", solution qu'il indique avoir été choisie par les savants mais ne pas le satisfaire, et que les affirmations officielles et prétendument scientifiques selon lesquelles les soucoupes volantes sont des chimères sont suspectes et réfutées par le fait que les gens continuent à en voir.

[Ref. jv5:] JACQUES VALLEE:

285 -004.15971 47.50380 10 10 1954 EPOISSES-TOUTRY F 002 2G

[Ref. jv1:] JACQUES VALLEE:

225

10 Octobre 1954. Epoisses, (France):

Entre ce village et Toutry, Daniel Grapin et François Bolatre, topographes, ont vu une sphère lumineuse de 3,50 m de diamètre, posée près de la route N454. (Quincy).

[Ref. jv2:] JACQUES VALLEE:

L'auteur indique que le 10 octobre 1954, entre Epoisses et Toutry, à environ 13 kilomètres de Semur-en-Auxois, deux hommes ont vu au sol une sphère lumineuse de 3 m 50 de diamètre.

[Ref. gl1:] CHARLES GARREAU ET RAYMOND LAVIER:

Les deux auteurs indiquent que le 10 octobre 1954, à 02:00, près de Cussy-les-Forges dans l'Yonne, le temps était légèrement couvert. Deux cyclomotoristes, M. Daniel Grapin et François Bolatre, venant d'Epoisses roulent en direction de Toutry sur la RN 454. Devant eux, alors qu'ils viennent de gravir une petite côte dans la traversée d'un bois, ils découvrent une sphère orangée, de la grosseur de la pleine lune, qui se livre à un étrange mouvement d'ascenseur dans le ciel comme une araignée descendant et remontant le long de son fil. L'engin disparaît à nouveau derrière des obstacles naturels.

Ils donnent ce récit de François Bolatre:

"Mais 15 kilomètres plus loin, alors que nous avons dépassé Cussy-les-Forges, nous avons vu une lueur orange au milieu de la route. En nous rapprochant, nous nous sommes rendus compte qu'elle provenait d'une sphère éblouissante de 3,50 mètres de diamètre environ posée au milieu de la route. Nous nous sommes arrêtés, vaguement inquiets. Tout à coup, nous avons réalisé que la sphère se rapprochait doucement de nous, sans rouler. Puis elle a augmenté insensiblement de vitesse et a filé droit sur nous. Effrayés, nous avons fait demi-tour et foncé plein gaz, sans nous retourner. A aucun moment, l'engin ne nous a dépassés. Nous n'avons donc pas vu comment il s'est éloigné."

[Ref. fr1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Les auteurs indiquent que le 10 octobre 1954, à deux heures, une observation d'une durée de 4 minutes a eu lieu sur la Nationale 454, entre Espoisses et Toutry et Cussy-les-Forges, avec comme témoins Daniel Grapin et François Bolatre, un aide-géomètre.

Ces deux témoins roulaient en cyclomoteur par un temps légèrement couvert, quand ils ont aperçu une sphère orangée, de la grosseur de la pleine lune, qui montait et descendait dans le ciel, apparaissant et disparaissant alternativement, puis disparaissant à leur vue au bout de quelques instants.

Quand ils ont été à la sortie de Cussy-les-Forges dans l'Yonne, ils ont constaté la présence au milieu de la route, d'une lueur orangée, qui provenait d'une sphère éblouissante de 3 mètres 50 environ, qui illuminait vivement la route sur laquelle elle était posée.

Ils ont été stupéfaits, se sont arrêtés et ont constaté que cet objet se rapprochait d'eux d'abord lentement, puis de plus en plus vite.

Ils ont été effrayés, ont tourné leurs cyclomoteurs en direction de Cussy-les-Forges, et ont pris la fuite sans se retourner.

Les auteurs indiquent que les sources sont le catalogue Vallée, cas 225; Jimmy Guieu dans Blackout sur les S.V., pp 208-209; C. Garreau et R. Lavier dans Face aux E.T., p.46-47; Quincy; et U.F.O.-Informations, le bulletin de l'A.A.M.T., N.15, pp 5-6: OVNI et Géographie de M. Figuet.

[Ref. go1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

Godelieve van Overmeire indique qu'en 1954, le 10 octobre, en France, à Epoisses (Côte d'Or), "Entre Epoisses et Toutry, les topographes Daniel Grapin et François Bolatre ont vu une sphère lumineuse de 3,50 m de diamètre posée près de la nationale 454."

La source en est indiquée comme "Quincy" et "Jacques Vallée: "Chronique des apparitions ET" - DENOEL 1972 - J'AI LU COLL. - p. 274, 275".

Elle indique qu'une autre version est: "Les deux témoins en cyclomoteur, par temps légèrement couvert, aperçoivent une sphère orange de la grosseur de la pleine lune, qui monte et descend dans le ciel. Elle disparaît à leur vue au bout de quelques instants. A la sortie de Cussy les Forges ils constatent la présence d'une lueur, provenant d'une sphère éblouissante de 3m50 environ, qui illumine vivement la route sur laquelle elle est posée. Ils s'arrêtent et constatent que l'objet se rapproche d'eux lentement, puis de plus en plus vite. Effrayés ils tournent leurs cyclomoteurs et prennent la fuite sans se retourner."

La source en est indiquée comme "M. FIGUET/ J.L. RUCHON: 'Ovni, Premier dossier complet...' éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 141".

[Ref. mc1:] BASE DE DONNEES DE MARK CASHMAN:

Epoisses (France).

10/10/1954

Entre Epoisses et Toutry, Daniel Grapin et François Bolatre, topographes, ont vu une sphère lumineuse de 3,50 m de diamètre, posée près de la route N454.

[Ref. dj1:] "ON THIS DAY" DE UFOCAT:

Ce jour là

10 octobre

[...]

1954 - A Epoisses, en France entre Epoisses et Toutry, Daniel Grapin et Francois Bolatre, topographes, ont vu une sphère lumineuse de 3.5 mètres de diamètre près du sol sur la route N454.

(Sources: Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, p. 223).

[Ref. jb1:] JEROME BEAU:

Dimanche 10 octobre 1954

[...]

Entre le village de Epoisses (Côte-d'Or, France) et Toutry, Daniel Grapin et François Bolatre, topographes, voient 1 sphère lumineuse de 3,50 m de diamètre, posée près de la N454 (1).

[...]

(1) Quincy

[Ref. lc1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique que dans l'Yonne à Cussy les Forges le 10 octobre 1954 à 02:00 heures "Les deux témoins roulent en cyclomoteur par un temps légèrement couvert. Ils aperçoivent une sphère orangée qui monte et descend dans le ciel, cet engin apparaît et disparaît alternativement. Elle disparaît à leur vue au bout de quelques instants."

"A la sortie de Cussy-les-Forges, ils constatent la présence. au milieu de la route, d'une lueur orangée. Cette lueur provient d'une sphère éblouissante de 3 m 50 environ, qui illumine vivement la route sur laquelle elle est posée."

"Stupéfaits, les témoins s'arrêtent et constatent que l'objet se rapproche d'eux lentement d'abord, puis de plus en plus vite. Effrayés, ils tournent leurs cyclomoteurs en direction de Cussy les Forges, et prennent la fuite sans se retourner."

La source est indiquée comme "Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. ** éd. Alain Lefeuvre 1979".

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 10 octobre 1954 à 02:00 entre Epoisses et "Tourtry", à Epoisses, France, "on a aperçu un objet qui a eu un aspect et une performance au-delà des possibilités des aéronefs terrestres connus. Un objet, d'environ 5 pieds de large, a été observé par temps obscurci par deux témoins masculins pendant plus de trois minutes."

Les sources sont indiquées comme Guieu, Jimmy, Flying Saucers Come from Another World, Citadel, New York, 1956; Bowen, Charles, The Humanoids: FSR Special Edition No. 1, FSR, Londres, 1966; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (dans JVallee01); Vallee, Jacques, A Century of Landings (N = 923), (dans JVallee04), Chicago, 1969; Schoenherr, Luis, Computerized Catalog (N = 3173); Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002.

[Ref. ud2:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 10 octobre 1954 à Epoisses, France, "une sphère lumineuse, de 3,5 mètres de diamètre, a été vue sur la terre."

Le site web ajoute: "A Epoisses, en France entre Epoisses et Toutry, Daniel Grapin et Francois Bolatre, topographes, ont vu une sphère lumineuse de 3,5 mètres de diamètre sur le sol près de la Route N454.

Et: "Entre Epoisses et Toutry, Daniel Grapin et Francois Bolatre, topographes ont vu une sphère lumineuse de 3,5 mètres de diamètre sur le sol près de la Route N454.

Et: "on a aperçu un objet qui a eu un aspect et une performance au-delà des possibilités des aéronefs terrestres connus. Une boule, d'environ 5 pieds de large, a été observée par temps obscurci par deux témoins masculins pendant plus de trois minutes (Bolatre; Grapin).

La source est indiquée comme Schoenherr, Luis, Computerized Catalog (N = 3173)

[Ref. ni1:] "THE NICAP WEBSITE":

*10 oct. 1954 - A Epoisses, en France entre Epoisses et Toutry, Daniel Grapin et Francois Bolatre, topographes, ont vu une sphère lumineuse de 3.5 mètres de diamètre près du sol sur la route N454. (Source: Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, p. 223, cas n° 225, citant Quincy).

[Ref. ub1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas 7 fois:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541010 10.10.1954 Epoisses France 02.00 CE I
19541010 10.10.1954 Epoisses France CE II
19541010 10.10.1954 Epoisses France
19541010 10.10.1954 Epoisses France
19541010 10.10.1954 Epoisses France CE I
19541010 10.10.1954 Epoisses France
19541010 10.10.1954 Semur.auxois France

Explications:

En 1954 en France, l'ufologie est totalement balbutiante, avec très peu de personnes ayant la notion d'enquête et les compétences, expérience et méthodes pour déterminer si un rapport d'observation a telle ou telle explication ordinaire. C'est notamment de cas de l'écrivain de science-fiction Jimmy Guieu, qui ne recherche pas réellement si telle ou telle observation peut avoir une explication ordinaire et tente plutôt de défendre chaque observation comme étant celle d'une authentique soucoupe volante.

Le contexte ufologique générale est en effet extrêmement primaire à cette époque. Les choix sont clairs et simples, bien trop simples, pour la poignée d'ufologue et pour la presque totalité de la Presse: soit les témoins sont "de bonne foi", soit ce sont des menteurs. La notion même qu'ils puissent être de bonne foi, décrire tout à fait honnêtement ce qu'ils ont vu, mais qu'en se penchant sur la description et en étudiant le contexte on puisse comprendre que ce qu'ils ont bien décrit n'est simplement pas une soucoupe volante comme ils ont pu l'interpréter en cette période ou l'on en voyait partout, mais un certain phénomène naturel qu'ils n'ont pas reconnu, est une notion quasiment inexistante.

Du côté des "savants", il est presque vrai que ceux-ci partagent la même vision simpliste des choses. Ces témoins doivent être des menteurs, ils ne sont pas de bonne foi. Pour un psychologue, le professeur Heuyer, qui sera largement relayé dans la presse, les choses sont même claires et nettes: les gens qui prétendent voir des soucoupes volantes sont tout simplement des débiles mentaux, débilité dont il pense qu'elle est en train de contaminer toute la France de proche en proche.

L'un des seuls scientifiques de l'époque à avoir alerté l'opinion publique sur les nombreuses possibilités de confusions, de témoins qui ne sont nullement "débiles", qui sont de bonne foi, mais qui ont été abusé dans leur interprétation de ce qu'ils ont vu, a été un astronome, Evry Schatzman, au travers d'articles parus dans la presse. Malheureusement dès ce moment les ufologues avaient décidé qui puisqu'il est un savant, un savant rationaliste qui plus est, il convenait non pas de l'écouter et de réaliser qu'en effet, il existe comme il les citait des exemples bien documentés dans lesquels des confusions souvent de nature astronomique avaient convaincu des témoins de bonne foi qu'ils avaient vu des soucoupes volantes, mais qu'il convenait de huer l'ignoble rationaliste sans tenir compte le moins du monde de son propos.

Tel est l'état d'esprit avec lequel Jimmy Guieu, source unique de toute l'affaire malgré les innombrables redites dans la littérature ufologique, aborde cette observation: soit ces témoins sont de bonne foi, et alors ils ont forcément bel et bien vu une soucoupe volante, soit ce sont des menteurs ou des personnes qui hallucinent. Certainement à juste titre, Guieu a réalisé en écoutant au moins l'un des deux témoins qu'il parait bel et bien de bonne foi. Certainement à juste titre également, il n'a pas cédé à la facilité qui consiste à lâcher le mot "hallucination", véritable poudre de perlimpinpin utilisée par les journalistes d'opinion sceptique pour se débarrasser sans grand effort de ces irritantes soucoupes volantes qui ne sauraient exister. Guieu ayant réalisé la gratuité totale de "l'hallucination" et le peu de chances que le témoin lui ait menti, il ne cherche aucune explication ordinaire et s'en tient là: ils ont donc vu une soucoupe volante.

Il faudra pratiquement attendre la fin des années 70 en France pour que soudainement quelques ufologues, se baptisant "les nouveaux ufologues", découvrent et lisent les auteurs sceptiques américains tels Philip Klass et réalisent que tout rapport d'observation d'OVNI n'est pas nécessairement une observation d'un engin extraterrestre, mais peut être, et est souvent, une simple, ou complexe, confusion.

Malheureusement, les nouveaux ufologues pris de fébrilité explicative, Monnerie, Barthel et Brucker, et leurs suiveurs de plus en plus nombreux ont alors pensé qu'il n'y avait en fait absolument aucune observation qui ne soit pas une telle confusion, ou l'occasionnel canular, et l'ont ainsi proclamé si fort que l'ufologie française s'en est trouvée scindée en deux camps: les "ignobles debunkers" ou "socio-psycho" et les "croyants." Lesdits "croyants" ont donc très instinctivement et très souvent décidé de continuer à négliger la recherche des explications ordinaires et continué à mal enquêter ou à recopier plus ou moins fidèlement, souvent en ôtant des informations cruciales, par exemple les "cas" de la vague de 1954 tels que narrés par Jimmy Guieu sans se poser la moindre question. Rechercher maintenant à reconstituer la documentation et vérifier peu à peu ces cas est donc, pour eux, faire acte de "désinformation" ou être un "vil debunker."

Dans le cas présent, une explication à étudier saute pourtant littéralement aux yeux: les témoins, ou le témoin entendu, décrit quasiment parfaitement une observation de la Lune!

Il décrit une sphère, or la lune est bien une sphère.

Il décrit une couleur orangée, or la Lune prend bel et bien une telle couleur dans les bonnes circonstances - pleine lune en automne et basse sur horizon par temps brumeux ou nuageux.

Il décrit le diamètre de la sphère comme étant celui d'une pleine Lune; n'est-ce pas clair?

Il ne décrit nulle fumée, bruit, ni antenne, hublot, martiens.

Comment manquer de réaliser qu'il convient de vérifier si par hasard les deux hommes n'ont pas simplement vu la Lune?

Hypothèse 1: La Lune était-elle au moins dans le ciel? Si non, la Lune ne peut être l'explication. Si oui, la Lune peut être l'explication.

Ceci est tout à fait vérifiable. Et de fait, le 10 octobre 1954 à 02:00 a.m. locale, depuis Cussy-les-Forges, la Lune est à l'azimut 239° 7' et à une élévation de 22° 41'.

A 03:00 a.m., elle est à 251° 37' et une élévation de 13° 49'.


La Lune à 02:10 a.m.

La Lune était bien dans le ciel. De plus, de 02:00 à 03:00, elle est basse, et passe de 22° à 13°.

Hypothèse 2: La Lune était-elle une pleine Lune? Si non, la Lune n'est pas une très bonne explication. Si oui, la Lune convient bien mieux.

De fait, c'était une pleine Lune avec 93% de sa surface exposée éclairée visible.

Hypothèse 3: La Lune était-elle devant les témoins? Si elle était derrière eux, la Lune n'est pas une très bonne explication. Si elle est justement devant leur route, la Lune convient vraiment de mieux en mieux.

La route nationale 454 ou RN 454, reclassée RD 954 en 1972, était une route nationale reliant Recey-sur-Ource à Cussy-les-Forges.

Les témoins ont commencé leur observation entre Epoisse et Toutry. Elle s'est poursuivie 15 kilomètres plus loin à Cussy-Les-Forges. Elle s'est terminée quand effrayés, ils ont décidé de tourner le dos à la chose en rebroussant chemin. Ils allaient donc sur la RN454 dans le sens Epoisse vers Toutry vers Cussy-les-Forges.

Il est facile de constater sur une carte qu'en faisant ce trajet, ils allaient exactement dans la direction vers la position de la Lune!

Hypothèse 4: L'OVNI monte et descend, apparaît et disparaît. Si le terrain ne permet pas cela, la Lune n'est pas une bonne explication. Si le terrain permet cela, la Lune convient vraiment de mieux en mieux.

La Lune monte et descend alternativement dans cette observation. Elle "disparaît et "réapparaît" également alternativement.

L'illusion est pourtant classique: les variation du terrain peuvent révéler puis dissimuler la Lune. si les mobylettes sont en haut d'une colline, la vue est bonne. Si elles descendent dans un creux, la vue sur la Lune peut être très facilement masquée. Somme-nous dans une plaine uniforme?

Justement non. Nous somme en terrain vallonné, avec pour le précisément le village de Cussy-les-Forges, une altitude indiquée par l'IGN comme "minimum 265 mètres" et "maximum 361 mètres". Il en va de même sur quasiment tout le parcours.

C'est précisément conforme à la description par les témoins de cette chose qui monte, descend, apparaît et disparaît alternativement.

Considérations supplémentaires.

Mais qu'en est-il de la sphère de 3.50 mètres de diamètre qui atterri sur la route?

Et bien, y a-t-il encore des ufologues de nos jours qui ne se rendraient pas compte que les tailles absolues ne comptent pas du tout dans de telles circonstances? Ce qui importe est la taille angulaire; et elle est celle de la pleine lune. Naturellement, quand les témoins supposent que la lune a atterri sur la route - parce qu'elle pourrait en effet avoir été droit devant sur la route, parce que c'était la nuit, avec des nuages - alors les témoins supposent que la "chose" n'est pas à des million de kilomètres de distance, mais à une distance bien plus proche, et ces témoins croient qu'ils peuvent exprimer un diamètre en mètres. Mais n'est-il pas justement intéressant qu'il n'y a pas la moindre lambeau de la mention de la distance d'observation? N'est-ce ce pas une question à poser, juste au cas où le témoin répondrait que la sphère était par exemple à 10 mètres d'eux?

Si les témoins avaient vu une soucoupe volante, ils auraient du la voir proche de la Lune. Ils n'indiquent pas avoir vu la Lune, ce qui est naturel. Les témoins ne sont pas des ufologues! Mais Jimmy Guieu est cesément un ufologue. Il semble bien que Jimmy Guieu ne leur pose pas la question, à moins qu'il oublie de rapporter ce "détail". Dans une enquête, un ufologue doit absolument s'assurer de cette sorte de chose, demander au témoin où se trouvait la Lune, les étoiles les plus brillantes et ainsi de suite!

Il peut paraître incroyable que la Lune puisse être prise pour une soucoupe volante. Mais la Lune prend parfois des apparences qui peuvent être troublantes. Et justement, Jimmy Guieu indique au moins que le ciel était partiellement couvert!

Avons-nous seulement des informations sur la maturité des témoins? Non! Nous ne savons même pas quel âge ils avaient. L'un est un "aide-géomètre". Un apprenti de 16 ans? Avec un ami de 14 ans? Rien n'est dit à ce sujet, et il vaut mieux passer sur le résumer de Jacques Vallée qui en fait "deux géomètres". Rien n'est dit de leur état d'esprit, à un moment où précisément quasiment la France entière a le nez dehors pour voir les soucoupes dont on parle sans arrêt.

On ne peut que constater que François Bolatre "sait" comment une soucoupe doit se comporter, à moins qu'une insistance de Jimmy Guieu ait résulté en ceci: il suppose qu'une fois qu'ils ont tourné le dos, la soucoupe a bien du décoller, dans une certaine direction.

Conclusion.

Dans cette observation, tous les paramètres disponibles indiquent que la Lune constitue une explication de choix, correspondant très bien au récit attribué aux témoins, explication simple et aisée à évaluer, mais qui n'avait de toute évidence pas même été envisagée à l'époque, ni depuis.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Epoisses, Côte-d'Or, Yonne, Toutry, Cussy-les-Forges, orange, manoeuvres, multiple, Daniel Grapin, François Bolatre, multiple, sphère, lumineuse, route, atterrissage

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 13 avril 2003 Première publication.
1.0 Patrick Gross 18 avril 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [go1], [lc1], [ud1], [ud2].
1.1 Patrick Gross 28 juin 2010 Addition [jv5].
1.2 Patrick Gross 29 octobre 2011 Une recherche sur le web et dans mes documents n'a pas permis de trouver d'autres sources.
1.3 Patrick Gross 9 octobre 2014 Addition [ni1].
1.4 Patrick Gross 20 février 2017 Addition [ub1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 20 février 2017.